Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

17 mars 2007 6 17 /03 /mars /2007 07:40

L'ouvrage est dédié " Au Dieu inconnu " (Actes des apôtres, 17, 23)

 

 

La "théologie buissonnière" de Michel Théron (Villeurbanne, éditions Golias http://www.golias.fr, 357 p. ), nous propose 50 mots de culture religieuse :

agneau de Dieu, alliance / religion, âme, amour, chair / incarnation, ciel, communauté / Eglise, crainte de Dieu / sacré, création, enfant, enfer et enfers, épreuve / tentation, esprit, eucharistie, figure, foi / confiance, gloire, grâce, hérésie, jugement, kérygme / credo, loi , lumière, Marie, martyr / témoin, messie, miracle / signe, monde, mystère, naissance (nouvelle), nom / noms de Dieu, paraclet, parole / parole de Dieu, péché, pénitence / conversion, prédestination, rédemption, repos, résurrection, rétribution, royauté / royaume, sacrement, sagesse, salut, souffrance, transfiguration, vérité, voir / vision, zèle

 

 

 

 

 

bibliographie de Michel Théron

1987 - Beaudonnet, traces et fragments d?un langage peint, préface d?André Chastel, Montpellier : Graphium

1991 - Comprendre la culture général, Paris : Ellipses

1992 - Réussir le commentaire stylistique, Paris : Ellipses

1993 - Initiation à l?art, Paris : Ellipses

1993 - Rhétorique de l?image, Montpellier : Centre régional de documentation pédagogique, 3ème édition

1993 - Le style par l?image, Montpellier : Centre régional de documentation pédagogique

1995 - 99 réponses sur les procédés de style, Montpellier : Centre régional de documentation pédagogique, 2ème édition

1997 - Laquelle est la vraie ? Montpellier : Centre régional de documentation pédagogique

2001 - Les deux visages de Dieu. Une lecture agnostique du Credo, Paris : Albin Michel

2005 - Petit lexique des hérésies chrétiennes, Paris : Albin Michel

2005 - La Source intérieure, Paris : Le Publieur, préface d?André Gounelle

2007 - Théologie Buissonnière, Villeurbanne (France) : Golias.

 

 

Michel Théron, agnostique de culture chrétienne, fréquente les milieux chrétiens libéraux (catholiques et protestants) et la mouvance unitarienne. Il a écrit des articles sur le site de  Profils et libertés  et dans le bulletin de la Correspondance unitarienne.

 

 

Familles spirituelles ", 10 janvier 2005, suivi d'un compte-rendu de son livre " Les deux visages de Dieu ... " par Michel Despland, de l'université Concordia en Cafifornie. http://prolib.net/spiritualites/211.035.spiritualite.theron.htm

Quelques hérésies : les orbibariens, les érastiens " (deux exemples pris dans son livre sur les hérésies), http://prolib.net/chroniques/201.051224.heresies.theron.htm

Genèse d'un fasciste " à propos de la psycho rigidité du prophète Jonas (développé dans La Source intérieure), http://prolib.net/chroniques/201.060117.fasciste.theron.htm

Lettre à une chrétienne suite ", 23 mai 2005, http://prolib.net/dialogue/205.042.lettre_suite_theron.htm

Béatrice Spranghers, " Sources intérieures " 22 juin 2005, présentation du livre de Michel Théron " La Source intérieure ", http://prolib.net/chroniques/201.050622.sources.bs.htm

Une surprise ou : saint Paul et le Père Noël ", 15 novembre 2005, http://prolib.net/chroniques/201.051115.surprise.theron.htm

Du grand écart en religion, entre culte et théologie ", dans Correspondance unitarienne, n° 52, février 2006, http://prolib.net/unit/cu052.theron.htm

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier
commenter cet article
16 mars 2007 5 16 /03 /mars /2007 16:59

L'orthographe phonétique qui se développe avec les messages SMS valorise les lettres. La lettre "U" pour "Unitariens" commence à se faire connaître / reconnaître. Il y avait déjà le forum animé par Virgil Pérez : "Une histoire de U" (http://unehistoiredeu.superforum.fr).

Ce matin, j'ai reçu un message en anglais intitulé "Il believe in U" (U pour you) que, bien entendu, je me suis empressé de traduire par "je crois en l'unitarisme !". Est-ce que je vois des unitariens partout ?

