Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

16 mai 2007 3 16 /05 /mai /2007 17:57

On a cru que la langue de Benoît XVI avait fourchée à Ratisbonne, pourtant la charge contre l’islam était bel et bien sans sa tête et dans son texte. 

Le pape a des convictions réactionnaires amplement dites déjà par son absence remarquée aux rencontres inter-religieuses d’Assises que son prédécesseur avait organisées. Partout où il va, le nouveau pape entend affirmer la supériorité de la catholicité. 

Inca-mamani.jpg Oeuvre du peintre bolivien Roberto Mamami. La culture inca est toujours vivante !

Cette fois-ci, ce sont les religions amérindiennes qui en font les frais : elles attendaient " silencieusement le Christ " (mais ce furent pourtant de bien brutaux conquistadors qui arrivèrent !), elles furent " purifiées " par l’évangélisation (avant ou après les massacres ?), ce serait une erreur que de les remettre en vigueur (mais cela regarde les tenants de ces religions et non le pape !), elles seraient causes (parmi d’autres) de l’affaiblissement de la foi chrétienne (mais en quoi faisant ?).

Manifestement le pape n’arrive pas à accepter une société religieusement pluraliste ; pourtant l’Europe l’est depuis belle lurette avec les musulmans en Espagne, la diaspora des Juifs à l’époque médiévale, les protestants, sans oublier les francs-maçons, etc.). Les intellectuels, comme lui, emmurés dans leurs (petites) certitudes se transforment bien vite en idéologues rabâchant leurs slogans. Comme on le voit, certains théologiens n’échappent pas à ce destin.

Pire, alors que son prédécesseur avait reconnu des erreurs dans l’évangélisation du Nouveau Monde, Benoît XVI pratique un négationnisme qui le place au hit-parade des grands amnésiques (volontaires) de l’Histoire.

La Conférence avait invité des observateurs des autres confessions religieuses. On ne nous en donne malheureusement pas la liste, mais parions que les autorités coutumières survivantes de plusieurs siècles de massacres et d’assimilation n’étaient pas invitées.

A noter que, lorsque Jean-Paul II vint au Bénin en 1993, il reçut officiellement et les responsables musulmans, le 4 février à Parakou, et les dignitaires religieux du Vodoun, le même jour, à Cotonou.

Ce n’était là qu’une des violences verbales que le pape a semé derrière lui lors de ce voyage au Brésil : condamnation de tout avortement, menace d’excommunication pour les députés qui oseraient voter des lois scélérates, diatribe contre les " sectes ", critique des régimes marxistes (le Vénézuela et la Bolivie se seraient sentis visés !), etc.

Non seulement, il n’est pas diplomate, mais il n’est pas sortable ! Les réactions sont vives, à commencer au sein de l’Eglise catholique. De plus en plus de fidèles commencent à avoir honte de lui. C’est ce qui s’appelle précisément " avoir mal à son Eglise " (voir notre message précédent du 14 mai).

Pour en savoir plus, lire dans la presse les réactions indignées  :

Brésil - Contradictions du pape Benoît XVI dans son message à l'Amérique latine ", sur le site LatinReporter.com

Vives réactions aux propos du pape sur la colonisation de l’Amérique latine. Les descendants des peuples amérindiens estiment que la foi chrétienne a été imposée comme un instrument de colonisation ", sur le site de la-Croix.com

Nombreuses réactions après les propos du pape sur l'évangélisation des Amérindiens " sur le site de LeMonde.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans le paganisme
commenter cet article

commentaires

Articles Récents