Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

7 juillet 2009 2 07 /07 /juillet /2009 16:34

Le frère Jean Cardonnel est décédé le samedi 4 juillet, à l'âge de 88 ans. Une célébration festive réunira ses amis le jeudi 9 juillet à 10 heures en l’église Sainte Bernadette à Montpellier. Toutes celles et tous ceux qui peuvent nous rejoindre sont cordialement invités (message de ses amis de Montpellier, diffusé par le réseau des correspondants de la Fédération des réseaux des parvis).

cardonnel_e-negre-de-dieu.jpgVoir une présentation biographique sur le Journal
La Croix du 5 juillet 09 :

"Militant soixante-huitard à la Mutualité, féministe convaincu, le défenseur des prêtres-ouvriers, porte-parole des pauvres au Brésil et pourfendeur de la torture en Algérie [...].
Pendant 44 ans, de 1958 à 2002, Jean Cardonnel, électron libre de son ordre, avait fait du couvent des Dominicains de Montpellier son quartier général, militant contre les "hypocrisies" de l'Eglise et prônant sa "dé-romanisation" au profit d'une "évangélisation de Dieu".

En 2002, Jean Cardonnel était parti se reposer à la Réunion, une habitude prise dans cette île où il avait fait scandale en célébrant une messe dans l'ancien cimetière des esclaves. A son retour, le couvent avait vidé sa chambre en l'envoyant demander asile chez les religieuses de l'Ange gardien à Quillan (Aude), où sont accueillis des enfants maltraités.
Le prêtre estimait alors avoir payé le prix de sa "libre parole" tandis que le couvent niait l'avoir mis à la porte, évoquant un départ volontaire.

Il a publié de nombreux essais, comme par exemple "Le Nègre de Dieu" en 2000 aux éditions Domens.

Trois ans plus tard, Jean Cardonnel avait stigmatisé une "homosexualisation croissante" de l'Eglise en lui reprochant d'avoir fait de la femme "l'incarnation du démon", dans un livre brûlot intitulé "Verbe incarné contre sexe tout puissant". Le couvent de Montpellier avait déploré "délire" et "mensonges".

Les chrétiens unitariens saluent la parole libre de celui qui fut appelé "le frère rouge" et renié par son Ordre. Pourtant, frère prêcheur il l'était partout où il animait des soirées, comme par exemple en novembre 2004 lors du rassemblement annuel de la Fédération des réseaux des parvis à Aix-en-Provence où il avait été invité. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Actualités unitariennes - dans vies de prêtre
commenter cet article

commentaires

Articles Récents