Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

20 juillet 2008 7 20 /07 /juillet /2008 11:16
Je n'ai toujours pas trouvé de caricaturiste pour un dessin critique des fascistes soudanais.  Pourquoi les dessinateurs ne sont-ils pas au rendez-vous ? Ce n'est pas Mahomet qu'il fallait caricaturer - il vivait en son temps - mais bel et bien les dictateurs sanguinaires d'aujourd'hui.

A défaut, une photo de manifestation devant l'ambassade du Soudan à Londres prise par le journal Ouest-France

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans les dérives sectaires
commenter cet article
17 juillet 2008 4 17 /07 /juillet /2008 07:08

 L’artiste franco-camerounais Dieudonné Mbala Mbala affirme de plus en plus sa connivence avec le Front National (FN). Il avait esquissé un rapprochement avec Jean-Marie Le Pen pendant la campagne présidentielle, s’affichant en novembre 2006 à la fête du FN au Bourget, avant qu’une partie de l’état-major du FN ne se montre à l’un de ses spectacles à Paris. Il soutint ensuite Patrick Bourson, ami de Jean-Marie Le Pen et candidat FN dans la Marne.


Voilà maintenant que Le Pen est devenu le parrain de la petite Plume, dernière née de la famille de Dieudonné. Le baptême a été fait par le célèbre abbé Philippe Laguérie, lefebvriste rallié à Rome à des conditions très avantageuses, sur les fonts baptismaux de la paroisse Saint Eloi, à Bordeaux, laquelle est un bastion du catholicisme ultra conservateur pratiquant exclusivement le rite tridentin. Cela ressemble fort bien pour cet artiste à une descente aux enfers.


Né en 1966, à Fontenay-aux-Roses, d’une mère bretonne "sociologue" et d’un père camerounais "expert-comptable", Dieudonné est un humoriste de talent capable d’animer des spectacles en show. On lui reproche des dérapages " antisémites ", ce qui lui a valu d’avoir ses spectacles perturbés par des groupes de pressions et de ne plus être invité sur les plateaux de télévision. Bref, sa réputation est désormais sulfureuse, ce qui est à double tranchant pour un artiste (un certain public valorise l’impertinence, le décalage, la provoc !), mais ce qui risque de le ghettoïser.


Au delà de ce cas particulier, on peut constater que la société française invite aux extrêmes.

Pourquoi nombre d’artistes et de sportifs se croient-ils obligés d’émettre un message politique alors que ce n’est pas leur métier ? Pourquoi de tels engagements se font-ils dans le style le plus simpliste, celui du dualisme (pour Dieudonné : je préfère Ben Laden à Georges Bush !) ? Pourquoi a-t-on fait croire à toute une génération que la politique était un simple engagement humanitaire fondé sur une bonne morale (ou une bonne conscience de soi), d’offuscations dites vertueuses, d’intentions positives (pour soi) ou négatives (de la part des " adversaires "), du n’y a qu’à faire ceci ou cela, et une occultation quasi systématique de la complexité des problèmes.

Bref, une politique on ne peut plus tribale avec des adversaires en face à terrasser ou à défaut à vilipender, à harceler à la moindre parole ou geste – et les médias sont au rendez-vous pour les mettre en exergue, les isoler de leur contexte (comme l’antisémitisme prêté à Dieudonné), les diffuser à grande échelle avec des reprises en cascade.

Quelle ambiance au nom de la démocratie ! Quelle porte ouverte pour les démagogues de tout poil !


Le dualisme a fait des ravages dans l’histoire religieuse avec la diabolisation des autres et il continue à le faire à grande échelle à l’initiative des sectes et des mouvements politico-religieux. Mais le dualisme politique est aussi consternant. Il marque le paysage de nombreux pays en s’appuyant sur des partis politiques dont le seul soucis, dans un système ultra compétitif qualifié de démocratie à l’occidentale, est d’encadrer leurs militants et d’augmenter leur visibilité et leurs résultats aux sondages et aux élections, et non de procéder à une réflexion sur les problèmes de société. Il paraît que cela serait réservé aux " clubs " politiques qui, eux, sont lancés bien en amont des échéances électorales afin d’être des laboratoires d’idées, ou encore aux commissions parlementaires.

