Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

20 juin 2009 6 20 /06 /juin /2009 11:17

Voile intégral (niqab) et burqa mettent la laïcité à la française au défi !

L’interdiction du port de signes religieux ostentatoires à l’école et dans les administrations et services publics a mis opportunément un terme à une escalade politico-religieuse menée par les islamistes en France et, d’une façon générale, en Europe et dans les pays jusqu’à présent non-musulmans du monde entier. Mais cela n’a pas interdit le port du voile islamique dans les autres espaces publiques.

Or, depuis un certain temps, on voit de plus en plus déambuler des burqa (avec petite fenêtre grillagée à la mode afghane), des encagoulées en tulle noire, des voiles qui ne laissent voir que les yeux. Ce ne sont pas des étrangères en séjour en France, mais bel et bien, pour la plupart, de jeunes françaises converties à cette exhibition vestimentaire par les salafistes. Quant au hijab, il correspond à ce que nous connaissons déjà avec les " bonnes sœurs " catholiques et il laisse le visage ouvert, et ne porte donc pas atteinte aux relations sociales.


Parmi les excentricités religieuses, il faudrait noter aussi les têtes rasées et maintenues telles comme chez des religieuses bouddhistes.


Face à ces nouvelles mœurs qui se répandent, surtout véhiculées par des milieux islamistes ritualistes et fanatiques, les vieilles sociétés européennes réagissent en ordre dispersées, avec des attitudes les plus variées et contradictoires.

les " négationnistes " qui n'ont toujours rien vu et ne verront jamais rien ;

les " relativistes " qui disent qu’en pourcentage ce n’est guère important ;

les " intégrationnistes " qui pensent qu’avec le temps ces femmes masquées adopteront les valeurs communes;

les " absolutistes ", défenseurs inconditionnels des libertés religieuses et autres, qui ne veulent aucune régulation "liberticide"

les " ethnologues " qui veulent que les coutumes étrangères (en l’occurrence patchoune pour la burka) soient respectées, même en dehors de leur aire ethnique ;

les " musulmans communautaristes " qui ne balaient jamais devant leur porte et qui craignent qu’on va (encore) " discriminer " leur religion

les " patriotes " qui craignent une invasion verte déjà faite ou imminente :

les " féministes " qui y voient une atteinte à la femme ;

etc.


Et puis, il y a aussi les " réalistes " qui ne s’en laissent pas conter, qui savent bien que ce phénomène vestimentaire prend de l’ampleur, qu’il est lié à un fanatisme religieux, qu’il véhicule une image de la femme rétrograde et archaïque que nous ne pouvons plus accepter car totalement incompatible avec notre civilisation.

Certes, on peut multiplier à l'infini les arguments dans un sens ou dans un autre ou les deux à la fois, biaiser et se contorsionner intellectuellement, patauger dans les contradictions les plus flagrantes, le bon sens ne peut que se révolter contre une telle image de la femme prise comme femme sandwich pour affirmer des fantasmes sexuels et religieux, même si les femmes en question seraient consentantes, libres dans leur tête, elles mêmes militantes au nom de leur foi religieuse, etc.


Et si l’on accepte les femmes encagoulées, pourquoi alors ne pas accepter les femmes nudistes dans nos espaces publics ? Et puisque le nudisme est limité à des espaces privés, pourquoi alors ne pas faire de même pour les femmes encagoulées et leurs entremetteurs.

Vive les fantasmes religieux ... en privé ! Ici un essai de compromis entre burka et liberté sexuelle ... à l'usage de ceux qui veulent gérer les contradictions et faire des "arrangements", des "accomodations", pour mieux intégrer certains immigrés "militants" et croyants excentriques.

En tout cas, en Iran et en Afghanistan et autres pays musulmans, tous les reportages nous le confirment, de nombreuses femmes sont fort heureuses de se libérer dès qu’elles le peuvent de la burka et autres voiles intégraux ... Sachons respecter leur combat et dire "non" nous aussi, sans ambiguité et sans contorsion, à la burka.

" Nous vivons une étrange époque ... Salons pornos, films x et industrie du sexe "fleurissent" un peu partout et en même temps, certains veulent cacher complètement leur corps ", (Nicolas S., groupe Yahoo Unitariens francophones, message du 20 juin 09).

