Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

22 mars 2010 1 22 /03 /mars /2010 14:24
Le jeudi 7 janvier 2010, la Gendarmerie procédait à une perquisition des locaux du mouvement Terre du Ciel sans que le motif en soit donné. Nous avons, sur ce site, le jeudi 21 janvier, répercuté une première circulaire de Terre du Ciel en précisant bien qu'il ne s'agissait nullement d'une secte (lien). A ce jour, aucun motif d'inculpation n'est connu et du matériel n'a pas encore été rendu.

Devant une telle situation déniant toute justice et rappelant la chasse aux sorcières,
l'Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens (AFCU) apporte son entière solidarité à Terre du Ciel (lien).

bandeau-horizontal-revuesources.jpg
Nous reproduisons ici la dernière circulaire reçue aujourd'hui de Terre du Ciel.


Chers Amis. Deux mois et demi après la perquisition, les deux lettres de notre avocat demandant la restitution de mes carnets d’adresses professionnelles sont restées sans réponse. Les quelques dizaines de milliers d’euros saisis – acomptes ou soldes de stages – ne nous ont pas été rendus. Et nous ne savons toujours pas ce qu’on nous reproche.

 

Si l’on se rappelle aussi qu’il aura fallu quatre semaines et une très forte mobilisation de l’opinion publique pour que nous soient rendus nos ordinateurs et leur contenu, on ne peut que s'interroger sur l'intention qui se cache derrière cette opération. Car quelle entreprise classique pourrait survivre à un tel traitement ?

 

A travers Terre du Ciel c’est tout le mouvement du développement personnel, des médecines naturelles, des minorités spirituelles et des écoles parallèles qui est atteint. C’est tout ce qui est alternatif à la pensée unique du consumérisme et qui concerne les personnes sur lesquelles l’autoritarisme n’a pas de prise. Car qu’ont en commun les quatres secteurs d’activités mentionnés ? Ils créent des hommes et des femmes libres.

 

Est-ce cela qu’on nous reproche, à nous comme à vous qui partagez notre démarche. Nous nous sommes émancipés de l’emprise du modèle imposé – et nous refusons de jouer son jeu, car c'est un jeu stupide. Chaque jour nous grandissons en conscience et liberté, et c’est une menace pour un système qui avance à contre courant des lois de la vie.

 

Ces attaques qu’ont subies avant nous la Communauté de l’Essentiel, le Moulin de la Vallée, et bien d’autres qui ont dû souffrir dans l’anonymat, marquent le durcissement d’un système égaré qui lutte pour sa survie.

 

Gardons l’esprit de résistance. Cultivons l’esprit de résistance. De tous côtés se lèvent aujourd’hui de nouveaux résistants. C’est le tournant d’une civilisation qui se joue en ce moment.

 

C’est dans cet esprit de non-soumission que nous avons très vite réagi en programmant le forum de Pentecôte : “Spiritualité et Société - pour en finir avec le consumérisme, les chantiers du futur”. Il s’agit d’affirmer haut et fort nos valeurs, d’en démontrer la justesse – et d’afficher la large adhésion qu’elles suscitent dans toutes les couches de la société, et toutes les branches professionnelles. Et il s’agit aussi de mettre en place des outils qui feront reconnaître la justesse de notre vision.

 

Tous les intervenants pressentis et disponibles ont répondu présent dans un bel élan de générosité et de solidarité. Ce forum sera le plus beau, le plus fort rassemblement des pensées créatrices de la France d’aujourd’hui. Ce sera la plus belle université, comme la définit Bernard Ginisty, où les disciplines se croisent. Philosophes, avocats, religieux, médecins, paysans, enseignants, banquiers, sociologues, vont communier pendant trois jours dans une célébration de la Vie. Ils vont réaffirmer ensemble leurs valeurs suprêmes : accepter les lois de l’univers, se laisser habiter par le souffle de l’Esprit. Ils vont témoigner de la vraie fraternité.

 

Je me réjouis à l’avance de vivre ce grand moment, et j’espère que nous serons nombreux à nous y retrouver, et ensemble à célébrer. J’ai le sentiment fort que ce sera un moment fondateur.

 

Chaleureusement, Alain Chevillat

 

Vous pouvez voir et/ou télécharger la brochure complète du Forum (lien)
Le calendrier général de l’été est disponible sur notre site (lien

Les fiches détaillés de chaque stage seront consultables et/ou téléchargeables depuis la page calendrier d’ici la fin de la semaine (lien)

Une brochure est en cours d’impression et sera envoyée au fichier Terre du Ciel fin mars.

La revue Sources sortira fin avril ... avec une belle surprise qui sera un nouvel acte de résistance.


Repost 0
Published by Terre du Ciel - dans interfaith
commenter cet article
22 mars 2010 1 22 /03 /mars /2010 14:02

Rivon Krygier, la cinquantaine, anime la petite communauté Adath Shalom à Paris dans le 15ème arrondissement. Il y côtoie la salle de prière musulmane de Javel et la paroisse catholique Saint-Léon, avec lesquelles il a su nouer de bonnes relations. Des prières communes ont eu lieu pour demander la paix au Moyen-Orient.

Le voici maintenant invité par l’archevêque de Paris et cardinal, Mgr.  Vingt-Trois pour participer au carême que ce dernier a voulu placer comme un rappel de Vatican II. La réaction hostile de traditionalistes qui ont refusé d’entendre sa conférence (préférant réciter un chapelet ! lien) lui a fait brusquement de la publicité.