Que Dieu préserve nos artistes de faire de la politique ... du moins dans l'exercice public de leur talent.

Epilogue :

Le 26 décembre 2008, lors d'une dernière représentation au Zénith, Dieudonné a reçu le négationniste français Robert Faurisson pour lui faire remettre, par son régisseur déguisé en déporté d'un camp de concentration marqué d'une étoile jaune, le prix de "l'infréquentabilité et de l'insolence". Jean-Marie Le Pen, son épouse et d'autres militants du FN assistaient au spectacle.

A lire entre autres sur
le bloc-note de Jean-Laurent Turbet.
Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans les dérives sectaires
commenter cet article
16 juillet 2008 3 16 /07 /juillet /2008 07:26


village abandonné ; à droite, le camp de réfugiés de Morni (photo du 8 août 2004). Ce sont les survivants des massacres qui ont pu se réfugier ...

lu sur le site du Collectif Urgence Darfour

"Tout était calme dans ce village africain rural et paisible du Darfour quand un groupe de janjawid, les diables à cheval, en uniforme de l’armée soudanaise, a attaqué dans un vacarme assourdissant, en hurlant « tuez les esclaves, tuez les Noirs ». En quelques heures, ils ont tué des hommes, parfois brûlés vifs, violé les femmes et les filles dès l’âge de 8 ans en leur criant qu’elles allaient enfin avoir un bébé arabe, pillé les troupeaux, brûlé les maisons, empoisonné les puits, percé à coup de kalachnikov les récipients susceptibles de contenir de l’eau, profané mosquées et corans, quoique attaquants et attaqués soient tous musulmans. Les survivants se retrouvent sur les pistes, sans ressources.

Certains se rendront dans des camps de réfugiés au Tchad, d’autres iront grossir au Darfour les immenses camps de déplacés où ils retrouveront les janjawid qui s’y pavanent triomphalement, les harcelant, violant les femmes dès qu’elles sortent du camp pour chercher du bois pour le feu, en leur criant de revenir avec les hommes pour qu’ils puissent les tuer.

Là, les forces gouvernementales ont longtemps exercé toutes sortes de pressions pour obliger les déplacés à quitter les camps du Darfour, les sommant de rentrer chez eux, les jetant au milieu de nulle part alors qu’ils ne trouveront ni à boire ni à manger, que leur village n’existe plus, que les récoltes et les semences ont été brûlées et qu’avant même de parvenir à leur village, ils se feront massacrer par les janjawid, loin de tout regard indiscret.

Cela dure maintenant depuis deux ans. Les photos satellites montrent plus de 400 villages ainsi brûlés la seule première année. Les Soudanais qui s’émeuvent de ces crimes sont arrêtés par les forces de sécurité, mis au secret et souvent torturés, et en premier, les citadins issus de ces tribus massacrées du Darfour."

Cessons le négationnisme

Certes, géographes et sociologues rappellent qu'il y a toujours eu des tensions entre agriculteurs et éleveurs, d'autant plus que les changements climatiques raréfient l'eau et les paturages en zone sahélienne. Dans ce cas, il est de la responsabilité des forces de l'ordre d'intervenir et de calmer le jeu. Or, nous sommes ici dans une toute autre situation : c'est l'Etat lui-même qui arme les tribus nomades arabes pour attaquer, avec l'appui logistique de l'Armée, les villages. Les braves éleveurs qui seraient à la recherche de points d'eau sont les premiers à détruire les villages et leur végétation environnante et à empoisonner les puits ! Armés jusqu'aux dents, ils violent les femmes (déjà musulmanes) au nom de l'arabisation, mot d'ordre du régime.

