Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 11:16

Certains considèrent que l’Etat ne doit pas, au nom d’une laïcité neutre, s’ingérer dans les questions religieuses . Mais que faire lorsque certaines traditions religieuses demandent que l’animal reste conscient durant son égorgement rituel (rites caher et hallal) ; divisent chaque jour la société entre croyants et « païens », entre croyants ayant la bonne moralité et des athées qui par définition pour eux sont amoraux, entre purs et impurs, entre hommes et femmes en prohibant toute mixité ; refusent la médecine moderne car Dieu seul guérit, toute transfusion sanguine au risque de l'opéré ; rejettent les enseignements scientifiques à l’école et à l’université au nom de livres dit révélés ; pratiquent le bourrage de crâne et l’encadrement sectaire, etc. Faut-il donc rester coi afin de ne pas « discriminer » les dits religieux alors que ce sont eux mêmes qui établissent des séparations d’un autre âge ! Bien entendu, la moindre critique soulève le cri convergent des hypocrites et des braves citoyens qui sous-estiment complètement – par ignorance, mais aussi par aveuglement idéologique – la signification, la force et l’ancrage de ces interdits religieux.


Rappelons que les laïcs à l’origine de nos lois laïques de 1901-1905 furent des militants qui, depuis Voltaire, luttèrent contre l’emprise des religions, entre autres celle, dominante, de l’Eglise catholique. La laïcité n’est pas seulement une molle cohabitation, mais une exigence de séparation entre autorités religieuses et pouvoirs politiques et la prédominance de la loi démocratiquement votée sur les communautarismes. Or, aujourd’hui, nous constatons que certains milieux religieux (catholiques, protestants, etc.) et politiques se mettent du côté des interdits religieux … qu’il ne faudrait pas toucher car il s’agirait d’identités !


Or, sociologique on constate que chaque tradition religieuse évolue, ne reste pas fixe mais s’adapte au contexte tout en gardant l’essentiel. Les rituels trouvent de nouvelles formes en continuité avec les origines. Par exemple en Afrique noire, les femmes en deuil ne sont plus tondues, mais on va couper symboliquement une mèche. Dans les rites casher et hallal, ce qui est important - que je sache - c’est la prière dite par un ministre du culte et non que l’animal ait nécessairement une agonie consciente ! Que dire aussi des rituels d’excision et autres mutilations génitales du sexe féminin ! C’est ce qu’a dit précisément François Fillon, premier ministre français : "Les religions doivent réfléchir". Ben oui, c'est évident !


Ses propos étaient tout à fait raisonnables et emprunts de bon sens : " Les religions doivent réfléchir au maintien de traditions qui n'ont plus grand-chose à voir avec l'état aujourd'hui de la science, l'état de la technologie, les problèmes de santé ". " Dans un pays moderne, il y a des traditions ancestrales – l'abattage halal et casher − qui ne se justifient plus. … On est dans un pays moderne, il y a des traditions ancestrales qui ne correspondent plus à grand-chose alors qu'elles correspondaient dans le passé à des problèmes d'hygiène.". Il ajoutait même, conciliant, qu’il n’y avait pas urgence : "On pourrait y réfléchir." Mais "ce n'est pas le moment d'engager ce débat. "


Eh bien, ce fut l’émotion immédiate et totale des hypocrites de tout horizon et F. Fillon dût recevoir d’urgence les autorités religieuses juives et musulmanes mise en émoi pour les rassurer que Dame République ne mettrait pas le nez dans leurs affaires … ni revoir les dérogations dont elles bénéficient.

gaston_lagaffe_et_les_trois_tortues.jpg

Le rythme des religions serait-elle celui de la lenteur ?


Et les catholiques, sous la houlette du bon pape Jean XXIII, que firent-ils avec Vatican II sinon progresser ! Il faut bien de temps en temps se concerter afin de s’adapter aux évolutions sociétales et de reformuler les enseignements et directives. Les protestants parlent de Réformation à la place de la Réforme afin de signifier qu’il faut constamment faire un effort sur soi. La Ahmadiyya (une branche musulmane moderniste) considère que la djihad est un effort sur soi (et non point faire la guerre sainte). Alors ne soyons pas plus religieux que les religieux et encourageons les efforts de modernisation des religions.

 

Cela va dans le sens de la tradition unitarienne qui, depuis le XVIème siècle, n’a eu de cesse de revisiter le christianisme, de le « restituer » selon la belle expression de Michel Servet en 1553.


En ces temps électoraux, nous saluons la voix isolée et courageuse d’un César Botero dans Le Nouvel Observateur « François Fillon questionne l'abattage casher ou halal : où est le problème ? » (lien)

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans la défense des animaux
commenter cet article

commentaires

Articles Récents