Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

14 janvier 2009 3 14 /01 /janvier /2009 16:22

Fondateur du mouvement Actualisation de la Bible (ACTUEL), R. Parmentier, pasteur de l’ERF, animera 5 dimanches à Paris sur le thème " la mutation radicale de nos christianismes est-elle encore possible ? Avons-nous besoin de prophètes et de communautés prophétiques ? ".


1er février, Temple ERF " Maison fraternelle ", quartier latin, 37 rue Tournefort, Paris, 5ème : " Deux découvertes historiques et religieuses qui changent tout "

15 février, à Temps Présent / Réseaux du Parvis, 68 rue de Babylone, Paris 7ème : " Quels nouveaux modèles de communautés chrétiennes pouvons-nous inventer ? "

1er mars, au Foyer de l’âme, la Bastille, 7bis rue du Pasteur Wagner, Paris 10ème : " Les prophètes d’aujourd’hui sont-ils écoutés ? Les prédicateurs de l’Evangile ont-ils mission de prophétiser ? "

15 mars, le lieu sera indiqué ultérieurement, " Est-il encore temps de réconcilier nos christianismes avec le monde moderne ? "

29 mars, à la Faculté de théologie, quartier Denfert-Rochereau, 83, boulevard Arago, Paris 14ème : rassemblement final, reprise du thème général et conclusions provisoires à tirer.




Horaire pour chaque dimanche :


10h 30, Evangile actualisé et proclamé

12h 30, repas tiré des sacs

14h – 16 h, propositions par Roger Parmentier 

16h – 17h, présentation de cantiques nouveaux

Le dernier livre de Roger Parmentier, publié ce mois-ci (en janvier 2009) aux éditions L'Harmattan "Chantons de nouveaux cantiques actualisés, démythisé" (76 p., 11 €)
En lieu et place de cantiques souvent devenus inchantables, Roger Parmentier propose ici des textes "dépoussiérés". Son objectif est double : renouer avec celui qui est l'aurore de l'Evangile, Jésus de Nazareth (et non pas avec les propos de ses disciples tardifs) ; tenter de dire sa présence avec les mots, les pensées, les sensibilités de la culture contemporaine, sécularisée, en évitant bon nombre de mythologies.

Pour contact et information complémentaire :
rogerparmentier@wanadoo.fr 

Pour une présentation des livres de l'auteur, voir nos messages du 28 juillet 08 : "Actualisation de la Bible par Roger Parmentier" et "Roger Parmentier : un pasteur protestant engagé" (pour les obtenir utilisez les archives et le calendier, ou bien utilisez le moteur de recherche en tapant le nom de l'auteur).

Repost 0
Published by information de Roger Parmentier - dans les protestantismes
commenter cet article
26 décembre 2008 5 26 /12 /décembre /2008 11:55



La revue Evangile et Liberté, fondée en France en 1886, magnifique fleuron du protestantisme libéral français, déjà francophone par ses collaborateurs suisses et belges, va affirmer encore plus sa dimension ouest-européenne. Elle élargit en effet son comité de rédaction avec les membres du Protestant, journal de même tendance fondée à Genève en 1831, expression de l’Union protestante libérale en Suisse romande.


Le Protestant cessera de paraître sous son titre à partir du début de 2009 et ses abonnés sont expressément invités (après 3 n° gratuits à E&L) à continuer leur abonnement avec Evangile et Liberté.

Nous souhaitons bonne chance à la presse de nos amis protestanats libéraux. Elle est de qualité et nous invitons nos visiteurs à aller-z'y-voir !
http://www.evangile-et-liberte.net

Repost 0
Published by Actualités unitariennes - dans les protestantismes
commenter cet article
25 décembre 2008 4 25 /12 /décembre /2008 06:32

Barack Obama a assisté à un service religieux pour sa grand-mère, ce mardi 23 décembre, à la First Unitarian Church of Honolulu.

Madelyn Dunham, surnommée "Toot" par ses proches, est décédée le 2 novembre à l'âge de 86 ans, deux jours avant que le petit-fils qu'elle a élevé en partie ne remporte la présidentielle américaine. étaient également présents. La vingtaine de membres de la famille (dont la demi-soeur du président, Maya Soetoro-Ng et son mari Konrad Ng) se sont ensuite rendus aux falaises de Hononulu, où ils ont, du haut des rochers sur les corniches, à Lanai Lookout, dispersé les cendres de la défunte. Une autre fois auparavant, Barack Obama avait déposé des fleurs sur cette même falaise en mémoire de sa grand-mère.