"Espérons que les conclusions du procureur de la Cour pénale internationale (CPI) * seront entendues de tous ceux qui nous accusaient d'exagération, nous prêtant à l'occasion les plus noirs desseins (cachés, bien sûr). Y aura-t-il encore des voix pour prétendre que la crise du Darfour est montée en épingle par les Occidentaux "islamophobes" cherchant un prétexte pour s'en prendre à un régime qui "résiste à l'impérialisme" ? Hélas oui, très certainement ; ces voix crieront au complot contre le Soudan. Il n'y a en effet de pire sourd que celui qui ne veut entendre ; en l'espèce cette surdité volontaire a un nom : le négationnisme. " Bernard Schalscha, secrétaire général du Collectif Urgence Darfour (CDU), message du 14 juillet 08. http://www.urgencedarfour.info/


* ndlr : voir notre message précédent 



L'Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens (AFCU), par son président (qui était alors Jean-Marie Godillot), soutient le Collectif Urgence Darfour depuis sa création en 2005.

Repost 0
Published by citation du Collectif Urgence Darfour - dans en Afrique noire
commenter cet article
15 juillet 2008 2 15 /07 /juillet /2008 15:42

La Cour pénale internationale (CPI) vient de lancer un mandat d'arrêt contre le dictateur soudanais pour génocide orchestré de 3 ethnies du Darfour.

La Chine, qui utilise les 2/3 de la production pétrolière du Soudan, s'est déjà portée à son secours et se dit "préoccupée" en faveur de son ami.

Après la colonisation (historique) de la Mongolie dite "intérieure", du Tibet et du Turkestan oriental, et l'exploitation de leurs richesses naturelles, la Chine est présente en Afrique depuis belle lurette sous une forme impérialiste et capitaliste. Après avoir alimenté les rébellions anti-coloniales d'obédience marxites maoistes,  elle y soutient les régimes en butte avec l'Occident à cause des droits de l'homme : le Soudan d'Omar el-Béchir et le Zimbabwé de Robert Mugabe.

Nous vous conseillons, pour information, la lecture du livre d'Adama Gaye publié en mai 2006 aux éditions L'Harmattan (294 p., 25,5 euros).

La France vient de rappeler opportunément qu'il y a déjà deux autres mandats d'arrêts en cours à l'encontre de collaborateurs d'Omar el-Béchir ...

Pour l'instant : pas (encore) de caricatures à vous proposer sur ce dictateur fasciste ... du moins sur la Toile.

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans en Afrique noire
commenter cet article
11 juillet 2008 5 11 /07 /juillet /2008 21:48

Comme le voile islamique, la burqa est un vêtement dit "traditionnel" (sic ! car datant non pas de Mathusalem mais tout au plus de l'islamisation) qui est porté dans certains pays où l’islam dicte les mœurs à toutes et à tous …

Mais pas en France où l’islam, à l’instar des autres religions, est invité à respecter l’égalité des sexes. Bref, si vous pouvez déambuler tout à loisir en tenue exotique dans les rues ou bien en réjouir le chéri mari au domicile, vous n’avez pas à entrer avec cela dans les lieux de Dame République. Attentat à la laïcité !

Une Marocaine venant d’épouser un musulman de secte salafiste (lui, étant de nationalité française) a demandé la nationalité française. Ne doutant de rien, et mue par le prosélytisme fanatique bien connu des salafistes, elle s’est présentée ni plus ni moins en burqa aux services de police chargé d’enregistrer sa demande.

Supposez une nudiste affirmant aussi son idéologie ! Il paraît que les policiers n’ont pas apprécié (le premier cas) et le juge non plus (en date du 27 juin 08) ; bref, refus de nationalité, non pas pour religion, mais pour refus de s’assimiler. Recalée. Dommage, elle parlait, paraît-il, fort bien le français, mais son cœur était plutôt du côté des pays officiellement musulmans, par exemple au Yémen, le berceau du salafisme pur et dur.

La prochaine fois, nous lui conseillons de se présenter en tenue plus sexy. Voir comme exemple notre photo modèle. Mais étant mère de trois enfant et mariée à un rigoureux, nous doutons fort qu’elle suive notre conseil.

Quant à nous, nous ne pouvons qu’approuver la fermeté de Dame République : pas de voile islamique, pas de burqa, pas de mariage annulé pour cause de virginité, etc. L’association Ni putes ni soumises  (NPNS) a elle aussi apprécié cette décision qui est remontée (avocats poussant) jusqu’au Conseil d’Etat. Quant au Conseil français du culte musulman (CFCM), il dit qu’il ne souhaite pas réagir dans l'immédiat. Bonjour aux très prudentes autruches !