La pétition lancée par le député communiste André Gérin, maire de Vénissieux (banlieue de Lyon) et 58 autres parlementaires signataires (de tous les partis politiques : deux autres communistes, sept socialistes, 43 UMP, deux du " Nouveau centre " et trois non inscrits) est particulièrement opportune. Elle demande la formation d'une commission parlementaire sur la question. Nous saluons aussi les membres du Gouvernement qui ont immédiatement embrayés à titre personnel : comme Xavier Darcos (ministre de l'Education nationale), Fadela Amara (secrétaire d'Etat à la Ville), Rama Yade (secrétaire d'État aux Droits de l'homme), Luc Chatel (porte-parole du Gouvernement), Nadine Moreno (secrétaire d'Etat à la Famille), etc. 

Ajout du 20 juin 09
: 73 parlementaires sont désormais signataires de cette pétition (soit + 2 socialistes et + 13 UMP par rapport à la liste initiale).

Ajout du 22 juin 09 : Nicolas Sarkozy s'est exprimé lundi après-midi en tant que président de la République lors de son discours au Congrès réuni à Versailles en rappelant que le voile intégral n'était nullement une prescription de l'islam et qu'il était signe d'asservissement de la femme. Il a souhaité que ce problème soit traité par le Parlement.

Dalil Boubakeur
, recteur de l'Institut musulman de la Grande Mosquée de Paris, a aussitôt salué ces déclarations.

Ajout du 30 juin 09 :  une proposition du dessinateur Chappatte à l'intention des partisans des "accommodements malgré tout"


Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans l'islam et le voile intégral
commenter cet article
19 juin 2009 5 19 /06 /juin /2009 16:52

Né à Nazareth, en Galilée, vers l’an 7 avant Jésus-Christ.

Fils de Joseph (de la descendance de David) et de Miriam (Maria en romain, de la descendance d’Aaron par une femme).

d'après le "Suaire de Turin" et les techniques photographiques de la NASA.

Groupe sanguin AB (celui-ci est le plus rare avec une fréquence de 3 à 5% en Europe, 10 à 12 % en Chine et au Japon et pouvant atteindre jusque 15 % au Moyen-orient dont le peuplement est fort hétérogène).

Taille, plus de 1,70 m. 
Cheveux longs et barbe

Portait une robe (comme celle de Trèves ? dont la largeur sous les bras est de 1,09 m)
et une tunique (celle d’Argenteuil ? 90 cm sous les bras) d’un seul tenant, qui sera tirée au sort par les soldats romains lors de son supplice.

Il rejoint en automne 26 * le mouvement de Jean (son cousin maternel ?) qui, depuis le printemps ou le début de l’été de l’an 26, baptise sur les rives du Jourdain. Jean est prêtre de la tribu des Lévi, un descendant d’Aaron, le frère de Moïse.
* L’année automne 26 – automne 27 est une année sabbatique durant laquelle les paysans doivent laisser la terre se reposer ; ils sont donc plus disponibles pour circuler en dehors de leurs villages.


Début de l’an 28, il se replie en Galilée, sur les rives du lac de Tibériade après l’arrestation de Jean-le-baptiste par Hérode Antipas (le prisonnier sera décapité un an après, au début de l’an 29). Il prêche la repentance de nos péchés, la justice vis-à-vis des opprimés, l’arrivée imminente du Royaume de Dieu et le Jugement dernier.

De décembre 29 (ou avant), jusqu’au printemps de l’an 30, Jésus est probablement réfugié à l’est du Jourdain.


Mi mars de l’an 30, arrivée de Jésus à Jérusalem en vue de la Pâque fixée le vendredi 5 avril, le 15 nisan. Veut-il mettre à profit la longue fête (le jour de la Pâque suivi d'un sabbat) pour mobiliser la foule ?


Il est arrêté et condamné à mort sous Ponce Pilate (procurateur de la Judée de 26 à 36), sous le règne d’Hérode Antipas (fils d’Hérode le Grand, roi en Galilée et sur la Pérée de - 4 à 39) ; Anne, le gendre de Caïphe, étant Grand prêtre à Jérusalem.


