Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

18 septembre 2010 6 18 /09 /septembre /2010 09:10

L'Eglise catholique croit pouvoir se dispenser de réformes structurelles pour faire face à la pédophilie d'une partie de son clergé : d'où, dans ses établissements de formation, une véritable chasse aux sorciers contre les séminaristes homosexuels ; et puis - dans l'opinion publique - une suspicion qui se généralise.

 

Le bon sens voudrait que l'Eglise n'impose plus le célibat obligatoire à ses prêtres et que ceux-ci puissent vivre leur sexualité selon leur nature et conviction. Le Vatican s'y oppose avec sa rigidité moyen-âgeuse habituelle. Un autre conseil serait la féminisation des ministères. Les cas de pédopholie sont manufestement moins nombreux chez les protestants.

 

Nous ne pouvons que conseiller aux dignitaires catholiques d'aller fréquenter les bistrots où l'on refait le monde ! Parfois le bon sens populaire n'est pas sans intérêt ! Le dessin ci-joint est tiré du dernier bulletin de HLM (n° 121, septembre 2010), une association belge de la mouvance catholique réformatrice, membre du réseau Pour un autre visage de l'Eglise et de la Société (PAVES) ( lien)

 

femmes_pretres.JPG

 

Des femmes, ministres de culte, sont de plus en plus nombreuses au sein des congrégations et Eglises unitariennes.

Repost 0
Published by Actualités unitariennes - dans communautés religieuses en débat
commenter cet article
18 septembre 2010 6 18 /09 /septembre /2010 08:42

halal_couper_les_cordes_vocales.jpgAlors que Dieu est à l'origine de l'univers et de la vie, qu'il est matriciel de tout ce qui existe, certains prétendent tuer en son Nom. C'est un comble théologique, un non sens total, une manipulation éhontée du Nom de Dieu. Certains religions antiques pratiquaient les sacrifices humains, mais les animaux ont pris le relai. Oui, on sacrifie encore de nos jours des animaux au nom de Dieu ou d'un dieu ou des dieux !

 

Et que font d'autres les rabbins et les imams en "consacrant" la bête amenée à l'abattoire ?  Qui sont ces anges exterminatoires qui lèvent le couteau au nom de Dieu ! Dans leur main, la Torah ou le Coran !

 

Remarquons que le passage aux humains se fait sans nul état d'âme de la part des inquisiteurs religieux, des lanceurs de fatwas, des terroristes djihadistes. Pour eux, on égorge des "païens", des chrétiens et autres "Occidentaux" comme on égorge des poulets : au Nom de Dieu !  Le paradis est la récompense des kamikazes des causes sacrées. Les dévôts fanatiques, fanatisés par certaines autorités religieuses, sont des héros dans les histoires saintes !

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans la défense des animaux
commenter cet article
12 septembre 2010 7 12 /09 /septembre /2010 16:39

Islam = comme toute religion, l’islam comprend en son sein des mouvements très divers, sinon contrastés, voire parfaitement contradictoires ( lien). Selon le contexte, il est donc souvent souhaitable de préciser par exemple islam sunnite, chiite, soufi, etc. Enfin, il convient d’éviter les amalgames en parlant de l’islam ou des musulmans en général alors qu’on parle des agissements d’un mouvement particulier, par exemple les salafistes ne représentent qu’eux mêmes. Cette religion ne disposant pas d’instance mondiale ou de chef spirituel suprême, nul n’est d’ailleurs habilité à parler au nom de l’islam en général.
Musulmans = les fidèles de l’islam ; on ne dit plus mahométans.
Islamique = est un adjectif qui désigne une chose ou une institution musulmane, par exemple un centre islamique. On peut y voir, par rapport à l’adjectif musulman, le soucis d’un certain prosélytisme tout à fait légitime et d’un désir de promouvoir la religion.
L’islam rigoriste = met en avant les lois et les règles que l’on doit suivre à la lettre et d’une façon scrupuleuse, quitte à en rajouter comme par exemple le salafisme et le mouvement tabligh. Ces deux derniers mouvements sont en outre porteurs d’un anti-occidentalisme virulent.
L’islam nationaliste = s’appuie sur l’islam pour résister à une occupation étrangère et acquérir l’indépendance politique ; ou bien encore pour mobiliser l’opinion publique d’un pays.
Islamiste = nom et adjectif ; désigne une personne ou une mouvance ou un lieu activiste de style intégriste, à savoir un islam dominant, imposant ses propres lois et règles à tous. On trouve son pendant au sein du christianisme avec les catholiques intégristes et certains chrétiens évangéliques. En Europe, les Frères musulmans espèrent arriver à leurs fins dans le respect de la légalité et du suffrage universel (par exemple en devenant démographiquement plus nombreux, plus prosélytes, plus influents) (lien)
Air-France_les-gros-prennent-l-avion.jpgL’islam djihadiste = utilisation de la violence politique et physique pour imposer la charia, la loi islamique ; des mouvances prônent ouvertement la révolution armée et gèrent des camps d’entraînement militaire, comme par exemple la nébuleuse d’Al-Qaïda.
Le terrorisme = par sabotages et actions meurtrières.
 Islamophobie = le rejet de l’islam en tant que tel, d’une façon globale, sans faire de détail ni exception de personnes ou de mouvements.
Islamophilie = amour pour l’islam ; peut sous-entendre aussi une admiration inconditionnelle, refusant toute critique même ponctuelle, fermant les yeux sur les excès, justifiant tout systématiquement (c’est ce second sens qui a été adopté pour notre dossier « L’Europe entre islamophobie et islamophilie » (lien).
Islamisant = érudit, chercheur, intellectuel travaillant sur l’islam ; n’est pas forcément musulman.