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans la culture Internet
commenter cet article
16 mars 2007 5 16 /03 /mars /2007 10:50

Avec la montée spectaculaire du candidat François Bayrou dans les intentions de vote à la présidentielle française (plus de 20% de ces intentions de vote, et large succès prévu s’il accède au 2ème tour !), on peut s’interroger si c’est la fin du combat des partis. Les dernières mobilisations populaires (jeunes de banlieues en révolte, rejet d’un contrat d’embauche excluant le droit de plainte en cas de licenciement abusif, etc.) avaient pourtant fait croire au maintien pur et dur du clivage historique Droite-Gauche.

D’autant plus que chaque camp avait trouvé un " champion " à sa mesure. Et voici qu’une autre figure s’interfère, d’un tout petit parti centriste et sans charisme particulier mais prônant (tout simplement !) un gouvernement d’union nationale avec des personnalités de droite et de gauche … et que les Français s’y montrent favorables à 65 % ! Sondage LH2 pour 20 minutes et RMC publié ce jour.

Non ! Rien à voir avec le gouvernement allemand qui résulta d’une alliance forcée entre deux partis à la suite d’une élection qui n’arriva pas à les départager. Cette fois-ci, les Français semblent bien conscients et déterminés et souhaitent moderniser leur vie politique en remettant les partis à une place moins omniprésente.

Est-ce un au-delà des partis, un retour du gaullisme ? mais cette fois-ci, d’une façon plus modeste, sans figure particulièrement charismatique, sans événement historique dramatique, en toute modestie démocratique. Les partis politiques ne sont pas niés dans leur rôle, mais remis à leur place, et on leur demande de laisser la société civile s’exprimer, sans l’étouffer. Serait-ce la vraie fin du parti élite dirigeante s’arrogeant le droit de mener le peuple au nom de sa pleine conscience et de sa lucidité ?

En lançant des débats participatifs, Ségolène Royal a senti également la nécessité de rencontrer cette société civile. D’ailleurs, tous les candidats affirment vouloir dépasser le cadre stricte de leur parti ; c’est l’une des logiques de la présidentielle. Les principaux candidats le font d’autant plus aisément qu’ils affirment de fortes et riches personnalités.

" Pour moderniser la vie politique française, 43% des sondés sont favorables, en priorité, à une implication plus importante des experts issus du monde de l'entreprise, quel que soit leur bord. 39% préfèrent des personnalités issues de la société civile (associations, syndicats), 17% font le choix de personnalités politiques et 13% optent pour des experts issus de la haute fonction publique, quel que soit leur bord " http://fr.news.yahoo.com/16032007/290/65-de-francais-pour-un-gouvernement-d-union-selon-un.html

On peut bien entendu faire le parallèle avec les appartenances religieuses. Nombre de chrétiens par exemple vivent désormais un christianisme post-confessionnel, de plus en plus éloigné des hiérarchies. La parole est désormais aux laïcs, à eux de la prendre ! A quand la fin du cléricalisme de tout bord ? http://prolib.net/chroniques/201.050120.xsmeconf.barbier.htm

analyse proposée par Jean-Claude Barbier

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans Europe
commenter cet article
16 mars 2007 5 16 /03 /mars /2007 09:34

Ce 15 mars, la cour d'assises de la Dordogne a sanctionné de manière minimale l'aide à mourir apportée à l'hôpital à une malade agonisante en 2003 en condamnant un médecin à un an de prison, avec sursis et sans inscription au casier judiciaire, et en acquittant une infirmière.

à droite le docteur Laurence Tramois (30 ans) et à gauche l'infirmière Chantal Chanel (40 ans) qui étaient incriminées pour euthanasie, soulagées après le verdict ; photo de l'agence Reuters.

Hospitalisée depuis 25 jours, Paulette Druais, 65 ans, atteinte d'un cancer du pancréas en phase terminale, souffrait, malgré des doses massives de morphine, et subissait tremblements, incontinence urinaire, fièvre, escarres, nausées, dépression et angoisse. Atteinte d'une occlusion intestinale, elle avait commencé à vomir ses excréments.

Une injection mortelle de chlorure de potassium lui fut administrée en présence d'aides-soignantes et de la belle-fille de la malade.

Après le verdict, le docteur Frédéric Chaussoy et Marie Humbert, qui avaient aidé à mourir le jeune tétraplégique Vincent Humbert en 2003, ont publié un appel aux candidats à la présidentielle afin qu'ils s'engagent pour "une dépénalisation sous des conditions strictes de l'euthanasie, dans certains cas extrêmes".