Parions que les tolérants inconditionnels, qui ne se sont pas encore aperçus de l'offensive islamiste tout azimuth, vont venir nous seriner d’une liberté religieuse qui aura été bafouée … ben voyons, le salafisme serait un mouvement tout à fait pieux, simplement résistant à l’impérialisme et au colonialisme occidental (du moins est-ce l’affirmation d’un universitaire français !). Et le fascisme, connais pas ?

D’après un article de Matthieu Demeestere, dépêche de l’Agence France presse (AFP) du 11 juillet 08 " La nationalité française refusée à une Marocaine pour pratique radicale de la religion". Nous y avons, nous l'avouons, ajouté un zest d'humour ... et d'érotisme occidental.

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans l'islam et le voile intégral
commenter cet article
9 juillet 2008 3 09 /07 /juillet /2008 17:36

En déplacement à Budapest, à la fin du mois de juin, nos amis unitariens italiens ont été reçus par le révérend Sandor Leta, en l'absence de l'évêque Csaba Razmany, à la Bela Bartok Unitarian Church.



Visite de la ville. A gauche sur la première photo, le revérend Sandor Leta, Roberto Rosso, Mme Paola Zunino et Pier Luigi Servida

Repost 0
Published by Actualités unitariennes - dans U en Italie
commenter cet article
9 juillet 2008 3 09 /07 /juillet /2008 09:08

Le mouvement Chrétiens pour changer le monde (CPMC) et l’Institut universitaire du Bénin (IUB) ont organisé une table ronde à Cotonou le samedi 28 juin 2008 sur le thème " Dialogue inter religieux : en finir avec toutes les formes d’exclusion " . Voir notre message du vendredi 20 juin 08.  Cette initiative a été couronnée de succès puisque toutes les mouvances religieuses s’y sont retrouvées :

- les religions coutumières avec des dignitaires du vodoun (Dah Akpochihala Aligbonon, Hunnon Ata Adjigo, etc.), le
Vizir Akanni Olofindji, directeur l’Ong Africa Culture, et le Professeur Honorat Aguessy, directeur de l’Institut de développement et d’échanges endogènes (IDEE).

- le christianisme avec le Père Gustave Sanvée, prêtre de Eglise catholique, Emmanuel Amégblé, directeur de l’Institut Foi et engagement (Lomé), Raphaël Houessou, pasteur de l’Eglise protestante méthodiste du Bénin, le Suprême évangéliste et prophète
Samuel Noumado, du christianisme céleste, et Albert Gandonou, fondateur du mouvement Chrétiens pour changer le monde (et par ailleurs directeur de l’Institut universitaire du Bénin (IUB).

- l’islam avec El hadj Ligali, imam de Cadjèhoun, El hadj Afis Ambékéma et Ali Houdou.

- à noter aussi la présence du responsable national (Bénin) de la Fédération pour la paix universelle, fondée par le révérend coréen Sun Myung Moon et fonctionnant avec des personnalités de diverses mouvances religieuses.

La laïcité au Bénin étant vécue d’une façon ouverte, sans crispation, des personnalités publiques ont participé : Issa Badarou, conseiller du chef de l’Etat béninois à l’Equipement et aux transports, Bio Bigou, secrétaire général de l’Université d’Abomey-Calavi (UAC), Mme Dossou représentant le Professeur Albert Tévoedjrè, médiateur à la présidence de la République (président de l’Organe présidentiel de médiation).

Voici l’allocution d’ouverture d’Issa Badarou, qui est de belle teneur. C’est dire que les échanges ne furent pas simplement des échanges de politesse, avec langue de bois, mais qu’ils témoignèrent d’une réelle volonté de la part des acteurs religieux pour accepter le pluralisme de leur société et œuvrer pour la paix et le développement.