Barack Obama avec sa grand-mère maternelle lorsqu'il était étudiant à Columbia University, photo prise à New-York



Le service religieux a été présidé par le révérend Mike Young (ministre de cette Eglise depuis 1995).



La communauté unitarienne de Honolulu fut fondée en 1952 par deux femmes, Rosemary Mattson (qui en fut la chairwoman) et Ruth Lams (program director) – ce qui était alors une nouveauté " féministe " car les communautés de ce genre (lay fellowship = une communauté dirigée par des laïcs) étaient fondées à l’initiative d’hommes. Cette communauté se distingua également par l’ouverture d’un dialogue " interfaith " avec les juifs et les bouddhistes. Enfin, elle défraya la chronique lorsqu’elle ouvrit ses portes, en septembre 1969, à des employés du service public qui manifestaient leur opposition à la guerre du Vietnam (ceux-ci furent arrêtés à l’intérieur même du lieu de culte).


Le lieu de culte est une maison dans la vallée de la Nu’uanu, dans la banlieue du nord-est de la capitale d’Hawaï, le long de l’axe routier HWY à la hauteur du quartier Pali. La communauté est devenue une Eglise à part entière avec la nomination d’un révérend en 1995. Elle est membre de l’Unitarian Universalist Association (UUA) of Congregations qui réunit la quasi totalité des communautés unitariennes des Etats-Unis.


 vue de Pali à partir des montagnes, la route, les quartiers Nord-Est d'Honolulu et la baie.

Repost 0
Published by Actualités unitariennes - dans U aux Etats-Unis
commenter cet article
20 décembre 2008 6 20 /12 /décembre /2008 17:20

PASSEURS D'EVANGILE, autour d'une pastorale d'engendrement

par Philippe Bacq, Christoph Theobald, Odile Ribadeau Dumas, André Fossion

Ed. de l'Atelier, février 2008, 231 p., 24 €
Le livre est disponible à la Procure, www.laprocure.com ,
sur Amazon, etc.


Ce livre sera mis en discussion au café-bouquin, organisé conjointement par DLE (Droits et Libertés dans les Eglises) et FHE (Femmes et Hommes en Eglise, Genre en Christianisme), le mardi 20 janvier 2009 de 18h30 à 20h chez Temps Présent, 68 rue de Babylone 75007 Paris (Métro St François Xavier)


Comment faire naître l'Église aujourd'hui ?
présentation du livre par Laurent Villemin.

dans La-Croix.com consulté le samedi 20 décembre 08, à la rubrique " Livres : les choix de La Croix "


La nouveauté imprévisible de la post-modernité appelle des dispositifs pastoraux inédits, dont voici deux modèles éloquents.

Analyser les conditions actuelles de l’annonce de Jésus-Christ sans complaisance mais sans déprime : voilà le premier point commun de ces deux ouvrages. L’un prolonge Une nouvelle chance pour l’Évangile (2004) sur la "pastorale d’engendrement". L’autre élargit Un nouveau visage d’Église (2005) * sur l’expérience de Poitiers. Le succès de ces ouvrages et le rôle de veilleurs qu’ils s’étaient donné ont motivé une " suite ", nouvelle pierre à la grande tradition francophone de créativité pastorale et théologique qui a jalonné le XXe siècle.

* Un goût d'espérance, vers un nouveau visage d'Eglise, tome II, sous la direction d'Albert Rouet. Ed. Bayard, 160 p., 15 euros.

Ces études partent d’un principe : notre situation post-moderne est radicalement nouvelle, et l’annonce de l’Évangile ne peut se faire avec des éléments rapiécés. L’une et l’autre sont le fruit d’une relecture d’expériences pastorales. Le premier élargit la notion d’engendrement à d’autres pratiques que la seule paroisse, pour tester comment elle peut éclairer l’annonce de Jésus-Christ en aumôneries, dans des mouvements, etc. Le second revient sur les " communautés locales " du diocèse de Poitiers, dont se sont inspirés beaucoup de diocèses.


Ces deux ouvrages sont le fruit d’une œuvre collective de réflexion et de pensée : une véritable œuvre ecclésiale. Leur démarche se fraye un chemin entre deux abîmes : il ne s’agit ni de trouver une méthode pastorale unique qui permettrait de tout organiser et encadrer, ni d’abdiquer sur le champ institutionnel en revendiquant une pseudo disponibilité à l’Esprit de Dieu… Tous les auteurs ici présents signeraient cette phrase-manifeste de Philippe Bacq : "Il convient moins d’élaborer des projets pastoraux bien pensés et définis jusque dans les détails, mais plutôt d’accompagner avec souplesse le bourgeonnement de la vie qui surgit, ici et là, de façon imprévisible."


Cette imprévisibilité est identifiée dans l’un et l’autre cas comme don de Dieu, nécessitant une conversion pour être reconnu et accueilli, et devenir une "aventure spirituelle". Un exemple, à Poitiers : le renouvellement des équipes pastorales avec des personnes ne faisant pas partie des assemblées habituelles. "Toutes les communautés ont été renouvelées : on voit ici l’importance d’un fonctionnement qui fait barre au découragement, au repli sur soi, aux solutions de facilité."


On mesure là les fruits de l’audace évangélique, mais aussi d’un dispositif concret qui compte sur les relations de proximité et évite de tomber dans les réductions frileuses ou une volonté de tout couvrir. "Il est bon que tout ne soit pas fait. Le Christ lui-même a modéré ses activités terrestres" (Mgr Rouet). "La vie et la ‘‘foi’’ ne s’engendrent pas à distance mais à hauteur des yeux et à portée de voix, sur un bout de terre, au seuil d’une maison et à travers des rencontres significatives" (Christoph Theobald).


Respect de l’intériorité, rencontres interpersonnelles, autant d’expériences constituant "des chemins de fraternité et d’humanisation". Pourtant, le cadre institutionnel est déterminant : "Pour qu’un corps se tienne et se développe, il lui faut une ossature." Benoît Malvaux montre ainsi le droit canonique au service d’une pastorale d’engendrement. Le propos peut donc éviter la démagogie : "L’acte d’instituer (…) revient à ceux qui ont charge de gouverner une Église locale : l’évêque et ses conseils", note Mgr Rouet.

Ces deux ouvrages ont le mérite de clarifier sans caricaturer, de donner des éléments de discernement en respectant leurs lecteurs. Ils donnent l’envie et la force de se retrousser les manches pour laisser agir le seul bâtisseur de l’Église : Dieu.

 

Repost 0
Published by reproduction d'un article de Laurent Villemin - dans communautés religieuses en débat
commenter cet article
19 décembre 2008 5 19 /12 /décembre /2008 08:22

A l’heure où exégètes, théologiens et autres savants s’expriment sur la chaîne de télévision ARTE à propos des premiers siècles du christianisme dans le cadre de l’émission " L’Apocalypse " de Prieur & Mordillat, Michel Jamet nous fait part de toute l’importance d’un " iota " … un texte qu’il avait écrit en décembre 2005

Définition : du grec " iôta ", 9ème lettre de l’alphabet grec, la plus petite de toutes, qui correspond à notre " i ". Copier un texte sans changer un iota signifie sans rien changer .


Notule théologique
sur l’importance du " iota " : par comparaison, la controverse notoire des théologiens de Constantinople sur le sexe des Anges c’était rien à côté ...


La doctrine constante de l’Eglise depuis l’affrontement (sévère !) du concile de Nicée (325) qui a (comme on sait) vu la victoire des " trinitaires " c’est qu’il n’existe aucune hiérarchie entre les trois personnes de la Trinité puisque chacune est " consubstantielle " à l’autre, omo-ousios.  Alors que les disciples d’Arius (d’accord pour contester la ligne canonique)  se subdivisaient en deux " courants "  :


- les anoméens pour qui le Fils était " dissemblable " (
anomoios ) autant dire un homme inspiré, accrédité, oint * par le Père mais sans partager sa nature divine (c’est aujourd’hui la position du courant unitarien chez les protestants libéraux) ;
(*) oint : c’était - presque tout le monde l’a oublié - le sens premier de O Cristo (le Christ) qui ne signifie nullement " Fils de Dieu " mais " Le choisi " (on devrait ré-enseigner le grec ancien…)

  
- les homéousiens moins " radicaux " car considérant le Fils " de substance semblable " au Père (omo-iousios ), distinguo … d’un iota par rapport au omo-ousios des trinitaires nicéens - distinguo qui laissera rêveur l’uomo qualunque et pourtant ...


Doit-on comprendre - si on nous pardonne le prosaïque de la comparaison – que cette " différence " serait un peu comme celle qui existe dans l’automobile entre les " pièces d’origine Constructeur " et leurs répliques Made in China ?


Passe encore que les chrétiens nicéens considèrent comme hérétiques les " unitariens " issus des anoméens -
car contestant la " double nature " divine et humaine de Jésus. Mais si j’étais homéousien, je l’aurais mauvaise de me faire pareillement traiter d’hérétique ... et ce juste pour un iota de différence avec la théologie officielle de l’Eglise issue de Nicée !


Distinguo qui a fait l’objet d’une résurgence / réminiscence célèbre à l’époque contemporaine : on se souvient de la formule fameuse de l’ineffable Margaret Thatcher dans le bras de fer qui l’opposait à ses partenaires communautaires quant au différentiel entre les contributions acquittées par chaque pays et les retours (sous forme d’aides ciblées de l’Union européenne). La Dame de Fer avait en effet lancé à un Mitterrand interloqué :
  "I want my money back !!! ". Et pour être sûre d’être bien comprise, Thatcher avait ajouté…" Et je ne modifierai pas ma position d’un iota ! "

Commentaire de Michel Théron reçu le 19 décembre 08 :

La différence entre homousiens d'une part, et homéens et anoméens de l'autre est que dans le premier cas il est question de communauté de substance (ousia) et pas dans le second.
On ne peut pas dire que pour les homéens il soit question de consubstantialité, encore moins de substance semblable (cas des homoiousiens), et encore moins de subordination du Fils au Père.
La note de Michel Jamet confond dans son avant-dernier paragraphe différence de substance et différence de nature. L'idée de "double nature" (divine et humaine) de Jésus a été affirmée bien après Nicée, au Concile de Chalcédoine.
Pour de plus amples informations voir mon Petit lexique des hérésies chrétiennes (Albin Michel, 2005), ainsi que mes Deux Visages de Dieu - Une lecture agnostique du Credo (Albin Michel, 2001).
Repost 0
Published by Michel Jamet - dans unitarisme (divers)
commenter cet article
17 décembre 2008 3 17 /12 /décembre /2008 15:00

Les communautés unitariennes se multiplient en Afrique francophone. Après le Burundi (2002), le Congo-Brazzaville (2004), la République démocratique du Congo (ex Zaïre) (2007), voici maintenant le Togo (2008). Au-delà de l'unitarisme proprement dit, elles apportent un vécu libéral des religions. Nous leur souhaitons un plein succès.

Le Groupe unitarien du Togo a son site en accueil sur celui de l'Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens (AFCU),
http://afcu.over-blog.org/categorie-10699355.html

Vous y trouverez l'historique de la formation de ce groupe, l'adresse de contact, ainsi que des photos.

Repost 0
Published by Actualités unitariennes - dans U en Afrique
commenter cet article
12 décembre 2008 5 12 /12 /décembre /2008 11:08

Après plusieurs années de crise, entre autres déclenchée par un évêque qui a déclaré son homosexualité, l’Eglise épiscopalienne connaît, ce mercredi 10 décembre, la dissidence de sa frange la plus conservatrice : le Common Cause Partnership (Partenariat pour une cause commune) qui regroupe environ 700 congrégations anglicanes, soit quelque 100 000 membres. L’Eglise épiscopalienne regroupe les anglicans aux Etats-Unis et compte quelques 2,2 millions de fidèles.


Comme dans toutes les Eglises chrétiennes, les discriminations basées sur le sexe divisent les fidèles : accès des femmes à l’ordination (1), accès des homosexuels aux responsabilités ecclésiales, mariage de couples homosexuels (question d’autant plus sensible dans les pays où le mariage à l’église ou au temple a valeur d’Etat Civil).


(1) Janyce Sèvre-Duczynska a été ordonnée prêtre, le samedi 9 août 2008 à Lexington, dans le Kentucky. C’est la 6ème femme ordonnée aux Etats-Unis cette année dans le mouvement " Roman Catholic Women Priests (RCWP). Le Père Roy Bourgeois a eu le courage de concélébrer avec la nouvelle ordonnée (nous ne savons pas s’il s’est fait " crossé " suite à cette initiative personnelle).


Les anglicans conservateurs des Etats-Unis ne sont pas les seuls à réagir contre une libéralisation des mœurs. Ils sont fortement appuyés par les Eglises anglicanes en Afrique noire qui, elles n’ont plus, n’acceptent pas l’homosexualité.


