Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

27 octobre 2011 4 27 /10 /octobre /2011 08:42

Partout où une ethnie ou bien une religion est nettement majoritaire dans un pays, la démocratie s’avère être un leurre car les votes électoraux ne résultent pas de choix politiques individuels mais reflète tout simplement l’appartenance sociologique des citoyens. Les partis islamistes l’ont bien compris qui parlent de religion, de la référence à la charia, et non point de programmes politiques proprement dit. Leur réseau caritatif laisse croire au peuple qu’ils ont la fibre sociale. Ils s’abstiennent prudemment de parler des sujets brûlants : les droits de la femme, la législation de la famille, le sort des minorités, le respect des homosexuels, etc. Ils arrivent au pouvoir par les urnes auréolés de bonnes intentions, ce qui s’appelle avancer masqué. Les média parlent d’un islamisme modéré, comme si la charia n’était pas une référence des plus réactionnaires ! Imaginons que les catholiques intégristes prennent le pouvoir en France par le biais, par exemple, du Front national : les mêmes médias se déchaîneraient immédiatement et crieraient au loup !

islamistes tunisie libyeCertes, les Frères musulmans se trouvent débordés sur leur flanc radical par les salafistes qui, eux, sont pour des méthodes d’action musclée avec attentat contre les lieux de culte des coptes et autres chrétiens, saccage des lieux culturels qui osent – disent-il – profaner leur religion, voire des actes terroristes. Ce que firent aussi, en leur temps, les Frères musulmans, maintenant convertis apparemment au légalisme afin de mieux passer aux élections ! Voir notre article du 5 décembre 2009 "L'OPA des intégristes sur l'islam de France" (lien).


islamistes_entre_femmes.jpgL’islam ne prône pas la séparation du politique et du religieux, bien au contraire. La laïcité, dans les pays très majoritairement musulman, n’a pu se manifester que grâce à des régimes politiques autoritaires s’appuyant sur l’armée : Mustafa Kemal Atatürk (1881-1938) en Turquie, le Baas en Irak et en Syrie, Nasser en Egypte, le FLN en Algérie, Bourguiba puis Ben Ali en Tunisie (le pays arabe le plus avancé dans les droits aux femmes), même Mouammar Khadafi en Libye (eh oui ! qui a accordé aux femmes le droit au divorce et interdit la polygamie). Les votes électoraux ouvrent automatiquement les vannes à l’islamisme et réduisent les partis démocrates à la portion congrue. Le résultat est bien entendu amère pour tout ceux qui écrivirent avec leur sang les printemps arabes. Le coucou est arrivé, qui récolte les fruits. Au printemps va succéder l’automne, sinon l’hiver.

 

islamistes_printemps-arabe.jpgFaudrait-il interdire les partis politiques qui font référence à une religion – mais les libéraux diront eux-mêmes que ce n’est pas démocratique que d’interdire ! Faut-il obliger les partis d’avoir dans leur rang et au niveau de leurs responsables des quotas ethniques et religieux, du moins une composition effectivement composite reflétant celle du pays ? Faut-il prévoir une instance où toutes les minorités ethniques ou religieuses seraient automatiquement représentées et puissent faire entendre leur voix et défendre leur intérêt, parfois leur survie ?

 

Mais voilà que désormais les Frères musulmans vont être les principaux rédacteurs des nouvelles constitutions ; ce qui nous interdit de rêver à toute évolution en ce sens.

 

Jusqu’à quand les démocrates pourront-ils faire marche commune avec eux ? Faudra-t-il attendre que les religieux lassent les peuples (comme en Iran) par leurs exigences, leur réglementation des mœurs, leur islamisation forcée, leur xénophobie, leur vécu d’un islam fondamentaliste ultra conservateur …


L’armée en Turquie reste forte et est la garante ultime de la constitution, ce qui fait que le gouvernement islamiste de ce pays est contraint de mener une politique modérée (d’autant plus qu’il aspire à une entrée dans l’Europe communautaire), mais dans les régimes issus des printemps arabes quel sera le rôle de l’armée ? des partis historiques issus des Indépendances ? Où seront les garde-fous face aux raz de marée islamistes ?


Pauvres démocraties sans laïcité aisément emportées par les tempêtes … En France, les Radicaux de la IIIème République comprirent très vite qu’il leur fallait lutter contre l’Eglise catholique et instaurer la laïcité.

islamistes_poubelles.jpg
Inversement, la laïcité sans la démocratie, ce que firent les régimes « laïcs » dans les pays arabes, aboutit à la dictature, au népotisme, à la corruption, à la répression. Assurément l’Etat moderne se doit être à la fois démocratique ET laïc.


En France, le Gouvernement vient de sortir le recueil des textes sur la laïcité qu’il avait promis : "Laïcité et liberté religieuse, recueil textes et de jurisprudence", aux éditions des Journaux Officiels. Pour nombre de Français, il n’y aurait pas de problème de laïcité en leur pays. Dieu merci au royaume des autruches !

 

Les Actualités unitariennes, quant à elles, sont parmi les médias qui se battent contre le communautarisme et les emprises religieuses à commencer par la France et ailleurs. La démocratie doit être vigilante, sinon elle est vite marginalisée dans les rapports de force entre les partis politiques (dont certains flattent les communautarismes pour avoir des voix) et par les lobbies (pro ou anti) de toute sorte !

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans l'islam
commenter cet article

commentaires

Articles Récents