Les unitariens de tout bord se réjouissent d’un tel dénouement et espèrent qu’il y aura effectivement dépénalisation de l’euthanasie. Il appartient à nos parlementaires, en connaissance de cause, de légiférer en ce domaine.

Des unitariens sont engagés dans des associations qui militent en faveur d’une telle loi, comme par exemple Mme Denise Cuniberti, cofondatrice en 1986 de l’Association unitarienne française (AUF), au sein de la section départementale du Gard de l’Association pour le droit de mourir dans la dignité (ADMD, fondée en 1980, http://www.admd.net).

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans l'euthanasie
commenter cet article
16 mars 2007 5 16 /03 /mars /2007 03:22

 

 

 

 

 

 

 

 

La revue de la Fédération des réseaux du Parvis présente, dans son dernier n°,  la Correspondance unitarienne, réseau francophone créé en octobre 2002 qui publie un bulletin mensuel (65 ème numéro pour ce mois de mars), lequel est mis en ligne par Pierre Bailleux sur son site "Profils de libertés" http://prolib.net/unit/correspondance.unitarienne.htm

Parvis, n° 33, mars 2007, à commander à Temps présent, 68 rue de Babylone, 75007 Paris, tél. 01 45 51 57 13, courriel : temps.présent@wanadoo.fr, 4 euro le n°, abonnement annuel : 13 euros les 4 n°, abonnement annuel + 2 hors-série : 24 euros. Voir notre message précédent sur les hors-séries du Parvis et les réductions accordées pour l'achat des anciens numéros

Cette revue sait allier une réflexion théologique de qualité (ce mois ci, un important dossier sur le théologien catholique Joseph Moingt, s.j. Voir nos deux messages précédents) et une réflexion sur l'actualité et pour l'action. Ses associations membres, dont l'Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens (AFCU), peuvent s'y exprimer dans une rubrique intitulée "Vie des réseaux". Revue à la fois intellectuelle et concrète, Parvis est un excellent outil pour la militance et le vécu d'une foi moderne, active et lucide.

Finalement, bien peu de revues savent tenir les deux bouts et, souvent, les lecteurs se plaignent de textes trop intellectuels, trop ardus à lire, trop abtraits. Dans ce projet d'une littérature qui soutient notre action, la Correspondance unitarienne se retrouve tout à fait en compagnonnage avec le Parvis.   

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans catholiques libres en action
commenter cet article
16 mars 2007 5 16 /03 /mars /2007 03:02

Icône de la Trinité d'André Roublev (Moscou, 1411) :  " Le Seigneur apparut au chêne de Mambré. Abraham, ayant levé les yeux, vit trois hommes et courut de l'entrée de la tente à leur rencontre." (Gn 18)

Théologien catholique, Joseph Moingt reste très attaché au concept de l’Incarnation d’où il puise son sens de l’humain et qui, à ses yeux, nous aide à préciser le statut de Jésus par rapport à Dieu : " Ce concept signifie que Dieu s’est identifié à Jésus comme à un autre lui-même. Qu’il a exprimé en lui sa parole qui est vie, qui est amour, qui est liberté. L’Incarnation nous apprend que nous sommes, nous aussi, prédestinés de toute éternité à devenir en Jésus, Fils de Dieu, comme Jésus l’est devenu par l’impression de la Parole de Dieu en lui.

Le concept de l’Incarnation nous aide à comprendre le sens de la création, à savoir que nous sommes créés pour l’immortalité, par un appel à la liberté, par l’appel à être libres devant Dieu même. Être fils, cela veut dire être libres. Celui qui est à la droite de Dieu, c’est celui qui est libre, qui n’est pas sous le pouvoir d’un autre. Donc Dieu de toute éternité se projetait en Jésus pour venir habiter avec nous en lui.

L’Incarnation nous révèle ce projet de Dieu d’être avec nous, dans l’un de nous, pour habiter finalement en nous par son Esprit. Le concept d’Incarnation se déploie dans l’Histoire, en forme de Trinité. Dieu par son Verbe dirige l’histoire vers Jésus, vers celui en qui Dieu veut mettre son Fils au monde pour répandre à travers lui, dans toute l’humanité, son Esprit.

Ce concept d’Incarnation nous révèle l’humanité de Dieu en cela même qu’il est pour nous. "

(Extrait de la conférence intitulée " L’Homme qui venait de Dieu " donnée en 1997 dans la paroisse St-Germain-l’Auxerrois de Châtenay-Malabry).