En s’appuyant de trop sur la Bible, les chrétiens ne vont-ils pas s’entredéchirer ? En effet, surtout l’Ancien Testament (depuis le récit mythique de Sodome et Gomorrhe) a distillé une vive répulsion envers l’homosexualité, par principe peu adéquate pour la croissance démographique du petit peuple qu’étaient les Hébreux puis les Judéens, d’autant plus que ces derniers vécurent dans un contexte hellénisé qui, lui, au contraire, valorisait les " amitiés " masculines.

Si l’Eglise catholique campe sur une position intransigeante, les milieux protestants libéraux sont plus ouverts mais ils doivent faire preuve d’une grande prudence car les Eglises protestantes sont elles aussi partagées par le clivage conservateurs / progressistes. Certes l’homophobie est vigoureusement condamnée, mais l’homosexuel n’en reste pas moins volontiers soupçonné de pédophilie (ce qui procède d’un amalgame pour le moins hâtif) et, sous prétexte de ne pas troubler le bon ronronnement de la communauté, on évite de lui confier des responsabilités comme par exemple de faire partie du conseil presbytéral ; quant au débat sur l’accompagnement spirituel des couples homosexuels, on n’en parle le moins possible ! bref beaucoup de non dits et assurément une grande lâcheté, ne serait-ce que pour éviter les Inquisiteurs veillant aux transgressions, ne décolérant pas sur l’évolution des moeurs et toujours prêts à mobiliser, à leur croisade, grincheux et frileux.


Voir nos articles sur la question :

Sur le site de l’AFCU, à la rubrique " accompagnement spirituel des couples ",
http://afcu.over-blog.org/categorie-10398609.html

Dans les Actualités unitariennes, à la rubrique " homosexualité ",
http://actua.unitariennes.over-blog.com/categorie-1231172.html  

Dans La Besace des unitariens, l’article " Christianisme et homosexualité : les Eglises au risque de se perdre … " http://labesacedesunitariens.over-blog.com/article-24872773.html


Car il s’agit bel et bien d’un rapport aux textes : "L’ordination des femmes et l'homosexualité ne sont que des symptômes des vrais problèmes", a expliqué à l'AFP Robert Lundy, porte-parole du Conseil anglican américain, qui fait partie de la fédération dissidente. "C'est une séparation due à des convictions théologiques profondes et des sujets qui participent de la foi. L'homosexualité ne participe pas de la foi. Jésus si, et la Bible aussi, et c'est la raison pour laquelle (cette dissidence) se produit", a-t-il dit.


Les Anglicans dissidents vont entamer une longue procédure afin de se faire reconnaître comme "branche" ou "province" de l'Eglise américaine au sein de la communion anglicane. Il ne s’agit donc pas d’un schisme à proprement parlé, mais cela n’est pas sans mettre à mal l’image plutôt libérale et moderne de cette Communion.

Repost 0
Published by Actualités unitariennes - dans l'homosexualité
commenter cet article
9 décembre 2008 2 09 /12 /décembre /2008 17:21

Depuis octobre 2007, à l’initiative des franciscains de Toulouse, rejoints par de très nombreuses associations militantes (religieuses, humanitaires, politiques, etc.), des cercles de silence ont été organisés dans pas moins de 71 villes afin de dénoncer les conditions faites aux demandeurs d’asile et autres immigrés.

Voir le recensement qui en a été fait en date du 10octobre 2008 (soit au 10ème mois de fonctionnement) par Elie Michel ( CIMADE, Réseau Education Sans Frontières RESF 34 Montpellier)

 


Au-delà de ce que nous pouvons penser des politiques d’immigration mises en place dans notre pays, les pays voisins ou au niveau de l’Europe ou encore dans les pays de départ, ces cercles de silence interpellent nos consciences. Ils ont l’avantage d’ouvrir un moment de recueillement où les personnes sont invitées à faire silence en elles-mêmes afin d’apaiser leurs tensions et de reconsidérer avec plus de sérénité leur propre positionnement sur une question donnée et face aux drames vécus par des personnes. Ils témoignent de notre responsabilité sociale, de notre écoute aux autres, de notre présence à leur côté.

Aucune condition ni étiquette n’est remplie pour entrer dans un cercle de silence ; la manifestation est ouverte à tous et les passants sont invités à s’y joindre. Pour certains, ce sera un premier pas vers plus d’engagement.