Allocation d’ouverture de Issa Badarou

Au nom des organisateurs de cette table ronde et en mon nom propre, je vous remercie d’être venus si nombreux prendre part au dialogue interreligieux de ce samedi 28 juin 2008 au Chant d’Oiseau. Le premier objectif de l’Institut Universitaire du Bénin (IUB) et du mouvement Chrétiens pour changer le monde (CPCM) veut que nous acceptions de venir nombreux nous mettre autour d’une même table, nous gens de différentes confessions religieuses, pour nous parler, nous écouter les uns les autres. Vous l’avez si bien compris, cet objectif, en honorant de votre précieuse présence le rendez-vous d’aujourd’hui.

Notre lieu de rencontre de ce jour, c’est-à-dire le Chant d’oiseau, appartient à l’Institut des artisans de Justice et Paix (IAJP). C’est tout un symbole qui n’a sûrement pas dû échapper aux organisateurs de cette rencontre qui ont su comprendre très tôt que par le dialogue interreligieux, nous contribuons à la paix dans le monde, à la réduction de l’injustice et à l’élargissement de la miséricorde entre les hommes. Nul autre lieu que celui-ci ne semble indiqué pour abriter nos assises.

L’histoire des religions est souvent jonchée de trop de querelles, de disputes, voire malheureusement, de guerres. Si à un moment donné cela pouvait se justifier, il n’en est plus de même aujourd’hui où la compréhension que nous avons des différentes religions est qu’elles visent toutes le même objectif ou presque, c’est-à-dire l’accomplissement de l’Homme. Mes nombreuses promenades sur le Net et plus précisément sur le site de Chrétiens pour changer le monde  m’ont amené à découvrir un jour, la réflexion d’une religieuse française de la communauté des dominicaines qui disait : " Tout homme est religieux. Chacun cherche à arriver au haut de la montagne ; mais, selon son histoire, l’endroit où il est né, il emprunte un sentier différent de celui des autres. Regardons le bout du chemin et nous serons OK. " Si je veux laisser à la précieuse religieuse la responsabilité de sa première affirmation qui veut que tout homme soit religieux, je n’en soutiens pas moins tout le reste de sa réflexion. Les religions sont les voies diverses que nous empruntons selon nos origines, notre éducation, notre entourage, nos sensibilités, nos cultures, etc. pour nous rapprocher de Dieu.

De nos jours, l’on reconnaît de plus en plus la nécessité de respecter la diversité culturelle donc la diversité religieuse. Le 21 mai, par exemple, est la journée internationale de la diversité culturelle. Cette année 2008 est l’année internationale des langues. C’est feu Bernardin Cardinal Gantin, homme de grande culture, de grande foi et de grande sagesse qui disait au mois d’août dernier au colloque de l’UNESCO, au CIC ici même à Cotonou, dans son message lu par le Père Alphonse Quenum, recteur de l’UCAO, je cite " la religion est un élément constitutif essentiel de la culture ". Dans ce même discours feu Cardinal Gantin indiquait que, dans le cadre du respect de la diversité religieuse, la rencontre d’Assises qui a eu lieu en 1986, sous l’égide du pape Jean-Paul II, est un jalon important " dont on n’a pas encore mesuré toute la portée ". Jean-Paul II, on s’en souvient, à l’occasion d’une de ses deux visites dans notre pays, a tenu à aller saluer nos deux plus hauts dignitaires du culte Vodoun de l’époque, j’ai nommé son Eminence Daagbo Hounon et son Eminence Sossa Guêdenguê. Mais le colloque même de l’UNESCO que je viens d’évoquer est un autre jalon important, du moins pour nous au Bénin, puisqu’il avait déjà pour thème : " Le dialogue des religions endogènes, du christianisme et de l’islam au service de la culture de la paix en Afrique " ! D’une certaine façon, nous pouvons prétendre que la table ronde de ce jour est un fruit de ce colloque, même si l’ouverture aux autres est une constante, depuis onze ans, de la démarche de fond du mouvement Chrétiens pour changer le monde dont je suis avec intérêt l’évolution depuis quelque temps.