 

Pour en savoir plus sur le « vocabulaire religieux », voir notre rubrique à ce nom sur le site des chrétiens unitariens (pas moins de 44 articles à ce jour).

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans l'islam en Europe
commenter cet article
11 septembre 2010 6 11 /09 /septembre /2010 22:11

Demander l’abrogation de la lapidation, considérer le ramadan comme optionnel non seulement selon les possibilités physiques de la personne (car la coutume musulmane dispense déjà certaines personnes trop faibles) mais aussi selon le désir et l’engagement du fidèle, laisser au même fidèle le choix du moment de la journée où il est disponible et disposé à la prière, voilà des propositions réformistes qui détonnent par rapport à l’orthodoxie musulmane. Abdennour Bidar, philosophe musulman, ose avancer de tels propos dans les colonnes du Monde du 30 août 2010 : « La lapidation, preuve extrême de la logique de violence de l'islam ».


Abdennour Bidar islam sans soumissionSerait-il donc comme Jésus qui, en son temps, disait que c’est l’homme que Dieu considère et non pas les rites en eux-mêmes, sabbat inclus ? Et l’Histoire donna raison au prophète contre les pharisiens et les scribes qui surveillaient âprement chacun de ses gestes et chacun de ses pas.


Certes les religions évoluent doucement, parfois (très) en retard sur la société civile. Peut-on accélérer cette adaptation par des réformes ? En faisant entrer l’attention à la personne, à son itinéraire, à son rythme, à sa conscience, A. Bidar préconise ni plus moins un islam libéral qui cesse avec l’absolutisme des préceptes humains et des rites obligés. Il en appelle à l’engagement personnel du croyant et non plus à son obéissance aveugle. Il reste bien entendu la transcendance de Dieu ; mais c’est alors la seule transcendance – non associée pour reprendre une expression chère à l'islam !


« Il ne s'agit pas de condamner ces pratiques rituelles - jeûne, prière, pèlerinage - en tant que telles. Elles peuvent offrir un support efficace au besoin éprouvé par tel individu de mener une vie spirituelle (étant bien entendu que celle-ci peut aussi se conduire hors de tout champ religieux).


Mais qu'est-ce que les musulmans attendent pour les déclarer libres ? Contrairement à l'objection courante, cela n'atomiserait pas la communauté, mais la ferait passer de l'état clos de l'uniformité à l'état ouvert de la diversité. Et contrairement à une autre objection, cela ne détruirait pas l'autorité de Dieu, mais obligerait chaque conscience à aller chercher cette voix divine dans sa propre intériorité. Enfin, cela permettrait à l'islam de sortir de sa logique générale de radicalité et de violence dont la sentence de lapidation contre laquelle nous nous insurgeons aujourd'hui n'est qu'un extrême.


Si cette culture religieuse de l'islam ne change pas, elle continuera de se déconsidérer aux yeux du monde.(…) ».


C’est toute une Réforme, loin du fondamentalisme. Mais qui la mènera ? L’islam n’a ni synode, ni concile, ni instance mondiale, ni chef spirituel au-dessus de la mêlée, et les communautés de base sont plutôt conservatrices. Il n’a pas été touché par la Renaissance, les philosophies du Siècle des lumières, ni les déclarations citoyennes de l’Indépendance américaine et de la Révolution française. A l’horizon, aucun mouvement connu qui puisse être porteur d’un tel programme. Il reste les prophètes, ce que font des intellectuels musulmans dits « laïques » comme A. Bidar, dont on peut apprécier sans réserve le courage.

