Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

30 septembre 2013 1 30 /09 /septembre /2013 14:40

jesus_en_vitrine.jpg

Pour les besoins d'un Festival sur l'art et le corps à Nancy, les autorités municipales ont autorisé une heure de spectacles vitrine avec des hommes et des femmes jouant les provocateurs ; parmi les exhibitions autorisées, un Jésus la quarantaine un peu bedonnant, vêtu d'un simple slip trop lâche, s'entrebaillant de temps à autres pour montrer un sexe (en latex) d'une taille XX ... et envoyant des bisous aux passants sur le thème "I Love You !". Bon, c'est marrant, mais diable que vient faire Jésus en cette galère ? Bon, la prochaine fois, ce sera le tour de Confucius, Bouddha, Moïse, Mahomet, et de Jean-Paul Sartre ...

Pour plus de détail, voir le récit hilarant de l'Est Républicain (lien).

Repost 0
Published by Actualités unitariennes - dans christianophobie
commenter cet article
27 septembre 2013 5 27 /09 /septembre /2013 08:37

marie_claire_lefeuvre_interroger-sa-foi.jpgMarie-Claire Weber-Lefeuvre, "Interroger sa foi. Du calvinisme au judéo-christianisme libéral", préface du pasteur Pierre-Jean Ruff, Edilivre, Collection classique, septembre 2013, 262 p. – sur papier à 19 euros, en version numérique à 12 euros. L'auteur a publié en 2006 une "Etude des évangiles" aux éditions L'Harmattan (lien).

A partir d’une lecture quotidienne de l’Evangile de Marc, puis de l’Institution chrétienne de Jean-Calvin, l’auteur a revisité sa foi et nous invite à en faire de même. Protestante de la communauté réformée de Rambouillet, elle a depuis pris attache avec les mouvances libérales, dont le réseau de la Correspondance unitarienne et le forum « Unitariens francophones ». Les intitulés successif de son blog à la fois personnel (elle y emprunte le prénom de 'Marike') et militant, ouvert en novembre 2007, témoigne bien de cette évolution (lien) : « Amorce d’une étude de l’évangile de Marc », puis « Evangiles – Arts – Société – Jean Calvin », et enfin « Le blog de Marike, chrétienne protestante, unitarienne ».


Son livre porte la marque de ce cheminement, discret mais persévérant, fait de lectures assidues dûment citées, d’une réflexion tout à fait personnelle, accompagnée de parallèles littéraires et artistiques d’ancienne professeur de Lettres, se référant aussi volontiers à l’œuvre épistémologique de son mari, Michel Lefeuvre, sur le darwinisme et les théories de l’évolution.
* blog inscrit à la communautés de blogs « Religions en toute liberté » en janvier 2008 (lien)


La préface est du pasteur Pierre-Jean Ruff, pasteur protestant réformé, l’une des figures majeures du courant libéral et conseiller de l’Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens (AFCU) (lien).


Présentation de l’éditeur - Trente-six questions pour interroger notre foi : l'ouvrage tente d'y répondre. Mais qu'est-ce qu'une théologie ? une théologie ne doit-elle pas accompagner le mouvement de la vie en adaptant le message, comme l'artiste ? Dans cet essai religieux, l'auteur, professeur de Lettres, ouvre son propre chemin pour traduire le message biblique, aujourd'hui, à travers le christianisme.

Pour contact (lien)

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans les protestantismes
commenter cet article
26 septembre 2013 4 26 /09 /septembre /2013 04:56

La tradition unitarienne non seulement admet la critique des religions mais l’encourage ; c’est une façon de les aider à se réformer, à éviter le cléricalisme et les manipulations mentales, etc. L’unitarisme est né au XVIème siècle et est issu de l’une des réformes protestantes, l’anti-trinitaire. Au nom de la raison, elle a toujours fait preuve d’esprit critique, contestant les dogmes les uns après les autres.


Alors pourquoi une telle rubrique (lien) ?


croix_de_pierre_de_mouguerre_commune_du_labourd_pres_de_bay.jpgD’abord pour se démarquer d’un progressisme de piètre aloi qui a commencé avec le surhomme de Nietzche (le christianisme, c'est pour les faibles !), pour continuer avec une vague anarco-libérale mettant tous les maux sociétaux sur le dos de la brave morale judéo-chrétienne, ce qui dispense certains de ces protestataires de toute morale sexuelle ou compassionnelle ! une vague laïque sectaire héritée de l'anti-cléricalisme du début du XIX° siècle, qui confond critique légitime des religions et rejet global de celles-ci, que l’on voudrait voir reléguées au stricte domaine privé. Enfin, plus récemment, une vague sataniste stimulée par les jeux vidéo et la vague islamiste aux accents djihadistes qui vise une domination mondiale et ne tolère ni l’islam cohabitationniste, ni les autres religions.


