Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

21 février 2013 4 21 /02 /février /2013 10:19

Il fait penser indéniablement à un Marcel Légaut (lien) optant pour une vie rurale : « Je me sens plutôt un homme de la terre avec assez d’instruction pour le métier que j’ai exercé [instituteur] . C’est pour des gens comme moi que j’écris. J’ai passé ma vie dans un village du Val de Ruz entre Neuchâtel et la Chaux de Fonds et je ne pourrais pas m’imaginer en ville !  Il me vient maintes idées en soignant mon jardin, en promenade, en faisant du  ski de fond ou en coupant mon bois ».

charles_henri_matile_fendant_du_bois.jpg

Ne nous y trompons pas ! ces hommes ont une longueur d’avance sur bien de milieux intellectuels plus classiques dont certains sont complètement coupés des réalités, dans leurs bulles abstraites. Karl Marx l’avait déjà pensé : l’artisan et l’ouvrier, avec leurs mains, ont une meilleur connaissance des rapports sociaux car ils les vivent à la base ; … bon, il avait oublié semble-t-il les paysans qui pourtant, eux aussi, travaillent de leur main !
 

D’ailleurs le terme d’intellectuel ne s’adresse pas forcément aux diplômés de nos enseignements, mais suppose que la personne soit capable de produire des idées nouvelles, d’écrire des textes originaux, qui ne soient de simples duplicata. L’intellectuel est tout sauf un perroquet ! Combien de supposés intellectuels qui bavardent, se contorsionnent, retombent toujours sur leur pied avec des argumentaires à ne plus en finir, fuient les questions gênantes, sélectionnent les informations qui leur plaisent, manquent manifestement de courage, font preuve d’une générosité démagogique. Oui, retrouvons le bons sens et le contact direct avec les réalités de ce monde, avant d’écrire quoi que ce soit !


Charles-Henri Matile est un homme de cette trempe, habitué aux longs hivers de sa Suisse natale, connaissant bien les histoires locales de son canton, méditant à la Jean-Jacques Rousseau durant ses longs périples en ski ou lors de ses promenades champêtres, lisant avec curiosité le soir au coin du feu. Un homme de grand cœur parlant un langage direct, parfois rude à entendre car ce qu’il dit est de l’ordre des convictions.


Lisez son livre car il vous étonnera par sa force (lien) !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents