Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

16 avril 2009 4 16 /04 /avril /2009 06:07

Composée en 2005, la prière des chrétiens unitariens français a été traduite en plusieurs langues.  Nos langues locales ne sont pas oubliées : une version en basque vient d'être publiée, et nous espérons qu'une version bretonne suivra. Cette prière fut présentée comme prière mondiale pour le mois de mai 2008 par l'International Council of Unitarians and Universalists (ICUU).

Nous remercions François Arnault, chrétien unitarien de Pau (Béarn, France), pour cette traduction.



Les unitariens entendent valoriser toutes les cultures humaines ; elles font partie de la richesse de notre humanité. A la veille de la fête de la Pentecôte, prions Dieu dans notre propre langue.

à voir sur le site de l'AFCU, à la rubrique "le calice des unitariens"

Repost 0
Published by Actualités unitariennes - dans U en Europe francophone
commenter cet article
14 avril 2009 2 14 /04 /avril /2009 14:00
Il fréquentait tout le monde disent les évangiles ...

"La Cène selon eux", vue sur le site "ailes d'ange"

Repost 0
Published by reproduit dans les Actualités unitariennes - dans le temps des évangiles
commenter cet article
8 avril 2009 3 08 /04 /avril /2009 04:49

L'unitarisme contemporain, ce sont à la fois des communautés rurales - comme en Transylvanie (Roumanie), pays khasi (en Inde) lien, pays kissi (au Kenya) lien, populations pygmées (au Congo RDC) lien, etc. - et des communautés citadines.

Ce sont à la fois des Eglises locales avec une culture toute paroissiale (en Roumanie et Hongrie, et dans nombre de pays anglophones - Grande-Bretagne,  Etats-Unis, Canada, Inde, Nigeria, etc.) et à la fois une multitude de réseaux et d'associations mobilisateurs des ressources humaines.

L'unitarisme contemporain, ce sont des ministres du culte, des conseils d'Eglise et de nombreux militants ; une tradition maintenue et une modernité progressiste ; une ouverture aux autres sans prosélytisme ; une vitalité enracinée dans des siècles d'histoire et construisant l'avenir ; une théologie plurielle et une inclusion de toutes les grandes sagesses qui font la richesse du patrimoine mondial. Pour information et plus, contact.

calendrier d'une paroisse en Transylvanie 
rencontre de femmes unitariennes-universalistes (UU Women) à Houston, au Texas, du 26 février au 1er mars 2009

Repost 0
Published by Actualités unitariennes - dans unitarisme (divers)
commenter cet article
4 avril 2009 6 04 /04 /avril /2009 05:21

Après la série déjà impressionnante des propos réactionnaires du pape depuis son élection, l’ambiance est celle des fins de règne. Des hommes politiques s’insurgent contre des prises de position qui sapent les efforts des politiques de santé. Les sondages d’opinion posent ouvertement la question du maintien de Benoît XVI à la tête de son Eglise, lien. Des manifestations publiques, avec pancartes et banderoles, mobilisent des foules. Des choses impensables il y a seulement quelques mois.

A Buenos Aires, ils étaient 1 100 ce lundi 30 mars, pour une séance publique de débaptisation. Cette apostasie collective marquait la fin de la campagne "Pas en mon nom" (" No en mi nombre "), lancée à l'initiative de plusieurs associations LGBT.

Celles-ci ont été rejointes par des athées qui n’approuvent pas la confusion entre l’Etat et l’Eglise. Il faut dire qu'en Argentine les symboles religieux sont présents dans les écoles, les hôpitaux et les administrations publiques ; de plus, l'Eglise catholique y reçoit des subventions en fonction du nombre de baptisés.

Photo de Mathilde Guillaume pour le journal Têtu.

En France, il y a eu campagne de débaptisation lorsque le pape est venu aux célébrations du baptême de Clovis à Reims – mais cela concernait des anti-cléricaux. Il y a maintenant, fait nouveau, des catholiques qui décrochent (voir un témoignage dans notre dernier bulletin de la Correspondance unitarienne).

Pour se faire débaptiser, la procédure est simple. Il faut adresser une lettre à l’évêque de son lieu de baptême en indiquant le jour et la paroisse.

