Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

6 juillet 2010 2 06 /07 /juillet /2010 12:24

En se comparant au voisin plus riche, ou du moins qui exhibe ses biens, on se sent bien malheureux, frustré, discriminé. Ainsi va la société de consommation, aiguisant les inégalités, les exploitant, misant sur les apparences. En cela, les publicités à la télévision et dans nos rues se la jouent facile. Le public est pris en otage de tout côté où il regarde. Mêmes les partis dit de Gauche avalisent cette publicité envahissante, créatrice de nouveaux besoins, pleine de clinquant, et ne disent pas ouf ! Ils sont même, en France, contre la suppression de cette manne financière car leur imagination est à court d’idées pour penser un autre système économique en dépit de leurs slogans politiques. Seule l’écologie est à même de proposer une autre façon de consommer en mettant l'accent sur l'écart grandissant entre nos besoins, nos consommations et les ressources de notre planète..  

 

Si l’on veut aider les entreprises à se développer, donnons leur accès à une présentation objective de leur produits y compris à la télévision dans le cadre d'émissions avec débat, et non pas à la propagande la plus éhontée !

 

la_vie_qui_deraille.gifBeaucoup plus de consommation alors que nos ressources ne suivent pas, plus de besoins nouveaux considérés comme absolument « vitaux », incompressibles, le non entretien des choses car on préfère du neuf, le renouvellement incessant de nos affaires car elles sont « démodées », la multiplication des mêmes objets qui servent pourtant au même but, l’écrasement des petites entreprises par les grandes marques qui, elles, ont les moyens de faire de la pub, une publicité infantilisante et qui ne donne aucune information sur les produits sinon qu’ils sont les meilleurs et les plus jolis, l’utilisation de ses fonctions professionnelles ou politiques pour accéder à des aisances frivoles, des salaires faramineux dès lors qu’on est médiatisé, etc. Où allons nous ?

Et si Jean-Jacques Rousseau avait raison ? Le peuple – et à commencer par ses dirigeants tenus à donner l’exemple – doit vivre dans la modération, à l’écart des excès, selon la vertu morale. Le bonheur n’est pas dans l’avoir, dans les apparences, mais dans l’être. Heureux donc d’être honnête, d’avoir gagné sa vie à la sueur de son front, de faire œuvre utile, d’avoir des amis sincères, de pouvoir se regarder en face.

En regardant l’Europe du Nord, nous y voyons des régimes bien plus sages où les dirigeants partagent le même train de vie que leurs citoyens et où ceux-ci aiment la mesure ... Est-ce un effet de la religion dominante ? Aux catholiques les ors, les fastes et la hiérarchie, aux protestants la sobriété et les communautés égalitaires.

 

L’art de vivre est assurément lié aux traditions et aux idéologies, et pas seulement au niveau de vie et aux possibilités d’enrichissement. Dans nombre de pays, le parvenu qui frime est considéré comme non cultivé, mal dégrossi, et il subit la dérision. Dans d’autres pays, il est adulé et porté aux nues si ce n'est au pouvoir !

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier
commenter cet article

commentaires

Articles Récents