Il est couronné d’épines par dérision pour ses supposées prétentions royales par la Légion romaine et f
lagellé * avec le fouet utilisé par les Romains (le flagellum) dont les lanières sont terminées par des os de moutons. Il porte sur son dos la traverse de son supplice (le patibulum) (voir aussi les traces correspondantes sur la tunique d’Argenteuil). Puis crucifié à la méthode domaine. Le supplicié, allongé par terre, est cloué au patibulum à chaque poignet (ce qui fait replier le pouce), puis la pièce de bois est montée sur le pieu (le stauros). Ensuite un clou transperce les os des talons – les deux talons étant superposés – les pieds légèrement fléchis pour que le supplicié appuie sur ses pieds et tire sur ses bras afin de pouvoir respirer (l’agonie pouvait durer 2 à 3 jours). Sur ordre de Ponce Pilate, le motif de la condamnation est mentionné sur un écriteau, rédigé en latin, en grec et en hébreux "Voici Jésus, le roi des Juifs").
* Jésus reçut le deuxième des châtiments corporels en usage chez les Romains, à savoir la flagellatio, qui prenait place entre la simple fustigatio et, le plus cruel, la verberatio.


Mort en l’an 30, à la veille de la Pâque juive, ayant une trentaine d’années, après avoir été exhibé au sommet du Golgotha de 9h à 15 heures.


La cause de la mort est mis au compte de l’asphyxie du supplicié, mais en juin 2005, le docteur israélien Benjamin Brenner, chercheur à l’hôpital Rambam d’Haïfa pense que, dans le cas de Jésus, ce fut peut-être une embolie pulmonaire liée au stress de la Passion et le fait que Jésus fut privé d'eau et nourriture pendant les 12 heures qui ont précédé sa mort. De là le sang mélangé à de l’eau qui sort de la plèvre perforée par le coup de lance.


Percé au flanc droit par un coup de lance lorsqu’il était déjà mort ; 
n’ayant pas eu les os du tibia brisé (pour accélérer la mort juste avant le début du sabbat) puisque déjà mort. Transporté avec un suaire sur la tête en comprimant le nez par où avaient lieu des écoulements de sang (d'après les analyses du suaire d’Oviedo).  Déposé provisoirement dans une tombe, dans des jardins aux abords immédiats du lieu de supplice. Mis dans un linceul de lin, tissé à la mode locale et où l’on a retrouvé entre autres des pollens de Palestine.  Enterré définitivement dans un autre lieu ; à Talpiot (entre Jérusalem et Béthanie où Jésus avait des amis) ?

Jésus aura une succession dynastique en accord entre sa famille et les apôtres et autres disciples.


Son frère, Jacques, lui succède à la tête de la communauté judéo-chrétienne de Jérusalem. Jacques est mis à mort * en 62 à l’initiative du Grand-prêtre Anne II (le fils de Anne qui instruisit le procès de Jésus). Anne II mit à profit l’absence de procurateur à Jérusalem entre la mort de Festus et l’arrivée d’Albinus ; pour cela, il sera destitué par Hérode Agrippa II qui était à Césarée.
* Il fut précipité du haut de l’enceinte sud-est du Temple, puis lapidé et achevé à coup de bâton, d’autres disciples sont condamnés à mort avec lui.

Simon prend la succession. Est-ce le Simon qui est mentionné dans la liste des frères de Jésus, sans doute comme étant le cadet car il vient en dernier après Jacques, Joset/Joseph, et Jude ... et devant les soeurs de Jésus ? 
Il est dit "fils de Clophas" par Eusèbe, lequel précise que Clophas est frère de Joseph. Clophas est connu dans l'évangile de Jean comme époux d'une nommée "Marie". Le Simon qui prenda la succession pourrait être alors un cousin de Jésus. L'historien James Tabor va plus loin en pensant que Clophas aurait pu épouser Marie selon la coutume du lévirat, et Simon être finalement demi-frère de Jésus (et pas seulement son cousin).
Quoiqu'il en soit, il est à la tête de la communauté de 62 à 106  - date à laquelle il est crucifié, ayant plus de cent ans selon Epiphane, sur ordre de l’empereur Trajan parce qu’il était un descendant du roi David.

Jude lui succède. Le Jude, frère de Jésus mentionné dans les évangiles, est sans doute mort depuis, mais les Constitutions apostoliques, rédigées à la fin du IVème siècle, avancent que ce Jude était également un frère de Jésus ! Retenons l'hypothèse d'un lien de parenté.

