Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

3 décembre 2009 4 03 /12 /décembre /2009 08:35

La "burqa" (les communautarismes de tous bords) et moi : pour une réflexion citoyenne sur la montée des fanatismes (et des intolérances induites) en ce début de siècle, par Michel Jamet, rédigé en février-mars 2004 (à Arêches-Beaufort/Bazemont) et toujours actuel.

Un conte moderne


Mettons - supposition gratuite - "qu’on serait" amis, le professeur Albert Jacquard et moi. Outre l’éminent généticien que l’on sait, l’excellent homme qui se bat (avec quelle fougue !) pour accueillir les sans-papiers, les sans-logis, etc., "m’aurait" téléphoné voici quelques mois : " Ecoutez ami, vous êtes avec votre femme tous seuls dans une grande maison : ça serait bien d’y loger quelque temps un couple de Pakistanais que Droit au logement vient de réceptionner à Roissy ...".  Comment refuser à l’ami Albert Jacquard ? Qui se dévoue tellement plus que moi aux autres ! Because ma mauvaise conscience de "nanti" confronté à la détresse des populations du Sud - dont précisément le destin venait confier deux spécimens à ma générosité judéo-chrétienne.


En étant rigoureusement objectif, ça a été – dès le deuxième jour - le début des "emmerdes". Le mari barbu (dans un anglais "pakistanais" magnifiquement compréhensible pour moi) m’a pris à part : "Ça ne peut pas durer, Sir. Vous sortez à n’importe quelle heure de la salle de bains en tenue légère en plus ! Pour ma femme, c’est une offense à sa religion. Il faudra des horaires séparés. Elle prendra de 8 à 9 heures (mais votre femme pourra partager cet horaire : ça la religion le permet). "


Un nouveau problème est apparu (le lendemain soir) en cuisine : " Ça ne peut pas durer, Sir. Hier soir vous avez dîné d’une frisée aux lardons. Mais votre épouse a fait revenir les dés de lard dans la poële. Même lavée, ça garde des traces de porc ! Du coup on n’a pas pu s’en servir pour réchauffer nos galettes de maïs à nous : ç’aurait été contraire à la religion. "


Le 3ème jour, c’est devenu évident : on dérangeait - il allait falloir qu’on pense à déménager ! C’est arrivé aux Serbes orthodoxes qui (durant mille ans) s’étaient crus chez eux au Kosovo * ...
Parabole ? Ouais ... Il n’est que de voir dans les "quartiers" (dès que les prêcheurs salafistes, en dépit de leur français incertain, se sentent en position de force, donc dominants) comment les règles de l’islam intégriste sont imposées à tous sous la menace de représailles. Y compris à une population "de souche" majoritaire dés que celle-ci se retrouve numériquement isolée. A tolérer de tels comportements sectaires, alors Le Pen n’a pas fini de faire des adeptes ...
* voir dans la même rubrique "Islam en Europe", nos cartes sur l'islam dans les Balkans


les diktats religieux

On n’a pas de chance : moins d’un siècle après s’être soustraite aux diktats de l’Eglise romaine, voilà que la société française se voit de plus en plus contestée, dans sa culture du quotidien, par une fraction minoritaire mais tellement plus "volontariste" : faut-il rappeler qu’en 1917 les bolcheviks représentaient à peine 5% de la population russe ; en 2004, sur les 61 millions de français répertoriés par l’INSEE cinq sont (sinon de confession) de "culture" musulmane.


Il ne suffit pas à des filles voilées d’invoquer leur "liberté" en brandissant dans les défilés une carte d’identité française (acquise à leur naissance 20 ans plus tôt via le droit du sol) pour défier les lois de la République. Et de prétendre "choisir" ceux des cours de l’école laïque auxquels la religion leur interdirait de participer : Education physique, Sciences de la vie, etc. ... Si les dites jeunes personnes avaient été Turques nées en Allemagne (jusqu’à ces dernières années), elles se sauraient, comme leurs parents vivant en République fédérale "étrangères" au statut révocable de résidentes et assujetties en tant que telles au "devoir de réserve".
"Devoir de réserve" qui au demeurant ne devrait jamais poser problème : si je séjourne dans un pays dont la culture est diamétralement différente de la mienne, la moindre des corrections implique pour moi l’arrivant de respecter les convictions et usages autochtones, j’en reviens à la parabole de mon "barbu" pakistanais ...


Autant il est chrétien d’accueillir "les mains ouvertes" les immigrants économiques chassés par la misère de leurs pays d’origine, autant apprécierait-on qu’ils n’oublient pas trop vite qu’avant de se sentir ici "chez eux" ils ont été accueillis (depuis à peine quelques décennies) par un pays imprégné dans ses comportements au quotidien par quinze siècles de culture "chrétienne" : observation valable y compris pour les plus athées des Français de tradition ...