Ce rabbin appartient au massortisme, connu dans le monde anglo-saxon sous l’appellation « conservative » et qui se situe entre le judaïsme orthodoxe et le judaïsme libéral. Ce courant souhaite allier tradition (les règles de cacherout et de chabbat sont respectées, l’étude des textes occupe une place prépondérante) et la modernité. Il accepte une contextualisation des textes de la Thora et prône une recherche libre. Il considère que des idées bibliques ne sont plus d’actualité : l’infériorité de la femme, le mépris des bâtards, l’homophobie, l’anti-christianisme (pour les massorati, un rabbin peut entrer dans une église), l’apostasie, etc.

En alliant la foi et le raison, ce mouvement n’est pas sans rappeler ce que fut le socinianisme aux chrétiens (lien)

rabbin_rivon_krygier.jpgRivon Krygier est également docteur en sciences des religions. Enseignant au Collège des études juives de l’Alliance israélite universelle ou au Centre Sèvres, il consacre une bonne part de ses recherches et publications aux questions d’éthique et de théologie, ainsi qu’au dialogue interreligieux. Il est l’auteur de « La Loi juive à l’aube du XXIe siècle » et de « À la limite de Dieu » et d’une traduction en français de « Épître de la vie : Guide des coutumes traditionnelle juives en situation de maladie grave et de deuil » écrit par le rabbin Jonathan Wittenberg.

Pour les juifs orthodoxes, il est en rupture avec la tradition rabbinique, comme quoi chaque religion a ses traditionalistes et ses progressistes !

 
Adath Shalom, 8, rue George Bernard Shaw, Paris 75015, M° Dupleix, ligne 6
http://www.adathshalom.org ; http://www.massorti.com  

Repost 0
Published by Actualités unitariennes - dans le judaïsme
commenter cet article
22 mars 2010 1 22 /03 /mars /2010 10:12
Les dissidents de Vatican II ont longtemps surfer sur l’abandon du latin chanté à l’église dont les accents et les mélodies avaient bercé leurs enfances et sur les dangers selon eux d’une modernisation progressiste de l’Eglise catholique. Voilà que, désormais, l’actualité leur donne des cibles plus concrètes : les rencontres inter-religieuses où les catholiques tendent la main aux musulmans et aux Juifs, la lutte contre l’homophobie à laquelle les communautés religieuses sont conviées.

eglise-dans-tous-ses-etats_bis.JPGMieux, ces dissidents sont encouragés par les gestes d’accueil de Benoît XVI qui souhaite (ce qui est tout à fait compréhensible) résorber cette dissidence, par le succès inattendu de la votation suisse anti-musulmane et aussi par les controverses suscitées par la légalisation du mariage homosexuel et de l’adoption d’enfants par des couples homosexuels dans plusieurs pays européens.


Sur fond de grave crise économique mondiale, d’une gestion difficile et hyper sensible des flux migratoires, de recomposition et donc de fluidité du paysage politique *, l’Extrême droite fait florès. En France, lors des toutes récentes élections régionales, le Front national vient d’atteindre les 22,8% dans la région du PACA (la région de Marseille) et 22,2% dans la Région du Nord – Pas-de-Calais.

* montée en puissance d’un parti écologique de Gauche, échec d’une aventure centriste commencée aux dernières élections présidentielles avec pourtant 18% de l’électorat, marginalisation d’un parti trotskiste en principe d’ouverture à toute la Gauche « anti-capitaliste » avec pourtant un jeune leader charismatique, méfiance aussi vis-à-vis des partis politiques avec une dissidence socialiste gagnante au Languedoc-Roussillon et un Divers gauche soutenu par la majorité présidentielle en Guyane, etc.

Alors que les politologues prédisent que le système présidentiel à élection au suffrage universel conduit nécessairement au bipartisme à l’américaine (avec lamination du centre et des extrêmes), les dernières élections ont présenté un grand nombre de triangulaires. La cause : une Extrême Droite requinquée !

Or celle-ci a indéniablement une composante religieuse ainsi que le signalent des incidents récents dedans et près de lieux de culte : interruption de l’assemblée à Saint-Merri (1) et à Notre-Dame de Paris (2), contre manifestation musclée contre des homosexuels sur le parvis de cette dernière église (1) ; sans oublier le vandalisme déjà ancien mais continu de mosquées, de synagogues, de salles du Royaume (3) et de tombes par des nazillons.

(1) Voir la lettre ouverte adressée par le pasteur Stéphane Lavignotte à l'archevêque de Paris, publiée par le journal Libération le 23 février 2010), à la suite à plusieurs manifestations d'homophobie, et reproduite sur ce site (lien)

(2) ce dimanche 21 mars, le rabbin Rivon Krygier, invité par l’archevêque de Paris et cardinal, Mgr.  Vingt-Trois, à donner une conférence dans le cadre d’un Carême placé sur le thème « Vatican II, boussole pour notre temps », a dû la faire à partir de la sacristie car un commando de « traditionalistes » s’était mis à chanter le chapelet « pour réparer l’outrage » (sic), à savoir la prise de parole d’un rabbin juif dans le cadre d’un carême catholique (lien).

(3) « Les lieux de culte des Témoins de Jéhovah sont victimes d’agressions », article du samedi 19 décembre 2009 sur ce site (lien)

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans les dérives sectaires
commenter cet article
18 mars 2010 4 18 /03 /mars /2010 18:12
VS maison natale de MS façade portrait de MSL’Instituto de Estudios Sijenenses "Miguel Servet" (Michael Servetus Institute) (lien) organise le dimanche 18 avril 2010, à la Maison natal de Michel Servet, à Villanueva de Sijena (province de Huesca, Aragon), une Journée comprenant l’après midi des actes académiques.

