Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

13 septembre 2013 5 13 /09 /septembre /2013 17:44

C'est un hommage pour le grand peintre italien, et aussi pour Jésus et ses disciples, de se retrouver ainsi sur l'affiche de l'Office du tourisme du village savoyard qu'estArêches-Beaufort pour inviter à venir au 17ème Salon du Goût qu'il organise. L'affiche est fort sympathique et amusante ; elle va bien dans le sens d'un repas, ce que fut la Cène. Sauf que certains milieux catholiques manquent d'humour et en font toute une affaire, curé du village, équipe pastorale et évêque de Chambéry en tête !

la_cene_de_leonard_de_vinci-copie-1.jpg

Ici, nous avons dénoncé sans détour la christianophobie qui se développe dans certains milieux, pseudo-artistiques entre autres (lien), mais sachons reconnaître au contraire les interpellations souriantes !

Repost 0
Published by Actualités unitariennes - dans christianophobie
commenter cet article
13 septembre 2013 5 13 /09 /septembre /2013 12:15

italie_cui_rome_14-15_septembre_2013.jpg

 

Samedi 14 septembre, à 16h 30, au cinéma du hall de l’hôtel national, 131 place Montecitorio, à Rome, conférence débat avec communications du révérend Lawrende Sudbury et du pasteur Alessandro Falasca et modération par le révérend Roberto Rosso : “Gardons la flamme allumée : voix unitariennes et universalistes au XIX° et XX° siècles”, suivi d’un repas.
Dimanche 15 septembre
- 10h 20 - au 70 Via Depretis, à Villanova di Guidonia (RM) : les fonctions mises en commun des trois composantes de la Comunione unitaria itlatiana (CUI)
- 12h. - présentation de l’International council of unitarians and universalists (ICUU) par les révérends Steve Dick (secrétaire exécutif de l’ICUU) et David Gyero (membre du bureau et ministre du culte de l’Eglise unitarienne de Transylvanie), suivi d’un repas.


Contact, CUI (lien). Présentation traduite en français par Jean-Claude Barbier

Repost 0
Published by Comunione unitaria italiana - dans U en Italie
commenter cet article
12 septembre 2013 4 12 /09 /septembre /2013 16:52

 

lawrence_sudbury_eglise_anglicane_milan_7_juillet_2013.jpgAprès des études universitaires sur les questions de communication, Lawrence a fait des études de théologie aux Etats-Unis centrées sur l’histoire des religions et leur comparaison. En relation avec l’Alliance évangélique italienne, il ouvre une mission à Milan pour le compte de l’Eglise Unie du Nouveau testament, de sensibilité évangélique libérale, puis passe à l’unitarisme en 2011 en adhérant à la Congregazione italiana cristiana unitariana (CICU, devenue depuis la Chiesa cristiana unitariana ‘Bet David’) et par ailleurs à la Unitarian Christian Association (UCA) au Royaume-Uni. Au sein de la Comunione unitaria italiana (CUI), qui réunit tous les unitariens italiens, il assure les relations œcuméniques et maintient ses bonnes relations avec les Eglises de Milan. En plus, il effectue dans cet esprit des voyages au Moyen Orient entre 2010 et 2012.


Les Anglicans ont volontiers prêté leur lieu de culte (All Saints Anglican Church) aux unitariens pour que le révérend Roberto Rosso l’y consacre révérend, le 7 juillet 2013 - photo ci-dessus - (après que l’intéressé ait été reconnu ministre au terme d’études théologiques par correspondance à l’Unitarian Ministries International en 2012 (UMI devenu depuis l’Unitarian Christian Emerging Church UCEC, lien).

lawrence_sudbury_cathedrale_catholique_de_milan_8_septembre.jpgL’appel à la paix en Syrie lancée par le pape François a été aussi une occasion pour les unitariens italiens d’affirmer leur ouverture aux relations inter-chrétiennes en se joignant officiellement, en la personne du révérend Lawrence Sudbury (ici à gauche), le 8 septembre 2013 dans la cathédrale de Milan, à l’assemblée priante où se trouvaient d’autres représentants d’Eglise.

 

Lawrence se présente comme pasteur protestant à l’Eglise chrétienne unitarienne italienne ‘Bet David’, pour Milan et le Nord de l’Italie. Il vient d’élargir la communauté unitarienne de Milan qu’il avait lancée en septembre 2012 en une communauté chrétienne libérale interdénominationnelle (« Comunita’ Italiana Cristiano-Liberale Interdenominazionale» / CICLI, lien) basée à Milan, et dont nous avons traduit la charte en français (lien). 