Mais c’est aussi parce que nous avons été le seul média chrétien de tendance libérale à élever la voix contre des artistes qui, pour des coups médiatiques, manipulaient le christianisme d’une façon grossière. Comme tous les autres citoyens, les chrétiens ont droit au respect de leur religion. Bien entendu, il ne s’agit pas de crier au blasphème à la moindre critique ! en ce domaine sensible, il faut savoir s’en tenir au bon sens … et au bon goût.


La croix de pierre de Mouguerre gît désormais au bas de son socle, dans la commune basque du Labourd située à proximité de Bayonne. Les deux tiges métalliques qui maintenaient la croix solidaire de son socle ont été coupées délibérément. Tout récemment, mais les grands médias n'en ont pas (encore) parlé !

 

Pour les persécutions et les pogroms des chrétiens en pays musulmans, voir notre rubrique "Chrétiens en terre d'islam" (lien).

 

Voir dans "L'observatoire de la christianophobie" (lien) la très longue liste des faits dont sont victimes les chrétiens du monde entier.

 

Mais pourquoi pas aussi une rubrique sur l’islamophobie nettement plus agressive par les temps qui courent ? Les réseaux sociaux entre autres regorgent de propos anti arabes, anti musulmans, anti Coran, généralisant à l’islam en entier et à son texte fondateur ce qui est le fait des seules mouvances islamistes. C’est pour cela que, au lendemain du référendum suisse contre les minarets, nous avions lancé le 4 novembre 2009 les Amitiés islamo-unitariennes ( lien) dont le site, d’abord accueilli par les Etudes unitariennes (lien), l’est maintenant par les « Unitariens français », sur le site du Conseil des unitariens et universalistes français (CUFF) dont elles sont membres (lien). C’est sur ce site que le lecteur pourra trouver une approche positive et éclairée de l’islam (avec 11 articles à ce jour).

Nous rappelons que la rubrique « Les dérives sectaires » comprend de nombreux articles (29 à ce jour) et avait reçu jusqu’à présent les articles qui sont désormais mis dans la nouvelle rubrique (soit 10 à ce jour). Luttons contre toutes les formes de sectarisme !

Repost 0
Published by Actualités unitariennes - dans christianophobie
commenter cet article
25 septembre 2013 3 25 /09 /septembre /2013 17:44

Jacqueline Barthes, Le féminin : un drôle de genre, avril 2013, Saint-Léger Editions, 127 p., 15 euros (SAINT-LEGER Productions – 1 Chemin des pièces – Bron – 49260 Le Coudray-Macouard).

 

jacqueline_barthes_le_feminin.jpgDiplômée de l'Ecole supérieure d'électricité et de l'Institut d'administration des entreprises de Paris, licenciée en théologie à l'Institut catholique de Paris, l'auteur a mené conjointement, et avec la même passion, une carrière d'ingénieur et un parcours de mère de famille. Elle habite à Neuilly.

 

Les éloges sont unanimes : voici un livre qui parle du féminin d’une façon rafraîchissante, intime au niveau du vécu, poétique car les choses importantes ne sont pas vulgaires, bien loin des discours didactiques sur le sexe, discourant sereinement et avec nuances sur le féminisme, les attentes de la société et autres pressions sociales, la possibilité chirurgicale désormais possible de changer de sexe, sur la théorie du Genre loin des présentations militantes et vulgarisatrices qui la caricaturent (ce qui est la pire des choses pour une théorie qui se veut scientifique !). Merci à cette femme qu’on imagine à l’image de la couverture de son livre.

A conseiller à toutes et à tous en ces temps de polémiques avec ses lobbies, ses pro-ceci pro-cela. Merci aussi de nous rappeler que si la femme ne se limite pas à un sexe féminin, elle en a cependant bien un et que c’est important dans sa vie et dans sa perception des choses .. eh oui, les hormones ! A ne pas oublier, ceux-là ; ils irriguent notre corps pour le meilleur et pour le pire !

Pour l’instant, acheter ce beau livre et promenez-vous en bonne compagnie d’une auteur talentueuse et sensible, ouverte et sans nul préjugés ni stéréotypes … car Jacqueline Barthes est une théologienne catholique qui n'a pas la langue de bois des dogmatiques !