Une première leçon magistrale de la part de D. Jaume de Marcos “Servet revisité : l’impact des idées de Servet en Transylvanie” (à 12 heure) et une seconde leçon, de Carmen Carera “Sijena et le prieuré de Blanche d’Aragon et d’Anjou” (à 13 heures).

plaque commémorative sur la façade de la maison natale de Michel Servet à Villanueva de Sijena. Photo Jean-Claude Barbier

Une offrande de fleurs aura lieu au pied du monument dédié à Michel Servet sur la place de l’église. La Journée se terminera au restaurant “La Bodega”, à partir de 14h 15. Les étudiants de l’université de Zaragosse sont invités à y participer, un rapport de leur part valant pour leur cursus universitaire.
Repost 0
Published by Actualités unitariennes - dans à propos de Michel Servet
commenter cet article
17 mars 2010 3 17 /03 /mars /2010 04:06

Appel du 17 mars 2010

 

Nous sommes plusieurs intellectuels de diverses confessions, inquiets des discriminations, des violences et des humiliations dont les homosexuels et transsexuels continuent à être l’objet. Bien éloignés de croire à un « sens progressiste de l’histoire » qui serait en quelque sorte irréversible et fatal, nous sommes inquiets de voir cette tendance répressive augmenter. Au-delà des convictions spirituelles, éthiques et même théologiques, nous croyons que nos Eglises et nos confessions religieuses ont une parole publique commune à tenir à ce sujet. Elles en auront l'occasion, d’ailleurs, avec la Journée mondiale de lutte contre l'homophobie et la transphobie, qui aura lieu dans deux mois exactement, le 17 mai prochain, et dont le thème porte justement, cette année, sur les religions.

 

homosexualite.jpg

Il faut le dire, nos sociétés semblent plongées dans une crise qui est tout autant morale qu’économique. C’est peut-être ce qui explique, un peu partout dans le monde, l’appel à rétablir un certain ordre moral, qu’il soit religieux ou laïc. S’il ne s’agissait que d’un appel au sens éthique de chacun, au sens où l’éthique est une parole qui ne tombe pas d’en haut et ne s’impose pas, mais se communique de proche en proche de façon « résistible », nous ne pourrions qu’applaudir. Que la crise en effet réveille des solidarités familiales, conjugales, amicales, qu’elle montre l’importance des fidélités mutuelles par lesquelles nous sommes engagés et attachés les uns aux autres, c’est possible, souhaitable, et important.

 

Mais cet ordre moral risque de se transformer en normes de droit qui légitimeraient plus d’exclusion et de violence, déjà perceptibles dans nos sociétés, à l’égard de ceux qui ont une sexualité différente de celle de la majorité. En effet, nous avons paradoxalement des secteurs entiers qui se « libéralisent », et d’autres où se renforcent des peurs, des cloisons et des murs là même où jadis tout était plus souple, plus ouvert à l’art ordinaire de vivre ensemble. Nous avons le sentiment que dans chaque famille religieuse se trouvent le meilleur et le pire, c’est à dire des expressions qui appellent au refus de ces violences et de ces humiliations, et d'autres au contraire qui y incitent.

 

Il ne s’agit pas de lutter pour un droit : l’homosexualité et la transsexualité sont des faits qui, sous des noms et des figures divers, ont toujours existé et existeront toujours. Ce n’est pas un fait « pathologique » à combattre, mais un fait dont il faut admettre l’existence. Que dans des sociétés où la différence des sexes est troublée par divers bouleversements sociétaux ou culturels, ce fait apparaisse sous un jour nouveau, qui fait peur ou suscite des espoirs irraisonnés, n’est pas non plus la question. Les discriminations, violences et humiliations qui frappent les homosexuels et transsexuels sont de toutes façons injustes à l’égard des personnes qui les subissent.

 

Nous en appelons à une déclaration commune, ou du moins à une expression claire de chacune des différentes confessions, ici en France, qui ne vise pas à demander pour les homosexuels et transsexuels le droit de se marier ou d’avoir des enfants, mais pour rappeler de façon solennelle l’importance de la lutte contre les violences homophobes et transphobes. C’est au plus haut niveau interreligieux que nous devons prendre la parole, rappeler les règles universelles des droits de l’homme, et ne pas laisser croire que nos Eglises et confessions religieuses sont complices de ce nouveau discours violent qui se répand, appelant à un ordre moral fantasmatique discriminatoire, et qui jamais n’avait existé comme tel.

 

Olivier Abel (philosophe),

Jean-Claude Guillebaud (essayiste),

Tarek Oubrou (théologien),

Rivon Krygier (rabbin)

 

ndlr : Olivier Abel enseigne la théologie à la Faculté protestante de Paris, Jean-Claude Guillebaud est catholique, Tarek Oubrou est recteur de la mosquée de Bordeaux et Rivon Krygier, rabbin. Ce message nous a été adressé par le collectif citoyen HM2F - Homosexuel(le)s Musulman(e)s de France. Les unitariens sont engagés dans cette lutte contre l'homophobie ; voir sur ce site les articles classés dans notre rubrique "L'homosexualité".