Ceci dit, les unitariens respectent et acceptent le baptême des autres communautés chrétiennes. Ceux qui nous rejoignent gardent leur baptême, même si ce fut un baptême d’enfant – en cela les unitariens se sont démarqués des anabaptistes qui, eux, rebaptisaient systématiquement leurs ouailles. Sur le plan théologique, les anabaptistes avaient raison : le pédobaptême n'a aucun fondement puisqu'il s'agit d'un rite de conversion et donc nécessairement lié à un engagement pleinement lucide et responsable. 

Repost 0
Published by Actualités unitariennes - dans la Contre-Réforme
commenter cet article
3 avril 2009 5 03 /04 /avril /2009 03:48

 A la suite d’une série de gaffes du pape Benoît XVI depuis son élection, qui sont en fait autant de pas dans la voie d’une restauration des positions ultra-conservatrices de l’Eglise catholique romaine, le paysage religieux – du moins en France – s'en trouve, par contre coup, modifié profondément : les sondages révèlent que 52% seulement des catholiques pratiquants souhaitent désormais le maintien de Benoît XVI à la tête de leur Eglise, ce qui est bien peu (pour des pratiquants !) quand on pense qu’ils étaient 86% six mois plus tôt *.  C’est dire combien çà décroche très sérieusement ! 
* voir notre article du dimanche 22 mars dans les Actualités unitariennes " le pape capote dans les sondages ! "

Des évêques, eux aussi surpris par la brutalité des propos du pape, interviennent pour rappeler le message de compassion de l’Eglise, les mouvements catholiques libéraux en colère écrivent à leur évêques, s’adressent aux médias (dernièrement la Fédération des réseaux des Parvis qui regroupe quelques 50 mouvements et réseaux), des hommes politiques sortent de leur réserve habituelle et critiquent ouvertement les positions du Vatican en matière de santé publique.

Alors que faire pour les catholiques contestataires ? Tout ceux qui ont mal à leur Eglise ? Certains rejoignent l’Eglise réformée de France (ERF),  dont on connaît le niveau de qualité ; d’autres partent sur la pointe des pieds, quelques uns demandent à être rayés des listes du baptême ...

N’est-il pas temps de proposer des alternatives comme on su le faire depuis plusieurs décennies déjà nombre de communautés de base qui, avec ou sans la complicité de vieux prêtres de la période de Vatican II, en général en toute discrétion, à la maison ou dans des salles paroissiales ou de presbytères, pratiquent des célébrations libres ? Mais alors, n’est-il pas temps AUSSI de sortir de cette trop grande réserve et discrétion pour affirmer que c’est bel et bien le peuple assemblé qui fait l’Eglise et non la hiérarchie, qu’il faut faire " Eglise autrement ", qu’il faut, sans plus tarder, aller louer Dieu sur les parvis des lieux de culte (d’ailleurs pour beaucoup quasiment toujours fermés ou bien déserts), aller clamer sa rébellion devant les évêchés lorsque leur titulaire sont des " parachutés " par le Vatican pour noyauter les Eglises diocésaines selon sa politique réactionnaire.

Les unitariens, qui s’inscrivent dans cette mouvance chrétienne libérale, sont en mesure – aujourd’hui – de faire une proposition, ceci grâce à une Eglise sur la Toile qu’il ont fondée en juin 2008 et qui fonctionne comme une vraie Eglise (avec un conseil d’Eglise, un pasteur titulaire, une chorale mise sur pied, un candidat au ministère du culte en formation, des activités sociales – en l’occurrence une aide aux étudiants pygmées du Congo RDC, etc.) : selon la tradition non dogmatique qui est la nôtre, l'Eglise unitarienne francophone (EUfr), ouverte à tous d’une façon inclusive, sans nulle discrimination, offre son "espace de prière". Référence.


L'un des logos de l'Ong des unitariens-universalistes auprès des Nations Unis (UU-UNO).

Il ne s’agit pas là d’une proposition prosélyte car, chez nous, chacun est libre de conserver sa propre identité religieuse et confessionnelle, son ou ses propres appartenances (Eglise, loge, mouvements, etc.), de participer ponctuellement, d’entrer et de sortir à sa convenance et à son rythme.

Vous pouvez nous adresser vos prières, vos méditations, individuelles ou collectives, nous faire part des célébrations libres que vous organisez régulièrement ou occasionnellement avec votre groupe de prière, ou à la maison au sein de votre famille, avec des voisins ou amis, etc. Les textes peuvent être développés ou bien être brefs, peu importe. Ils peuvent être accompagnés de photos dont l'affichage sera de qualité grâce à la plate-forme d'Over-blog sur laquelle nous travaillons (jusqu'à 600 pixels pour les plus grandes).

