Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

8 août 2011 1 08 /08 /août /2011 14:14

EUfr 1bFondée en juin 2008, en tant qu’Eglise linguistique (concernant tous les pays francophones où se trouvent des unitariens) et Eglise « on line », fonctionnant exclusivement sur la Toile, l’Eglise unitarienne francophone (EUfr) s’est rapidement dotée, comme toute Eglise protestante historique *, d’un conseil d’Eglise qui en assure la direction (lien) et d’une chaire attribuée à un pasteur ordonné, en l’occurrence, la révérende Maria Pap, ministre du culte de l’Eglise unitarienne de Transylvanie (lien).

* L’unitarisme est issu de la Réforme anti-trinitaire du XVIème siècle. L’Eglise unitarienne de Transylvanie date de 1568 ; elle est restée protestante et utilise la langue hongroise.


Pour l’accompagnement spirituel de ses ouailles, cette Eglise présente un espace de méditations et de prières où les internautes peuvent trouver des prières qui vont dans le sens de la tradition unitarienne mais qui proviennent également d’autres sources dès los qu'elles ont une valeur universelle (lien) ; une rubrique récapitulant les prières mensuelles qui sont envoyées chaque mois aux congrégations unitariennes du monde entier par l’International Council of Unitarians and Universalists (ICUU) (lien) ; une « bibliothèque » présentant des ouvrages récents (lien) ; elle organise aussi un culte mensuel, le premier dimanche de chaque mois (lien). Par ailleurs, elle invite à une activité humanitaire concrète : une aide aux populations Pygmées du Congo RDC (lien).


Un après sa fondation, à partir de juin 2009, à la demande de plusieurs participants du forum « Unitariens francophones », l’EUfr s’est lancée dans l’organisation d’un culte mensuel.  C’était de l’inédit et nul ne savait alors si cela allait durer ! Ce qui existe déjà dans d’autres Eglises, unitariennes et autres, ce sont des enregistrements audio ou vidéo de cultes, mais ceux-ci restent des spectacles où les fidèles demeurent passifs, consommateurs.


Dans l’esprit d’une tradition unitarienne mettant l’accent sur la liberté de conscience (il n’y a pas imposition de credo communautaire) et sur l’expression individuelle des participants, l’EUfr a mis au point un culte tout à fait inédit qui s’inspire à la fois des célébrations libres pratiquées par les communautés catholiques de base (CCB) et au sein de la mouvance catholique libérale réunie dans le cadre de la Fédération des réseaux du Parvis (lien), et à la fois de l’expérience des congrégations unitariennes-universalistes anglophones. Le culte ne comporte pas de discours théologique ni de sermon nous dictant ce qu’il fait croire ou faire, mais seulement des expressions individuelles sous forme de partage de foi, de méditations et d’expériences vécues, ainsi que de prières pour accompagner les souffrances des autres, sans oublier des actions de grâce pour les heureux évènements individuels ou collectifs. Le culte commence bien entendu par des louanges au Dieu créateur, donneur de la Vie, ou, pour ceux qui ont décroché par rapport au théisme ou au déisme, la référence est faite au mystère de la Vie sans plus de précision.


La communion s’établit donc non plus sur des croyances communes mais sur l’écoute des autres et leur compréhension, sur une ouverture altruiste et universelle, sur une communion fraternelle. Celle-ci peut se concrétiser par des rituels – pour les unitariens, l’allumage de leur calice (lien) ; pour d’autres par l’allumage d’une simple bougie, ou tout autre geste à valeur universelle.


L’ordre du culte qui s'est imposé d'une façon pragmatique (depuis janvier 2011), après une période de tâtonnement, est le suivant : 

 

calice_unitarien_allumage.jpg1 – louons Dieu et accueillons la vie qu’il nous a donnée ; rendons lui grâce ; louons le mystère de la Vie
2 – allumons notre calice et que sa lumière brille
3 – partageons ce qui est important à nos yeux, à nos cœurs, ce qui est essentiel à notre intelligence des choses et à notre conscience, que ce soit un texte ou autre chose, et trouvons les mots ou les gestes pour le dire.
4 partageons aussi nos souffrances et nos peines
5 – partageons nos gestes de fraternité et nos rites de communion qui ont valeur universelle
6 – partageons nos autres gestes de solidarité et de fraternité
7 – proclamons un envoi vers les autres, « prochains » ou « lointains »


Le culte se prépare une semaine à l’avance et reçoit les messages de ceux qui veulent y participer. Des messages qui sont donnés au sein des groupes et forums d’information, d’échanges et de discussion que la mouvance unitarienne anime (Unitariens francophones lien et Croissance spirituelle lien) peuvent être répercutés dans le cadre de cette préparation.