Suite à la Seconde guerre Juive, l’empereur Hadrien exclut tous les Juifs de Jérusalem en 135. On retrouvera trace de la communauté " nazoréenne " à Pella en actuelle Jordanie (où ils seront considérés comme une secte par les Pères de l’Eglise car trop judaïsant aux yeux de ces derniers bien qu’acceptant les textes canoniques). Egalement en Syrie chrétienne, la secte des Eboniens qui eux n’acceptent que l’évangile de Matthieu et sont très anti-pauliniens.


Les judéo-chrétiens de Jérusalem étant appelés les " nazoréens " (sans doute pour désigner les adeptes de celui qui était originaire de Nazareth), Jésus sera dit aussi Jésus-le-Nazoréen. 
Il est de nos jours connu sous le nom de Jésus-Christ (Jésus l’Oint, le Christ, le Sauveur que les juifs messianiques attendaient).


Sources :


James Tabor, 2006, La véritable histoire de Jésus ; un enquête scientifique et historique sur l’homme et sa lignée, Paris : Robert Laffont, 345 p., traduit en français par Bernard Cohen.


Divers sites consultés sur le linceul de Turin, le suaire d’Oviedo et le codex hongrois De Pray.

Voir sur ce site les rubriques "le temps des évangiles" et "le tombeau de Jésus".

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans le temps des évangiles
commenter cet article
16 juin 2009 2 16 /06 /juin /2009 14:23
Avec raison, les gouvernements et les médias ne veulent pas, comme on dit, jeter de l'huile sur le feu quand on connaît la virulence du président iranien et sa dangerosité avec le nucléaire militaire. Il en résulte prudence et langue de bois. Ceci dit, la blogosphète est plus libre et c'est finalement grâce à une plate-forme relationnelle, Twitter, que la nouvelle génération iranienne, très instruite et urbanisée, est en train de surfer pour se libérer d'un régime fasciste et honni.

la plate-forme twitter se représente souvent sous la forme d'oiseaux, ici soulevant une baleine ! 

Nationaliste, populariste et démagogue, manipulateur de foules et des bulletins dans les urnes, verrouillant les médias, xénophobe et anti-sémite, négationniste de la Shoa, militariste à l'extrême, invoquant Dieu sans vergogne, le président iranien fait indéniablement penser à Adolf Hitler.  Jusqu'à ces lendemains d'élections où il va rendre visite sans tarder chez son allié russe (pour un pacte iranien-russe ?). Certes le parallèle vaut ce qu'il est : autre temps, autres pays ; mais faut-il être encore munichois ?  Eh oui, le régime est bel et bien fasciste, avec le vert de l'islamisme en l'occurrence !

Nous sommes avec les étudiants iraniens, avec les baha'is et les autres minorités opprimées pour leur religion, avec les contestataires anti-cléricaux, avec tous ceux dont les bulletins de vote ont été détournés ; nous sommes du côté de ceux qui veulent libérer leur pays et sauver leur culture d'une dictature politico-religieuse bornée et désormais sanglante.

Ajout du jeudi 18 juin :

L'ampleur de la fraude électorale se confirme. Le président sortant n'est arrivé qu'en 3ème position ! Les milices ont fait main basse sur les urnes électorales, les autorités religieuses sont complices, la répression bat son plein. Voir un
récent article publié dans Libération.

Amnesty International donne une liste déjà très longue de ceux dont l'arrestation est connue.

Ajout du vendredi 19 juin :

Lu dans le journal La Croix : "En Iran, le clergé chiite reste divisé dans la crise", lien.

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans halte aux génocides
commenter cet article
16 juin 2009 2 16 /06 /juin /2009 12:11


Lancement du Prix " ÉVANGILE ET LIBERTE "

 

Évangile et Liberté est une très ancienne association protestante libérale, surtout connue par son mensuel du même nom (lien). L’association et le journal ont le souci de contribuer à promouvoir un christianisme moderne. C’est-à-dire un christianisme qui ne soit pas prisonnier de dogmes fatigués et bien souvent extérieurs à la Bible, ni de formes de pensées périmées qui ne retiennent plus l’attention de nos contemporains.


Face aux christianismes conservateurs, qui voudraient que rien ne bouge, parce que la vérité immuable a été dite une fois pour toute, nous voulons défendre une recherche de Dieu encore en mouvement, une religion tolérante et ouverte sur le monde, une liberté de penser et de croire, comme il convient à chacun. Nous voulons défendre une pensée moderne adaptée à l’évolution des sciences et des cultures et capable d’éclairer ce siècle qui cherche encore ses repères.


