Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

28 mai 2009 4 28 /05 /mai /2009 06:13

Pietro Di Pauli (Pietro de Paoli en français) se présente comme un haut dignitaire de l'Eglise ... et écrit des récits fiction. Est-il Monseigneur ? en tout cas, il connaît bien son affaire. A lire absolument pour tout ceux qui pensent qu'il faut changer de pape !

Pietro de Paoli (Mgr), 2005 - Vatican 2035, Paris, éd. Plon, 558 p. , sorti en octobre


Extrait choisi par l'éditeur : " Il y a quelque temps, je m'agenouillai dans l'obscurité d'un confessionnal. Et je fis cet aveu à un prêtre : la fureur m'envahissait à la vue de mon Église, tellement impuissante, si peu crédible. Mon confesseur, ne sachant pas bien sûr à qui il s'adressait me prêcha l'humilité : " Faites ce que vous pouvez... " M'aurait-il parlé aussi librement s'il avait vu mon visage, s'il avait compris qui j'étais ? Certainement non. Ainsi en est-il, également, pour ce livre : que chacun le lise pour ce qu'il raconte sans être influencé par la personnalité de l'auteur. S'il s'était agi d'un traité, ou d'un essai, peut-être aurait-on trouvé ici des traces de mon amertume. Mais pour rêver un autre avenir, j'ai préféré à travers un roman créer des personnages de chair et de sang - Paddy, Paul, Leah, Jeanne-Marie, Kate... et Thomas Ier, un pape qui va enfin révolutionner l'Église. La parole que je porte est plus grande que moi ; la foi qui me fait vivre ne m'appartient pas. Permettez que mon identité s'estompe au profit de l'espérance dont j'ai voulu témoigner dans les pages qui suivent "


" Pietro di Pauli, un pseudonyme sous lequel se cacherait un prélat… peu orthodoxe : " Vatican 2035 " ; quelqu’un qui a mal à son Église, qui s’indigne de voir ce qu’en font les autorités, mais qui l’aime trop pour pouvoir la quitter " (lu sur le site de l’Association des lecteurs de l’hebdomadaire la Vie).

 

" Si ce roman est de la pure fiction, on peut affirmer cependant qu’il est beaucoup mieux documenté sur le fond des enjeux qui tournent autour du Vatican que bien d’autres fictions à la mode. On peut même dire que, sous forme de roman, il s’agit presque d’un manifeste ecclésiologique (et donc "théologique") exprimant les espérances d’évolution de l’Église catholique qu’un bon nombre de fidèles ont au cœur." (un commentaire signé Jean en date du 2 juin 2007, suite à l’article précédant).


A l’initiative d’un pape progressiste : des prêtres mariés, des femmes cardinales au Saint-Siège, l’Ordre des Jésuites dissout, etc.  !


2006 - 38 ans, célibataire et curé de campagne ; Paris, éditions Plon, coll. " Christianisme : essai religieux ", présenté comme un récit, 204 p., sorti en octobre.


extrait choisi par l'éditeur : " Il est à peine dix-neuf heures, j'ai trois heures devant moi avant la messe. Nous sommes le soir de noël, et je suis seul. aucun de mes paroissiens n'a songé à m'inviter, pour partager avec sa famille le dîner de noël. puis-je le leur reprocher ? cela ne leur est tout simplement pas venu à l'esprit. le soir de noël est un soir réservé à la famille, à l'intimité, et je ne suis pas de leur famille. je ne suis l'intime d'aucun. pour tous, je suis mis à part, séparé. ma famille est au loin, je la retrouverai demain - pour un goûter chez mes parents. en attendant, je suis un homme seul le soir de noël".


2008 - La confession de Castel Gandolfo, Paris, éd. Plon, 217 p. , sorti en juin


Présentation par l’éditeur : " Quel est ce secret qui empêche le pape de dormir et le conduit à inviter, en sa résidence d'été de Castel Gandolfo, un théologien célèbre mis au ban de la théologie officielle et dont certains écrits ont été condamnés à plusieurs reprises ? Certes, ils se sont connus il y a bien longtemps, du temps de leur jeunesse, du temps de Concile, mais après quarante ans de silence, est-il possible de renouer les fils de l'échange et de la conversation ? N'est-il pas trop tard ? Trop tard pour tout, pour l'amitié, pour la réconciliation et même pour les disputes ? Il faudrait un miracle. Mais croient-ils encore aux miracles ? Les lecteurs reconnaîtront sans doute des échos des personnalités de Joseph Ratzinger, actuel pape Benoît XVI, et du célèbre théologien Hans Küng, dont l'anecdote de la rencontre en septembre 2005 à Castel Gandolfo a en partie inspiré l'auteur "

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Actualités unitariennes - dans paroles d'évêque
commenter cet article

commentaires

Articles Récents