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans l'islam en Europe
commenter cet article
11 septembre 2010 6 11 /09 /septembre /2010 20:10

Les religions véhiculent de nombreux interdits pour diverses raisons, ne serait-ce que pour protéger les lieux sacrés de comportements non respectueux. Par exemple, franchir la limite d’un sanctuaire sans autorisation ou sans satisfaire à des conditions, c’est contracter l’impureté rituelle. Il s’agit là de la notion de sacré, tout à fait compréhensible et légitime. De nombreuses mosquées s'appellent d'ailleurs Al-Haram (sous entendu, lieu interdit aux non musulmans car sacré).

le_pur_et_l-impur.gifPar contre l’alimentation chez les juifs et les musulmans, liée aux notions de pur (kascher pour les Juifs et hâlal pour les musulmans) ou d’impur (haram chez les musulmans) coupe la société civile en deux : sont impurs, sont sales, sont répugnants, ne sont pas fréquentables, sont exclus, etc., les incirconcis, les mangeurs de porcs, les buveurs d’alcool, les païens, les non-croyants, les non musulmans, les femmes mariées dont la tête n’est pas couverte, ou le visage entièrement dissimulé aux regards impurs des hommes, ceux qui pratiquent la fellation, les homosexuels, ceux qui vont à l’Ecole occidentale, sans parler bien sûr des lépreux, de ceux qui ont des écoulements sanguins (à commencer par les femmes qui ont leurs règles) ou de pus, etc. La liste peut s’allonger au gré des mouvances, des fanatismes, des fatwa des dévots zélés qui en rajoutent à qui mieux mieux.

Comme on ne doit pas toucher aux religions, selon le religieusement correct et le politiquement correct en cours dans les élites bienséantes, honni soit qui émet une critique de ce genre de pratique. Or, celle-ci inculque, dès l’enfance, toute une mentalité discriminatoire, séparatiste, quasi raciste. Les injures fusent en conséquence dans les cours de nos écoles, au nez et à la barbe de nos braves enseignants.

 

Même certains hommes politiques ne prennent pas la mesure de ce langage religieux, comme ce maire bien en vue, d’une ville moyenne, qui a offert un barbecue de viande hâlal sur un terrain de football pour faire plaisir aux musulmans qui y étaient présents parmi d’autres *
* ndlr - par apolitisme, les Actualités unitariennes s’abstiennent en général de donner les noms d’hommes politiques et leur appartenance

Que l’on se plie aux coutumes alimentaires d’un milieu traditionnel lorsqu’on est en visite – ou de retour chez soi – c’est là un signe de respect des gens. De là à étendre ces pratiques dans nos sociétés modernes et démocratiques, il y a là un pas que d’aucuns franchissent allègrement et en toute innocence et irresponsabilité.

Et si les dégâts n’étaient pas tant du côté des obscurantistes qui, malheureusement existeront encore longtemps dans les milieux confinés, mais du côté des démagogues de tout poil qui s’empressent de flatter les communautarismes ? Il est grand temps d’ouvrir dans nos établissements scolaires des cours sur les religions et de ne pas occulter les enjeux sociétaux sous prétexte de cohabitation inter-religieuse benoîte.

 

La démocratie, c’est aussi des règles du jeu social et une discipline éthique librement consentie et acceptée. On ne peut pas à la fois traiter les autres d’impurs et vivre avec eux.

 

Il en est de même des tribalismes ethniques qui prônent une morale interne au groupe, mais dénie cette même morale aux « étrangers », c'est à dire aux "hors groupe". La démocratie, ce sont des règles générales pour tout le monde.

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans l'islam en Europe
commenter cet article
6 septembre 2010 1 06 /09 /septembre /2010 10:01

La lapidation, du latin lapis (pierre), donnant le verbe lapidare, littéralement « tuer à coups de pierres » est une forme d'exécution, couramment utilisée à l'époque pré-chrétienne dans tout le bassin méditerranéen. On doit, précise l’actuel code juridique iranien, choisir des pierres de taille moyenne afin de ne pas tuer immédiatement le condamné : il doit souffrir au maximum !


Dans la Grèce antique, à l'époque homérique, elle est principalement liée aux crimes sexuels et aux blasphèmes. Hérodote la présente comme un acte spontané de la foule en colère, mais chez Lycurgue, un siècle plus tard, il résulte d'un décret pris formellement par les membres de l'Assemblée, qui, toutefois, retirent les couronnes symbolisant leur fonction avant d'y procéder. Les exemples de lapidation connus ont trait à la trahison : l'Athénien Lycidès lorsqu’il propose d'approuver la demande de reddition envoyée par le Perse Mardonios : un Alcibiade, qui s’enfuit vers Syracuse. Mais c’est à boire de la ciguë que Socrate et son compagnon Alcibiade (cousin du précédent) sont invités pour avoir profané les Mystères d'Éleusis.
 