 

Voir la présentation de ce livre par l'éditeur (lien) et par un site neuilléen ( lien).

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans nos identités
commenter cet article
23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 10:23

valentine_zuber_portrait.jpgLa Correspondance unitarienne a reçu ce message de Valentine Zuber :

Valentine Zuber est heureuse de vous inviter à la soutenance de son dossier d’habilitation à diriger des recherches intitulé Libertés-Laïcité le mercredi 9 octobre 2013 à 9h15 en Sorbonne, salle 1, esc. M, 1er étage, 12 place du Panthéon, 75005 Paris
Présidé par M. Philippe Boutry (Président de l’Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne), le jury sera composé de Mmes Brigitte Basdevant (professeur à l’Université de Paris-Sud), Irène Herrmann (professeur à l’Université de Genève) et de MM. Patrick Cabanel (professeur à l’Université de Toulouse-Le Mirail), Philippe Portier (directeur d’études à l’Ecole pratique des hautes études) et Michel Wieviorka (président de la Fondation des Maisons des sciences de l’homme et directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales). A l’issue de la soutenance, un buffet amical vous sera offert. RSVP avant le 1er octobre 2013 à Valentine Zuber ( contact).

 

Ndlr - Attention, il y a eu rectification en date du 30 septembre, du lieu de la soutenance.

 

Voir l'ensemble des publications de l'historienne Valentine Zuber en fichier pdf sur le site du Groupe de sociologie des religions et de la laïcité (GSRL : UMR 8582 CNRS-EPHE), dont elle est membre ( lien). A partir de ce document, nous en avons extrait la notice bibliographique concernant ses travaux sur les monuments consacrée à Michel Servet ou à propos de :

 

2004 - Les Conflits de la tolérance, Michel Servet entre mémoire et histoire (XIXe-XXe s.), Paris, Honoré Champion, , 640 p. (Sa thèse publiée en livre, autour des monuments consacrés à Michel Servet au début du XIXème siècle)

 
1994 - Conférence à la Société de l'histoire du protestantisme français : « Le monument expiatoire de Champel : les protestants entre mémoire et histoire », Paris, France, 16 décembre 1994 

 1995 - « Pour en finir avec Michel Servet. Les Protestants du début du XXe s. entre mémoire et histoire (1903) », Bulletin de la Société d'Histoire du Protestantisme Français, T. 141, janvier-février-mars 1995, p. 97-112.
1998 - « La tolérance dans les réactions face à l’érection des monuments en mémoire de Michel Servet au début du XXe s. », Guy SAUPIN, Rémi FABRE, Marcel LAUNAY (éd.), La Tolérance, Actes du Colloque international pour le IVe centenaire de l’Edit de Nantes, Nantes, 13-16 mai 1998, Rennes, PUR, 1999, p. 269-278.
 
1999 -Séminaire de DEA d'Histoire contemporaine du professeur Michel Lagrée, Université de Rennes II :  « L'instrumentalisation de Michel Servet dans les discours sur la tolérance au début du XXe s. »,Tolérance et intolérance au XIXe-XXe s., Rennes, France, 30 janvier 1999.
2000 - « Le Congrès pour la tolérance (Genève, août 1953). Histoire et mémoire chez les protestants libéraux », Bulletin de la Société de l'Histoire du Protestantisme Français, T. 146 (juillet-août-septembre 2000), p. 487-521.
2001 - « Figures de l’hérétique et tolérance religieuse. Michel Servet vu par les catholiques aux XIXe-XXe s. », Revue d’Histoire de l’Eglise de France, T. 87, n°218, (2001), p. 47-69.
2001- Conférence à la Société d'histoire et d'archéologie de Genève (SHAG): « Michel Servet, ou comment s'en débarrasser... Histoire d'une expiation protestante au début du XXe s. », Genève, Suisse, 11 octobre 2001.
2003 -Déjeuner-débat trimestriel des Etudes et recherches de la paroisse réformée d’Auteuil : « 1553-2003. Michel Servet entre mémoire et histoire », Paris, France, 16 janvier 2003.
2003 - « Peut-on expier la mort de Michel Servet ? La stèle de Genève et les monuments concurrents (1903-1911) », Théolib : Hommage à Michel Servet, revue trimestrielle du libéralisme théologique, n°24, décembre 2003, p. 32-42.
2003 – colloque international la Sorbonne 11-13 décembre, dont les actes seront publiés en 2007 Michel Servet (1511-1553). Hérésie et pluralisme (XVIe-XXIe siècles), Paris, Honoré Champion, 2007.
Colloque organisé à la Sorbonne sur Michel Servet et élargi aux hérésies.