Ce qu’indique clairement le programme de la journée, c’est que nous sommes ensemble pour nous reconnaître les uns les autres, tous autant que nous sommes, comme des croyants en Dieu. Et sur cette base, nous allons nous parler en toute confiance, nous allons nous écouter les uns les autres avec respect, pour mieux nous connaître, mieux nous accepter tels que nous sommes réellement, avec nos différences, avec nos singularités, mais surtout avec nos ressemblances, avec ce qui nous rapproche, nous unit, puisqu’avant tout nous sommes des enfants de Dieu. Sur cette même base, il nous est proposé d’accepter de prier ensemble, suivant ainsi l’exemple qui nous est donné depuis 1986 à Assises et qui indique une direction dans laquelle l’humanité entière devra de plus en plus s’engager si elle veut tout simplement continuer à vivre. Cette direction est qu’il est plus que temps que les hommes en arrivent enfin à cesser de s’exclure les uns les autres. De tout mon cœur, je voudrais espérer que ce programme de la table ronde sera mis en œuvre avec succès, dans la plus grande convivialité, dans la concorde et dans la fraternité qui sied à des gens qui se considèrent parfois comme les fils d’un même Père. C’est avec cet espoir, qui en mon cœur est déjà une certitude, que je déclare ouverte la table ronde sur le thème : " Le dialogue interreligieux : en finir avec toutes les formes d’exclusion ". Je vous remercie.

Pour en savoir plus sur le déroulement de cette journée, voir le site du mouvement Chrétiens pour changer le monde (CPCM)

http://www.cpcm-benin.org:80/spip.php?article43&var_mode=calcul

Repost 0
Published by allocution d'Isaa Badarou - dans en Afrique noire
commenter cet article
7 juillet 2008 1 07 /07 /juillet /2008 07:53

Loin des lois et règlements de l’Etat, dans un espace présenté comme de totale liberté, la bloguosphère est devenue un nouvelle espace où se sont engouffrés les professionnels du sexe, les forts en gueule, les violents, etc.  Les plus pervers (pédophiles, terroristes, etc.) évitent toutefois les plates-formes de blogs où ils peuvent être repérés plus aisément et préfèrent les sites libres.  

Il fallait s’y attendre ! Bien entendu, à chaque velléité des autorités européennes pour allez-y-voir, c’est la levée des boucliers au nom des lois scélérates, à savoir liberticides ...

En démocratie, la liberté n’est pas un terrain vague, un lieu qui serait sans tradition, sans coutume, sans règles du jeu. Elle n’est pas une jungle où s’affronteraient les plus forts et les plus faibles. Il faut une dose, je dirais même une surdose d’angélisme pour croire que les êtres humaines vont s’auto-régulariser, s’harmoniser, s’abstenir d’eux-mêmes des excès, s’autogérer tous seuls comme des grands, être responsables. L’abbaye de Thélème, où il faisait si bon vivre au dire du sieur Rabelais, était une communauté élitiste ... et parfaitement imaginaire.

La bloguosphère, surtout dans le domaine de l’actualité politique, c’est le règne des rumeurs non vérifiées (et oui, les blogueurs sont des journalistes en herbe mais qui n’en ont pas toujours la déontologie), des jugements à l’emporte pièce, de la violence verbale, du dénigrement des hommes et femmes politiques. Des illustrations concrétisent pour ceux qui n’auraient pas encore compris. La liberté pour certains serait elle d’abord du défoulement, du fanatisme, de l’intégrisme politique ?

Faut-il laisser proliférer l’ivraie et le bon blé en même temps par crainte de faucher le bon blé en voulant retirer l’ivraie. C’était le conseil de Jésus, mais c’était, à son époque, en attente du Jugement final. Mais aujourd’hui, qui se soucie du jugement de Dieu, ni même de son regard ?

Puisque l’Etat tarde tant à intervenir dans ce terrain vague, les blogueurs eux-mêmes doivent se prendre en main et assainir leur propre environnement. Sur de nombreux sites, et c’est le cas pour ceux de la plate-forme d’Over-blog, vous trouverez en bas de page la fonction " signaler un abus ". N’hésitez pas à actionner cette sonnette d’alarme. C’est rapide et efficace ! Elle permet en effet à Over-blog de transmettre au blogueur dénoncé qu’il risque des sanctions et des poursuites judiciaires (des " affaires " ont déjà été portées devant les tribunaux).