Le jour même, le dimanche matin à une heure à la convenance de chacun, chacun est invité à faire un culte de maison, soit seul, en famille, ou avec en plus des voisins ou des amis, ou encore au sein d’une communauté de prière ; puis à faire part aux autres de son expérience en envoyant un message au webmestre du site de l’EUfr (contact). La séance du 7 février 2010 s’est même déroulée presque en direct, en utilisant d'une part les messageries habituelles et d'autre part les commentaires en bas de l’article présentant le culte, avec une mise en ligne très rapide de la part du webmestre ; il faut alors convenir d’une heure précise pour le début du culte et s'organiser en conséquence. On pourrait aussi utiliser Facebook de cette façon en étant "amis" ; les amis des amis bénéficieraient alors des échanges.


Depuis l’organisation de ces cultes (soit 25 séances), pas moins de 35 personnes y ont participé et les messages d’une dizaine d’autres ont été répercutés. C’est bien entendu très peu car cela s’appuie sur une culture relationnelle sur Internet que bien peu de personnes ont déjà intériorisée ; mais les forums, les blogs, et les réseaux sociaux comme Facebook ou autres vont dans ce sens : on peut penser que cette culture se développera dans l’avenir.


C’est également très peu car beaucoup de gens restent très attachés à la chaleur des groupes réunis physiquement, en relation de face à face. Pour compenser un peu, les interventions lors des cultes de l’EUfr sont accompagnées par les photos portrait ou à défaut les avatars des participants (dans le style de Facebook), ainsi que l’indication de leur choix religieux, et la ville ou la région où ils habitent ; et puis chacun peut faire part d’évènements familiaux en envoyant des photos. Il faut dire aussi que la plupart des intervenants se connaissent déjà lors des nombreux échanges au sein du forum « Unitariens francophones » (ces derniers mois, un flux mensuel de plus de 250 messages).


On note un noyau de quelques personnes dont la participation est plus fréquente (de 8 à 19 participations sur les 25 séances). Cela équivaut en fait, pour les célébrations au sein d’autres Eglises, à une équipe d’animation liturgique. La moyenne du nombre de participants s’établit pour l’instant à 5,6 par culte (selon les séances cela a été de 2 à 11 participants) . Mais au-delà, il faut compter tous les visiteurs qui consultent la rubrique en question en simples curieux ou qui peuvent s’en inspirer - pour le culte du mois d’août, ce fut près de 70 personnes qui ont directement ouvert l'article en question ou la rubrique consacrée au culte, sans compter ceux qui arrivent à l'article en ouvrant le site par sa page d'accueil. La semaine, précédant la dernière séance, celle du mois d'août 2011, ils furent ainsi 84 visiteurs à ouvrir le site de cette façon. A noter aussi que le site a 36 abonnés à sa newsletter, lesquels reçoivent automatiquement dans leur messagerie toutes les nouvelles publications. 


Quand on pense aux vacances d’été qui vident temporairement les lieux de culte, ou plus encore à la déchristianisation en cours dans les pays d’Europe occidentale et au Québec, on ne peut que relativiser ces faibles effectifs. Au rythme actuel de la baisse drastique de la pratique religieuse, que deviendront en effet les paroisses actuelles ? N’est-il pas temps d’explorer d’autres modes de relations plus souples, plus modernes, moins coûteuses en frais de fonctionnement (aucun frais en ce qui concerne l'EUfr), etc. ? Les Eglises « on line », dont l’EUfr constitue en quelque sorte un prototype, sont assurément en avance sur leur temps et, ne réunissant pour l’instant que quelques pionniers, elles font partie des pistes à explorer d’urgence.

 

Ajout du 6 octobre : "Il est toujours difficile de savoir combien nous avons de visiteurs à notre culte. Pour ce premier dimanche du mois d'octobre, nous avons eu 78 visiteurs durant les 7 derniers jours qui ont ouvert le site sur la première page (donc sur notre culte) en faisant "eglise unitarienne francophone", 25 autres en cliquant sur la rubrique "nos cultes mensuels" et 14 autres en utilisant la référence de l'article, soit un total de 117 visiteurs. C'est pas trop mal pour un culte par les temps qui courent. Disons en toute modestie que les participations de suns et des autres sont lus par des visiteurs. Nous ne nous exprimons pas dans le vide ! Bien à vous toutes et tous."  (message de Jean-Claude Barbier, le mardi 4 octobre au groupe Yahoo "Unitariens francophones").


Pour information complémentaire et contact (lien)

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans la culture Internet
commenter cet article

commentaires

Articles Récents