Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

10 juin 2010 4 10 /06 /juin /2010 16:54

linceul-de-turin_ian-wilson.jpgIan Wilson, mars 2010 - l'Enigme du Suaire, la contre enquête, chez Albin Michel, Paris, 416 p., 22,50 euros

 

Alors que toutes les analyses donnaient le linceul de Turin comme authentique à 99 % (chiffre scientifiquement "correct" qui veut dire à 100% ! ), la datation au carbone 14 donna une date complètement contradictoire, renvoyant au Moyen-Age. Bref, le cul entre deux chaises ! Non confirmation avec pourtant une technique très fiable, mais en même temps impossibilité d'en revenir à l'hypothèse d'un faux !


Drôle de situation qui n'a pas empêché de dormir les scientifiques dont certains confondent manifestement technologie d'un laboratoire de recherche et recherche scientifique proprement dite. Le Linceul fut tout simplement mis au placard ! En fait, c'est un artisan du textile qui a compris la contradiction : les analyses ont été faites sur des échantillons en bordure du linceul (l'Eglise n'ayant pas voulu que l'on touche plus à l'intérieur !). Mais voilà ! les échantillons ont été pris sur des bords ravaudés (car on y avait auparavant prélevé maintes reliques !) précisément lorsque le tissus était en France. Les analyses ont donc daté le ravaudage (au moyen de fils de coton légèrement teints en ocre), confirmant le travail de préparation avant la première ostentation du linceul à Lirey-en-Champagne. Retournement spectaculaire de situation car cette datation, finalement, confirme une importante étape historique.

 

Voir notre dossier sur le linceul de Turin (dit "Suaire"), dans les Etudes unitariennes (lien).

 

Quant aux religieux, ils nous disent fort doctement qu'on n'a pas besoin de preuves pour croire ! Ben, voyons ! Il faudrait les croire sur leur bonne mine et leurs bonnes paroles. Certains nous prennent vraiment pour des cons : il nous faut sans cesse prier pour avoir la grâce, la foi, pour adhérer les yeux fermés aux "saints" mystères, et patati et patata. De ce discours piétiste aux naïfs, nous n'en voulons plus.

 

Nous voulons savoir si Jésus a réellement existé historiquement, ce qu'il a fait, ce qu'il a dit, quel était son projet, comment il est mort, s'il est possible de ressusciter d'entre les morts ou bien si son corps a été enlevé (par sa famille ? par ses disciples ? par les esséniens ?). C'est le moins que des chrétiens d'aujourd'hui sont en droit de demander ! Est-ce trop exiger aux prédicateurs et autres sermonneurs cléricaux ? 


Alors, pour une fois qu'on a des vestiges archéologiques sur Jésus, eh bien étudions les !

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans le temps des évangiles
commenter cet article

commentaires

Boyer 30/04/2015 09:09

PREUVE DE LA DATATION SATANIQUE DU LINCEUL DE TURIN AU C14

Le Linceul a été daté au C14 en 1988, dans la fourchette allant de 1260 à 1390.

L’écart entre les deux dates donne 130, soit 10 fois 13.

La somme de ces deux dates donne 2650, soit un autre 13 (2+6+5+0).

Le chiffre 1390 commence par un autre 13.

La somme de ses éléments donne un autre 13 (1+3+9+0).

1898, l’année de la première photo par Secondo Pia, qui a déclenché les études scientifiques et l’année 1988, celle de la déclaration de faux, ont les mêmes éléments et donnent chacune 26, soit quatre fois 13.

La relique a été déclarée fausse le 13 (octobre 1988), par le cardinal Ballestrero.

Nous avons donc un total de 18 ( !!!) fois 13 !

Le verset 18 du chapitre 13 de l’Apocalypse cite le chiffre 666, celui du chiffre de la bête, alias l’Antéchrist.

1260 est le nombre de jours du règne de l’Antéchrist (livre de Daniel 7.25, 12.7 et Apocalypse 11.2, 11.3, 12.6, 12.14, 13.5).

Apocalypse 12.6 donne le chiffre 1260, soit 12.6 x 100.

Notons que l’année 1390 est l’année où le Linceul a été remis en circulation sur ordre de l’antipape Clément VII.

La somme des racines numérologiques de 1260 et 1390 donne 22 (1+2+6+0+1+3+9+0).

Cela montre que Satan en personne s’est attaqué à l’authenticité du Linceul, puisque le chapitre 13 de l’Apocalypse, qui compte 22 chapitres, concerne l’Antéchrist, dont le chiffre (666) est donné dans le verset 18 (ce chiffre étant lui-même le total de 6,6,6).

…………………………………….

En complément de cette démonstration, notons aussi que le 13 octobre 1988 est le 71° anniversaire de la dernière apparition de Fatima (13 mai à 13 octobre 1917, soit sur une période de 153 jours).

Or Fatima c’est 71 ans après les apparitions de la Salette (1846), toutes deux annonçant les châtiments de la fin des temps.

Le miroir du chiffre 71 est 17 (cf. 1917), lequel est une base du chiffre 153 (17x9). Le total des chiffres 1 à 17 donne 153 (1+2+…+17). Le total des éléments de 153 donne 9, soit 333, le chiffre de la Trinité.

Les nombres premiers de 2 à 17 au carré donne 666 (2²+3²+5²+7²+11²+13²+17²) et le total des permutations de 153 donne 1998, soit 666x3 (153+135+315+351+513+531).

Dernier point 153 a les mêmes éléments que 13/5, le premier jour des apparitions de Fatima.

………………………………………….

Les papes de Vatican II ne peuvent reconnaître l’authentification scientifique du Linceul de Turin, sans remettre en cause l’œcuménisme, qui est le fruit principal du concile Vatican II.

Vatican II est hérétique, car il professe le fait que tout homme de bonne volonté sera sauvé, quelle que soit sa religion. Même les athées de bonne volonté seront sauvés, ce qui va à l’encontre du dogme qui affirme qu’en dehors de l’Eglise catholique il n’y a pas de salut.

Reconnaître l’authenticité de la relique, c’est condamner les religions non chrétiennes ipso facto.

Nous avons vu l’application de la doctrine de l’œcuménisme plus particulièrement au rendez-vous d’Assise en 1986. Le pape J-P II étant le plus grand hérétique de Vatican II.

Cette hérésie de l’Eglise a été annoncée par Marie à la Salette en 1846: l’Eglise sera éclipsée, Rome perdra la foi et deviendra le siège de l’Antéchrist.

Articles Récents