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans U en Italie
commenter cet article
12 septembre 2013 4 12 /09 /septembre /2013 16:17

Une Communauté chrétienne libérale interdénominationnelle (« Comunita’ Italiana Cristiano-Liberale Interdenominazionale» / CICLI, lien), basée à Milan, vient d’être fondée le 26 août 2013 par le révérend unitarien Lawrence Sudbury (lien) avec les statuts suivants (traduction provisoire de Jean-Claude Barbier) :

italie_ciclilogoweb.jpg

 

Comme appartenant à une communauté religieuse libérale, nous croyons :

- en une dimension spirituelle, éthique, morale et religieuse de l’existence qui transcende la seule matérialité en s’imposant comme un horizon de valeurs et la fin ultime de la vie ;
- en la centralité de l'être humain dans le cadre de la Création, dans sa dignité intrinsèque au-delà de son obédience à un groupe ethnique, racial, citoyen, et de son orientation sexuelle, politique et religieuse;
- en la lisibilité de cette transcendance et de ce désir de faire le Bien, que nous reconnaissons en chaque être humain, en dépit qu’il soit parfois étouffé par les choix qui sont faits et diverses considérations ;
- en l'esprit de l'amour, en la communion, la fraternité, le respect de toute entité existante et pour l'être humain en particulier, autant de valeurs qui devraient inspirer chacune de nos actions et décisions, et, par conséquent, dans nos engagements concrets, selon nos capacités et inclinations, pour la promotion de l’humain, du social, de l’activité économique, du spirituel de chaque personne ;
- en l'existence simultanée d'une voie d’amour, horizontale, vers tous les autres êtres vivants, et d'une même voie d’amour, cette fois-ci verticale, qui nous relie à Dieu, quelque soit la forme et l’objectif de cette ouverture : action sociale, prière, participation à des rites et des fonctions, étude personnelle, etc.;
- dans le libre arbitre de l'individu qui est toujours responsable de ses actes et qui est appelé à coopérer ; en une dimension d'espérance sans faille, afin d'améliorer les conditions d'existence selon un objectif qui, diversement défini à travers l'histoire et dans les religions, s’appelle pour les chrétiens ‘le Royaume’ et qui est l'expression réelle et concrète de cet Esprit d'amour divin qui, en dépit de sa transcendance absolue, est immanent dans l’existant dont il constitue la première couche et qu’il cimente.
- en la singularité unique de l'expérience spirituelle de l'individu qui mérite toujours le plus grand respect, sous quelque forme qu'elle s'applique par la volonté et/ou de l'action de l'Esprit divin qui nous anime. Corrélativement, dans le domaine religieux, nous pensons que :


a - tout texte sacré reste malgré tout un produit humain qui raconte une expérience du divin ou une vision du divin ;
b - toute vision, quelque soit ce que j’en pense, a une égale dignité spirituelle dans la mesure où c’est la voix de l'Esprit qui se manifeste à un individu ;
c - chaque croyant a un droit inaliénable à suivre librement, dans toute la clarté de sa libre volonté, les enseignements de n'importe quelle dénomination, maître ou guide spirituel, à condition que ces enseignements n’aillent pas à l'encontre des droits inaliénables, de la dignité et de la liberté de quelqu'un d'autre ; notre volonté de suivre les enseignements de Jésus est personnelle et reste l'un des choix possibles.
d - chaque instance qui prêche l'amour spirituel, le respect, la fraternité peut être considérée comme la voix de l’Esprit de Dieu, et tout le monde a le droit de suivre l'exemple qui se conforme le mieux à ses exigences spirituelles, en choisissant une voie préférentielle pour son propre cheminement, sans pour autant nier la validité d’autres voies alternatives ;
e - chaque expérience spirituelle mérite d'être partagée au sein de la communauté pour la croissance spirituelle de chacun ; sa richesse participe activement, de la manière dont cette communauté juge appropriée, au développement personnel des frères et sœurs ;
f - aucun ministre, pasteur ou personne consacrée doit être considéré comme meilleur ou supérieur aux autres membres de la communauté à cause d’un degré différent de sacré, de son élévation spirituelle ou d'une capacité prophétique, mais simplement comme une personne qui par inclination et par les études qu’il a faites peut conseiller certains aspects de la spiritualité dans l’optique religieuse qu'il juge la plus appropriée et en sachant que chacun est porteur du sacerdoce universel.
g - nul, jamais, ne peut être exclu d’une quelconque Eglise, fonction, sacrement et ne peut être blâmé ou destitué pour son orientation politique, sociale ou sexuelle, son groupe ethnique et son mode de vie. Il ne doit pas être offensé dans sa dignité et sa spiritualité pour ces raisons, étant entendu que la seule raison de blâme ou d’une possible expulsion, après avertissement et clarification appropriée, ne peut venir qu’après un manque manifeste de respect envers les autres membres de la communauté ou d'actions totalement contraires aux orientations spirituelles de celle-ci.


- en l'action concrète, efficace et participative qui doit caractériser le croyant, comme il l'entend et selon ses capacités ;
- au dialogue pacifique et respectueux entre les différentes positions comme le seul type d’inter-relations entre les individus, les groupes et les peuples ; à la paix et la non-violence comme seule position acceptable pour ces rapports;
- au pluraliste totale et à la démocratie participative de tous les croyants comme le seul instrument de gouvernement de l'Église .

Repost 0
Published by CICLI - dans U en Italie
commenter cet article
11 septembre 2013 3 11 /09 /septembre /2013 17:48

charte francaise de la laicite 2013

LA CHARTE DE LA LAICITE A L'ECOLE

La nation confie à l’école la mission de faire partager aux élèves les valeurs de la République

La République est laïque

1. La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi, sur l’ensemble de son territoire, de tous les citoyens . Elle respecte toutes les croyances.