Pour lui, cette Incarnation nous pousse à l’action au service d’autrui. En ce début de 2007, dans le cadre de l’entretien qu’il a accordé au Parvis (voir message précédent), il maintient tout l’importance qu’il accorde à ce dogme. Mais notre théologien en convient : " j’ai beaucoup peiné là-dessus, car il n’est pas facile de construire un discours qui garde à Jésus sa véritable humanité, c’est à dire son existence d’homme, avec sa connaissance d’homme, et qui en même temps respecte le dogme du Verbe incarné "

Parvis : "Peut-on se satisfaire de ce qui se dit beaucoup actuellement : Jésus, le nazaréen, un homme extraordinaire qui a satisfait le besoin de libération ?"

Joseph Moingt : " Vous trouvez des juifs qui traitent avec respect la figure de Jésus pris comme prophète ou rabbi : ils la tirent dans leur camp. Je n’en disconvient pas : il faut tout à fait respecter la judaïté de Jésus. Mais à ce moment là, il devient un grand rabbi comme ceux du Talmud et rien de plus. On peut dire aussi quelque chose de plus : c’était un grand prophète envoyé par Dieu. Mais le dogme dit autre chose. Si Jésus devait redescendre au rang de simple prophète, c’est toute la foi chrétienne qui s’écroule … ".

Heureusement qu’il y a nous autres les unitariens pour que la foi chrétienne ne s’écroule pas à cause d’un seul dogme,  par ailleurs aussi difficile à expliquer !  En dépit de cette divergence - irréductible - d’appréciation sur l’Incarnation, nous vous recommandons la lecture de ce grand théologien qui a épousé notre siècle et notre époque et qui a su nous expliquer la Trinité d'une façon si humaine.

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans catholiques libres en action
commenter cet article
16 mars 2007 5 16 /03 /mars /2007 02:47

Joseph Moingt, jésuite, est né en 1915 à Salbris (Loir-et-Cher). Il entre chez les jésuites en 1939 à l’âge de 24 ans. Puis vient la guerre, avec pour lui 5 ans de captivité dans les camps polonais.  Après les études habituelles de philosophie et de théologie à la Compagnie de Jésus, il a suivi l'École pratique des Hautes Études et a soutenu une thèse de théologie à l'Institut catholique de Paris. Il a enseigné la théologie successivement à la Faculté jésuite de Lyon-Fourvière, à l'Institut catholique de Paris et aux Facultés de philosophie et de théologie de la Compagnie de Jésus à Paris (Centre Sèvres). Il a dirigé la revue Recherches de science religieuse de 1968 à 1997. Aujourd’hui il a 92 ans.

Il est interviewé par la Fédération des réseaux du Parvis pour un dossier d’une quinzaine de pages le concernant qui vient d’être publié par cette fédération (n° 33, mars 2007, à commander à Temps présent, 68 rue de Babylone, 75007 Paris, tél. 01 45 51 57 13, courriel : temps.présent@wanadoo.fr).  Ce dossier est à la fois dense et aisé à lire. Et merci à ce théologien pour son sens si profond de l’humain.

 

Ses écrits :

1966-1969- Théologie trinitaire de Tertullien, Aubier-Montaigne, 4 vol.

1973- Le Devenir chrétien, DDB

1976- La Transmission de la foi, Fayard

1993 – L’homme qui venait de Dieu, Le Cerf (" Cogitatio Fidei ", 176)

1997 – "Le Dieu des chrétiens " dans La plus belle histoire de Dieu, Seuil

1999 – Les trois visiteurs, entretien sur la Trinité, DDB

2002 – Dieu qui vient à l’homme, tome 1 : Du deuil au dévoilement de Dieu, Cerf

2005 – tome 2 : De l’apparition à la naissance de Dieu, Cerf

à paraître – tome 3 : Naissance

 

 

 

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans catholiques libres en action
commenter cet article
15 mars 2007 4 15 /03 /mars /2007 10:20

En ajout à nos messages précédents sur saint Patrick, vous trouverez sur le blog de l'AFCU (http://afcu.over-blog.org), à partir de la présentation du calice celte d'Ardagh (début VIII° s.), une analyse du monachisme rural irlandais qui fut la forme privilégiée de l'expansion du christianisme en ce pays, ceci par contraste avec  la forme ecclésiale voulue par Rome et incarnée par la semi-légende de saint Patrick. A lire pour tous ceux qui rêvent d'une Eglise décentralisée où les initiatives de base seraient reconnues ...