 

logo_HM2F.jpg

Repost 0
Published by Olivier Abel, Jean-Claude Guillebaud, Tarek Oubrou et Rivon Krygier - dans l'homosexualité
commenter cet article
13 mars 2010 6 13 /03 /mars /2010 19:45
Jean-Claude-Barbier--vignette--mai-2008.JPGAlors que le collectif pro-palestinien et anti-juif "Cheikh Yassin", à l'heure des prières, continue ses manifestations devant la mosquée de Drancy en proférant des injures à l'encontre de l'imam Hassen Chalgouni et de la communauté juive de France, nous avons décidé de rendre publique des extraits d'une lettre que nous avions, à titre individuel, adressée à cet imam en date du 31 janvier 2010, peu de temps après que le même collectif ait fait irruption au sein du lieu de prière pour un soi disant débat. Jean-Claude Barbier, chrétien unitarien

Cher Imam et Bien Aimé Frère,

Suite aux évènements qui ont indignement perturbé la vie de votre communauté de prière, j’ai rédigé un article dans nos « Actualités unitariennes » (lien), ceci dès que nous avons eu connaissance des faits, puis avec actualisation à ce jour compte tenu des informations reçues depuis. Nous tenons à vous assurer de notre respect et de notre soutien pour votre engagement dans le dialogue inter-religieux, au sein d’une laïcité respectueuse de toutes les religions.

Je suis chrétien unitarien, ce qui signifie que, en tant que disciple de Jésus, je n’adhère pas au dogme de la Trinité qui a divinisé sa personne (au IIIème siècle, bien après les évangiles). Pour nous, Jésus est un simple homme, un prophète dans l’acceptation habituelle du terme, mais en aucune façon un dieu, encore moins Dieu qui se serait incarné en lui ; si bien que, théologiquement, nous sommes de plain pied avec les juifs et les musulmans.

[...] Notre courant s’est également ouvert à d’autres croyants libéraux d’autres religions, si bien que nous comptons dans nos rangs des personnes musulmanes ou sympathisantes, que ce soit de pratique, de croyance ou de culture. Nous encourageons chacun à suivre la voie qu’il a choisie et l’invitons à partager sa foi et ses fêtes avec les autres et en toute fraternité. Nous avons ainsi récemment lancé les Amitiés islamo-unitariennes (AIU) à partir d’un manifeste et d’un groupe d’une dizaine de membres (lien).

Nous sommes bien entendu très soucieux de valoriser une éthique du dialogue [...]. Apprendre à écouter l’autre, à le comprendre, avant de réagir d’une façon plus où moins intempestive ; s’abstenir de procès d’intention et de toute agressivité ; savoir communiquer, aimer les autres, les encourager dans leurs propres choix et engagements (qui sont de leur entière responsabilité) ; se réjouir avec eux ; partager aussi les difficultés et les souffrances ; être avec eux en patience et en charité comme Paul nous le demande dans ses épîtres et être en compassion comme Dieu l’est aussi avec nous, ainsi que nous le rappelle le Coran.

Les espaces de prière et de culte sont ainsi, par excellence, des lieux d’apprentissage à la démocratie, à une cohabitation des uns et des autres qui se fait dans la paix, dans une osmose mutuelle, dans la joie du partage fraternel, sous le regard de Dieu. Les violences, les imprécations, les accusations, les anathèmes, le dogmatisme, le sectarisme ne doivent en aucun cas y prendre place.

C’est dire que nous suivons avec beaucoup d’attention et de sympathie l’effort des musulmans français pour vivre un islam serein, éloigné de l’emprise et du prosélytisme des sectes politico-religieuses qui, dans leur vision fanatique, voudraient accaparer votre religion. Nous sommes de tout cœur avec vous et avec votre combat. Il y a bien d’autres espaces pour faire de la politique, pour confronter nos arguments, développer nos controverses, s’engager dans des programmes d’action, militer dans des partis [...].

Je vous salue au nom de ma communauté, au nom de Jésus notre maître spirituel. Nous savons que Dieu, le Créateur, le Miséricordieux, le Matriciel, nous bénit tous sans aucune distinction, ni exclusive. Je vous prie de transmettre à votre communauté nos vœux de paix et de pleine entente ; que vos cœurs s’apaisent et s’ouvrent dans la prière et la méditation afin que vous y receviez pleinement le Souffle de Dieu.


Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans l'islam en Europe
commenter cet article
13 mars 2010 6 13 /03 /mars /2010 15:50
Initié en 1954 par l’islamologue Louis Massignon (1883-1962), le pèlerinage du Vieux Marché, en souvenir des Sept Dormants d’Ephèse, réunit chrétiens et musulmans. Il se déroulera les samedi 24 et dimanche 25 juillet au village Vieux-Marché, en Côte d’Armor, près de Plouaret, au nord de la route allant de Saint-Brieux à Morlaix. Il en sera la 56ème édition.

Voir l’étonnant historique de ce pèlerinage sur le site des Amitiés islamo-unitariennes (hébergé sur le site des Etudes unitariennes) (lien).

Louis_MASSIGNON.jpgLe thème en sera cette année « Les Sept Dormants parlent arabe, breton, français ... Traduire pour faire vivre ? » (il était l’année dernière « Pour une paix sereine »). Le samedi après-midi, un membre du collectif Hamidullah interviendra sur ce thème (Muhammad Hamidullah 1908-2002 traduisit le Coran sans jamais se départir d’une démarche scientifique rigoureuse- Hamidullah, Mohammad trad., Le Coran, Tawhid, 2001) ; également, Donatien Laurent, directeur de recherches émérite au CNRS et ancien directeur du Centre de Recherches Bretonnes et Celtiques (CRBC) de l’université de Bretagne occidentale. Ghaleb Bencheikh, animateur de l’émission « Islam » sur France 2 et auteur du livre « La laïcité au regard du Coran », modérera la rencontre. Anne Aufret et, sous réserve, un musicien-chanteur de culture arabo-musulmane, donneront quelques interludes puis se produiront dans l’église du Vieux Marché en fin d’après-midi.

Louis Massignon

Le dimanche matin : messe en la chapelle des Sept-Saints (hameau au nord-est du Vieux-Marché) et lecture de la sourate 18, dite "De la Caverne", à la fontaine des Sept-Saints.

