Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

16 mars 2007 5 16 /03 /mars /2007 10:50

Avec la montée spectaculaire du candidat François Bayrou dans les intentions de vote à la présidentielle française (plus de 20% de ces intentions de vote, et large succès prévu s’il accède au 2ème tour !), on peut s’interroger si c’est la fin du combat des partis. Les dernières mobilisations populaires (jeunes de banlieues en révolte, rejet d’un contrat d’embauche excluant le droit de plainte en cas de licenciement abusif, etc.) avaient pourtant fait croire au maintien pur et dur du clivage historique Droite-Gauche.

D’autant plus que chaque camp avait trouvé un " champion " à sa mesure. Et voici qu’une autre figure s’interfère, d’un tout petit parti centriste et sans charisme particulier mais prônant (tout simplement !) un gouvernement d’union nationale avec des personnalités de droite et de gauche … et que les Français s’y montrent favorables à 65 % ! Sondage LH2 pour 20 minutes et RMC publié ce jour.

Non ! Rien à voir avec le gouvernement allemand qui résulta d’une alliance forcée entre deux partis à la suite d’une élection qui n’arriva pas à les départager. Cette fois-ci, les Français semblent bien conscients et déterminés et souhaitent moderniser leur vie politique en remettant les partis à une place moins omniprésente.

Est-ce un au-delà des partis, un retour du gaullisme ? mais cette fois-ci, d’une façon plus modeste, sans figure particulièrement charismatique, sans événement historique dramatique, en toute modestie démocratique. Les partis politiques ne sont pas niés dans leur rôle, mais remis à leur place, et on leur demande de laisser la société civile s’exprimer, sans l’étouffer. Serait-ce la vraie fin du parti élite dirigeante s’arrogeant le droit de mener le peuple au nom de sa pleine conscience et de sa lucidité ?

En lançant des débats participatifs, Ségolène Royal a senti également la nécessité de rencontrer cette société civile. D’ailleurs, tous les candidats affirment vouloir dépasser le cadre stricte de leur parti ; c’est l’une des logiques de la présidentielle. Les principaux candidats le font d’autant plus aisément qu’ils affirment de fortes et riches personnalités.

" Pour moderniser la vie politique française, 43% des sondés sont favorables, en priorité, à une implication plus importante des experts issus du monde de l'entreprise, quel que soit leur bord. 39% préfèrent des personnalités issues de la société civile (associations, syndicats), 17% font le choix de personnalités politiques et 13% optent pour des experts issus de la haute fonction publique, quel que soit leur bord " http://fr.news.yahoo.com/16032007/290/65-de-francais-pour-un-gouvernement-d-union-selon-un.html

On peut bien entendu faire le parallèle avec les appartenances religieuses. Nombre de chrétiens par exemple vivent désormais un christianisme post-confessionnel, de plus en plus éloigné des hiérarchies. La parole est désormais aux laïcs, à eux de la prendre ! A quand la fin du cléricalisme de tout bord ? http://prolib.net/chroniques/201.050120.xsmeconf.barbier.htm

analyse proposée par Jean-Claude Barbier

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans Europe
commenter cet article

commentaires

Articles Récents