Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

9 mai 2010 7 09 /05 /mai /2010 08:07

... suite

 

Alors qu’une vision évolutionniste voyait en Vatican II un nouvel élan, une étape enfin franchie, une porte ouverte sur l’avenir, les sociologues remettent en cause ce bel optimiste. Non seulement, il a eu des crispations et des combats d’arrière garde, des « réactions réactionnaires », mais on constate aujourd’hui que le retour du religieux bénéficie grandement aux mouvances les plus conservatrices : la liturgie ancienne fait florès et les demande de messes en latin se multiplient (messes « extraordinaires » autorisées par Rome et demandées auprès des évêques – voir  le site Paix liturgique), les séminaires tenus par des intégristes sont plein de jeunes et futurs prêtres apparemment sans souci pour le vécu futur de leur célibat, les paroisses gérées par le clergé de Mgr Lefèvre (que ce soient des ralliés à Rome ou non encore ralliés) font églises pleines.

Les sociologues rappellent qu’il y a un marché des religions où les acteurs sont en compétition, avec des demandes et des offres ; soit une véritable « économie religieuse ». Ils constatent que plus l’identification des offres est précise, distincte des autres, plus les « clients » sont alléchés et peuvent « acheter » le produit.

 

Or, le christianisme humaniste, qui a connu son heure de gloire avec Vatican II, préconise l’immersion des chrétiens dans le Monde, si bien que leur engagement, n’étant plus « confessionnel », se faisant sans drapeau, ne se distingue plus des autres engagements sociaux et humanitaires. D’où la tentation de revenir à une chrétienté visible avec sa pompe liturgique, son clergé en soutane et sacralisé, des prises de position officielles de la part de la hiérarchie, etc.

Indéniablement, une partie des croyants demande un retour aux valeurs anciennes. La demande est nette au sein de l’Eglise catholique, mais elle existe aussi pour d’autres milieux chrétiens où les libéraux ne font pas florès, ainsi que dans d’autres religions, par exemple en islam où les intégrismes mènent la danse.

 

Les sociologues qui, jusqu'à présent mettaient l'accent sur les évolutions, sur les émergences libérales, sont bien obligés de constater que tout le monde ne marche pas du même pas et que des évolutions divergentes existent en même temps au sein de la société.

à suivre ...


Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans communautés religieuses en débat
commenter cet article

commentaires

Articles Récents