Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

16 décembre 2011 5 16 /12 /décembre /2011 02:07

LesPiedsDansLeBenitier.pngLes Pieds dans le Bénitier, par Anne SOUPA et Christine PEDOTTI, paru en novembre 2010 aux Presses de la Renaissance.

 

 

Suite à la malheureuse phrase « Le tout n’est pas d’avoir une jupe, mais d’avoir quelque chose dans la tête », prononcée à la radio en novembre 2008 par l'archevêque de Paris Mgr André Vingt-Trois, Anne Soupa et Christine Pedotti ont créé au départ le « Comité de la jupe », puis par la suite, la « Conférence catholique des Baptisé (e) s Francophones » (CCBF), dont le site (lien) est régulièrement alimenté par des articles de réflexion, en liaison avec l'actualité religieuse, et enrichi par de nombreux commentaires.

 

Elles ont décrit leur cheminement ainsi que les motivations et les objectifs de leur action dans le livre « Les pieds dans le bénitier », qui a eu un grand succès et a permis de médiatiser leur engagement. Mêlant citations bibliques, références théologiques et phrases-choc, les deux essayistes dressent le portrait d’une Église catholique à bout de souffle.


Fortes d’un travail approfondi sur le baptême, elles revendiquent pour tous les laïcs une entière liberté de parole et de pensée : « Il ne s’agit pas d’obéir au pape, à son directeur spirituel ou au Catéchisme de l’Église catholique, il s’agit de nous laisser ajuster, modeler par la parole de Dieu. » Ce constat posé, sévère mais toujours argumenté, Anne Soupa et Christine Pedotti exposent leur objectif – « veiller au maintien d’un catholicisme à la fois critique et ouvert » – et la stratégie de la CCBF : « Ni partir, ni nous taire. Ne rien demander et espérer tout. »

 

présentation de Christine Pedotti par elle-même, sur le site de la Conférence catholiques des baptisés de France (CCBF) :


Je suis catholique, comme mes ancêtres, nés les uns dans l’âpre terre ardennaise, les autres dans le nord de l’Italie. Il paraît même que l’un des Italiens fut un célèbre garibaldien. De l’enfance à aujourd’hui, l’Église catholique a toujours été ma maison, mon héritage. Cet héritage, je l’ai reçu comme un cadeau et je me sens heureusement redevable de ce que j’ai reçu ; une foi qui fait tenir debout sur la Terre, la certitude d’être aimée au-delà de tout mérite, et la conviction que cette joie est à partager.

J’ai eu des engagements pastoraux, en catéchèse d’abord, puis comme responsable des aumôneries du Quartier Latin, et j’ai reçu une formation théologique dans la cadre de la Formation des Responsables du diocèse de Paris.

J’ai aussi fait des études d’histoire et de sciences politiques. J’ai découvert que j’avais le goût de l’écriture en participant à la création du journal Grain de Soleil. Puis en concevant et écrivantThéo Junior, j’ai découvert ma vraie passion professionnelle et je suis devenue éditeur. J’ai dirigé le département religieux des éditions Fleurus-Mame pendant 13 ans et j’ai aussi créé des livres pour la jeunesse non-confessionels, comme de « Le Dico des Filles ». J’ai toujours continué à écrire, principalement pour la jeunesse, toute la série « Théo » et quelques autres ouvrages, et plus récemment, j’ai publié, avec un ami, un polar, « La longue patience du sanglier », qui est un hommage à ma terre natale.

Et aussi, et surtout, je suis mariée depuis 28 ans avec un type formidable qui semble adorer mes enthousiasmes et mes passions, et qui les accompagne.

 

Le comité d’animation de « Croyants en Liberté pour une Eglise du dialogue", contact Georges Heichelbech, 24 rue des Cigales, 57200 Sarreguemines ( courriel), organise une journée avec Christine Pedotti : "Les pieds dans le bénitier Comment promouvoir la culture du débat dans l’Eglise ? Cette rencontre se déroulera au foyer Sainte-Constance à Metz de 9 h à 17 h, le Samedi 14 janvier 2012


Alors que bon nombre de personnes préfèrent quitter l’Eglise plutôt que d’y rester, en disant que c’est peine perdue de vouloir la réformer, Christine Perotti nous dira pourquoi a-t-elle choisi d’y rester, de ne pas se taire et qu’espère-t-elle, pour elle-même, pour les générations futures et pour la Conférence catholique des Baptisé (e) s Francophones ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Croyants en liberté à Metz - dans communautés religieuses en débat
commenter cet article

commentaires

Articles Récents