Pour promouvoir ce christianisme libéral, il nous faut lancer des actions nouvelles qui lui permettent de s’affermir au milieu des désordres de ce temps. Nous voulons encourager la recherche, l’adaptation de la culture religieuse au monde moderne et les formulations nouvelles de la foi. C’est pourquoi nous lançons le
Prix ÉVANGILE ET LIBERTE qui récompensera, pour cette première manifestation, l’auteur d’un ouvrage inédit traitant du sujet suivant : Dieu, une invention ? 

Le prix est d’une valeur de 3 000 Euros. L’ouvrage devra se situer dans une perspective religieuse libérale et innovante. Il sera rédigé en français et son volume est laissé à l’appréciation de l’auteur. Le texte devra être envoyé avant le 31 décembre 2010 en six exemplaires à Maitre Bernard MARION, huissier de justice, Rue des Chicanettes, 30610 Sauve.

Nous faisons effort pour avoir dans le jury un représentant du catholicisme, du judaïsme et de l’islam.
Le règlement complet peut être consulté sur le site de l'association. 

La Direction d’Évangile et Liberté

Repost 0
Published by Evangile et Liberté - dans les protestantismes
commenter cet article
14 juin 2009 7 14 /06 /juin /2009 09:52

Depuis le 12 mars 2009, Témoignage chrétien (TC), qui se présente désormais comme promouvant la "résistance spirituelle", a considérablement élargi son réseau commercial. Vous le trouverez désormais dans de nombreux bureaux de tabac et librairies. En voir la liste sur son site, lien.

Témoignage chrétien a été fondé en 1941 par des chrétiens engagés dans la résistance au nazisme.

Repost 0
Published by Actualités unitariennes - dans catholiques libres en action
commenter cet article
12 juin 2009 5 12 /06 /juin /2009 09:39

La ville fait sans cesse reculer la campagne, et donc l'agriculture qui pourtant la fait vivre. La ville manque d'espaces verts et, dans de nombreux pays qui n'y prennent garde, ceux qui existent sont vite grignotés par la pression foncière. Si les jardins familiaux et l'horticulture sont encore possibles dans les banlieues, ils ne le sont plus dans les mégalopoles. 

L'architecte français Vincent Callebaut a proposé pour New-York, une ferme urbaine sous la forme d'une tour haute pivotante. Bien entendu les frais de production des légumes et des fruits seront d'un certain niveau, mais cette agriculture sous serre gagnera en économie d'énergie par suite de la rotation de l'édifice en fonction de son meilleur ensoleillement, et aussi d'une meilleure régulation thermique. Les panneaux solaires pourront lui assurer l'énergie dont elle aura besoin. L'élevage pourra se faire en rez-de-chaussée.

On peut imaginer qu'elle puisse se rentabiliser avec une restauration biologique sur place et aussi la visite de nombreux touristes, voir servir de musée vivant pour les visites scolaires.  L'arche de Noé n'est pas loin !

Voir le site de l'architecte où se trouvent également bien d'autres projets écologiques, lien




Repost 0
Published by Actualités unitariennes
commenter cet article
10 juin 2009 3 10 /06 /juin /2009 14:58

Ces Journées annuelles du protestantisme libéral sont organisées par l’association Evangile et Liberté, lien, les samedi et dimanche 10-11 octobre 2009 au Club-Belambra "Presqu’île du Ponant", rue Saint-Louis, à la Grande-Motte, sur la côte au sud-est de Montpellier. En plus des tarifs habituels, est proposé un forfait tout compris du vendredi soir au dimanche midi est de 195 E pour un couple et de 135 E pour personne seule. Tarifs collectifs gratuits à partir de Montpellier pour ceux qui viendront par train. Garderie pour enfants de 3 ans et plus.

" […] Nous ne pourrions pas vivre sans ces altérités qui sont suffisamment étrangères pour rompre la monotonie de nos jours et suffisamment familières pour ne pas nous effrayer outre mesure […] " Henri Persoz.