 

Dans l’Ancien testament, plusieurs textes appellent à la lapidation pour plusieurs crimes : l'adultère (Deutéronome 22, 22-29), l'adoration d'autres dieux (Deutéronome 13, 6-10 ; Lévitique 20, 2), l'évocation d'esprits (Lévitique 20, 27), la désobéissance à ses parents (Deutéronome 21, 20-21) ; le blasphème (Lévitique 24, 14 et 16). Naboth est victime d'une fausse accusation de blasphème de Jézabel et meurt lapidé (1 Rois 21, 1-14).


lapidation_d_etienne.jpgMais sous l’occupation romaine, les Romains (qui ont d’autres techniques de torture comme la flagellation et la crucifixion) s’arrogent le droit de vie et de mort. Il faudra effectivement l’autorisation de Pilate pour que Jésus soit condamné. Le sanhédrin semble bien avoir essayé de récupérer ce droit. Le judéo-chrétien hellénisé Etienne, nommé diacre « pour le service des tables » et qui fréquentait la synagogue des Affranchis (anciens esclaves libérés grâce à l’aide des Juifs de la Diaspora) sera lapidé par la foule de Jérusalem en présence de lettrés (Paul de Tarse assistait à la scène) et après un passage devant le sanhédrin ; cela se passa en hiver 36 ou 37 (selon la Bible de Jérusalem, mais avec un point d’interrogation). Plus tard, en été 58, Jacques, frère de Jésus et chef spirituel de la communauté nazôréenne (judéo-chrétienne) de Jérusalem est condamné par le grand prêtre Anan, qui met à profit une vacance de pouvoir local suite à la mort du proconsul romain Festus, à être précipité du haut des murs du Temple, puis lapidé. Mais ce sera une dernière historique car les plaintes fusent, adressées aux autorités romaines, et le roi Agrippa II (de la dynastie hérodienne) révoquera le grand prêtre en question. A noter que le Talmud, rédigé au IIème siècle, maintient la lapidation (Sanhédrin, 43a), mais on n’a pas connaissance de faits historiques de son application.


Jésus, sur plusieurs points réformateur juif (contre la répudiation et le remariage, contre un sabbat absolu), ne condamne pas une femme adultère qu’on lui présente sur le parvis du temple, pourtant ayant été prise en flagrant délit (Jn 7, 53 – 8, 11).


Contrairement à une idée reçue, le Coran ne parle pas du tout de lapidation (en arabe, رجم [rajm], littéralement « caillassage »). Ce sont les hadiths, lois islamiques, qui citent la lapidation comme peine d'adultère pour un homme marié ou une femme mariée ayant eu un rapport sexuel hors mariage avec pénétration. Or ces hadiths sont si exigeants dans les témoignages requis qu’on peut penser que les cas ne peuvent qu’être rarissimes si on applique le texte à la lettre. Il faut en effet que les 4 témoins disent qu’ils ont clairement vu la pénétration ! Celui ou celle qui accusera un homme ou une femme d'adultère sans 3 autres témoins, est peiné de 40 coups de fouets pour avoir voulu salir la réputation d'un homme ou d'une femme.


Même pour les fondamentalistes chrétiens, dont certains récupèrent pourtant les archaïsmes bibliques de l’Ancien testament, la lapidation n’est jamais évoquée. Seuls certains pays musulmans défraient la chronique avec des condamnations de ce genre, principalement en Iran et Afghanistan, mais il y eut aussi un cas (en 2007) au Kurdistan irakien. En Arabie saoudite, la lapidation est appliquée pour tout acte de sodomie commis par un non-musulman avec un musulman ; l’homosexualité étant ici explicitement visée.


Depuis août 2010, l’opinion mondiale s’émeut de la condamnation de Sakineh Mohammadi Ashtiani, d'origne azerbaïdjanaise, mère de famille de 43 ans, avec 2 enfants et veuve. Reconnue coupable en mai 2006, elle a déjà reçu la peine du fouet avec 99 coups. En 2007, la cour suprême a confirmé sa condamnation à mort par lapidation. Aux dernières nouvelles elle est de nouveau menacée d’une seconde séance de fouet.

 

sakineh_mobilisation-a-Paris.jpg

 

Dans les colonnes du Monde en date du 31 août, le philosophe musulman Abdennour Bidar condamne cette pratique barbare et ancestrale : « La lapidation, preuve extrême de la logique de violence de l'islam ».