Avec nos excuses à tous les Patrick pour cette déconstruction mythologique de leur saint patron. L'histoire est ainsi faite de de mythes, de légendes, de semi légendes, d'épopées ... que d'autres vont s'acharner à réduire ... parfois en cendre !

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans Europe
commenter cet article
14 mars 2007 3 14 /03 /mars /2007 11:33

Pierre Bailleux est connu pour être un pilier de notre mouvance unitarienne francophone ouest-européenne. Il fut ami de Théodore Monod et fréquenta l’Association unitarienne francophone dans les années 1990. Il est présentement membre honoraire de l’Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens (AFCU). Son site " Profils de libertés " héberge les bulletins mensuels de la " Correspondance unitarienne ", soit 65 numéros à ce mois de mars. Ce site est une véritable bibliothèque avec à ce jour 666 articles (un chiffre symbolique qui paraît-il sent le souffre !). Il se présente volontiers comme un lieu de consommation gourmande des idées !

 

un labyrinthe en pendentif, avec ses mystères ...


 

A cette gourmandise des idées, Pierre Bailleux sait allier la beauté des bijoux. Cela va de pair non ? Autant son site a l’austérité d’une bibliothèque, à l’exemple du quotidien français " Le Monde ", autant le site consacré aux bijoux est un jardin plaisant au lac romantique à souhait appelé " Arthabilis ". Eh oui ! l’ami sobre et pudique, parfois jusqu’à la rudesse, est aussi un poète … Il faut dire que c’est sa fille, Marie, et son gendre Olivier Gilbert, qui sont créateurs de bijoux, et il les choie bien car il les aime ! Rendez-vous à http://bijou.be ; c’est un régal !

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier
commenter cet article
14 mars 2007 3 14 /03 /mars /2007 05:54

L'histoire allégorique des tribulations du prophète Jonas envoyé par IHVH à Ninive fait partie, avec les récits de la Genèse et de l'Exode, les paraboles du rabbi Iéshoua de Nazareth, etc. , de cette littérature biblique qui a connu un destin universel. Des écrivains, chrétiens, agnostiques ou non croyants - peu importe - se sont emparés de ces textes en qui ils voyaient une valeur universelle. Il ne s'agit pas ici d'une diffusion internationale de la Bible, mais plutôt de l'entrée de ces textes dans le patrimoine de l'humanité. Ces textes deviennent fondateurs pour tout un chacun, indépendamment de son appartenance religieuse ou philosophique. Ils sont en quelque sorte déliés d'une révélation particulière, à un moment de l'histoire et à des personnes ou groupes élus. Ils ne sont plus accaparés par les religieux. Leur statut d'écriture sainte s'est sécularisé. Ils entrent dans l'universel.

La preuve en est cette magnifique ré-écriture de l'histoire de Jonas, cette fois-ci en vers, par l'écrivain hongrois Mihaly Babits (1883-1941), entre 1938 et 1940, devenue un classique de la littérature hongroise (Jonas Konyve / Le Livre de Jonas). Son compatriote Nicolas Abraham (1919-1977), psychanalyste et intéressé par les grands mythes de l'humanité, traduisit ce texte en français ... en en refaisant une versification !

A l'occasion de la création par la Compagnie Michel Tallaron de la pièce Jonas, à partir de cette oeuvre de Mihály Babits, Pierre Domeyne vient de dresser le bilan de ce destin hors-bible de Jonas : Jonas à livre ouvert.

L'ouvrage comporte également le texte du Livre de Jonas de la Bible dans la traduction de Louis Segond, le texte de la sourate XXXVII du Coran où Jonas est évoqué et Le Livre de Jonas de Mihály Babits traduit du hongrois par Nicolas Abraham.

Il est publié par Jean-Pierre Huguet Editeur (www.editionhuguet.com) au prix de 10 euros (payable en ligne).

en illustration de couverture : Jonas dans une bible allemande de 1477

Pierre Domeyne a été professeur de lettres classiques à Vienne et participe très activement à la vie culturelle de la cité. Il prépare la sortie d'un livre sur Michel Servet : "Au risque de se perdre", qui retrace entre autres les dernières semaines de sa vie, entre sa fuite des geoles de Vienne à sa capture à Genève par les sbires de Calvin. Il est membre du réseau francophone "Correspondance unitarienne".

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier
commenter cet article

Articles Récents