Communications prévues :
 

Dieu et l’homme, par Raphaël Picon, professeur de théologie

L’homme et l’animal, par Elisabeth de Fontenay, philosophe

Pauvreté et richesse, par Michel Crespy, journaliste, Redouane Es-Sbanti, pasteur, Nicolas Cochand, professeur de théologie

Des hommes et des femmes, par Jean-Paul et Anne Sauzède, psychothérapeutes

Croyant et non croyant, par Marcel Bolle de Bal, professeur de sociologie et Laurent Gagnebin, théologien. 

Le culte sera présidé par James Woody, pasteur de l’ERF et l’envoi fait par André Gounelle, théologien. Une soirée musicale, le samedi soir, avec Eric Galla, pasteur, et son groupe de jazz Esprit Swing.

Renseignements et inscriptions (avant le 15 septembre) : Lucette Marion, 293, impasse Saint-Alban, 30100 Alès, tel. 04 66 86 27 10, courriel lupi.marion@orange.fr

Repost 0
Published by Evangile et Liberté - dans les protestantismes
commenter cet article
8 juin 2009 1 08 /06 /juin /2009 14:51

Après avoir vu le film "Home" à la TV, je suis allé le revoir au cinéma : c'est incomparable. Permettez-moi de vous dire : vous devez tous aller voir ce film et le recommander chaudement à vos connaissances et si possible aussi aux responsables des médias et de la politique. Vous trouverez ci-joint ce que j'en ai retenu. Puisse ce film être un événement qui change un peu la face du monde par une vaste prise de conscience de "l'homo sapiens" !
par Philippe de Briey, le 8 juin 2009
P.S. à voir ce lundi 8 à 22h.10 sur France 3: "Complément d'enquête" portera sur l'alimentation: "Main basse sur la terre. Et si demain on n'arrivait plus à nourir la planète ? "


Un pareil film, il n’en sort pas souvent ! En plus d’images magnifiques provenant du monde entier, en plus de musiques tellement belles et évocatrices pour accompagner ces images, le contenu est exceptionnel. Le film d’Al Gore sur le réchauffement climatique a provoqué une première prise de conscience généralisée de la menace planétaire, mais avec « Home », nous la touchons du doigt, pour ainsi dire. Les images s’accumulent, nous percevons en quelques dizaines de minutes l’histoire de ces quatre milliards d’années qui a produit cette planète extraordinaire, cet immense univers végétal et animal : quel trésor fabuleux a reçu en héritage « l’Homo sapiens » apparu il y a environ 200.000 ans et devenu progressivement le maître de cet univers.

Mais que se passe-t-il depuis un ou deux siècles ? que s’est-il passé durant ces 50 dernières années surtout ? Cette espèce humaine a triplé, des villages sont devenus des villes immenses aux gratte-ciels montant jusqu’aux nuages, le trafic routier, maritime, aérien a été multiplié par vingt, etc.  « Tout s’accélère ! » scande le film comme un refrain, mais c’est cette accélération qui est le grand problème justement : car ce qui s’accélère en même temps, c’est l’effet de serre, la fonte des glaciers, l’assèchement des fleuves et de la nappe phréatique, la misère des bidonvilles, l’érosion et la désertification des sols, etc.

Disparition des forêts au profit notamment de la production de soja et d’huile de palme pour le bétail ou d’eucalyptus pour le papier, raréfaction accélérée des poissons, disparition quotidienne et à jamais de multiples espèces animales et végétales, disparition progressive de ces éléments naturels équilibrants et protecteurs que sont les mangroves, les massifs de corail, les marais, sans parler des glaces du Groenland qui sont en train de glisser vers l’océan où elles feront monter le niveau des mers.

Le film montre bien une série de facteurs d’accélération de toutes ces destructions et du réchauffement : notamment la fonte du permafrost sibérien qui dégagera une grande quantité de méthane, un gaz qui provoque l’effet de serre vingt fois plus fort que le dioxyde de carbone, la fonte de la banquise qui protègeait l’océan du réchauffement par les rayons du soleil.

Saisissante aussi est l’exploitation éhontée et complètement folle des ressources minières : le pétrole en particulier qui est devenu l’élément-clé de tout ce « développement » et notamment de l’agriculture (transports, tracteurs, engrais, pesticides, arrosages qui utilisent aussi 70% de l’eau douce disponible, mais de plus en plus rare : beaucoup de fleuves et des milliers de puits, en Inde par exemple, sont à sec et partout la nappe phréatique descend).