Pas moins de 500 personnes y seront attendues durant ce week-end d’été. Les unitariens et leurs sympathisants y sont très chaleureusement invités.

Repost 0
Published by Actualités unitariennes - dans interfaith
commenter cet article
11 mars 2010 4 11 /03 /mars /2010 12:09
Dans nos Actualités unitariennes du jeudi 18 janvier 2010, nous avions déjà fait part du programme pour les vacances de Pâques : « Marcel Légaut : ses amis font colloque pour le 20ème anniversaire de sa mort » (lien). Nous continuons ici avec le programme d'été à la demande de Jacques Musset.

Vie spirituelle et modernité :
Les rencontres de Mirmande organisées par l’Association Culturelle Marcel Légaut

programme d’été 2010

Au milieu des collines qui surplombent la vallée du Rhône, entre Valence et Montélimar, Mirmande, un village classé parmi les plus beaux de France. En bordure du village, une grande maison, simple et fraternelle : la Magnanerie, achetée et rénovée en 1967 par Marcel Légaut et ses amis. Elle est aujourd’hui siège social de l’Association Culturelle Marcel Légaut. Là se tiennent chaque année, après Pâques puis tout l’été, des rencontres consacrées à une recherche spirituelle libre et exigeante, aux échanges, au recueillement et à la vie communautaire.

Mirmande_Drome.jpg

A l’origine de la Magnanerie, un homme et une communauté. Marcel Légaut  (1900-1990) universitaire et mathématicien ... En 1940, l’épreuve de la guerre, s’ajoutant à plus de quinze années de recherche spirituelle exigeante vécues en communauté de laïcs, provoque en lui une révision radicale : il quitte l’existence protégée de l’universitaire et mène avec sa famille l’existence difficile de paysans montagnards dans une ferme du Haut-Diois : les Granges de Lesches. Pendant les vacances scolaires, s’organisent dans le hameau rénové des activités de réflexion spirituelle, dans la détente, l’amitié et le recueillement, jusqu’au départ pour la Magnanerie. En 1967, dans l’ancienne magnanerie de Mirmande, qu’ils achètent et restaurent, Marcel Légaut et ses amis décident d’y tenir désormais leurs activités et d’y animer un centre prolongeant et remplaçant celui des Granges.

La Magnanerie est aujourd’hui ouverte à toute personne et tout groupe qui désire mener une recherche libre, sans à priori dogmatique, sur les questions essentielles, comme celles qui concernent la vie spirituelle, le développement de la personne et sa quête de sens, dans le contexte mouvant d’aujourd’hui.


« Créer, c’est rendre possible ce qui n’existe pas encore aujourd’hui,
sans quoi même ce qui existe aujourd’hui n’existera plus demain. ».
Marcel Légaut

mirmande_plan.jpg28 juin-4 juillet, Relire et écrire ma vie, avec  Étienne Godinot - Relire ma vie, « exercice » essentiel dans la démarche spirituelle de Marcel Légaut : regarder un événement, une décision, un secteur, une période ou l’ensemble de ma vie, resituer, interpréter, m’approprier. L’écrit est le moyen de cette relecture : mise en forme, distanciation, structuration. Chaque journée comportera deux ateliers d’écriture de 2 h ½  (écriture en silence sur un thème, lecture au groupe, réactions) dans un climat de liberté, de bienveillance et de confidentialité.
Supports du stage :
Ecrire ma vie, 80 exercices à faire chez soi ou en atelier d’écriture. Etienne Godinot, Chronique sociale, 2009, 13,90 € (www.ecriremavie.com)
Les chemins de la naissance à soi-même, Jacques Musset, Karthala, 2007, 18€ €
Inscription : Etienne Godinot,  4rue Joseph Brossard, 01 000 Bourg-en-Bresse, tél. 04 74 21 27 33


4 – 10 juillet, Sulivan, maître spirituel (en suivant « Ligne de crête ») avec Dominique Salin - Au Centre Sèvres, chaque année, le jésuite Dominique Salin aime commencer sa présentation des maîtres spirituels par Jean Sulivan. C'est que lui, Sulivan, n'a cessé de rechercher pour lui-même et pour chacun, le ton de liberté et d'humilité vraie d'une vie chrétienne délivrée. « Ligne de crête », écrit en 1960, est un écrit de moraliste et de spirituel qui invite chacun à « passer sur l'autre rive ». Il peut agacer parfois, il en appelle à nos vies. En alternant partages, lectures communes, et interventions préparées, il sera recherché une lecture en profondeur, éclairée par des exemples, de ce que peut être aujourd'hui un « maître spirituel » à la manière de Sulivan. L'expression elle-même interroge. Inscription : M. Jeannes, 72, rte du Château de Beauregard, 44 600 St Nazaire, tél. 02 40 22 43 41

11 – 17 juillet, Epouser son existence, avec Jacques Musset - L’expression est de Marcel Légaut dans «Prières d’homme». Elle résume en trois mots son incessante recherche qui devrait être l’ambition de chaque être humain. L’objectif de la semaine est que chacun puisse se dire à lui-même où il en est personnellement dans cette aventure intérieure. Il est aussi de pouvoir partager avec d’autres son chemin  singulier d’humanisation. « Solitaires parmi des solitaires, mais sur le chemin de l’unité ». Pour ce faire, nous nous inspirerons de la longue prière de Légaut : « Infimes et éphémères, mais nécessaires… » et de textes significatifs de son œuvre sur le sujet. Au cœur de la journée, nous bénéficierons de quelques heures de recueillement. Inscription : Jacques Musset 12, rue du Ballon, 44 680 Ste Pazanne 02 40 02 49 15