L’action est non violente. Elle n’assène pas d’argumentaires, ni des slogans, mais invite à la réflexion. Elle ne bloque pas les rues et nul n’est pris en otage. Elle se déroule sur des places publiques fréquentées (ce qui est suffisant pour faire venir les journalistes) et dure une heure. Elle s’abstient de répondre aux provocations (cas à Bordeaux le 16 septembre où un groupe de sympathisants du Front national est venu troubler la manifestation).


Elle livre une documentation : pancartes portées par les manifestants (et pouvant être conçues par eux-mêmes), ou encore épinglées tout le long d’une corde qui dessine le lieu du rassemblement, grands panneaux explicatifs, tracts distribués aux passants, pétitions à signer sur une table, etc. , textes lus avant ou après le temps de silence.


Elle utilise des symboles et des rites chargés d’émotion : à la fin tout le monde se donne la main et lève les bras, puis tout le monde applaudit (à Metz), ou porte un masque blanc (Metz), ou arbore une écharpe blanche (Nancy), etc.


Les franciscains de Toulouse en font le bilan et invitent à poursuivre : la conversion des cœurs est œuvre de longue haleine !

Ils citent Gandhi – en pensant sans doute aussi à Jésus – "Rappelez-vous le visage de l'homme le plus pauvre et le plus faible que vous ayez rencontré, et demandez-vous si l'acte que vous envisagez lui sera utile. Va-t-il y gagner quelque chose ? Cela va-t-il lui rendre le contrôle sur sa propre vie et sur sa destinée ? Alors vous verrez vos doutes et votre moi se dissiper"


Villes cités dans le recensement des cercles de silence : Agen (47), Annecy (74), Annonay (07), Antony (92), Apt (84), Aubagne (13), Auxerre (89), Avignon (84), Bagnols-sur-Cèze (30), Bayonne (64), Béziers (34), Bordeaux (33), Cannes (06), Carcassonne (11), Carpentras (84), Castre (81), Chalon-sur-Saône (71), Charleville – Mézières (08), Cluny (71), Colmar (68), Dijon (21), Epernay (51), Epinal (88), Etampes (91), Grenoble (38), Guebwiller (68), Hazebrouck (59), Hendaye (64), La Rochelle (17), Le Havre (76), Le Puy-en-Velay (43), Le Vigan (30), Lille (59), Lyon (69), Mâcon (71), Marseille (13), Massy (91), Maubeuge (59), Melun (77), Metz (57), Montélimar (26), Montpellier (34), Mulhouse (68), Nancy (54), Nantes (44), Nice (06), Nîmes (30), Orléans (45), Paris (75), Pau 64), Privat (07), Reims (51), Rennes (35), Rodez (12), Roubaix (59), Rouen (76), Saint-Dié (88), Saint-Etienne (42), Saint-Gaudens (31), Salon-de-Provence (13), Sartrouville (78), Sète (34), Strasbourg (67), Tarbes (65), Toulouse (31), Tourcoing (59), Tournon-sur-Rhône (07), Tours (37), Valenciennes (59), Versailles (78), Villeneuve-sur-Lot (47).

 

Repost 0
Published by Actualités unitariennes - dans la non-violence
commenter cet article
9 décembre 2008 2 09 /12 /décembre /2008 05:40

Les démocraties occidentales s’enorgueillissent à juste titre de leur système politique, mais il faut bien constater que le pouvoir de la rue court-circuite très fréquemment le système parlementaire pourtant mis sur place à la suite d’élections au suffrage universel, transparentes et non contestées par les partis en lice : manifestations pour dénoncer les mesures prises par les députés et sénateurs, grèves " syndicales " à tout bout de champs, émeutes de jeunes dans les quartiers périphériques, etc. Certains partis politiques s’en réjouissent et attisent le feu.

Manifestement, le politique n’arrive pas à gérer les opinions qui s'affrontent, à négocier les divergences corporatistes, communautaristes ou de classe, à faire prévaloir l’intérêt général, à maîtriser la violence dans des sociétés qui sont de plus en plus hétérogènes, fractionnées et en proie au chomage.


Le droit de manifester publiquement son désaccord ou ses revendications est accordé par les constitutions, mais les banderoles et les défilés avec slogans font place à des émeutes particulièrement violentes où même les pompiers, les secouristes et les journalistes sont caillassés. Mai 68 n’a été qu’un prélude ; ce sont maintenant tous les autres pays qui connaissent ce genre d’explosion. Les casseurs en profitent bien entendu et rappliquent immédiatement chaque fois qu’une manifestation est prévue.