Le film heureusement nous montre en finale une série d’initiatives qui sont en train de surgir pour faire face à ces énormes défis planétaires. (il aurait pu en montrer davantage, mais le film aurait alors été trop long, souhaitons que Yann Arthus-Bertrand y consacre tout un prochain film). Chacun est invité à devenir un être responsable : oui, nous aurons à répondre devant nos enfants et petits-enfants, mais aussi devant toutes les victimes actuelles et futures de cette frénésie de consommation et de confort qui a marqué ces cinquante dernières années.

Car c’est bien là le problème : nous sommes un milliard d’humains (sur 6,5, bientôt 7) à avoir adopté un mode de vie dont nous voyons clairement aujourd'hui qu’il détruit notre belle planète, qu’il viole la justice élémentaire pour les autres, contredit gravement notre respect prétendu de la vie, végétale, animale, humaine. On estime déjà aujourd'hui à 300.000 par an le nombre de nos « prochains » qui meurent chaque année des diverses conséquences de ce système mondial qui enrichit toujours plus les riches et appauvrit toujours plus les pauvres.

C’est une réalité écrasante, mais on peut la voir aussi comme une tâche enthousiasmante, la construction d’une humanité nouvelle. Une très large prise de conscience a lieu partout, c’est le premier pas. Une minorité est déjà en train de changer son mode de vie, par exemple sa consommation de viande ou d’énergie (chauffage, voiture, voyages) et de plus en plus de gens se mettent à réexaminer leurs habitudes, à comprendre que le bonheur n’est pas dans toutes ces facilités. Collectivement, nous voyons déjà le « boomerang » annoncé par Susan George depuis des années : pression migratoire incontrôlable, révolte des pays pauvres, « haine de l’occident » (Jean Ziegler), délocalisations et chômage, déprimes et solitudes, violence ou désespoir d’une partie des jeunes, etc. Il est grand temps d’arrêter cette course absurde et scandaleuse à la croissance matérielle ! 

Le film peut être visionné gratuitement pendant dix jours sur You Tube, ou mieux sur le site du film jusqu'au 14 juin. 

Repost 0
Published by Philippe de Briey
commenter cet article
5 juin 2009 5 05 /06 /juin /2009 09:42

Ce jeudi soir 4 juin, sur le plateau d’"A vous de juger", dans la toute dernière ligne droite de la campagne européenne, Arlette Chabot a eu fort à faire pour maîtriser le débat entre huit ténors politiques invités sur France 2 : des injures entre certains se traitant de "menteur", de "minable" de "non présidentiable", etc. Même la journaliste fut envoyée au diable par un protagoniste !

En quoi notre démocratie est-elle malade ? nonobstant ceux qui, avec lyrisme (durant cette émission du moins), on dit vouloir l’exporter aux quatre coins du monde connu ... tout en en donnant (le temps de cette émission du moins) un spectacle bien lamentable !

Il y a d’abord une question de définitions à rappeler : comme par exemple la différence entre le libéralisme économique "sauvage" et le libéralisme économique régulé par l’Etat et les instances internationales, entre les conversations menées avec la Turquie pour un partenariat privilégié et celles concernant son adhésion à l’Europe communautaire, sur ce qu’on appelle un sondage d’opinion (qui n’est point le résultat électoral bien entendu !), etc. Sans le rappel de ces définitions, les discutants ne parlent pas de la même chose.

Dans le même sens, le rappel, par un historien ou un journaliste, des évènements passés, de la chronologie d’une question en cours, des réactions et des interprétations auxquelles ils ont donné lieu, de la présentation des statistiques, de leurs sources et de leur fiabilité, des sondages d’opinion, etc., ceci afin d’éviter les négationnismes de plus en plus fréquents de nos jours, chacun se réinventant une histoire qui l’arrange en traitant allègrement l’autre de menteur, de manipulateur, d’hypocrite, etc.


Il faut savoir surtout que notre "démocratie" a mis en place une foire d’empoigne à tous les niveaux en valorisant la compétitivité agressive, l’interpellation impertinente au nom du franc parler, le bagout pour monopoliser la parole au détriment des autres, les argumentaires à la place de la réflexion, l’accusation des autres et les procès d’intention comme attaque ou contre attaque, etc. Naguère c’étaient les Eglises et autres communautés religieuses qui s’arrogeaient ainsi l’exclusivité de la Vérité et du quoi faire et les leçons à donner aux autres ! Depuis, les partis politiques ont largement pris le relais.


