Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

26 février 2007 1 26 /02 /février /2007 07:26

Cathryn Clean Slate (clean the slate = éponger l'ardoise), avatar de la révérende Christine Robinson, ministre du culte UU dans l'Etat du Nouveau Mexique aux Etats-Unis, ici en fidèle de la nouvelle Eglise virtuelle

Avec les logiciels d’architecture et les jeux vidéo en 3D, nous sommes déjà habitués à visiter des lieux dans leurs moindres recoins, avec le regard résolu d’un inspecteur des lieux, ou encore celui d’un touriste curieux sinon d’un fouineur à la recherche d’indices ; lieux reconstitués ou encore simulés, imaginaires, virtuels. Avec la Second Life, logiciel sorti en 2003, notre double imaginé rencontre d’autres personnages tout aussi mus par d’autres internautes. C’est du réel supposé, produit par des imaginaires qui se rencontrent et qui vont partager des espaces communs.

Voir http://fr.wikipedia.org/wiki/Second_Life

Les commentateurs ont insisté sur la dimension économique de ce jeu puisque les intervenants (au moyen du personnage qu’ils ont mis au point pour être leur double) peuvent produire et vendre (vêtements, immobilier, etc.). Les échanges se font en « Linden-dollars » et certains se seraient déjà enrichi puisque cette monnaie virtuelle peut être échangée contre de la monnaie réelle ! Les mercantilistes ont déjà investi la place. Des personnages s’affublent de panneaux publicitaires et jouent les hommes sandwich. Il ne s’agit donc pas d’un simple jeu vidéo où le score procure seulement des satisfecit.

Dans ce dédale imaginaire, à la dimension d’une cité, vous pourrez y trouver un endroit fort calme et reposant, en pleine nature, au pied d’une cascade toute romantique, bien loin des spéculations du capitalisme, dans une ambiance tout à fait New Age faite de méditation individuelle en groupe et de contemplation de la nature. Il s’agit de la Première Eglise unitarienne-universaliste. http://www.youtube.com/watch?v=Rx5ZuR4WxpA

Dans la tradition américaine, c’est un honneur d’être la First congregation, la première église d’une confession donnée à avoir été construite en une ville. En Afrique noire, où l’autochtonie conserve encore toute sa valeur en maintes endroits, les fondateurs ecclésiaux sont respectés, ainsi que les plus âgés (« les « anciens ») et ceux qui étaient au tout début avec le ou les fondateurs (les « devanciers »). Qu’on se le dise, l’unitarisme-universalisme a déjà sa Première Eglise !

Dans un évolutionnisme religieux, à partir des peintures magico-rituelles de nos grottes préhistoriques, l’UUisme se présente comme un dépassement, vers plus d’universalisme, de toutes les religions antérieures, y compris du christianisme unitarien duquel il est issu,. Il se réfère volontiers à l’œuvre du philosophe transcendantalisme Ralph Waldo Emerson qui marqua les années 1830. A la fin du XIXème siècle, des congrégations décidèrent d’ouvrir leur assemblées à d’autres croyants, voire à des non-croyants en recherche spirituelle au nom même des valeurs altruistes contenues dans les évangiles. Peu à peu, les Eglises sont devenues composites et, aujourd’hui, elles ne sont plus considérées comme chrétiennes, bien que des chrétiens puissent y participer. Elles ne pratiquent plus le baptême et la communion (le Lord’s Supper de la tradition anglicane) et font désormais partie d’une nouvelle religion qui n’est plus en lien avec le christianisme (ce n’est donc pas du post-christianisme).

Assis sur des rochers gravés qui ont l’allure de carapaces de tortues, en position lotus, les bras ouverts et posés sur les genoux, les fidèles méditent en silence. Puis, ils se mettent debout et se tiennent par les mains dans un élan de fraternité. Puis, ils dansent sur place pour exprimer leur joie de vivre et leur plaisir de la convivialité. Ceci sous le regard d’une révérende ministre de culte UU qui préside la cérémonie.

image vue sur la vidéo de promotion : http://www.youtube.com/watch?v=Rx5ZuR4WxpA

Paradoxalement, l’UUisme a conservé un cléricalisme tout à fait chrétien : des sièges bien alignés afin d’y recevoir un enseignement ou d’assister à une cérémonie, une table de communion de la tradition calviniste mais qui a ici toute l’apparence d’un rocher plat servant d’autel ou de chaire derrière lequel préside la pasteur dont les magnifiques yeux verts étincelants expriment l’inspiration (entre méditation et voyance ?), enfin le calice des unitariens (le flaming chalice en anglais)* ici mis en symbole ostensible au fond du site, offert en contemplation … comme peut l’être un tabernacle dans une église catholique. Avec ses lunettes d’intellectuelle, sa cravate, son complet masculin, cette pasteur est, à n’en point douter, féministe.
* voir sur le site de l’AFCU (en lien) la photo du calice que les chrétiens unitariens français utilisèrent lors de leur dernière assemblée générale – et qui est de dimension tout à fait modeste ! Pour l’origine historique de ce symbole, voir le site « Unitariens » de Didier Le Roux http://www.unitariens.new.fr

Allez vite y voir car les acteurs sont mouvants. Selon la pasteur Christine Robinson*, peut-être la metteur en scène de ce lieu de culte ( ?) et qui y a son avatar sous les traits d’une fidèle nommée Cathryn Cleanslate, l'endroit était "très apaisant" et les gens qu'elle y a rencontrés étaient "très sympathiques".

http://www.uuworld.org/life/articles/16206.shtml

L’information est déjà parue sur plusieurs sites unitariens, à commencer par celui de C. Robinson ; le site des UU de langue hispanique a embrayé le 29 décembre 2006 ; enfin, en français, le forum « Une histoire de U » (ce 24 février) animé par Virgil Pérez – lequel nous a autorisé à reproduire ce document.

portrait par elle-même de la révérende Christine Robinson http://iminister.blogspot.com/.


Dans les mêmes lieux, une « danse liturgique » (Liturgical Dancing at SLUU)* en rythme très moderne, « endiablée » (sic !), mais où je n’ai vu que de (belles) jeunes filles danser … En tout cas, à voir absolument – d’autant plus que les documents sont de qualité.
http://www.youtube.com/watch?v=3HmCdTlZr70&mode=related&search=

Les nouveaux mouvements religieux peuvent ainsi se mettre en scène afin de mieux se faire connaître. Se faisant ils se distinguent carrément des sectes qui avancent masquées et réservent leurs séances à leur seuls initiés.

Mais on peut penser aussi aux innovations liturgiques au sein des grandes religions historiques. Je pense notamment aux célébrations libres entre chrétiens qui pratiquent la fraction du pain et du vin au nom de Yéshoua au sein de communautés de base et dans les rassemblements libéraux comme ceux qu'organisent la Fédération des réseaux du Parvis. Cette nouvelle façon de « faire Eglise » est encore ignorée de la plupart des observateurs des faits religieux et, bien entendu, du grand public. Nous avons besoin d’internautes talentueux pour faire découvrir ces nouveautés des temps modernes. C’est le rabbi Yéshoua qui disait de ne pas mettre notre lumière sous le boisseau …. Jean-Claude Barbier 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans la culture Internet
commenter cet article

commentaires

Articles Récents