 - « Les enjeux d’une commémoration. L’actualité de Michel Servet en 1903, 1953, 2003 », in Valentine ZUBER (éd.), Michel Servet (1511-1553). Hérésie et pluralisme (XVIe-XXIe siècles), Paris, Honoré Champion, 2007, p.11-23.
- « De la tolérance au pluralisme : l’affaire Servet au prisme de l’historien Roland H. Bainton (1894-1984) », in Valentine ZUBER (éd.), Michel Servet (1511-1553). Hérésie et pluralisme (XVIe-XXIe) siècles, Paris, Honoré Champion, 2007, p. 225-271.

 

2004 -Séminaire de recherche sur l’histoire des protestantismes, Faculté de théologie protestante de Paris (IPT) : « Les commémorations de la mort de Michel Servet, 1903, 1953, 2003 », Paris, France, 13 janvier 2004.
2006 - International Servetus Congress, Miguel Servet, con todo el corazon, « Fortunes de Michel Servet à l’époque contemporaine », Servetus International Society, Barcelone, Espagne, 20-21 octobre 2006.
2007 - Journée d’études La culpabilité, « La culpabilité protestante vis-à-vis de l’affaire Michel Servet », Association Française des Historiens du Religieux Contemporain (AFHRC), La Sorbonne, Paris, France, 28 septembre 2007.
2009 - « Les jubilés de Calvin en 1909 à Genève et à Paris », Giovanni Calvino nel quinto centenario della nascita. Interpretazioni plurali tra dissenso evangelico e critica cattolica, Firenze, Centro culturale protestante Pier Martire Vermigli, 14-16 marzo 2009, à paraître.
2009 - « Servetus vs. Calvin : A battle of monuments during the secularization of the French Third Republic », in Johan DENIET, Herman PAUL, Bart WALLET (éd.), Sober, Strict, and Scriptural: Collective Memories of John Calvin, 1800-2000, Leyden-Boston, Brill, 2009, p. 167-194.
2009 - Conférence à la Bibliothèque diocésaine Guillaume Briçonnet, « Michel Servet », Meaux, 9 juin 2009.
2009 - « L’affaire Servet, une faute à expier ou un appel à la tolérance ? », Réforme, hebdomadaire protestant d’actualité, n° 3339 - édition du 15 octobre 2009.
2010 - « La commémoration du quatrième centenaire de la naissance de Jean Calvin en 1909, ou la tentative de réhabilitation d’un ‘illustre français’ », in François CLAVAIROLY (éd.), Jean Calvin, de la Réforme à la modernité, Paris, PUF, 2010, p. 63-79.
2011 - « Le monument expiatoire de Champel réhabilité », Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, T. 157 (janvier-février-mars 2011), p. 85-87.
2011- « Michel Servet, Villanueva de Sijena (Espagne), 29 septembre 1511-Genève, 27 octobre 1553 », Hervé Lemoine (ed.), Célébrations nationales 2011, Paris, Archives de France, 2010, p. 227-229.
2011L'évolution de la conception du blasphème dans la tradition protestante réformée de l'affaire Servet à nos jours », Le blasphème : du péché au crime, Colloque CIERL-ULB, Bruxelles, 18-19 mars 2011.

A l’occasion de la commémoration de Calvin en 2009
- « Calvin au miroir de l’histoire. Une personnalité controversée », Religions & Histoire, H.S. n°1, 2009, p. 56-59.
- Colloque international Giovanni Calvino nel quinto centenario della nascita. Interpretazioni plurali tra dissenso enangelico e critiqua cattolica, « Les jubilés de Calvin en 1909 », Firenze, Centro culturale protestante PierMartire Vermigli, Italie, 14-16 marzo 2009.
- Colloque international Sébastien Castellion : des Ecritures à l’écriture, « L’invention d’un héros du protestantisme libéral : Castellion aux XIXe-XXe siècles», Université de Paris-Ouest Nanterre La Défense, Nanterre, 15-16 avril 2010.
- Colloque Jean Calvin, de la Réforme à la modernité, « La commémoration du quatrième centenaire de la naissance de Jean Calvin en 1909 », Calvin 09, Eglise Réformée du Saint-Esprit, Paris, France, 16-17 octobre 2009.

