Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

2 mai 2010 7 02 /05 /mai /2010 18:17

Rien qu’en France, quelques 10 000 prêtres auraient raccroché la soutane depuis Vatican II (1965), soit environ 250 par an. La moitié pour aller vivre au grand jour une liaison amoureuse jusque-là clandestine. La majorité pour se marier.


L’Eglise catholique n’est guère prolixe sur le sujet, préférant fermer les yeux aussi longtemps que cette "double vie" ne s’étale pas au grand jour, ou ne fait pas scandale.


En Afrique noire et  dans d'autres pays une situation de fait s'est instaurée avec la complicité des populations locales, lesquelles acceptent que les prêtres et parfois les évêques aient des concubines, dès lors que cela se fait honnêtement : monogamie avec une seule femme, entretien de celle-ci et des enfants, ne pas prendre la femme d'autrui, discrétion sociale, etc. Mais le Vatican entend rappeler à l'ordre et exiger la règle !


Un vrai gâchis de ressource humaine car il s'agit d'une élite de qualité, d'intelligence et de coeur.


Et puis une question de dignité humaine : comment peut-on aujourd'hui imposer le célibat à des personnes qui se sentent la vocation de prêtre ? Quel chantage odieux : si tu veux être prêtre, alors il faut être célibataire !


Pour des témoignages, voir le site de Plein Jour, une association de soutien aux compagnes de prêtres en lutte pour l'abolition de la règle du célibat ecclésiastique dans l'Eglise catholique romaine. L'association publie un bulletin trimestriel ; le dernier en est le 9ème numéro. Plein Jour a pris le relais de Claire Voie en 1998 (le redémarrage s'est fait en septembre 2008 à l'initiative de Dominique Venturini, laquelle a publié des livres sur son expérience de femme mariée à un prêtre).

Partager cet article

Repost 0
Published by Actualités unitariennes - dans vies de prêtre
commenter cet article

commentaires

Articles Récents