Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

11 septembre 2010 6 11 /09 /septembre /2010 20:10

Les religions véhiculent de nombreux interdits pour diverses raisons, ne serait-ce que pour protéger les lieux sacrés de comportements non respectueux. Par exemple, franchir la limite d’un sanctuaire sans autorisation ou sans satisfaire à des conditions, c’est contracter l’impureté rituelle. Il s’agit là de la notion de sacré, tout à fait compréhensible et légitime. De nombreuses mosquées s'appellent d'ailleurs Al-Haram (sous entendu, lieu interdit aux non musulmans car sacré).

le_pur_et_l-impur.gifPar contre l’alimentation chez les juifs et les musulmans, liée aux notions de pur (kascher pour les Juifs et hâlal pour les musulmans) ou d’impur (haram chez les musulmans) coupe la société civile en deux : sont impurs, sont sales, sont répugnants, ne sont pas fréquentables, sont exclus, etc., les incirconcis, les mangeurs de porcs, les buveurs d’alcool, les païens, les non-croyants, les non musulmans, les femmes mariées dont la tête n’est pas couverte, ou le visage entièrement dissimulé aux regards impurs des hommes, ceux qui pratiquent la fellation, les homosexuels, ceux qui vont à l’Ecole occidentale, sans parler bien sûr des lépreux, de ceux qui ont des écoulements sanguins (à commencer par les femmes qui ont leurs règles) ou de pus, etc. La liste peut s’allonger au gré des mouvances, des fanatismes, des fatwa des dévots zélés qui en rajoutent à qui mieux mieux.

Comme on ne doit pas toucher aux religions, selon le religieusement correct et le politiquement correct en cours dans les élites bienséantes, honni soit qui émet une critique de ce genre de pratique. Or, celle-ci inculque, dès l’enfance, toute une mentalité discriminatoire, séparatiste, quasi raciste. Les injures fusent en conséquence dans les cours de nos écoles, au nez et à la barbe de nos braves enseignants.

 

Même certains hommes politiques ne prennent pas la mesure de ce langage religieux, comme ce maire bien en vue, d’une ville moyenne, qui a offert un barbecue de viande hâlal sur un terrain de football pour faire plaisir aux musulmans qui y étaient présents parmi d’autres *
* ndlr - par apolitisme, les Actualités unitariennes s’abstiennent en général de donner les noms d’hommes politiques et leur appartenance

Que l’on se plie aux coutumes alimentaires d’un milieu traditionnel lorsqu’on est en visite – ou de retour chez soi – c’est là un signe de respect des gens. De là à étendre ces pratiques dans nos sociétés modernes et démocratiques, il y a là un pas que d’aucuns franchissent allègrement et en toute innocence et irresponsabilité.

Et si les dégâts n’étaient pas tant du côté des obscurantistes qui, malheureusement existeront encore longtemps dans les milieux confinés, mais du côté des démagogues de tout poil qui s’empressent de flatter les communautarismes ? Il est grand temps d’ouvrir dans nos établissements scolaires des cours sur les religions et de ne pas occulter les enjeux sociétaux sous prétexte de cohabitation inter-religieuse benoîte.

 

La démocratie, c’est aussi des règles du jeu social et une discipline éthique librement consentie et acceptée. On ne peut pas à la fois traiter les autres d’impurs et vivre avec eux.

 

Il en est de même des tribalismes ethniques qui prônent une morale interne au groupe, mais dénie cette même morale aux « étrangers », c'est à dire aux "hors groupe". La démocratie, ce sont des règles générales pour tout le monde.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans l'islam en Europe
commenter cet article

commentaires

Articles Récents