Autres thèmes abordés par Valentine Zuber (en plus de la trilogie  : Michel Servet, Jean Calvin, Sébastien Castellion)
L'antiprotestantisme avant le pacte laïque (1870-1905), les haines religieuses avec l’Affaire Dreyfus (antisémitisme, antoprotestantisme, anticléricalisme), Les protestants du diocèse de Meaux au temps de Bossuet, anticléricalisme en Chine.
Laïcités : en France (Edit de Nantes, loi 1905, avec les femmes, la commission Stasi), en Romandie, dans les sociétés musulmanes en Méditerranée (sécularisation, les printemps arabes, la burqa), dans le monde, et démocratie, tolérance et liberté religieuse, de conscience, la sécularisation en Europe, valeurs morales dictées par l’Etat, croyances, face aux diverses religions, et athéisme, sacralisations et rituels républicains,
pratiques funéraires
Hérésie et pluralisme (XVIe-XXIe siècles), le pluralisme religieux (en France, Suisse, Europe), schismes, liberté de conscience, le blasphème (chez les protestants réformés)
Religions (en plus du protestantisme) : dictionnaire des monothéismes, le catholicisme autour de l'œuvre d'Emile Poulat, avec Hyacinthe Loyson, œcuménisme,
et sciences (avec Clémence Royer, féministe et première traductrice de Darwin en France, 1830-1902)
Les droits de l’homme : leur origine protestante, prisons françaises,

Repost 0
Published by Actualités unitariennes - dans à propos de Michel Servet
commenter cet article
20 septembre 2013 5 20 /09 /septembre /2013 11:57

franc-maconnerie-magazine-n-26-l_Eglise.jpgC'est le titre du n° 26 de la revue Franc-maçonnerie Magazine (septembre-octobre 2013), qui consacre une partie de ses pages à cette question. Paul Pistre dans sa dernière Lettre aux catholiques amis des maçons en a fait le compte-rendu suivant.


L’éditorial de Jean-Marc Vesinet a pour sous titre : La maçonnerie des bouffeurs de curés à jeter aux orties. L’enquête de Jean-Moïse Braitberg, en 7 pages, est plus loquace et fort bien informé. Figurent les nombreuses formules ecclésiastiques qui condamnent « à perpétuité », ces « sociétés conspiratrices », qui « intriguent contre les pouvoirs civils légitimes » et « décatholisent » la France … Trois vénérables maçons catholiques sont signalés dans l’histoire de la FM : Jean-Marc Gallot, béatifié après exécution par les révolutionnaires, Louis-Gaston de Sonis, officier des zouaves pontificaux, le Père Ratisbonne, fondateur d’une congrégation. Plusieurs maçons catholiques d’aujourd’hui sont cités, tel un Jean-Claude, maçon du Grand Orient à Bordeaux, ou Jean-Jacques Gabut qui signale que « la Grande loge de France (GLDF) et la Grande loge national française (GLNF) ont des prêtres et des moines initiés après accord des supérieurs ».
Le cardinal Barbarin est photographié avec le Grand maître du Grand-Orient, Guy Arcizet ; il a désigné son archidiacre, Emmanuel Payen, pour ces dialogues : il a participé à un voyage en Israël avec des frères et à l’inauguration d’un temple de la Grande loge de France (GLDF). Mentionnons aussi le cardinal Ricard en tenue blanche fermée.
Parmi les positions des catholiques s’élevant contre la décision romaine visant l’ex curé de Megève est signalée celle du Service Incroyance - Foi (SIF, lien) et du dominicain Jean-Michel Maldame ; de même, les remarques de l’ex-évêque Jean-Charles Thomas, signalant que la décision a été prise durant l’interrègne pontifical et demandant que preuve soit apportée de la conspiration de la dite loge. Gabriel Ringlet, prêtre belge, ami des maçons, invité en loge une cinquantaine de fois, est aussi mentionné ; ainsi que Paul Pistre *, « inlassable artisan du dialogue, qui a écrit Catholiques et Francs-Maçons, éternels adversaires ?, qui édite une Lettre aux catholiques amis des maçons, et qui a animé deux réunions toulousaines à l’Institut catholique de cette cité, 2007 et 2010, avec riches témoignages ».
* voir son texte publié depuis en compagnie du théologien Jean Rigal (lien).

