Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

7 octobre 2013 1 07 /10 /octobre /2013 08:52

En 2011, le père Greg Reynolds renonce (sans doute sous pression !) à la charge des deux paroisses du diocèse de Melbourne en Australie, dont il avait à charge, et fonde une communauté de catholiques inclusifs où il célèbre la messe avec une assistance d’une quinzaine de personnes (et le soutien privé de 200 personnes ; ‘privé’ par crainte des représailles). Inclusif, signifie que la nouvelle communauté est ouverte aux homosexuels et que eux-mêmes et les femmes peuvent y célébrer l’eucharistie ; ce qui se fait couramment en Europe dans les communautés chrétiennes de base (mouvance catholique libérale). Le prêtre Greg Reynolds militait ouvertement pour le mariage des couples homosexuels (mais sans en avoir fait un) et pour l'accès des femmes au ministère sacerdotal (sans avoir assisté à une ordination féminine).
Le 31 mai 2013, la Congrégation de la discipline de la foi, à la demande de l’archevêque Mgr Denis Hart, l’excommunie sans appel possible pour schisme et hérésie, bien qu’une communauté ne soit pas nécessairement une nouvelle et future Eglise ! et qu’il s’agisse dans le cas présent d’une entorse aux règles pastorales et pas du tout de points doctrinaux. La décision (en latin) ne porte aucune explication, et il faudra attendre le 26 septembre 2013 pour que le Père Frédérico Lombardi, directeur du Bureau de presse du Saint-Siège, veuille bien se fendre d’une justification (lien).
Une rumeur rocambolesque et manifestement dénigrante, fondée sur le témoignage d’une seule personne (lien), dit que, lors d’une eucharistie, l’un des communiants aurait donné une partie du pain consacré qu’il avait reçu à son berger allemand (qu’il avait amené à la messe !), et que le prêtre n’aurait pas bronché pour cela … Le prêtre accusé a nié avoir donné la communion à un chien dans un entretien au National Catholic Reporter du 30 septembre 2013.

greg_reynolds_pretre_australien.jpgQuoi qu'il en soit, au vue de la photo ci-dessus, j’imagine très bien le communiant dans l’euphorie de sa foi partager avec son brave compagnon canin la joie de se sentir avec le Christ au sein de cette assemblée ouverte ; à moins que ce ne soit une miette par terre qui serait tombée de la bouche de son maître et qui faire penser à la Syro-phénicienne des évangile de Matthieu (Mt 15, 21-28) et de Marc (Mc 7, 24-30) : «  Seigneur, mais même les petits chiens sous la table mangent les miettes des enfants » (Marc). Honni soit qui mal y pense pour ceux qui croient encore au dogme invraisemblable d’une réelle matière du corps et du sang de Jésus sous les vulgaires apparences (néo-platoniciennes !) du pain eucharistique (la dite transubstantiation).
En tout cas, cet élargissement au monde animal de la communion christique, m’est bien sympathique. D’ailleurs, avons nous une âme ? alors que nos amis les animaux – en dépit de leur intelligence manifeste – n’en auraient pas ? Nous sommes là en pleine métaphysique qui n’engage que ceux qui y croient car cela est hors de nos connaissances scientifiques. Or, adhérer à Jésus, à sa personne et à son enseignement, n’est pas forcément « croire » à tout un habillage métaphysique hérité des conciles du 1er siècle et qui constitue un véritable charabia …
Encore une fois de plus, l’Eglise catholique romaine se prive des talents d’un prêtre, certes quelque peu prophétique ! Avec l’affaire Pascal Vesin (lien), c’est la seconde fois sous le pontificat du pape François …
Grâce aux moteurs de recherche, nous avons pu glaner quelques informations, mais celles-ci s’avèrent très rares, du moins en français. Dans l’euphorie médiatique qui applaudit à juste titre les débuts prometteurs du nouveau pontificat, des affaires (Pascal Vesin et Greg Reynolds) passent au second plan ou sont carrément occultées. Aux médias chrétiens libéraux de se mobiliser pour rompre le silence unanimiste ; en tout cas, les Actualités unitariennes veillent, qu’on se le dise !

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans vies de prêtre
commenter cet article

commentaires

Articles Récents