Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

9 février 2008 6 09 /02 /février /2008 05:24
mitterand.jpgRama-Yade.jpg


Les " chiens ". François Mitterrand avait ainsi désigné les journalistes qui s’étaient acharnés contre son Premier ministre dans le cadre de ce qui était présenté alors comme " une affaire " et qui l'avaient acculé au suicide. Rama Yade, secrétaire d'Etat aux Droits de l'homme, vient à son tour de désigner de " charognards " les journalistes qui ont diffusé un SMS soit disant envoyé par le président Sarkozy à son ex femme.


C’est bien sûr le tollé chaque fois qu’on ose toucher à la vaillante profession des journalistes. Mais celle-ci serait-elle donc au-dessus de toute critique et de toute les lois ?


Naguère, c’était les hommes politiques, les ecclésiastiques, les policiers, les militaires, les notables, etc. Depuis 68, ceux-ci se font plutôt modestes dans leur expression publique, par contre la relève est joyeusement assurée par d’autres : certains journalistes qui veulent faire l’opinion, des juges qui décident des nouvelles bonnes mœurs que les Français doivent adopter, des avocats qui sont sans cesse appelés à la Une pour déclamer l'angélisme de leur clients, etc.


Mieux, ou pire, les journalistes en question jouent les offusqués avec des arguments dignes de Courteline : ce n’est pas bien qu’un président ose porter plainte car " les présidents précédents ne l’avaient pas fait ", etc.  Et si c'était une autre personne ? Mais aucune interrogation professionnelle sur l’existence réelle du SMS, sur le droit de publier (s’il existe) un message strictement de la sphère intime ...


Dans un communiqué, l'association Reporters sans frontières (RSF) s'inquiète tout simplement de la nature des poursuites engagées par le président.

"Nous regrettons que Nicolas Sarkozy ait choisi la voie la plus dure pour attaquer en justice le site du Nouvel Observateur. Le chef de l'Etat poursuit sur la base du code pénal, alors qu'il aurait très bien pu engager des poursuites civiles pour atteinte à la vie privée", note RSF.

"Le chef d'accusation de 'faux et usage de faux' retenu par son avocat prévoit une peine d'emprisonnement. Même si nous faisons confiance à la justice pour faire preuve d'équité, cette manière de procéder suscite notre inquiétude. En plus, engager une poursuite au pénal permet de faire convoquer le journaliste incriminé devant la justice et éventuellement de lui demander de révéler ses sources. Ce qui n'est pas le cas dans le cadre d'une affaire civile", ajoute l'organisation.


On ne peut faire plus dans le corporatisme d’une profession !


Et puis, de la part du Nouvel Observateur, grand hebdomadaire de la Gauche française, quelle peopolarisation ! quelle descente dans le marécage des rumeurs ! quelle chute de l’ange au niveau du trottoir ! Tout cela parce qu'on a été mécontent du verdict des urnes et qu'on continue à faire campagne contre ... 

Dommage, car, lors des élections présidentielles, les Français, dans l'ensemble,  avaient su garder retenue vis-à-vis de la vie privée de leurs candidats, dont deux connaissaient des difficultés à ce niveau.



Nouveaux justiciers qui croient avoir raison dès lors qu’ils s’attaquent aux pouvoirs politiques. L'arrogance déclarée vertue, la subjectivité partisane encouragée même si c'est pour cracher sur les autres. Opposants auréolés tout simplement parce qu’ils se disent contestataires. Démagogues qui pratiquent le lynchage médiatique pour se faire connaître, valoir, gagner de l’audimat. L'absence totale d’esprit critique vis-à-vis de soi même puisque la critique est précisément entièrement tournée vers l’autre à abattre. Nouveaux maîtres de l'opinion publique, de la rue, des caniveaux, des égoûts. Nouveaux pharisiens des temps modernes qui ne doutiez de rien, que faites vous de la poutre que vous avez dans l’œil ? 

Plus (+) de morale, plus de modestie, plus d’humilité, plus de charité, plus d’amour des autres et des " ennemis " ne feraient certainement pas de mal à notre démocratie " à la française ". Ce sont là, comme on dit, des valeurs " chrétiennes " bien classiques (ou, pour certains, judéo-chrétiennes !) mais que les chrétiens (et les juifs bien entendu) sont prêts, j’en suis sûr, à partager avec tout le monde !


En démocratie, faut-il donc le rappeler, 
la liberté de pensée et de s’exprimer 
va de pair avec le respect des autres.


complément en date du 14 février :

Dans son éditorial intitulé "Une erreur ? Oui", Jean Daniel, directeur du Nouvel Observateur, reconnaît le faux pas déontologique. Dans un autre article, les directeurs de la rédaction du Nouvel Observateur, Guillaume Malaurie et Michel Labro, rejoignent la position de J. Daniel. Cette autocritique sauve enfin l’honneur du journal du moins version papier car " nouvelobs.com " dit simplement avoir mis en ligne une information qu’on lui a envoyée ! Mise en ligne bêtement ?

http://fr.news.yahoo.com/afp/20080213/tcu-politique-sarkozy-medias-presse-inte-7b903d2_1.html

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans les dérives sectaires
commenter cet article

commentaires

Articles Récents