Exprimez-vous selon votre propre foi, votre culture religieuse, votre langage, vos convictions. Louons Dieu avec les mots et les gestes qui nous tiennent à coeur. Chérissons la Vie en en respectant le mystère et la beauté. Disons aux autres notre amitié, encourageons les dans leur engagement. Sauvons tous ensemble notre terre verte, notre planète bleue.

A un moment où tant de chrétiens ne se sentent plus à l'aise au sein de leur propre communauté paroissiale ou encore au sein de leur Eglise elle-même, l'EUfr et toutes les autres congrégations unitariennes sont des lieux d'accueil où aucun credo n'est demandé, ni aucune conversion, ni aucune rupture de ses appartenances, et qui respectent votre entière liberté d’engagement. Les unitariens acceptent les baptêmes des autres communautés chrétiennes. Ils laissent chacun libre de ses pensées et opinions. Ils proposent non pas un encadrement mais un accompagnement spirituel.

Ainsi Jésus accueillait-il tout le monde et ne condamnait personne. Que nos Eglises soient effectivement des lieux attractifs !

Avec tout ceux qui rêvent de " faire Eglise autrement ", cessons de formuler des voeux et passons aux actes. Notre Eglise sur la Toile est une Eglise alternative qui se veut interactive. C'est une Eglise ouverte et chaleureuse. Rejoignez-nous ! que vous soyez unitariens convaincus ou simplement sympathisants ou encore en hospitalité passagère.

Dans
sa rubrique "faire part", vous pouvez aussi dire ce que vous faite, vos projets, les évènements de votre vie et de votre famille, etc. Là aussi, nous vous offrons l'interactivité d'une véritable communauté de proximité. 

Les textes sont à envoyer à la Correspondance unitarienne (laquelle gère le site de l’EUfr selon les directives du conseil de cette Eglise).
contact.

Cette proposition a été présentée par l'article à la Une du bulletin n° 90, avril 2009, de la Correspondance unitarienne.

Repost 0
Published by Eglise unitarienne francophone - dans U en Europe francophone
commenter cet article
2 avril 2009 4 02 /04 /avril /2009 12:28

Marie-Louise Abia, 2009 – " Homme et femme Dieu les créa ", édité par J&R Publishing au Royaume-Uni, 311 p.
A commander à J&R Publishing 2009, 6A Redhill Road, Hitchin SG5 2NQ UK, contact. Ou bien sur Internet. Son prix est de 20 euros
- www.chapitre.com
- www.placedeslibraires.com
- www.amazon.co.uk
- www.priceminister.com

A l’heure où le pape a visité deux pays d’Afrique en rappelant une pastorale parfaitement rigide et anachronique sur des points d'importance, ce roman arrive fort à propos ; il est en plus une voix africaine, celle d’une femme catholique et généreuse.

C’est l’histoire de deux jeunes filles qui, au Congo, en plus d’études sérieuses, passent leurs loisirs à la paroisse, seul lieu d’animation vertueux dans une petit ville d’alors que les parents autorisent à leurs enfants. Elles sont heureuses de s’y rendre utiles, donnant un coup de main aux religieuses et aux prêtres. Mais l’une d’elle tombe amoureuse d’un jeune prêtre et le roman commence. Il se terminera avec les 50 ans d’anniversaire de l’héroïne que ses enfants et petits enfants lui souhaite.

Entre-temps, c’est la violence de parents qui veulent imposer un mariage préparé, puis d’un mari machiste, brutal et libertin, et, côté Eglise catholique, celle d’une communauté de sœurs qui jette dehors les pécheresses (y compris pour un péché d’intention !), d’un évêque qui envoie de jeunes vicaires pour surveiller ses curés, des rumeurs des paroissiens bien pensant, etc.

En contre point, lumineux, cette tante avisée, instruite, ouverte au progrès, qui sait protéger et encourager en faisant fi des quand dira-t-on, et puis un prêtre, fidèle à sa vocation … mais réciproquement amoureux de notre héroïne.
Et puis, au beau milieu du récit, les singes de la forêt qui durant une nuit accueillirent notre héroïne dans une osmose mystique avec la nature où elle s’était réfugiée. Ces singes de la forêt – représenté en couple digne et amoureux - sont d’ailleurs sur la couverture du livre.