Repost 0
Published by Actualités unitariennes - dans la franc-maçonnerie-affaire Pascal Vesin
commenter cet article
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 18:53

franc_maconnerie_assemblee.jpg

 

Prêtre du diocèse d'Annecy, curé à Megève en Haute-Savoie, Pascal Vesin a été excommunié par son évêque sur pression de la Congrégation de la Doctrine de la foi à la fin du mois de mai 2013 sous prétexte qu'il s'était inscrit dans une loge maçonnique. Les Actualités unitariennes ont alors suivi cette affaire au nom de la liberté pour chacun de choisir des appartenances complémentaires à sa convenance selon son propre itinéraire religieux et spirituel. Les articles ont été mis à la rubrique "Vies de prêtres", mais devant leur nombre (18 à ce jour), nous avons ouvert une nouvelle rubrique consacrée à la franc-maçonnerie où nous les avons transférés (lien). Mais il est bien évident qu'il s'agit d'abord du destin d'un prêtre qui a toute sa place dans la première rubrique. Nous renvoyons donc nos lecteurs, pour ce cas particulier, à notre nouvelle rubrique.

Repost 0
Published by Actualités unitariennes - dans vies de prêtre
commenter cet article
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 17:46

par Paul Pistre (historien) et Jean Rigal (théologien). Ce texte a été adressé à la Présidence des évêques de France, à la Nonciature de Paris, à la presse catholique (La Croix, Témoignage chrétien, La Vie, Le Pèlerin, Etudes, Projet, Lettre des Semaines sociales) et autres (Le Monde, Libération), au Service incroyance - foi (SIL) qui est la cellule française du Secrétariat pour les non-croyants (fondé en 1965 au lendemain de l'encyclique de Paul VI Ecclesiam suam, 1994) et à quelques autres mouvements connus ; il a été transmis à la Correspondance unitarienne le 17 septembre 2013.

 

paul_pistre_fm_a_toulouse.jpgPaul Pistre diffuse une Lettre aux catholiques amis des maçons à quelques 150 destinataires. Il est l’auteur en 2002 de Les Francs-Maçons à Toulouse : des acteurs bien présents, aux éditions F. Loubatières, et en 2011 de Catholiques et francs-maçons. Eternels adversaires ? aux éditions Privat ( lien)
Né en 1929, Jean Rigal, prêtre du diocèse de Rodez, est un théologien spécialiste des questions relatives à l'Église. Professeur d'ecclésiologie pendant vingt-cinq ans à la faculté de théologie de Toulouse, il a animé de multiples sessions en France et en différents pays. Il est l'auteur de nombreux articles et d'une quinzaine d'ouvrages (sa présentation aux éditions du Cerf,  lien).

 

La sanction qui a frappé le curé de Megève, Pascal Vesin, a ému les Français. L’opinion publique pendait que les esprits étaient apaisés, et dans les deux camps. La décision de la Curie romaine montre qu’il n’en est rien. L’accusation de « péché grave » contre tout maçon est insupportable.
L’idée la plus répandue est que le conflit séculaire Eglise / franc-maçonnerie (FM) comporte tant de critiques et de condamnations qu’il est illusoire de s’attendre à un changement sérieux. L’affaire de Megève nous invite à dépasser un conflit local et à nous interroger plus largement sur un éventuel dialogue entre catholiques et maçons.
Depuis un demi-siècle, les catholiques ont vu se transformer leurs relations avec toutes les familles spirituelles : avancées sérieuses avec les protestants et les juifs, plus limités avec les musulmans et les bouddhistes, voire avec quelques athées. Et pourtant, durant des siècles, que de critiques et de condamnations entendues, suivies parfois d’expéditions sanglantes ! Des contacts discrets, humbles ont été entrepris. Peu à peu, les mentalités ont évolué. Le climat de ces rencontres était le respect mutuel, sans souci de conversion ou de prosélytisme. Chacun se trouve heureux de ces transformations qui se poursuivent.
La FM de 2013 n’est plus celle de la IIIème République. En France, aujourd’hui, elle est très importante, avec 160 000 membres ; mais elle est divisée en de multiples obédiences. Ainsi, le Grand-Orient, qui jadis comptait la très forte majorité des frères, en rassemble désormais 50 000. Les différences entre obédiences tiennent souvent aux positions philosophiques ; les unes se veulent « adogmatiques », d’autres ont une spiritualité plus ouverte. Existe même un Grand prieuré des Gaules qui s’affirme FM chrétienne.
De plus en plus, en toute loge, aucune philosophie unique n’existe, même si des valeurs communes sont revendiquées : fraternité vécue en loge, recherche personnelle de la vérité, engagement citoyen, attachement à la laïcité, etc. Chacun se rend compte que toutes les mentalités sont présentes, hormis les partis extrêmes.
Pour faire bref, on peut dire que la FM française n’est plus celle de 1900. Elle n’en demeure pas moins une famille spirituelle originale. L’Eglise aussi a nettement évolué. Est oublié le Syllabus, 1864, qui condamnait tout ce qui se prétendait moderne. Nous vivons après les avancées de Vatican II, les deux rencontres d’Assise et avec le pape François qui demande qu’on aille vers « les périphéries de l’Eglise » …
Pour quels motifs l’Eglise catholique condamne-t-elle la FM ? Le premier motif est d’ordre historique. Ces deux institutions se sont livrées, au cours des siècles, des combats acharnés qui ont marqué, en profondeur, leurs relations et altéré tout désir de dialogue. Dans le Code de droit canonique de 1917, les francs-maçons étaient excommuniés. Le Code de 1983 déclare : « Qui s’inscrit à une association qui conspire contre l’Eglise sera poursuivi d’une juste peine ; mais celui qui y joue un rôle actif ou qui la dirige sera poursuivi d’interdit » (Ca. 1374). La même année, le cardinal Ratzinger, alors président de la Congrégation pour la doctrine de la foi, ajoutait que les fidèles qui s’inscrivent à la FM « sont en état de péché grave et ne peuvent accéder à la sainte communion ». Ce durcissement semble contredire les ouvertures du concile Vatican II et les réflexions récentes du pape François : « Quand l’Eglise se ferme, elle est malade ».
L’un des buts premiers de la FM est de promouvoir un perfectionnement intellectuel, moral et spirituel à partir des seules forces humaines. Mais sans tomber dans un relativisme absolu, la recherche personnelle de la vérité est-elle incompatible avec l’aide d’une Révélation ?
Le maçon accorde une large place à la raison dans la recherche de la vérité. Mais foi et raison ne sont nullement incompatibles. Au contraire, l’une interroge l’autre. Selon la formule du concile Vatican I (1869-70) : « la foi et la raison s’aide mutuellement ». Quant au concile Vatican II, il associe « la liberté de conscience » et « la recherche de la vérité ». Quelle expérience en ont les catholiques maçons ?
Un troisième aspect retient notre attention. Il concerne l’adhésion aux dogmes. On sait que beaucoup de maçons se veulent « adogmatiques ». Peut-être est-il utile de rappeler que la foi ne porte pas sur des formules dont l’expression demeure forcément liée à un contexte, mais sur la découverte de « Quelqu’un ». Qu’en pensent les catholiques maçons ?