Le refus d’une fraction notable des nouveaux arrivants de cantonner les manifestations de leur foi religieuse à la sphère privée sera vécu par le citoyen lambda comme une provocation. Le voile à l’école n’en est pas le symptôme le plus choquant : voir le comportement incroyable dans la période récente de certains maris "barbus" aux urgences de notre hôpital public ... Si cette tendance lourde devait perdurer, alors la xénophobie aurait encore de beaux jours devant elle. Essentiellement dans les couches les moins favorisées de la population française : celles qui ont longtemps voté communiste et qui par désespérance se tournent vers le Front national (FN).


Mais la tentative de mainmise du religieux sur la société civile n’est pas nouvelle ... Au-delà de notre débat franco-français, je citerai un point de vue d’outre-Rhin avec Gerhardt Stenger : "De Galilée à la fin du XIXe siècle, l’Eglise a opposé une résistance farouche à tout ce qui semblait entamer son autorité sur les âmes. La République a imposé Darwin contre l’interprétation littérale de la Bible (...). Il faut que la femme appartienne à la science ou qu’elle appartienne à l’Eglise ! s’écriait Jules Ferry. Dans le même temps, l’Allemagne Bismarckienne la cantonnait "aux trois K" : Kinder, Kirche, Küche (les enfants, l’Eglise, la cuisine) " - triptyque remis à l’honneur par les nazis ".


Jacques Julliard enfonce le clou : " On dit que l’essence de l’islam est de confondre le temporel et le spirituel... Comme si ce n’était pas le cas de toutes les religions ! Certes le Christ paraît avoir eu une claire prescience du problème en distinguant entre le domaine de César et celui de Dieu. Mais l’Eglise, infidèle à ce précepte, a mis près de dix-neuf siècles à se résigner à la laïcité. Aujourd’hui, personne n’est plus convaincu qu’elle de l’intangibilité de la loi de 1905 sur la séparation de l’Eglise, des Eglises et de l’Etat : Pie X a dû s’en retourner dans sa tombe ! ".


La loi de 1905 m’amène à Tarik Ramadan, le très médiatique islamiste qui vit à Londres ... où il verrait bien appliquer la charia ! Ce type a un culot d’enfer ! Titulaire d’un passeport "suisse" ratione loci mais de famille égyptienne à 100%. Et qui se permet dans ses conférences et interviews de s’interroger sur la "légitimité" (sic) de tel ou tel article de notre loi de 1905 (votée rappelons-le par les élus du peuple français). A ce niveau, l’impudence devient un art ! Et si on inversait le cas de figure ? Je me pointe à Téhéran, Ryad ou Khartoum pour dénoncer dans l’une quelconque de ces riantes théocraties telle ou telle disposition (odieuse selon moi) de la charia, qu’est-ce qui m’arrivera ? Voir Salman Rushdie obligé de se cacher depuis 15 ans ! Et c’est dans ces mêmes capitales (et quelques autres) que les ambassades de France ont été voici peu assiégées par des foules "spontanées" criant leur indignation devant les entraves opposées par le législateur français au libre exercice sur notre sol de la religion musulmane.


Claude Lévi-Strauss : "Les civilisations ont le droit de se défendre et dans ce sens une certaine dose de "xénophobie" est légitime – qu’il ne faut pas confondre avec du racisme ... " Le droit de se défendre ...


Le principe est bien connu : "Plus c’est gros, mieux ça passe !". Personne en Occident n’a seulement pensé à rappeler, aux pays où l’islam est religion d’Etat, que chez eux la pratique de toute autre religion est tout simplement interdite ! Pire : en Indonésie ou au Pakistan on a vu des commandos islamistes décimer à la mitraillette les fidèles catholiques ou protestants sur leur lieu de culte même. En mars 2004 au Kosovo "islamisé" : 25 églises ou monastères orthodoxes incendiés, plus de vingt morts et six-cents blessés.


Ça veut dire : je vous mets en demeure d’accepter chez vous ce que je vous interdis chez moi ! Dans ses conférences, Tarik Ramadan l’exprime de façon bien plus soft, moins provocatrice que les prêcheurs wahhabites envoyés dans nos banlieues par des "fondations" saoudiennes : il suggère (chez nous) un moratoire à la charia quant à la lapidation des femmes adultères !


Mais les uns et les autres prônent bien le même islam "englobant", c'est-à-dire, supérieur par essence aux lois "humaines" du pays européen d’accueil (la France en ce qui nous concerne) considéré par le croyant comme "dar el chahada" (terre de prosélytisme et donc de conquête ...). C’est, je présume, cet aspect arrogant d’un islam conquérant qui a dû "donner des boutons" à Michel Houellebecq ("L’islam est vraiment la religion la plus con ...") ou à Claude Imbert qui avouait voici quelques mois dans un édito du Point qui a fait des vagues : "Autant le dire, je suis devenu islamophobe ! ". Ce qui n’est pas très gracieux non plus ...

suite en (2)

Partager cet article

Repost 0
Published by Michel Jamet - dans l'islam en Europe
commenter cet article

commentaires

Articles Récents