Provocante et directe, cette photo, baptisée Kissing-nun, pour une publicité Benetton, oppose le baiser charnel et profane aux vœux religieux. Elle fait partie d'une exposition de photos -
" Des photos qui interpellent ", jusqu'au 24 mai, à la BNF Richelieu (exposition Controverses avec 80 photographies scandaleuses et polémiques. Clichés interdits, objets de poursuites judiciaires, ils sont un témoignage des évolutions de la société. Vu sur le site L’Internaute.

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans en Afrique noire
commenter cet article
2 avril 2009 4 02 /04 /avril /2009 06:38

Paroles d'évêque, c'est aussi le risque, dans une Eglise où les évêques ne sont pas élus * (autrefois ils l'étaient pourtant !), d'avoir des paroles qui ne correspondent pas à celle de l'Eglise locale, qui vont même à l'encontre. C'est en cela que les catholiques libéraux demandent qu'il y ait démocratie en leur Eglise et non plus des évêques "parachutés" par le Vatican.
* les évêques unitariens de nos Eglises historiques (en Transylvanie et en Hongrie) sont élus dans le cadre d'un synode. Voir

En cela, la réaction de "Nous sommes aussi l'Eglise" du Loiret est tout à fait exemplaire. Nous la reproduisons :

Lettre ouverte à Mgr André Fort

Évêque d’Orléans

 


La présence, sur la première page du quotidien régional du département, de votre portrait accompagnant votre affirmation intempestive et mensongère sur le préservatif a scandalisé énormément de monde, et pas seulement les catholiques. Outre l’opprobre que vous jetiez inconsidérément sur ceux qui luttent contre cette terrible maladie et donnent l’usage du préservatif comme l’un des moyens de prévention d’extension de l’infection, vous avez aussi participé à une entreprise de déconsidération de l’Église.

Ce n’est hélas pas la première fois que votre attitude pose question à bon nombre de catholiques du diocèse.

 


Un certain retour historique s’impose :


1) la messe en latin

Lorsque vous avez décidé en octobre 2006 d’autoriser la messe en latin à Cercottes, vous disiez avoir choisi ce village pour sa situation pas trop loin d’Orléans mais en même temps hors d’Orléans et que cela resterait exceptionnel. Mais vous avez recommencé à St Martin d’Abbat. Et maintenant, manquant une fois de plus à votre parole, sans concertation ni dialogue, et d’une façon fort peu élégante pour le responsable du lieu, vous avez installé les traditionnalistes à la Recouvrance, en plein centre d’Orléans.

À ce sujet nous remarquons que vous n’avez pas été très attentif à ces brebis égarées auxquelles vous auriez dû, en raison de votre responsabilité de pasteur, leur faire connaître (ou découvrir pour la plupart) et comprendre toutes les splendeurs et les raisons de faire progresser la vie chrétienne contenues dans la Constitution sur la Liturgie.


Nous avons toujours été très étonnés par ces décisions qui sont un refus pur et simple de " Sacrosanctum Concilium " (la Constitution sur la Liturgie), qui a été votée en premier, nous vous le rappelons, le 4 décembre 1963, par 2147 voix " pour " et 2 " non ". Elle déclare dans son préambule : Puisque le saint Concile se propose

    - de faire progresser la vie chrétienne de jour en jour chez les fidèles;

    - de mieux adapter aux nécessités de notre époque celles des institutions qui sont sujettes à des changements;

    - de favoriser tout ce qui peut contribuer à l'union de tous ceux qui croient au Christ,

     - et de fortifier tout ce qui concourt à appeler tous les hommes dans le sein de l'Église, il estime qu'il lui revient à un, titre particulier, de veiller aussi à la restauration et au progrès de la liturgie "

Vous ne donnez pas l’impression d’y adhérer fermement.

2) les ordinations de " repentis "

Faisant suite à la création de séminaires dans le cadre de l’Institut du Bon Pasteur et en particulier à Courtalain, un certain nombre d’ordinations ont été célébrées dès 2007 pour des séminaristes issus de ces séminaires. Étant donné que la création de l’Institut du Bon Pasteur date de septembre 2006 et l’ouverture de Courtalain d’octobre 2006, il est difficile de croire que ces " ordonnés " aient été instruits ailleurs que dans des séminaires intégristes. D’où il ressort qu’en matière d’enseignement des décisions conciliaires, ces gens ne peuvent prêcher autre chose que ce que la Fraternité Saint Pie X défend à tout prix, à savoir : l’opposition farouche et définitive à certains textes de Vatican II tels que la Constitution sur la Liturgie, la liberté de conscience, l’œcuménisme, les relations avec les religions non-chrétiennes. Cela nous semble incompatible avec vos responsabilités d’évêque, tant cela est contraire aux positions du Magistère que vous défendez cependant bec et ongles.