« La monstrueuse condamnation d'une femme à la lapidation par la République islamique d'Iran donne encore une fois de l'islam une image catastrophique, celle d'une religion archaïque, violente et totalitaire. N'essayons pas en effet de dédouaner la religion islamique du meurtre programmé de Sakineh Mohammadi-Ashtiani en soutenant qu'il s'agit d'une décision politique. Le pouvoir de Mahmoud Ahmadinejad se fonde sur une idéologie reconnue comme celle d'un islam fondamentaliste. En tant qu'intellectuel musulman, je dois prendre la responsabilité de dire cela haut et fort, en m'insurgeant contre cette sentence de lapidation au nom de la dignité de la personne humaine. »


Au-delà, de cette pratique, l’auteur s’interroge sur la violence au cœur de l’islam : "Si en effet la pulsion totalitaire de la religion islamique trouve là l’une de ses expressions les plus inhumaines, il faut y voir simplement l’une des formes les plus radicales d’une logique générale qui a pris, au fil des siècles, le contrôle de la vie spirituelle des musulmans du monde. Hélas !, la religion islamique entière se nourrit de violence".


Dès lors, on ne peut qu’être perplexe vis-à-vis du rituel de la lapidation de Satan effectué par les pèlerins à La Mecque, car on peut craindre qu’il facilite le passage à l’acte réel dans le contexte d’une foule en colère et d’une diabolisation de la victime. Certes la grande masse des musulmans sont tolérants et pacifiques, mais les manipulations politiques utilisent ce levier et nombre de jeunes prennent cela pour argent comptant.

 

Il est grand temps que les autorités islamiques se positionnent clairement sur des questions éthiques aussi importantes et qui portent gravement tort à l’image de l’islam. Elles ne pourront pas faire l’impasse sur la culture des droits de l’homme, sous le prétexte que le Coran est au-dessus des lois et que cette culture est « occidentale », sans nuire gravement à l’avenir de leur religion dans les opinions publiques. Or, bien peu de musulmans remettent en cause la lecture fondamentaliste des textes * …
* côté chrétiens, l’Ecole exégétique protestante allemande des années 1830 a préconisé l’approche historico-critique de la Bible.


Source : nous avons utilisé l’article de l’encyclopédie Wikipedia ( lien)
 Illustrations :

- martyre de saint Étienne : panneau du retable dit de Jacob et Étienne, peint en 1506 par Marx de Reichlich (1460-1520) ; il provient d'un monastère au Tyrol, exposé à la pinacothèque de Munich.

- photo Paris-Match accompagnant l’article « Sakineh : la France se mobilise ».

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans l'islam en Europe
commenter cet article
4 septembre 2010 6 04 /09 /septembre /2010 18:19

thilo_sarrazin.jpgL’économiste allemand Thilo Sarrazin, membre du directoire de la Bundesbank avec un contrat courant jusqu’en 2014, membre du parti figure du Parti social-démocrate (SPD), ancien sénateur des finances du Land de Berlin et responsable des finances de cette ville de 2002 à 2009, vient de se lâcher : il ne veut pas que ses enfants vivent dans une Allemagne musulmane !

 

Tiens, la récente prédiction du président libyen Anouar Khadafi - comme quoi l’Europe sera bientôt musulmane - s’accomplirait-elle ?

 

Les démographes ne sont pas sans constater la forte immigration turque d'origine anatolienne (plateaux de l'intérieur, peu développés) pour les besoins du capitalisme allemand ainsi que la très forte natalité de cette population. Les sociologues notent leur ultra conservatisme quant aux moeurs familiaux et sexuels (mariage précoce des jeunes filles, crime d’honneur pour les jeunes filles qui "déshonorent" leur famille, machisme, islam rigoriste, etc.).

 

Pensant que ces populations immigrées musulmanes n’arriveront pas à s’intégrer (contrairement à d’autres étrangers qui, eux, y arrivent sans trop de difficultés), notre économiste prend peur et en fait part dans un livre « L'Allemagne court à sa perte », sorti le 30 août et devenu rapidement un betseller. Il s'y épanche notamment sur les immigrés musulmans qui, selon lui, coûtent plus cher en prestations sociales qu'ils n'ont rapporté à l'Allemagne, et sur la baisse du niveau de l’éducation ce qui entraîne une société « de plus en plus bête » - fichtre !


Il le fait avec des analyses sans nuance ni alternative, et en plus avec des propos racistes : par exemple il y aurait selon lui des gènes juifs, basques, etc. On aura vite compris que notre économiste n’est guère expert  en dehors de son domaine. Il va se faire exclure de son parti politique, dont la présidente, la chancelière allemande Merkel, est furieuse, et de sa banque (à l’unanimité de ses collègues du directoire !).