Après la non-violence anti-colonialiste de Gandhi contre l’empire britannique, voilà que l’Asie – avec la Thaïlande – vient de nous donner une nouvelle leçon politique. Dénonçant un Gouvernement corrompu, des milliers de manifestants ont bloqué, du 25 novembre au 3 décembre, les aéroports de Bangkok et le siège du Gouvernement, ceci par un immense sitting sans violence ni dégradation des infrastructures. Certes 100 000 touristes se sont trouvés pris au piège, mais les manifestants ne les ont nullement pris à partie et les ont laissé partir. Les morts qui ont été déplorés sont le fait d’activistes pro-gouvernementaux qui ont lancé des grenades sur les manifestants pacifiques (par exemple 51 personnes blessées par une grenade).

photo de l'AP vue sur Yahoo Actualités : manifestants vêtus de jaunes, aux couleurs de la royauté thaïlandaise, et brandissant une photo du couple royal.


Comment de telles actions non-violentes, de cette ampleur, sont-elles possibles ? Cela renvoie, nous semble-t-il, au substrat culturel, entre autres à des religions (bouddhisme, etc.) vécues par un grand nombre d’une façon tolérante.

Or, en Europe chrétienne, les évangiles sont elles aussi porteuses de non-violence. Comment nos sociétés en sont-elles arrivées, en dépit de cet héritage, à une violence des plus sauvages chaque fois que des groupes veulent exprimer leur désaccord ?


Est-ce lié à la déchristianisation ? Mais les élites chrétiennes durant les siècles de chrétienté ont-elles donné le bon exemple ? la chasse aux hérétiques, l’extermination des cathares par l’Inquisition, les guerres de religion au XVI° siècle, les Dragonnades de Louis XIV contre les Huguenots, les pogroms antisémites, etc., pèsent lourds dans la mémoire collective.

Et puis vint une nouvelle page avec la violence révolutionnaire de la fin du XVIII°s et les impérialismes napoléonien puis coloniaux, enfin les totalitarismes politiques (fascistes, communistes, islamistes). Le travail d'explication, voire de démystification de toutes ces violences a-t-il été suffisamment faits par les historiens (et enseignants à leur suite) ? De mon temps, Robespierre et Saint-Just passaient pour des saints ; Lénine pour un génial et prophétique meneur d'hommes libres ...


A quand la non-violence dans nos mœurs ?

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans la non-violence
commenter cet article
8 décembre 2008 1 08 /12 /décembre /2008 13:04