Comment avancer dans le dialogue ?

Du côté catholique, connaître et reconnaître les importants changements que la FM a opérés au cours de ces dernières décennie. Etre attentif à sa grande diversité. L’ignorance reste un obstacle majeur à un éventuel dialogue. Susciter des rencontres amicales où catholiques et maçons font part de ce qui les anime.
Du côté des obédiences maçonniques : promouvoir une laïcité ouverte, attentive au bien commun, loin des lobbies influents, au service d’un monde juste et fraternel ; considérer « les problèmes de société » en référence à la dignité humaine, où tous les hommes de bonne volonté devraient pouvoir se rejoindre, pour s’écouter d’abord et agir ensemble.

Repost 0
Published by Paul Pistre et Jean Rigal - dans la franc-maçonnerie-affaire Pascal Vesin
commenter cet article
17 septembre 2013 2 17 /09 /septembre /2013 16:41

A l'occasion de la rencontre nationale des unitariens italiens à Rome, ceux-ci ont invité l'association des taoïstes italiens à participer à leur culte du dimanche 15 septembre autour d'une cérémonie des fleurs (lien). Alessandro Falasca (au centre et au fond de la photo), pasteur de la « Chiesa della ‘Fede aperta’ »  est chrétien et pratique le taoïsme.


italie_association_taoiste.jpg

 

Ndlr - Avec le taoïsme, le confucianisme, le bouddhisme, etc., ce qu'on appelle les sagesses d'Asie, il s'agit de philosophies, de pratiques spirituelles visant au bien être et à l'élévation morale et spirituelle, et non de religions à proprement parler, même si certaines personnes ou certains pays vivent cela d'une façon religieuse avec prières et cultes. Il en est de même des écoles de philosophie de l'Antiquité grecque (les stoïciens, les épicuriens, etc.), des ordres gnostiques, de la franc-maçonnerie, etc. D'où la possibilité d'appartenances complémentaires qui conviennent à une personne.