3°) La levée d’excommunications

Nous avions appris en son temps que vous étiez affilié, avec d’autres évêques français, à une espèce de commission, le " G.R.E.C. " (Groupe de Rencontres Entre Chrétiens) qui s’avérait avoir un lien très étroit avec la Commission Pontificale " Ecclesia Dei ", présidée par un prélat colombien, le Cardinal Castrillon Dario Hoyos. Quand on connaît maintenant le rôle que ce dernier a joué dans l’élucubration sans précaution du décret de levée de l’excommunication des évêques lefebvristes, on peut se risquer de parler de mauvaise fréquentation ! Et l’on peut se poser la question de savoir si vous, évêques français du G.R.E.C., n’aviez pas, aussi, des relations privilégiées avec La Fraternité St Pie X, tout comme le Cardinal Castrillon Hoyos ? Or, nous pouvons affirmer que les positions de cette Fraternité – et celle en particulier de Mgr Fellay ainsi que celles des " mousquetaires " de l’Institut du Bon Pasteur à Bordeaux –, pouvaient être parfaitement connues par de simples mortels (nous en avons fait l’expérience) ; ce qui implique que vous étiez en pleine dérive en recommandant un accueil plein de charité envers les tenants de la messe en latin, qui, pour la plupart camouflaient, par cette singularité, le fait qu’ils ont toujours adhéré aux positions anti Vatican II défendues même par les intégristes " repentis ".

4) l’affaire de Recife

À propos de la fillette violée votre message ne contenait guère que le rappel du " règlement " et, à part les simples mots de " compassion " et de " miséricorde " – noyés au milieu d’un fatras à propos de la " banalisation " de l’avortement qui n’avait rien à faire là – ne reflétait nullement (à l’encontre de bon nombre de vos collègues) une véritable disposition à la compréhension et à la charité. À la référence au Code de Droit Canonique, qui est hélas, trop souvent bien éloigné des Paroles de Jésus, nous préférons, et de loin, les appels à la générosité et à la priorité pour les pauvres. Encore heureux que votre Conseil Diocésain ait pris une position bien différente de la vôtre.

Sur tous ces points les chrétiens du Loiret ont du mal à repérer ce que signifie être fidèle à l’Évangile de Jésus-Christ dans le monde d’aujourd’hui. Notre conclusion est que toutes ces affaires nous font douter sérieusement douter de vos capacités à diriger un diocèse : l’évêché nous parait aujourd’hui vacant.

 

Croyez à notre indéfectible attachement à l’Église de Jésus-Christ

Liberté et Partage –

Nous Sommes Aussi l’Église (45)

Repost 0
Published by Actualités unitariennes - dans paroles d'évêque
commenter cet article
31 mars 2009 2 31 /03 /mars /2009 19:58

Maël Strom, s’intéresse à l’unitarisme depuis 2004 ; il est membre du Réseau francophone unitarien universaliste (RFUU) basé au Canada, du Conseil de l’Eglise unitarienne francophone, et du groupe unitarien de Paris (en formation). Il est le président du CUUF à sa fondation.

Jean-Claude Barbier, membre de l’Association unitarienne francophones (AUF) de 2001 à 2003, fondateur du réseau de la Correspondance unitarienne en octobre 2002, secrétaire général de l’Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens (AFCU) depuis octobre 2004, fondateur de l’Eglise unitarienne francophone (EUfr) en juin 2008.

Webmestre des sites de l’AFCU, de l’Eufr, de La Besace des unitariens (site documentaire) et des Actualités unitariennes, éditeur des bulletins mensuels de la Correspondance unitarienne et de la série des Cahiers Michel Servet, modérateur des groupes sur Yahoo Unitariens francophones  (forum d’information et de discussion) et Unitariens francophones en dialogue (groupe de travail).
Voir sa biographie et sa bibliographie dans La Besace des unitariens à la rubrique en son nom.