18 –24 juillet, L’être humain dans tous ses états, avec Bernard Lamy et Jean Millet - A partir de ce qui nous constitue, corps, psychisme et âme, nous spécifierons ce qui nous rend pleinement humains. Au travers de pratiques, lectures, exposés, échanges, nous aurons à cœur de stimuler notre liberté, et d’ouvrir un chemin de transformation pour consentir à ce que nous sommes. « Aider réellement l’homme signifie le réenraciner dans son sol essentiel ». (Graf Dürckeim). B. Lamy témoignera de notre dimension spirituelle et proposera l’exercice de l’assise silencieuse. J. Millet, ancien psychothérapeute, aidera à repérer comment nous construisons notre vie émotionnelle et relationnelle. Inscription : Bernard Lamy, 5, rue St Christophe, 25 770 Serre-les- Sapins, tél. 03 81 59 02 11

25 – 31 juillet, Comprendre le monde et l’Eglise d’où nous venons, avec Xavier Huot et Dominique Lerch - X. Huot présentera un travail sur « Marcel  Légaut et l’Eglise ». D. Lerch, outre l’étude du 17ème s. et de la floraison de l’école française de spiritualité, s’attachera à explorer la question de Pie XII et le nazisme, la béatification probable de ce pape posant des questions graves en l’absence d’ouverture des archives. Inscription : Dominique Lerch, 10 allée Nicéphore Niepce, 94 300 Vincennes, tél. 01 43 65 47 16
Lectures :
Blet Pierre s.j. : Pie XII et la seconde guerre mondiale (Perrin)
Wolf Hubert, le pape et le diable. Pie XII, le Vatican et Hitler (CNRS éditions)
Passeleccq Georges, Sucheky : L’encyclique cachée de Pie XI . Une occasion manquée de l’Eglise face à l’antisémitisme (La Découverte)


1er – 10 août, La foi : ouverture créatrice du monde et de soi, avec Patrick Valdenaire et M. Th. Weisse - St Anselme enseigne que la foi a rapport au « plus grand que ce qui peut être pensé ». La foi serait donc cette pensée qui, quand elle pense, autrement dit passe à l’acte, pense plus que ce qu’elle peut penser. De son côté, Matisse écrit que « lorsque l’artiste a produit quelque chose de bien, il s’est involontairement surpassé et ne se comprend plus ». La pensée charnelle de l’art partage avec la foi incarnée le même excès de la pensée sur elle-même. C’est ce partage que nous souhaiterions mettre au travail cette année. Renseignements et inscription : P. Valdenaire 58, rue de Landrecies 59360 Le Cateau, tél. 03 27 84 80 34

11 - 18 août, Solitude et itinéraires spirituels : peut-on témoigner de l’indicible ? avec Th. de Scott, F. Servigne, D. Arnaud - Expérience humaine éprouvée parfois tôt dans l’existence, la solitude fondamentale est source de vie spirituelle. Assumée, elle en devient un fruit, au point de devenir aussi chemin de communion dans nos relations humaines, même les plus intenses. Comment cela peut-il se faire et à quel prix? Pour explorer ce thème essentiel, nous serons invités à des partages de lecture et de vie ; nous approfondirons chaque jour certains textes de Marcel Légaut, tirés de « Méditations d’un chrétien du 20ème siècle ». Ce livre est disponible sur place. Inscription : Thérèse de Scott, Rue des Carillonnneurs 10, B.1348 Louvain-la –Neuve  tél. 010 45 39 15

19 – 27 août, Devenir disciple de Jésus selon Marcel Légaut, avec Antoine Girin et Renée Collet - Devenir disciple de Jésus  nécessite de passer de chrétien de croyance à disciple de foi. A partir des écrits de Marcel Légaut (chap. 5 et 6 de « Mutation de l’Eglise et conversion personnelle » ), mais aussi d’autres spirituels, nous rechercherons ce que peut signifier avoir foi. Notre expérience, nos références, guideront notre recherche du disciple qui, avec une vigoureuse indépendance, se sent appelé à continuer la mission de Jésus… Thierry Magnin et Jean Vidaud apporteront leur témoignage. En après-midi et soirée, sera présentée une ouverture à différents auteur et engagements selon les propositions ou attentes des participants. Inscription : Antoine Girin,  12, rue du Vieux Château – 42 390 Villars, tél. 04 77 93 47 24

27 – 31 août, Histoire des groupes Légaut, avec Xavier Huot et Dominique Lech - Rappel de la documentation existante, grâce au travail de Xavier Huot. Etude sur Jean Coeurdevey (passeur pour Légaut à St Cloud), sur André Glossinde et Jean Haumesser, à partir des archives nationales, de leurs publication et témoignage. Antoine Girin nous éclairera sur Quelques Nouvelles. Toute autre proposition de témoignages, d’archives ou de photographies est la bienvenue. Inscription : D. Lerch  10, allée Nicéphore Niepce – 94300 Vincennes, tél. 01 43 65 47 16

8 – 14 septembre, Guérison et/ou salut ? avec Dominique Arnaud - Tous les discours actuels sur la fin du monde ne sont-ils pas l’expression de la nécessité d’être sauvé, dans une société déchristianisée où la recherche de la guérison est passée au premier plan ayant peu à peu évacué celle du salut ? On ne guérit pourtant pas de sa condition humaine, de ce qu’elle comporte de vulnérabilité, de blessures incontournables. Nous chercherons ensemble pourquoi et comment différencier voie de salut et voie de guérison dans l’accomplissement de nos vies. Inscription : Dominique-Hélène  Arnaud, Côte chaude, 26 270 Mirmande 04 75  56 19 92