 

Mais voilà que l’opinion publique se reconnaît dans ce qu’il dit ! Il passe dans les émissions de télévision et une majorité de sondés l’approuvent ! Après une discussion sur plateau télé, très suivie lundi soir, 70 % des spectateurs se disaient plutôt d'accord avec ses thèses. Sur le site du quotidien Financial Times Deutschland (ftd), parmi plus de 17 000 votants (en date du 31.8.2010, 19h15), 54% pensent que l'analyse de Sarrazin est « bonne et correcte », et 30% estiment du moins qu'elle « fait réfléchir ». Des pourcentages pas forcément représentatifs, mais indiquant une tendance lourde dans la société allemande. Une tendance qui fait dire à Hilal Sezgin, auteur germano-turque, que les thèses de Sarrazin n'ajoutent qu'un peu de mousse raciste à la vague d'islamophobie qui traverse l'Allemagne depuis un certain temps.


Après l’assassinat par un musulman d’un cinéaste néerlandais, la votation suisse contre les minarets, la diffusion du voile intégral en France, on constate un net décalage entre les élites politiques, associatives, et religieuses qui en appellent – non sans raison vertueuse - aux bonnes relations inter religieuses et inter ethniques, et l’opinion publique, plus proche des faits divers et qui réagit à vif sans toujours prendre le recul nécessaire. A terme, cela peut conduire à la faillite de toute une génération de militants qui ont baigné dans la générosité chrétienne et / ou socialiste et qui voient leurs efforts vains. Face aux faits que vivent les gens ou dont ils sont informés par les médias, que valent les discours moralisants et volontaristes  ?


Les gens ne font pas de détail et parlent souvent très franchement de leurs sympathies ou de leurs rejets. On le constate sur Internet dans les commentaires aux articles de journaux, dans les forums, au sein de la blogosphère, etc. Le parler cru et impertinent est applaudi sur les ondes et à la télévision. Sondages d’opinion et autres enquêtes bousculent de plus en plus souvent le politiquement et religieusement correct. Une dureté des relations sociales est entrain de s’instaurer. On ose désormais dire tout haut des choses qu’on pensait naguère tout bas. Les élites politiques, elles-mêmes, s’empoignent et s’étripent, donnant l’exemple. Dès lors, les élections peuvent réserver d’énormes surprises.

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans l'islam en Europe
commenter cet article
4 septembre 2010 6 04 /09 /septembre /2010 15:38

quickhallalEn plus des critiques de la part du Front national (FN), six députés de l’UMP sont immédiatement montés au créneau, dès le 1er septembre, pour dénoncer, au nom de la laïcité, l’initiative de Quick qui, en ne vendant que de la viande halal, instaure une discrimination de fait. La loi française est bien incapable d’empêcher une telle initiative commerciale « ciblée » ; c’est donc un baroud d’honneur, mais au moins ont-ils eu le courage de dénoncer ce glissement vers un communautarisme qui, en définitive, risque fort bien d’alimenter la stigmatisation de l’islam.


Ces députés font partie d’un collectif, « La Droite populaire », qui désire en revenir, disent-ils, aux fondamentaux de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007. Une aile droite de l’UMP qui veut faire barrage à la montée du FN. Ces députés sont maintenant au nombre de 37. Dans la même perspective, Charles Aslangul, conseiller UMP de Bry-sur-Marne, avait lancé le mouvement « Ordre républicain » ; il est convoqué par la Justice après avoir collé des affiches sur la devanture d’un Quick Halal, lequel a porté plainte pour racisme.


Cette re-mobilisation d’une Droite conservatrice et nationaliste annonce des présidentielles en 2010 où la question de l’islamisation des pays européens sera très certainement l’un des enjeux majeurs. Foire d’empoigne promise entre islamophobes et islamophiles !


Quick Halal ou comment jeter de l’huile sur le feu !


Les Actualités unitariennes s’abstenant de faire des choix politiques, nous ne donnons ici que la référence de leur position contre Quick halal, sujet religieux dont nous estimons devoir traiter à partir de notre tradition et éthique ; voir l’article du Monde, du 1er septembre « Imposer le halal est contraire à la laïcité, affirment des députés UMP ». 

 

Pour le point de vue des Actualités unitariennes sur les Quick halal, voir notre article "Lorsque Quick halal égorge les animaux à échelle industrielle" et notre appel à boycott.

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans l'islam en Europe
commenter cet article
4 septembre 2010 6 04 /09 /septembre /2010 06:28

 L’islamophobie n’est pas l’apanage des seuls milieux d’Extrême Droite. Le communautarisme musulman est sérieusement dénoncé par une partie des populations locales qui y voient une volonté de non intégration, un déni de la démocratie et qui craignent un envahissement de leur pays par des pratiques rétrogrades. Ils dénoncent une islamisation rampante qui se fait avec l’aval des autorités publiques incapables d’endiguer le flot. Il est vrai que, dans certaines villes, des quartiers sont carrément ghettoïsés. Le lien avec une immigration massive est évidente.