Alain Lauzet, président de l’Association unitarienne francophone de septembre 2003 à janvier 2006, membre du Regroupement francophone unitarien universaliste (RFUU), cofondateur de la Fraternelle unitarienne en novembre 2006, membre du Conseil de l’Eglise unitarienne francophone (désigné à cette instance par la Correspondance unitarienne), participant à la chorale de cette Eglise.

Ces fondateurs agiront en toute conscience, et en toute indépendance par rapport à leur propre appartenance associative. Ils s'engagent en leur nom personnel. Ils sont les garants du bon fonctionnement et de la durée de cette institution.
 

Repost 0
Published by Actualités unitariennes - dans U en Europe francophone
commenter cet article
31 mars 2009 2 31 /03 /mars /2009 19:24

Dans la perspective de la prochaine rencontre de l’International Council Unitarians and Universalists (ICUU) prévue en septembre prochain à Kolozsvar, plusieurs pays viennent de mettre sur pied des instances nationales qui sont des lieux de coordination entre leurs divers communautés, groupes ou associations et qui seront les interlocutrices de l’ICUU. Après l’Italie et la Norvège (message du vendredi 27 février 2009 dans les Actualités unitariennes), c’est au tour de la France de se doter d’une telle instance.

Un dossier est en cours de rédaction afin de solliciter le statut de membre provisoire de l’ICUU. Après une période probatoire de 3 ans, la France pourra ensuite être reconnue membre à part entière (full member !). Le mode de fonctionnement du CUUF est expliqué sur le site de l'AFCU : article "le conseil des unitariens et universalistes français a été mis sur rail".

Historique :

La première association unitarienne en France fut fondée en juillet 1986, avec l’appui de Théodore Monod. L’Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens (AFCU) pris la décision de faire acte de candidature à l'ICUU lors de son AG en octobre 2005 (décision entérinée par son conseil d’administration en novembre de la même année). Le dossier fut présenté à l’ICUU par Bernard Biro, alors président de l’AFCU (mars – décembre 2006) et l'AFCU fut reconnue groupe émergent en avril 2006 par le bureau exécutif de l'instance mondiale.

Après cette reconnaissance, l'AFCU oeuvra pour mettre sur pied une instance nationale qui soit effectivement représentative de tous les unitariens français, qu'ils soient chrétiens ou non.  En juillet 2007, elle présenta un premier projet aux autres associations existantes et à des unitariens connus pour leurs activités ou isolés. Une réunion de travail eut lieu en octobre 2007 à Paris avec la Fraternelle unitarienne et d’autres unitariens. En voir le compte-rendu sur le site de l’AFCU à la rubrique " CUUF ".

Enfin le projet vient d'être finalisé à l’occasion du passage à Paris du révérend Brian Kiely, président de l’ICUU (voir nos Actualités unitariennes du dimanche 29 mars).




Repost 0
Published by Actualités unitariennes - dans U en Europe francophone
commenter cet article
31 mars 2009 2 31 /03 /mars /2009 09:14


Lors de la cérémonie d'installation du nouvel évêque de l’Eglise unitarienne de Transylvanie, élu par le synode de son Eglise, le révérend Ferenc Balint Benczédi, le vendredi 5 décembre 2008 en l’église unitarienne de Kolozsvar (Cluj-Napoca, Roumanie) *, les autorités religieuses des autres Eglises roumaines étaient au rendez-vous pour prier avec la communauté unitarienne et féliciter leur nouveau confrère : catholiques, uniates, orthodoxes, luthériens et calvinistes. Un bel exemple de bonnes relations entre religieux.

* voir notre message du 6 décembre 08 dans les Actualités unitariennes (à la rubrique " l’unitarisme ").

U
ne note internationale a été apportée avec la présence du révérend américain William G. Sinkford, président de l’importante Unitarian Universalist Association (UUA) of Congregations (plus de 150 000 unitariens inscrits dans ces congrégations, quelques 700 000 personnes se rattachant à la mouvance unitarienne-universaliste lors des sondages sur l'appartenance religieuse de la population).

L'Eglise unitarienne francophone (EUfr) a salué le nouvel évêque de notre Eglise historique (fondée en 1568). Voir son message à la rubrique "la chaire du pasteur".

Repost 0
Published by Actualités unitariennes - dans U en Transylvanie et Hongrie
commenter cet article

Articles Récents