02100 Saint-Quentin
: Librairie Siloë Cognet, 21 rue Victor Basch (03 23 62 72 89)
03000 Moulins : Librairie St Joseph, 5 rue Diderot (04 70 44 02 69)
05000 Gap : Librairie Alpine Siloé, 13 rue Carnot (04 92 51 15 05)
06000 Nice : La Procure Terre et Ciel, 10 rue de Suisse (04 93 88 30 93)
08000 Charleville-Mézières : La Procure A livre ouvert, 14 rue Irénée Carré( 03 24 56 19 30)
10000 Troyes : Librairie Chemin de Vie, 32 rue G. Clemenceau (03 25 73 23 77)
11000 Carcassonne : Librairie Siloë, 31 rue du 4 septembre (04 68 25 20 48)
13006 Marseille : Librairie Saint-Paul Siloë, 47 bd Paul-Peytral (04 91 15 77 77)
13100 Aix-en-Provence : Librairie Siloë Le Baptistère, 13 rue Portalis (04 42 38 01 97)
14000 Caen : Librairie Publica, 44 rue St-Jean (02 31 86 03 00)
17000 La Rochelle : Librairie Puits de Jacob, 14 rue Dupaty (05 46 41 05 35)
18000 Bourges : La Procure Bibliou, 91 rue Bourbonnoux (02 48 24 83 95)
21000 Dijon : La Procure, 9 rue Vauban (03 80 50 14 42)
22000 Saint-Brieuc : Librairie Siloë, 13 rue St-François (02 96 61 32 05)
25000 Besançon : Librairie Siloë, 119 Grande Rue (03 81 82 12 01)
27000 Evreux : La Procure Le Nouveau Monde, 21 rue Charles Corbeau (02 32 33 26 52)
29000 Quimper : Librairie la Procure, 9 rue du Frout (02 98 95 88 71)
30000 Nimes : Librairie Siloë Biblica, 23 bd Amiral Courbet (04 66 67 88 01)
33000 Bordeaux : Librairie Chante l'Univers, 177 rue Fondaudège (05 56 81 22 58)
34967 Montpellier : Librairie Sauramps, Le Triangle CS 19026 (04 67 06 78 78)
35000 Rennes : La Procure, 16 rue des Fossés (02 99 38 74 93)
37000 Tours : La Procure Le Sacré Cœur, 35 rue de la Scellerie (02 47 05 34 92)
38000 Grenoble : Librairie Notre-Dame, 2 rue Lafayette (04 76 42 38 3)
43000 Le Puy-en-Velay : Librairie Siloë Jeanne d'Arc, 18 rue Chaussade (04 71 04 07 19)
44000 Nantes : Librairie Siloë LIS Clemenceau, 2 bis rue Clemenceau (02 40 74 39 05)
45000 Orléans : La Procure Saint Paterne, 109 rue Bannier (02 38 53 97 03)
47000 Agen : Librairie La Sainte Famille, 2 bis rue Héros de Résistance (05 53 66 13 99)
49000 Angers : Librairie Siloë Richer, 6 rue Chaperonnière (02 41 25 50 00)
51074 Reims : La Procure Largeron, 13 rue Carnot BP 2106 (03 26 77 58 40)
53000 Laval : Librairie Livres et Compagnie – Siloe, 5 rue du Gal de Gaulle (02 43 59 11 53)
54000 Nancy : Librairie L. A. R., 42 bis cours Léopold (03 83 17 41 51)
56000 Vannes : La Procure St-Vincent, 17 place de Valencia (02 97 47 86 64)
58000 Nevers : Librairie Siloë La Source, 17 av. Gal de Gaulle (03 86 57 25 03)
59000 Lille : Librairie Tirloy, 62 rue Esquermoise (03 20 55 37 09)
59100 Roubaix : Librairie le Cep, 5 avenue Lebas (03 20 73 91 56)
60000 Beauvais : La Procure Visage,s 101 rue de la Madeleine (03 44 45 66 11)
62200 Boulogne-sur-Mer : Librairie du dernier sou, 1 avenue Général de Gaulle (03 21 31 88 33)
63000 Clermont-Ferrand : La Procure La Treille, 1 place de la Treille (04 73 91 64 63)
64000 Pau : Librairie Saint-Joseph, 2 place de la Libération (05 59 11 03 08)
66000 Perpignan : Librairie Siloë L'Ermitage, 11 rue Bastion St-François (04 68 34 79 33)
67000 Strasbourg : Librairie Oberlin, 22 rue Division Leclerc (03 88 32 45 83)
68000 Colmar :Librairie Hartmann, 20 Grand Rue (03 89 41 17 53)
69002 Lyon : La Procure LEO, 9 avenue Henri IV (04 78 37 63 19)
71100 Chalon-sur-Saône : Librairie Siloë-Chatelet, 23 rue du Chatelet (03 85 48 07 19)
72000 Le Mans : Librairie Siloë Saint-Julie,n 38 bis place Comtes du Maine (02 43 87 53 16)
74000 Annecy : La Procure le Vieil Annecy, 3 rue Jean-Jacques Rousseau (04 50 45 25 95)
75006 Paris : La Procure, 3 rue de Mézières (01 45 48 20 25)
76000 Rouen : La Procure Le Nouveau Monde, 54 rue Grand Pont (02 35 70 65 93)
78000 Versailles : Librairie Siloë CLR, 16 rue Mgr Gibier (01 30 97 67 90)
80004 Amiens : Librairie Siloë Evrard, 6 rue Albert-Dauphin (03 22 91 61 80)
81000 Albi :Librairie Siloë Les Trois Sources, 33 rue Hôtel de Ville (05 63 49 74 71)
82000 Montauban : Librairie Siloë, 15 place Roosevelt (05 63 20 66 14)
85004 La Roche-sur-Yon : Librairie Siloë, 58 rue Mal Joffre (02 51 37 38 81)
86000 Poitiers : La Procure Saint-Hilaire, 64 rue de la Cathédrale (05 49 01 71 74)
88000 Épinal : Librairie Siloë Panorama, 88 4 place de la Gare (03 29 82 54 96)
91000 Évry : La Procure, 4 place de l'Yerres( 01 60 77 66 22)
92100 Boulogne : La Procure, 263 bd Jean-Jaurés (01 46 20 04 20)

 


http://www.temoignagechretien.fr/journal.php?ref=kiosque
Repost 0
Published by Actualités unitariennes - dans catholiques libres en action
commenter cet article

Articles Récents