En France, le site Bivouac-id ( lien) se présente comme "un blog d’information sur l’islam et ses dangers". Il appelle ses sympathisants pour des « apéros républicains contre la charia ! ». Pour le samedi 4 septembre dans les villes de Paris, Bordeaux, Lyon, Toulouse, Strasbourg et Toulon. Il arrive à mobiliser de multiples mouvances qui ressentent la laïcité en danger.


« Pour le 140e anniversaire de la troisième République, rassemblons-nous pour un apéritif républicain et laïque qui témoigne de notre volonté que la loi républicaine élaborée par tous demeure au-dessus de toute autre loi, religieuse ou coutumière.


L’ennemie de la République est la charia, l’ensemble des préceptes islamiques, car elle refuse la démocratie, l’égalité homme-femme, les libertés de penser, de croire ou de ne pas croire, le droit au blasphème… Bref, la charia, qui est l’application stricte pour tout musulman de la loi coranique, s’oppose totalement aux valeurs universelles que les Lumières et la révolution française ont apportées à la France et à de nombreuses nations du monde entier et qui ont abouti, entre autres, à la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen. »


 Il relaie l’initiative du mouvement Résistance républicaine (lien), organisation de “défense de la République et de ses fondamentaux hérités de l’histoire et des Lumières”, présidée par Christine Tasin laquelle ne manque pas d’arguments et qui a son propre blog ( lien)

 

Sont également co-organisateurs de ces manifestations :

 

apero republicainActions Sita (Sensibilisation à l’islam Tous Azimuts)
Cared (Comité Aubois pour le Respect de l’Etat de Droit)
Comité Lépante, observatoire de l’islamisation des sociétés européennes.
Drzz.info, laboratoire d’idées et le site politique
Free World Academy, “think tank”, de “diffusion d’études, d’essais et de concepts destinés aux décideurs et aux intellectuels du monde libre.”
Génération gaulliste, mouvement gaulliste.
Institut Européen de Socialisation et d’Education (I.E.S.E.), association d’éducation populaire ayant pour but de “promouvoir les attitudes, les comportements, les compétences et les pratiques pro-sociales”.
Laïcité et République sociale, cercle de réflexions et d’actions de la gauche républicaine laïque et sociale
La Poule déchaînée, journal neo-moderne ironique occidental.
Le Gaulois, site patriote d’information et de veille anti-islamique.
L’Elan Nouveau des Citoyens (ENC), association nationale d’environ 6000 membres qui a pour objectif de développer la participation des citoyens à la vie de la Cité.
Le Parti de l’Innocence, constitué autour des valeurs de civisme, de civilité, de civilisation, d’urbanité, de respect de la parole et d’innocence”, définie selon l’étymologie comme une absence (idéale) de nuisance.
Ligue du droit des femmes, association féministe présidée par Anne Zelensky.
Puteaux-libre.over-blog.com, blog de défense de la libre expression et de la laïcité de Puteaux.
Rassemblement pour l’Indépendance de la France, (RIF), présidé par Paul-Marie Coûteaux, ancien député au Parlement européen.
Rebelles.info, blog ayant pour objectif de rassembler lles principales contributions des penseurs impertinents qui luttent contre la pensée unique sur différents sujets
Résilience TV, site de l’observatoire international des Libertés.
Riposte Laïque, “journal des esprits libres, pour l’égalité hommes-femmes, pour la République sociale, dirigé par Pierre Cassen.
Union gaulliste, association ayant pour but de “redonner vie à la démocratie en réaffirmant que celle-ci n’a de sens que si elle s’incarne dans la souveraineté du peuple, dans la solidarité du peuple, dans la solidarité de la Nation, et dans les valeurs républicaines”.
Union des Jeunes pour le Progrès (UJP), mouvement gaulliste fondé en 1966 par Robert Grossmann et Georges Pompidou.
Vérité, valeurs et Démocratie, association de défense de la Démocratie, la Laïcité et les droits de l’Homme.

 

Les mobilisations militantes sont souvent en réaction dialectique : aux excès des uns répondent les excès des autres et vice et versa ; un cercle vicieux s’installe alors et chacun se proclame victime de l’autre partie et outré par ses gestes et discours. Ayant concilié la foi et la raison dans leurs convictions, les unitariens pensent que chacun doit balayer devant sa propre porte et savoir participer à la vie civique et politique de son pays sans ambiguïté, sans prosélytisme et sans impérialisme, en tenant le plus grand compte des minorités, des étrangers et des règles démocratiques de vie en commun. Celles-ci doivent être affirmées d’une façon claire et nette par les autorités publiques et aussi par les autorités morales et religieuses. La loi doit effectivement être au dessus des personnes et des communautés fussent-elles religieuses.

