Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

14 janvier 2011 5 14 /01 /janvier /2011 15:49

... suite de l'article précédent

 

Par ailleurs, les manifestations publiques chrétiennes sont de plus en plus limitées : un confinement dans la sphère privée (pour certaines mairies : pas de crèche à l’extérieur des églises !), un non traitement des faits concernant les chrétiens par les média (à commencer par le silence assourdissants de ceux-ci en ce qui concerne les faits de vandalisme et de profanation des lieux de culte que nous venons d’énumérer), à la négation pure et simple de l’histoire chrétienne (l’importance du baptême catholique du roi des Francs, Clovis, dans la genèse de la France ; les racines de l’Europe avec le Saint-Empire romain germanique de Charlemagne ; la Croisade pour libérer les lieux de culte de Jérusalem qui n’étaient plus accessibles aux pèlerins – présenté abusivement par certains historiens comme une guerre « contre les musulmans » * ; et, tout récemment, la Fête des lumières à Lyon qui, à l’origine, fut bel et bien un remerciement de la population à la supposée protection mariale,  lien, etc. ).

* tant en Espagne durant la Reconquista que dans l’aventure des Etats latins de Palestine, des alliances locales se nouèrent au gré des circonstances avec des alliés musulmans. Réciproquement, l’empire ottoman occupa une bonne partie du sud-est de l’Europe et menaça l’Europe entière au siège de Vienne et à celui de l’île de Malte, une conquête militaire et politique de grande ambition sans que cela ait été pour autant une affaire purement religieuse.


L’affaire des agendas européens pour la jeunesse est révélateur : non seulement certains Européens ont honte de l’origine chrétienne de leur civilisation (qui est pourtant un fait historique et non pas une question de militance) *, mais ils sont pris d’engouement pour d'autres civilisations jusqu’à en oublier la leur.

* il s’agit là de l’origine d’une civilisation ; mention doit bien entendu être faite des patrimoines antérieurs (civilisation gréco-romaine et religions « païennes »), ainsi que des apports ultérieurs (musulmans en Andalousie et Ottomans dans les Balkans, juifs au Moyen-âge, francs-maçons, socialistes utopiques, etc.).


Au plus haut niveau de la Communauté européenne, préfacé José Manuel Barroso, le président de la Commission européenne, cette commission propose depuis 7 ans un agenda aux élèves du Secondaire des 27 pays de l’Union ; soit pour l’agenda 2010-2011, aux 3,2 millions de lycéens et collégiens de plus 21 000 établissements dont les chefs d’établissement ou des enseignants ont fait la demande. Il contient des informations susceptibles d'aider les élèves dans les différents domaines de leur vie quotidienne ainsi que des illustrations mettant en scène les grands événements ayant jalonné l’histoire de leur civilisation.


agenda_europe.JPG

 

L’affaire a été confiée à Generation Europe Foundation, l'une de ces multiples structures privées qui gravitent autour de la Commission européenne et qui en vivent. Son propos est de mieux faire connaître l'Europe aux jeunes ; elle anime six bureaux en Europe et un réseau d'une trentaine « d'ambassadeurs », et convie ses membres à « une communication, ouverte, honnête et non partisane ». Le président pour la France en est Guy Guermeur, ancien député, et militant toujours actif de l'enseignement catholique.


Partant du principe que les enfants européens connaissaient déjà les fêtes chrétiennes (ah bon !), cet agenda, dans sa dernière livraison, ne les mentionnent pas ; par contre, par soucis d'ouverture, il cite les fêtes des autres religions : on y apprend que le ramadan commence le 11 août ; on y trouve le nouvel an juif, le nouvel an chinois, et même la fête des lumières chez les hindous et les sikhs. Pour le 24 décembre figure une mention historique : «Le premier sapin de Noël public a été érigé sur la place centrale de Tallinn (capitale de l'Estonie) en 1441» , information dûment illustrée d’un beau sapin de Finlande. Pour le 25 avril, jour de Pâques, juste une petite devinette et une légende sur Zeus. Halloween (le 31 novembre) est bien entendu mentionné, mais sans être reliée à la fête irlandaise de Samain. On parle de Gandhi, de l'introduction de la tomate au Pérou, de l'Antarctique, etc.

Le ministre français aux Affaires européennes, Laurent Wauquiez, ce jeudi 13 janvier, a tenu à faire part du point de vue français " L’Europe, ce n’est pas une coquille creuse, c’est une communauté de valeurs, de grands personnages de l’Histoire, de grandes dates. Assumons cette identité ".

 
Cet universalisme forcené, altruiste quand il est le fait de chrétiens qui se veulent progressistes, est destructeur des identités ethniques, régionales et nationales. Tout particularisme est vilipendé ou plutôt occulté … mais, deux poids deux mesures ( !), les mêmes ferment bien souvent les yeux sur le communautarisme revendicatif musulman.

 

Que dire aussi des mafias ethniques qui revendiquent des indépendances bidons comme en Corse ou en pays basque, et que l’on n’ose pas dénoncer comme telles ; des filières claniques pour fournir des prostituées, de la main d’œuvre pas cher, pour approvisionner les marchés en automobiles volées ou autres biens, sinon en organes pour greffe, en bébés volés dans les maternités pour être revendus, en « petites bonnes » pour les bourgeoisies africaines immigrées en Occident, ou tout simplement pour voler de l’argent dans les poches des voyageurs des transports en commun ou le quémander aux carrefours importants ; filières pourtant bien connues, faisant l'objet de documentaires télévisées de qualité, utilisant enfants mineurs et femmes, et qui - dans les discours politiques - sont toujours recouvertes du voile pudique de la généralité afin de ne pas « discriminer » telle ou telle population. L’universalisme est parfois doté d’une langue de bois fort hypocrite !

 

Ici, la tradition paulinienne rencontre la culture des droits de l'Homme et du citoyen et l'idéologie marxiste léniniste : il n’y a plus ni juifs, ni hellénistes, ni païens, car tous unis dans le Christ ... ou dans le peuple libre dirigé par la République ou le Prolétariat ! Les chrétiens seraient-ils donc piégés par leur universalisme altruiste ? Sont-ils assez naïfs pour ne pas voir comment certains courants radicaux anti-chrétiens s’engouffrent immédiatement dans les portes entrouvertes ? Les voilà désormais dilués eux-aussi dans une masse de citoyens anonymes, victimes de faits généraux qui relèvent d'une délinquance à tout vent ou d'une discrimination prétenduement non ciblée.

à suivre ...

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans christianophobie
commenter cet article

commentaires

Articles Récents