Repost 0
Published by Actualités unitariennes - dans U en Italie
commenter cet article
14 septembre 2013 6 14 /09 /septembre /2013 06:34

Ne l’oublions pas ! l’actuelle « Congrégation de la Doctrine de la foi » est l’ancienne héritière de la « Sacrée congrégation de l'inquisition romaine et universelle » fondée le 21 juillet 1542 et qui avait pour mission de lutter contre les hérésies, et plus particulièrement de faire obstacle aux progrès du protestantisme, renommée le 29 juin 1908 « Sacrée congrégation du Saint-Office », puis le 7 décembre 1965 avec son nom actuel (lien). Certes les sinistres méthodes judiciaires et les tortures de l’Inquisition * ne sont plus de mises et les livres ne sont plus mis à l’index (le 7 décembre 1965, à la veille de la clôture du concile Vatican II, Paul VI supprime aussi la « Sacrée congrégation de l'index » en même temps qu’il renomme le « Saint-Office »).
* Le concile de Latran II, en 1139, proclame l’anathème contre les ennemis de la Foi. Les hérétiques doivent être punis. En 1148 a lieu l’Arrangement de Vérone entre le Pape et l'Empereur : les hérétiques doivent être jugés par l'Église avant d'être remis au bras séculier. L’Eglise a donc désormais l’initiative des procès, alors qu’auparavant c’était le pouvoir politique qui, pour des raisons d’ordre public ou autres, sévissait directement – ce qui se fit très tôt : en 385, l'évêque Priscillien, dont les thèses avaient été condamnées au synode de Saragosse en 380, est exécuté par l'empereur Magnus Maximus auprès duquel il avait fait recours à Trèves ; mais ce « meurtre » suscite à l'époque le scandale et la protestation de nombreux évêques parmi lesquels Ambroise de Milan et l'évêque de Rome Sirice.

pascal vesin dansLe témoignage de Pascal Vesin, reçu brièvement par la Congrégation de la Doctrine de la foi, est accablant. Il montre combien les mentalités n’ont guère évoluées ; certes on ne tue plus, mais on met des évêques à la retraite anticipée (Gaillot en Fance en 1995, William Morris en Australie en 2011, etc.), on écarte les théologiens des chaires catholiques comme l’Argentin Ariel Alvarez Valdès (lien), on excommunie des prêtres comme Pascal Vesin, etc. Les Actualités unitariennes se sont faites l’échos de plusieurs affaires dans ses rubriques « La Contre Réforme » (lien) et « Vies de prêtre » (lien).

Dessin accompagnant l’article « Pascal Vesin dans le collimateur du Vatican » paru le 3 juin 2013 dans Librinfo74 (« L’info locale alternative »), média on line édité par une association d’Annecy (Association annécienne pour la promotion de la liberté d’expression, AAPLE), lien.

Pascal Vésin (message du 13 septembre 2013 sur le site où il s’exprime, lien) : « Mon rendez-vous à la Congrégation pour la Doctrine de la Foi me laisse un goût amer. Une rencontre ? Pour qu’il y ait rencontre, il faut un langage commun. Face à mon souci du dialogue, face à mon désir d’avancer, face à ma proposition de travail (en cessant pendant ce temps-là toute participation à une activité en loge maçonnique), j’ai trouvé la rigidité de la loi, la froideur de la règle énoncée dans la déclaration de 1983 (aujourd’hui désuète !), l’irrespect dans sa manière de me considérer comme quantité négligeable. Comment peut-il s’accrocher ainsi à la loi et rester prisonnier de l’ignorance ?
Une seule certitude : derrière la soutane [ndlr – des membres de cette congrégation], derrière la condamnation et la sanction il y a un homme (d’accord, je vous l’accorde, certains se donnent vraiment beaucoup de mal pour le dissimuler !). Malgré cette expérience douloureuse, je garderai cette exigence : n’avoir peur de personne et respecter chacun. Voilà ce que nous enseigne le Christ : être des hommes libres.
L’Eglise n’a pas changé : son silence espère faire taire la question et fatiguer ceux et celles qui la portent. Les signes d’ouverture entrevus depuis le début du pontificat de François ne seraient-ils qu’un leurre ? En tous cas, cette fin de non-recevoir est sa réponse. »


Rappelons que cette organe de la Curie romaine est une usurpation de pouvoir. Le rôle de « surveillant » de la foi (épiscope en grec) appartient en effet à chaque évêque dans son propre diocèse selon l’institution épiscopale qui s’est mise en place au début du IIème siècle (lien). Rome confisque ce rôle, s’ingère dans la gestion des diocèses, impose des sanctions. Dans le cas de Pascal Vesin, la Congrégation de la Doctrine de la foi a profité de l’abdication de Benoît XVI et de l’intérim en attente de l’élection d’un nouveau pape pour faire son coup (bas !) et mettre la pression sur l’évêque d’Annecy. Quand donc les évêques réclameront-ils leur droits ?

Repost 0

Articles Récents