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans l'islam en Europe
commenter cet article
4 septembre 2010 6 04 /09 /septembre /2010 03:30

L’islamophobie n’est pas seulement l’apanage des partis politiques d’Extrême Droite, mais aussi de démocrates irrités à juste titre par de nombreux faits divers qui illustrent un islam réactionnaire, rétrograde, archaïque, patriarcal, anti-féministe, homophobe, porté au communautarisme si ce n’est à la pratique de la charia. Le mutisme presque quasi total des autorités islamiques sur ces faits divers donne à penser – à tort – que cet islam est conforme au Coran et que c’est l’islam en tant que tel qui est ici concerné.


cheikh_bentounes_soufisme_coeur_de_l_islam_bis.JPGPar ignorance, mais aussi parce que ces mouvements sont malheureusement minoritaires et pas toujours audibles, nombre d'Européens ont somme toute peu connaissance des mouvements soufis qui présentent un tout autre visage de l’islam, ainsi que des intellectuels musulmans dits « laïques » qui luttent pour un islam réformé, adapté au monde moderne, acquis à la démocratie et à la laïcité, ou encore à l’islam modéré représenté par les imams des grandes villes qui disposent d’une culture théologique, désirent la bonne cohabitation inter-religieuse et font preuve de modération.


La même globalisation de l’islam est pratiquée par les islamophiles qui défendent l’islam envers et contre tout, sous estiment systématiquement tous les faits divers, nient systématiquement les enjeux sociétaux que ceux-ci révèlent, n’exercent aucune critique vis-à-vis de certaines pratiques manifestement inadmissibles dans un Etat moderne, couvrent tout, justifient tout, hurlent à la discrimination à la moindre remarque : touche pas à mon pote s’il est musulman !


Pire, certains partis politiques et équipes municipales, en pleine démagogie non avouée, misent sur l’électorat musulman, savent ménager le milieu, établir des compromis aussi discrets que possibles (les « aménagements raisonnables » pour reprendre l’expression d’un débat qu’il y eut au Québec en 2008) accordant volontiers des avantages de type communautariste (carrés à part dans les cimetières, heures de piscines réservées aux femmes musulmanes,  plus de viande de porc mais par contre viandes halal servies à tous dans des cantines, cultes réguliers occupant la voie publique, pressions sur le personnel hospitalier, etc.).


Les Actualités unitariennes, quant à elles, invitent à une meilleure connaissance de l’islam, de son histoire, de la richesse du corpus religieux de l’islam qui ne se réduit nullement à la seule charia ni même au Coran, du développement d’une civilisation qui a eu ses pages brillantes, des difficultés de développement que connaissent les pays musulmans, de l’impérialisme occidental qu’ils ont subi, du drame palestinien, du foisonnement des mouvements les plus contradictoires en son sein, etc.


Elles rejettent toute approche globalisante qui prête à amalgame et confusion. Elles prennent acte du fait que de nombreux musulmans sont parfaitement intégrés à l’Etat moderne et jouent le jeu de la démocratie et de la laïcité.


Elles se réservent toutefois le droit de critique selon la tradition unitarienne qui a toujours fait rimer ensemble la foi et la raison. Cette tradition, née du courant anti-trinitaire du XVIème siècle à la suite de Michel Servet (1511-1553) et qui a donné naissance à l’une des Réformes protestantes avec la fondation d’Eglises en Pologne, Lituanie, Transylvanie et Ukraine (l’Eglise unitarienne de Transylvanie, fondée en 1568, est la seule survivante, avec aujourd’hui quelques 100 000 fidèles). Esprit critique et remise en cause des dogmes et des croyances, à commencer par le christianisme au sein duquel notre tradition a vu le jour.


En conséquence, nous renvoyons dos-à-dos islamophobes et islamophiles !

 

Illustrations :
Le Soufisme, coeur de l'Islam : Les Valeurs universelles de la mystique islamiste, par Cheikh Khaled Bentounès, Romana Solt, et Bruno Solt (Poche, novembre 1999)
 Cheikh Bentounès est chef spirituel de la confrérie soufie Alaouia et auteur ou collaborateur de nombreux ouvrages.


Suite à la votation suisse, en novembre 2009, nous avons lancé les « Amitiés islamo-unitariennes » dont le site est hébergé par nos Etudes unitariennes  ( lien). Un manifeste est proposé à signature.

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans l'islam en Europe
commenter cet article

Articles Récents