15 – 22 septembre, Qu'est-ce qui vous fait mieux vivre et comment le communiquer ? Avec le groupe «Jésus simplement». Pour poursuivre notre dernière session " Vivre jusqu'à ce que mort s'ensuive " nous souhaitons que nos prochaines retrouvailles soient essentiellement un échange profond sur ce qui nous fait vivre, sur ce qui, au cours de la présente année, aura aidé chacun d'entre nous dans sa propre spiritualité, parole entendue, lecture, exemple de vie, expérience vécue. Ces sources , choix personnel de chacun sur lequel il pourra s'exprimer, induiront une méditation sur «  Comment et à quel endroit suis-je touché et bougé par ce que j'ai rencontré ? ». Inscription : Bruno Ploix, 93, rue de Rennes – 75006 Paris, tél. 01 42 22 72 01

26 septembre – 1er octobre, Jésus, ferment de l’homme, avec Jacques Musset - C’est l’une des appellations donnée à Jésus par Marcel Légaut dans l’une de ses prières. Elle résume ce que fut Jésus pour lui, ce qu’il peut être pour tout homme qui  ressent en lui l’exigence de vivre vrai et de penser juste. Jésus est ferment par la manière dont il a conduit son existence avec authenticité et fidélité, par l’engagement de sa vie au service de la dignité de l’homme, par sa disponibilité aux appels qui montaient en lui, issue d’une Source intime, par sa liberté intérieure assumant ses choix risqués jusqu’à la mort. Nous nous référerons à des textes de Légaut et aux évangiles. Nous nous interrogerons : quelle résonance en nous ? Inscription : Jacques Musset, 12, rue du Ballon  44 680 Ste Pazanne, tél. 02 40 02 49 15

Comment se rendre à Mirmande ?

Mirmande est situé entre Valence et Montélimar.
Par le train : Au départ des gares SNCF de Valence-Ville et de Montélimar, un service de car dessert la localité de Saulce-sur-Rhône, à 3 km de Mirmande. A Saulce, il y a la possibilité d’obtenir un taxi : M. Frey (04 75 63 00 38). On peut également appeler la Magnanerie ( 04 75 63 10 83 ). Si une voiture est disponible, on viendra vous chercher.
Par la route : A la sortie de Saulce – sur - Rhône, en direction du sud, prendre sur la gauche la route de Mirmande. Ne pas s’engager dans le village de Mirmande. Suivre les pancartes. La Magnanerie est située sur le côté nord-est du village.

Informations pratiques

Prix de la journée
Il s’élève à 32 € ( 27 € à partir du 11ème jour). Apporter si possible vos draps et serviettes (sinon + 6 €). Gratuité pour enfants jusqu’à 8 ans. 17 €  de 8 à 15 ans et étudiants.En cas de difficultés financières, en parler avec le/la responsable du séjour.
Commencement du séjour : La rencontre commence à 19 heures du premier jour indiqué, avec le dîner. Il vaut mieux arriver plus tôt pour s’installer.
Cotisation à l'Association
Prévoir en plus pour ceux qui ne sont pas déjà adhérents, le règlement de la cotisation à L’Association Culturelle Marcel Légaut laquelle est tenue de respecter la réglementation des ERP (établissements recevant du public) de 5ème catégorie et la loi de 1901 qui demande à chaque résident de régler la cotisation annuelle qui est de 22€ (32€ pour un couple).
Site internet Marcel Légaut
(lien)
Repost 0
Published by informations Jacques Musset - dans catholiques libres en action
commenter cet article
9 mars 2010 2 09 /03 /mars /2010 14:32
Les sites sont maintenant nombreux à proposer des prières, des méditations, des textes spirituels (1), ou des sermons, homélies, prédications ou prêches de Carême ou de Ramadan (2) ou encore des vidéos de cérémonies en ligne ; On peut aussi déposer des intentions et des demandes de prières (3).
(1) dans le cas de notre Eglise, voir sa rubrique « un espace de prière et de méditation »
(2) toujours dans le cas de notre Eglise, voir sa rubrique « la chaire du pasteur »
(3) idem, voir la rubrique « nos faire-part »

Mais peut-on aller plus loin ? faire des cultes en direct et qui soient interactifs ? Oui ! Les unitariens francophones l’on fait ce dimanche 7 mars 2010, de 10h 30 à 11h 30.

EUfr-1b.gifFondée en juin 2008, sur la Toile, l’Eglise unitarienne francophone (EUfr) (lien) s’est rapidement organisée comme toute Eglise protestante avec un conseil d’Eglise (7 membres pour l’instant), un pasteur titulaire de la chaire (la révérende Maria Pap, ministre du culte de l’Eglise unitarienne de Transylvanie), une bibliothèque (des livres recommandés), des œuvres humanitaires (aide aux étudiants pygmées du Congo RDC), etc.

le logo de l'EUfr : un calice et sa bougie encerclés par l'anneau multicolore du drapeau de la Francophonie.

