Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

3 avril 2009 5 03 /04 /avril /2009 03:48

 A la suite d’une série de gaffes du pape Benoît XVI depuis son élection, qui sont en fait autant de pas dans la voie d’une restauration des positions ultra-conservatrices de l’Eglise catholique romaine, le paysage religieux – du moins en France – s'en trouve, par contre coup, modifié profondément : les sondages révèlent que 52% seulement des catholiques pratiquants souhaitent désormais le maintien de Benoît XVI à la tête de leur Eglise, ce qui est bien peu (pour des pratiquants !) quand on pense qu’ils étaient 86% six mois plus tôt *.  C’est dire combien çà décroche très sérieusement ! 
* voir notre article du dimanche 22 mars dans les Actualités unitariennes " le pape capote dans les sondages ! "

Des évêques, eux aussi surpris par la brutalité des propos du pape, interviennent pour rappeler le message de compassion de l’Eglise, les mouvements catholiques libéraux en colère écrivent à leur évêques, s’adressent aux médias (dernièrement la Fédération des réseaux des Parvis qui regroupe quelques 50 mouvements et réseaux), des hommes politiques sortent de leur réserve habituelle et critiquent ouvertement les positions du Vatican en matière de santé publique.

Alors que faire pour les catholiques contestataires ? Tout ceux qui ont mal à leur Eglise ? Certains rejoignent l’Eglise réformée de France (ERF),  dont on connaît le niveau de qualité ; d’autres partent sur la pointe des pieds, quelques uns demandent à être rayés des listes du baptême ...

N’est-il pas temps de proposer des alternatives comme on su le faire depuis plusieurs décennies déjà nombre de communautés de base qui, avec ou sans la complicité de vieux prêtres de la période de Vatican II, en général en toute discrétion, à la maison ou dans des salles paroissiales ou de presbytères, pratiquent des célébrations libres ? Mais alors, n’est-il pas temps AUSSI de sortir de cette trop grande réserve et discrétion pour affirmer que c’est bel et bien le peuple assemblé qui fait l’Eglise et non la hiérarchie, qu’il faut faire " Eglise autrement ", qu’il faut, sans plus tarder, aller louer Dieu sur les parvis des lieux de culte (d’ailleurs pour beaucoup quasiment toujours fermés ou bien déserts), aller clamer sa rébellion devant les évêchés lorsque leur titulaire sont des " parachutés " par le Vatican pour noyauter les Eglises diocésaines selon sa politique réactionnaire.

Les unitariens, qui s’inscrivent dans cette mouvance chrétienne libérale, sont en mesure – aujourd’hui – de faire une proposition, ceci grâce à une Eglise sur la Toile qu’il ont fondée en juin 2008 et qui fonctionne comme une vraie Eglise (avec un conseil d’Eglise, un pasteur titulaire, une chorale mise sur pied, un candidat au ministère du culte en formation, des activités sociales – en l’occurrence une aide aux étudiants pygmées du Congo RDC, etc.) : selon la tradition non dogmatique qui est la nôtre, l'Eglise unitarienne francophone (EUfr), ouverte à tous d’une façon inclusive, sans nulle discrimination, offre son "espace de prière". Référence.


L'un des logos de l'Ong des unitariens-universalistes auprès des Nations Unis (UU-UNO).

Il ne s’agit pas là d’une proposition prosélyte car, chez nous, chacun est libre de conserver sa propre identité religieuse et confessionnelle, son ou ses propres appartenances (Eglise, loge, mouvements, etc.), de participer ponctuellement, d’entrer et de sortir à sa convenance et à son rythme.

Vous pouvez nous adresser vos prières, vos méditations, individuelles ou collectives, nous faire part des célébrations libres que vous organisez régulièrement ou occasionnellement avec votre groupe de prière, ou à la maison au sein de votre famille, avec des voisins ou amis, etc. Les textes peuvent être développés ou bien être brefs, peu importe. Ils peuvent être accompagnés de photos dont l'affichage sera de qualité grâce à la plate-forme d'Over-blog sur laquelle nous travaillons (jusqu'à 600 pixels pour les plus grandes).

Exprimez-vous selon votre propre foi, votre culture religieuse, votre langage, vos convictions. Louons Dieu avec les mots et les gestes qui nous tiennent à coeur. Chérissons la Vie en en respectant le mystère et la beauté. Disons aux autres notre amitié, encourageons les dans leur engagement. Sauvons tous ensemble notre terre verte, notre planète bleue.

A un moment où tant de chrétiens ne se sentent plus à l'aise au sein de leur propre communauté paroissiale ou encore au sein de leur Eglise elle-même, l'EUfr et toutes les autres congrégations unitariennes sont des lieux d'accueil où aucun credo n'est demandé, ni aucune conversion, ni aucune rupture de ses appartenances, et qui respectent votre entière liberté d’engagement. Les unitariens acceptent les baptêmes des autres communautés chrétiennes. Ils laissent chacun libre de ses pensées et opinions. Ils proposent non pas un encadrement mais un accompagnement spirituel.

Ainsi Jésus accueillait-il tout le monde et ne condamnait personne. Que nos Eglises soient effectivement des lieux attractifs !

Avec tout ceux qui rêvent de " faire Eglise autrement ", cessons de formuler des voeux et passons aux actes. Notre Eglise sur la Toile est une Eglise alternative qui se veut interactive. C'est une Eglise ouverte et chaleureuse. Rejoignez-nous ! que vous soyez unitariens convaincus ou simplement sympathisants ou encore en hospitalité passagère.

Dans
sa rubrique "faire part", vous pouvez aussi dire ce que vous faite, vos projets, les évènements de votre vie et de votre famille, etc. Là aussi, nous vous offrons l'interactivité d'une véritable communauté de proximité. 

Les textes sont à envoyer à la Correspondance unitarienne (laquelle gère le site de l’EUfr selon les directives du conseil de cette Eglise).
contact.

Cette proposition a été présentée par l'article à la Une du bulletin n° 90, avril 2009, de la Correspondance unitarienne.

Partager cet article

Repost 0
Published by Eglise unitarienne francophone - dans U en Europe francophone
commenter cet article

commentaires

Articles Récents