Sont visés : la pédophilie, le racisme, l'antisémitisme, l'homophobie, l'incitation à la haine raciale, le révisionnisme et le négationnisme (apologie ou contestation de crimes contre l'humanité), l'atteinte aux marques, la diffamation, l'atteinte à la vie privée ou droit à l'image d'un tiers.

A nous de savoir défendre notre démocratie au sein de la bloguosphère. Nous sommes responsables de ce jardin où poussent de belles et magnifiques plantes. A nous de l’entretenir. Il paraît qu’Adam et Eve, nos aïeuls si célèbres, furent chassés du Paradis parce qu’ils se contentèrent d’en bouffer les fruits sans lever le petit doigt pour l’aménager ! N’y a-t-il pas le temps de l’économie de cueillette, puis celui de l’agriculture ...

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans la culture Internet
commenter cet article
7 juillet 2008 1 07 /07 /juillet /2008 07:49

La plate-forme d’Over-blog, qui accueille nos sites, a pris une sage décision en regroupant les sites " à contenu réservé aux adultes " * dans une plate-forme à part : erog.fr (" les blogs pour adultes d’Overblog ").
* entre autres les 573 blogs sur le thème " sexy ", les 65 " sexualité " et les 111 " sex "

Comme les blogueurs ne reculent devant rien pour leur audimat, on peut voir de charmantes jeunes filles aux alentours des 18 ans légaux dans des positions provoquantes. L’érotisme fait bel et bien partie de nos traditions artistiques avec ses chefs d’oeuvre, mais certains photographes versent facilement dans le porno – suivez le regard et l’angle de prise de vue !

affiche d'Amnesty International dénonçant la violence faites aux femmes. Le machisme le plus primaire se défoule sur les sites porno.

Question de simple orgueil pour certains ; pour d’autres il s’agit d’arriver au rang " premium " pour avoir le droit de mettre de la publicité sur leur blog ! Sans exclure les sentiments pervers en ce domaine si trouble.

Merci donc à Over-blog pour ce classement, même s’il reste à faire le ménage au sein d’Erog.fr ; par exemple, un grand nombre de ces sites sont simplement des relais vis-à-vis des sites porno tout à fait " professionnels ".

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans la culture Internet
commenter cet article
3 juillet 2008 4 03 /07 /juillet /2008 02:28
La joie d'une libération d'otages : celle d'Ingrid Bétancourt et de ses compagnons de captivité. Avec le soucis pour tous ceux qui ne sont pas encore libérés.

Et puis aussi une grande colère contre tous ceux, marxistes et islamistes, soutenus par des intellectuels toujours prêts à tout justifier, qui considèrent que la prise d'otages est une arme normale entre les mains des "pauvres", à savoir les mouvements révolutionnaires dit de libération nationale qui luttent contre le colonialisme, l'impérialisme, etc.

Paradoxe des intellectuels marxistes qui ont soutenu le régime maoïste en Chine bien que la Chine soit parfaitement coloniale et impérialiste au Tibet, au Turkestan oriental et en Mongolie dite "intérieure" *. Sans parler de l'Union soviétique et de son emprise militaire sur d'autres pays.
* voir notre série d'articles sur la Chine coloniale et impérialiste dans la rubrique "halte aux génocides".

A l'époque des médias et des journalistes sans frontières, la prise d'otages est-elle encore nécessaire pour faire connaître une cause ? avec le risque et la certitude de passer pour des barbares ... Et si la non-violence était une bien meilleure attitude ? Celle d'un Jésus, de Gandhi, de Martin Luther King, du dalai-lama ?

Que de crimes commis de tout temps au nom de la Révolution !

L'espoir d'une page qui se tourne : le jour où les tee-shirt à l'effigie d'Ingrid Bétancourt seront plus nombreux que ceux à la gloire de Che Guevara ...
Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans les dérives sectaires
commenter cet article

Articles Récents