Elle a commencé à organiser un culte mensuel à partir de juin 2009, chaque premier dimanche du mois, sur la base de célébrations libres et en deux temps : un culte de maison, chacun faisant culte selon sa propre tradition, suivi d’un échange d’expérience sur le site (en envoyant les messages au webmestre du site). Il est apparu rapidement le besoin de faire des choses non seulement le même jour, mais aussi en commun :

1 - le rituel de l’allumage de la bougie ou de l’huile du calice, si cher au cœur des unitariens (lien)

2 - la lecture de la prière mensuelle qui est proposée par une congrégation unitarienne et qui est envoyée par notre réseau mondial, l’International Council of Unitarians and Universalists (ICUU), à toutes les autres communautés unitariennes du monde entier (lien)

3 - Ensuite le besoin s'est fait jour d’un même cheminement liturgique, d’un fil conducteur, d’un canevas que chacun pourrait suivre. Puis un pas décisif a été fait avec la préparation quelques jours auparavant du culte par un volontaire : choix d’un ou plusieurs chants spirituels en vidéo, de textes (un extrait du Nouveau testament ou d’un autre corpus fondateur d’une religion, poème ou texte « profane » incitant à la méditation, etc.), et d’une progression du culte. Chaque culte sera ainsi préparé chaque mois par un animateur différent qui imprimera sa marque, son style tout en facilitant l’expression des uns et des autres.

4 - Au cours du culte, les participants, sur le site (qui est de type blog) utilisent les commentaires en bas d'article pour s’exprimer ; ceux-ci s’inscrivent alors en temps réel. Ces mêmes participants doivent toutefois réactualiser la page d’écran afin de lire les commentaires faits par les autres. L’avantage par rapport à un tchat habituel, c’est que les participants ont sous les yeux la ou les vidéo qui ont été proposées, les textes choisis, des illustrations ou autres documents. Je précise que le site de notre Eglise, œuvre entièrement bénévole, est soigné, et que nous faisons tout notre possible pour que sa vision en soit à la fois simple et agréable. Après le culte, le webmestre peut réintroduire les commentaires qui ont été fait dans le canevas du culte.

Un tel culte, entièrement innovant, a eu lieu ce dimanche 7 mars. Un groupe de jeunes adultes unitariens a vécu intensément cette première expérience … et promet de recommencer ! Donc, comme on dit, à suivre.

Ce vécu cultuel des unitariens est ouvert à tous puisque notre tradition accepte les gens comme ils sont, avec leurs propres cultures, leurs appartenances antérieures, leurs itinéraires spirituels, leurs diversités et leurs talents. En plus, nous pensons que ce genre de culte peut être accueillant pour nombre de croyants qui pour des raisons d’isolement géographique ou de rupture idéologique ou autres avec leur communauté d’origine se retrouvent hors assemblée priante. Nous savons combien nombreux en souffrent. Aux lieux de culte en pierre et en dur, ne faut-il pas ajouter désormais des lieux de culte sur la Toile ?

L’initiative de notre Eglise francophone montre que c’est possible et constitue en quelque sorte un prototype. Mieux, elle participe d’une recherche d’alternativité pour tous ceux qui, pour une raison ou une autre, ne se sentent plus à l’aise dans leur propre Eglise mais qui ne veulent pas pour autant – ce qui est parfaitement légitime – changer de confession ou de religion. L’offre que nous faisons n’est donc pas un appel à dissidence et en nul cas prosélyte.

L’Internet nous propose de nouveaux modes de relations sociales, une sociabilité basée à distance et dans l’immédiat sur l’interactif ; c’est à nous de savoir en profiter. La mouvance unitarienne, minoritaire mais aussi moins engoncée dans des pesanteurs, nouvelle en France depuis 1987 *, donc en chantier, ouverte aux autres de par son adhésion totale à la liberté de pensée, est particulièrement apte à une telle recherche et prospective.
* récente en France, mais très implantée dans les pays anglo-saxons (au Royaume uni depuis le XVII° siècle et aux Etats-Unis depuis XIXème siècle. Notre Eglise historique, en Transylvanie, quant à elle, date des Réformes protestantes du XVIème siècle ; elle fut fondée en 1568. On compte près d’
un million d’unitariens de par le monde.

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans la culture Internet
commenter cet article
3 mars 2010 3 03 /03 /mars /2010 04:35

Notre prochain café-bouquin, organisé conjointement par DLE (Droits et Libertés dans les Eglises) et FHE (Femmes et Hommes en Eglise-Genre en Christianisme), aura lieu le mardi 30 mars de 18h30 à 20h, chez Temps Présent, 68 rue de Babylone 75007 Paris (métro St François Xavier). Notre échange portera sur le livre de Pierre Valiron et Philippe Deterre "Chercheurs en science, chercheurs de sens",  paru aux Editions de l'Atelier en 2009.

 

pierre_valiron.jpgPrésentation de l'éditeur

 

Alors que la science déploie ses capacités à l’infini, quel sens peut bien avoir le métier de chercheur scientifique au XXIe siècle ? Philippe Deterre, prêtre et biologiste, et Pierre Valiron, astrophysicien et agnostique, ont voulu confronter leurs idées sur la recherche scientifique et son rôle dans la société.

 

À partir de leurs découvertes, mais aussi de leurs interrogations, ils analysent le formidable défi qui attend la recherche d’aujourd’hui, bombardée de questions. Où va la science ? Que nous dévoile l’histoire de l’univers et la découverte récente des exo-planètes ? Comment conjuguer ce que dit la science et ce que pense le croyant ?

 

Défendant avec ardeur la recherche fondamentale, les deux chercheurs ne perdent jamais de vue la place de l’homme dans leurs travaux et dans leurs échanges. Pour eux, « L’aventure scientifique ne prend sens que dans son rapport à l’humain », comme le souligne dans sa préface Pierre Léna. Ce livre constitue un dialogue courageux, argumenté et clair, qui est aussi un partage d’humanité entre deux chercheurs passionnés qui invitent à leur suite le lecteur en quête de sens.

 

Cet échange est largement ouvert à toutes et tous, merci de diffuser l'information autour de vous. Jean-Pierre Schmitz ( FHE / Genre en christianisme)

 

Repost 0
Published by Jean-Pierre Schmitz
commenter cet article

Articles Récents