Chaque débat entre hommes politiques ou encore entre journalistes "militants" / partisants tourne désormais au marché aux braillards. L’un n’a pas encore fini de s’exprimer que des rafales de mitraillette arrivent déjà ! Les partisans (naguère les dévôts des Eglises) applaudissent à tout rompre et comptent les coups ! Le système est idéologiquement tribaliste.


Il y a de toute évidence une question d’éthique. Ne faudrait-il pas rappeler aux uns et aux autres que tout dialogue repose sur l'honnêteté, la réflexion sincère, l'écoute de l'autre et non sa caricature, l'humilité aussi vis-à-vis des problèmes à résoudre et les grands enjeux.


Et puis ne faudrait-il pas aussi que les organisateurs se montrent plus fermes dans le respect des règles du jeux : certes la spontanéité a ses charmes mais l’indiscipline tourne vite à la confusion. Un bon exemple sur la façon de procéder : le Parti socialiste avait parfaitement réussi ses primaires aux dernières élections présidentielles en dépit des forts antagonismes qui existaient alors entre ses candidats ; ceux-ci s’étaient exprimés à tour de rôle.

Certes l’agressivité lors des débats à la télévision amuse la galerie, fait bondir les audiences, mais ne donne guère un bon exemple. Ceci dit, c'est intéressant, je l'avoue, de voir les hommes et les femmes politiques en pleine spontanéité (comme s’ils se déshabillaient devant nous*) même si cela parfois/souvent laisse pantois ! Au moins, nous voilà prévenus qu’ils sont bien humains …

* allusion à la série télévisée "Streap tease, déshabillez-vous".


Serais-je nostalgique d’une culture ancienne de la proximité où l'on apprenait à se respecter soi-même pour respect à autrui (et bien entendu pour soigner sa bonne réputation !). Aujourd’hui, on apprend plutôt à se lâcher ! Cela peut avoir des avantages ... et des désavantages.

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans vive l'inter-convictionnel !
commenter cet article
3 juin 2009 3 03 /06 /juin /2009 20:33

La Bolivie (capitale La Paz) a connu des dictatures militaires de 1964 à 1982. Durant cette période, des personnes ayant un engagement syndical ou politique ont disparu. Aujourd’hui, des familles demandent à l’Armée des informations, les dépouilles des défunts et leurs effets personnels, ainsi que l’accès aux archives. Trois femmes mènent une grève de la faim depuis déjà un mois.

Eva Morales, l’actuel président, est au pouvoir depuis le 22 janvier 2006. Il est d’origine amérindienne et mène une politique qui se veut progressiste, mais il n'a pas encore donné suite à ces revendications.




Parmi ces femmes, Olga Flores Bedregal, unitarienne-universaliste et qui est bien connue de cette mouvance car participant régulièrement aux rencontres de l’International Councils of Unitarians and Universalists (ICUU), à droite sur les photos. Son frère Carlos Bedregal Flores a disparu en 1980.

Jusqu’à présent, la presse française n’a pas encore fait part de cette action alors que la vie de ces 3 femmes est très sérieusement en danger. Pour le suivi de cette grève de la faim, lien

Sur le site de l’International Convocation Unitarian Universalist Women (ICUUW), vous pourrez trouver des adresses utiles ainsi que des modèles de lettre en anglais et en espagnol à envoyer aux autorités boliviennes et inter-américaines.

Additif du 11 juin 09 :

En mon nom personnel, j'ai écrit à l'ambassade de France à La Paz. J'ai reçu un message d'Olga me disant qu'elles avaient cessé leur grève afin de ne pas mettre leur santé en danger. Elles ont du être hospitalisées  afin de pouvoir récupérer. Le président bolivien n'a pas bronché. Elles entendent bien entendu continuer leur action sous d'autres formes.

"Ya salí de la huelga, pero AGRADEZCO profundamente tu carta a la embajada de Francia porque es importante mantener la preocupación sobre el tema ya que el gobierno ha pretendido ignorarnos. No pude escribir antes porque estuve en el hospital recuperándome. Muchas gracias, sigamos adelante en nuestra caminata por la justicia". Olga (11 juin 09)


Repost 0
Published by Actualités unitariennes - dans la non-violence
commenter cet article

Articles Récents