Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

2 décembre 2007 7 02 /12 /décembre /2007 17:11
Le protestantisme multiplie sans fin les Eglises chaque fois qu’il y a une question théologique abordée d’une façon un peu différente ou chaque fois qu’il y a un nouveau style, un peu différent des autres, ou bien tout simplement lorsqu’un nouvel entrepreneur religieux se dit charismatique (" évangélique " selon le terme en usage chez les protestants). Pour lui, les Eglises institutionnelles, toutes humaines, visibles, sont plurielles, mais l'Eglise " spirituelle" du Christ  reste indemne, toute immaculée d’unité ... même si elle est parfaitement invisible !


un-trois-m--ts--r--duction-50-.JPGcabotons, cabotons le long des rivages (et dans ce cas a-t-on besoin du Saint-Esprit ?) où bien faut-il larguer les amarres sous le souffle de Dieu (selon l'expression des unitariens) ?

 

L’Eglise catholique, quant à elle, veut maintenir l’unité (toute fictive) d'une Eglise terrestre qui se veut à l’image de l’Eglise céleste (du moins le troupeau restant car les nombreuses branches hérétiques ont été auparavant élaguées !). 


Elle a ainsi un formidable savoir faire pour gérer la diversité en son sein. Que l’on voit la pléiade de congrégations religieuses dont beaucoup empruntent le même registre mais où, cependant, nombre d’entre elles font preuve d’originalité, de créativité, de spécificité et contribuent activement aux progrès de la pensée. Certes les styles et les domaines d’activités se heurtaient parfois ; ils étaient vite régulés par l’évêque du lieu ou au niveau papal. 


Ainsi en a-t-il été récemment de l’encadrement en douceur des mouvements charismatiques, de la mise sous boisseau de la théologie de la libération en Amérique latine avec l'aide de l'Opus Déi, de la récupération fort diplomatique des traditionalistes anti-Vatican II.


Mais qu’en sera-t-il demain avec les laïcs autonomes ? Les dominicains néerlandais nous le disent : nous assistons à une forte poussée par le bas des fidèles qui, à défaut de prêtres, souhaitent des services locaux. Le monopole des prêtres est battu en brèche tout simplement parce que la crise des vocations - en Europe occidentale et au Canada, et seulement dans ces pays là – met pratiquement en déroute l’organisation cléricale des Eglises – toujours pour ces mêmes pays.


Bien sûr que le Vatican va se crisper, mais qu’y pourra-t-il ? Le sol ne va-t-il pas se dérober sous ses pieds ? Ne va-t-il pas parler de plus en plus dans le vide ? 


Le relativisme théologique tant redouté par Benoît XVI prend le contour mou des nécessités pratiques : les catholiques sont habitués à une eucharistie dominicale. Or depuis que les laïcs sont habilités à aller porter la communion aux malades et aux handicapés à leur domicile, ils savent qu’ils ne sont pas manchots et peuvent retrousser leurs manches. Si le prêtre est absent, " on " fera quand même la communion avec des hosties préalablement consacrées, et ainsi de suite.


La corde va se tendre, mais le Vatican sera bien obligé d’obtempérer tout en multipliant les discours de précautions.


A défaut de débats ouverts et de synodes attentifs aux réalités et à l’expression des fidèles, c’est par les contraintes bassement matérielles que l’Eglise catholique avancera ... tout en prétendant, bien entendu, que l’Esprit-Saint souffle en ses voiles !

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans catholiques libres en action
commenter cet article

commentaires

Articles Récents