Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

2 août 2012 4 02 /08 /août /2012 19:22

Par convivialité inter religieuse « on » s’était habitué ; les croyants entre eux : chacun fait ce qu’il veut chez lui et pratique les rites de sa tradition ; et les non-croyants vis-à-vis des croyants : au nom de la liberté religieuse.

 

Dans nos pays modernes et laïcs, on peut ainsi égorger des animaux sans tenir compte de leur souffrance ( lien), baptiser des bébés ou enfants avant qu’ils n’aient l’âge de donner leur avis et inscrire d’office leur nom dans des registres paroissiaux, couper les prépuces - voir même, clandestinement, les clitoris au nom de la religion -, traiter les autres d’impurs ( lien) ou de satans, vouloir être enterré dans des cimetières communautaristes à part des autres (ce qui équivaut à un apartheid post mortem !), etc.


Jusqu’à présent personne n’osait dire ouf de peur d’être taxé d’anti-sémite, d’anti-musulman, de laïcard ou tout simplement d’intolérant et de raciste. Mais voilà que la belle machine à ne pas regarder ce qui se passe s’est enrayée car un garçon allemand a eu une infection suite à une circoncision religieuse pourtant effectuée selon les normes modernes bcbg dans un hôpital (eh oui, çà fait partie des risques connus !). Les parents, pas contents, ont porté plainte contre le chirurgien, et celui-ci a besoin désormais d’être juridiquement couvert afin de pouvoir continuer son rôle en l’occurrence non médical ! Précisons au passage que, bizarrement, les circoncisions médicales (pour la phimosis notamment, lorsque le prépuce ne coulisse pas bien sur le gland) « explosent » (en nombre) car les braves parents souhaitent que l’opération soit prise en charge par les assurances pour la Santé (la Sécurité sociale en France), tant qu’à faire !


 Ce 26 juin, le tribunal de Grande instance de Cologne a alors rendu un jugement sur ce cas faisant de la circoncision religieuse une atteinte à l'intégrité corporelle susceptible de poursuites. Grand émoi en Allemagne où la chancelière a dit craindre le ridicule d’une telle décision aux yeux de l’opinion mondiale toute acquise à la liberté religieuse ; mais l’opinion de son propre pays a évolué puisque la majorité de ses compatriotes soutient la décision avec 56%, tandis que 35% seulement se déclarent contre et 10% sont indécis (sondage effectué par le magazine Focus) (1). L'Allemagne compte 4 millions de musulmans et de 120.000 à 200.000 Juifs … Bon, en France, faudra attendre car la question n’est pas encore médiatiquement posée !

(1) Selon un premier sondage réalisé par l'institut YouGov auprès de 1.020 personnes, interrogées en ligne entre le 16 et le 18 juillet, et publié par l'agence de presse allemande DPA, les Allemands sont partagés : 45% sont favorables à l'interdiction de la circoncision, tandis que 42% y sont opposés. Un tiers des Allemands estiment qu'une interdiction de la circoncision pouvait ternir l'image de l'Allemagne dans le monde, tandis que 55% pensent que non.


voile_a_tirer.jpgAux raisons religieuses, certains ajoutent des considérations médicales : le sexe circoncis serait plus résistant contre le VIH, l’herpès et autres infections, les femmes en relation avec moins sujettes au cancer du col de l’utérus, etc. Si bien qu’en Afrique au sud du Sahara, la circoncision est « officiellement » recommandée par  l’OMS et l’ONUSIDA depuis mars 2007, … mais, « on » ajoute aussitôt que cela ne dispense nullement de l’hygiène des parties génitales et du port du préservatif.


Dans des contextes sociaux très inégalitaires, culturels et religieux très hétérogènes, où l’isolement des facteurs s’avèrent particulièrement difficile, les corrélations statistiques aboutissent à des résultats contrastés et à des débats sans fin. Pire, ces études, qui reposent sur le suivi expérimentale de cohortes, n’avancent aucune explication pour les corrélations qui ont pu être établies ici et là. Nous renvoyons le lecteur au dossier assez complet de l’encyclopédie en ligne Wikipedia (lien). Même les sites de vulgarisation médicale emploient le conditionnel et préviennent que le corps médical n’est pas unanime (par exemple « Doctissimo » lien).


A la complexité des analyses scientifiques, s’ajoutent manifestement des idéologies d’un autre âge : des pratiques religieuses pour les juifs et les musulmans, des héritages coutumiers en Afrique noire et dans des populations du Pacifique, le puritanisme anglo-saxon qui considère que la masturbation (moralement condamnée en l’occurrence) est rendue plus difficile par la circoncision, etc.


D’une façon plus large, les marquages corporels (scarifications, circoncision, excision, déformations physiques), naguère faisant sens au sein d’ensembles culturels particuliers, ne résistent plus aux normes esthétiques modernes induites par la mondialisation (les miss ont supplanté les femmes-girafes !), à l’égalité hommes-femmes, au fait que la transmission inter-générationnelle n’est plus automatique, au refus de la souffrance physique subie par seule obligation sociale, à la connaissance scientifique des risques d’infection, etc.


circoncision excision noLes esprits éclairés proposent des solutions palliatives dans le registre du symbolisme, par exemple des juifs libéraux aux Etats-Unis qui mènent campagne sur cette question (lien). Les anthropologues ont d'ailleurs montré combien les traditions elles-mêmes ne sont nullement rigides ni fixes et savent évoluer. Ce sont certains acteurs sociaux qui, souvent, en rajoutent et réifient les normes culturelles.


Déjà au XVIème siècle, les anabaptistes remettaient en cause le pédobaptême : le baptême est effectivement un acte de foi qui, théologiquement, ne peut donc être décidé en aucun cas par une autre personne, fut-elle parente ou parraine/marraine. Libre aux parents, par contre, de présenter leur enfant nouveau né à leur communauté religieuse et d’effectuer une action de Grâce. C’est ce que préconise l’Eglise unitarienne francophone ( lien).

 

Les psychologues ont bien montré combien l’enfant avait besoin d’autonomie pour prendre confiance en lui, de liberté pour acquérir une personnalité, de respect vis-à-vis de ses propres choix afin d’évoluer en relation de confiance avec sa propre famille et les gens de son entourage.


Stop aux baptiseurs et mutilateurs de tout poil qui se jettent sur les enfants par prosélytisme intempestif. Ensuite, bien sûr, libre aux adultes consentant de pratiquer des marquages corporels dont la panoplie s’est d’ailleurs considérablement élargie avec les tatouages modernes et les percing !


Ndlr - La rédaction de cet article, qui n’engage que son auteur comme il est habituel dans notre tradition religieuse, doit beaucoup aux informations données par des participants aux groupes « Unitariens francophones » et « Protestantisme libéral » sur Facebook ; je voudrais en particulier remercier Macha Sener, Régis Pluchet, Fabien Girard, Roger Gaud, « Jp Eg », et Daniel Alexandre. Sur de nombreuses questions morales, religieuses, sociétales, il s’avère qu’un certain consensus s’instaure assez rapidement entre libéraux au sein de ces groupes de discussion, ce qui ne gomme pas bien entendu les différences individuelles, mais ce qui permet aux uns et aux autres de s’enrichir mutuellement et d’aller de l’avant sans s'enliser dans des polémiques répétitives.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans halte aux mutilations sexuelles
commenter cet article

commentaires

Articles Récents