2. La République laïque organise la séparation des religions et de l’Etat. L’Etat est neutre à l’égard des convictions religieuses ou spirituelles. Il n’y a pas de religion d’Etat.

3. La laïcité garantie la liberté de conscience à tous. Chacun est libre de croire ou de ne pas croire. Elle permet la libre expression de ses convictions, dans le respect de celles d’autrui et dans les limites de l’ordre public.

4. La laïcité permet l’exercice de la citoyenneté, en conciliant la liberté de chacun avec l’égalité et la fraternité de tous dans le souci de l’intérêt général.

5. La République assure dans les établissements scolaires le respect de chacun de ces principes.

L’école est laïque

6. La laïcité de l’école offre aux élèves les conditions pour forger leur personnalité, exercer leur libre arbitre et faire l’apprentissage de la citoyenneté. Elle les protège de tout prosélytisme et de toute pression qui les empêcheraient de faire leurs propres choix.

7. La laïcité assure aux élèves l’accès à une culture commune et partagée.

8. La laïcité permet l’exercice de la liberté d’expression des élèves dans la limite du bon fonctionnement de l’école comme du respect des valeurs républicaines et du pluralisme des convictions

9. La laïcité implique le rejet de toutes les violences et de toutes les discriminations, garantie l’égalité entre les filles et les garçons et repose sur une culture du respect et de la compréhension de l’autre.

10. Il appartient à tous les personnels de transmettre aux élèves le sens et la valeur de la laïcité, ainsi que des autres principes fondamentaux de la République. Ils veillent à leur application dans le cadre scolaire. Il leur revient de porter la présente charte à la connaissance des parents d’élèves.

11. Les personnels ont un devoir de stricte neutralité : ils ne doivent pas manifester leurs convictions politiques ou religieuses dans l’exercice de leurs fonctions.

12. Les enseignements sont laïques. Afin de garantir aux élèves l’ouverture la plus objective possible à la diversité des visions du monde ainsi qu’à l’étendue et à la précision des savoirs, aucun sujet n’est a priori exclu du questionnement scientifique et pédagogique. Aucun élève ne peut invoquer une conviction religieuse ou politique pour contester à un enseignant le droit de traiter une question du programme.

13. Nul ne peut se prévaloir de son appartenance religieuse pour refuser de se conformer aux règles applicables dans l’école de la République.

14. Dans les établissements scolaires publics, les règles de vie des différents espaces, précisées dans le règlement intérieur, sont respectueuses de la laïcité. Le port de signes ou tenues par lesquels les élèves manifestent ostensiblement une appartenance religieuse est interdit.

15. Par leurs réflexions et leurs activités, les élèves contribuent à faire vivre la laïcité au sein de leur établissement.

Repost 0
Published by Ministère de l'Education nationale (France) - dans vive l'inter-convictionnel !
commenter cet article
9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 09:08

Voici le dernier message du prêtre Pascal Vesin (excommunié pour s'être inscrit dans une loge maçonnique), toujours non reçu par le pape au terme de son pélerinage de 40 jours de Megève à Rome ; il y fait lui-même une analyse très lucide de la situation (la sienne et celle de son Eglise)  :


"Noé attendit encore sept autres jours et lâcha de nouveau la colombe hors de l'arche ...". (Livre de la Genèse 8,10)
Arrive-a-Rome-le-P.-Pascal-Vesin-espere-rencontrer-le-pape-.jpg40 jours de marche ...15 jours d'attente ... Aucune réponse. Toujours pas reçu par le Pape François.

Une lecture ecclésiologique - Le Pape François désire redonner aux évêques leur mission (enseigner, sanctifier, gouverner) et ne veut pas passer au-dessus de leur compétence. Heureuse perspective puisant sa source dans l'ecclésiologie de Vatican II. Puissent toutes les instances vaticanes respecter cette mesure. Je ne viens pas, cependant, contre l'Evêque d'Annecy, mais comme porteur d'une requête de justice : les raisons pour lesquelles la Congrégation pour la Doctrine de la Foi m'a sanctionné sont aujourd'hui injustifiées.
Une lecture institutionnelle - Quand je lis dans la presse la manière dont le Secrétaire d'Etat du Vatican, à qui le Pape a trouvé un successeur, salit ses anciens collaborateurs, en évoquant au sein de l'Institution "corbeaux et vipères" (quelle drôle d'Arche de Noé !), je comprends que ma petite colombe n'ait pas trouvé de lieu où se poser. Notre Église est malheureusement ou heureusement ! une institution comme une autre. Elle ment quand elle veut se présenter différemment.
Une lecture humaine - Même s'il ne faut plus rêver d'une rencontre avec le Pape François, ne suis-je pas en droit d'avoir une réponse ? Je me suis réjouis lorsqu'il a reçu des joueurs de foot tels Messi (joueur du Barça gagnant 700 000 euros par mois). Je pensais que ma venue à Rome et mon courrier, porteur d'une question qui me dépasse et qui concerne de nombreux catholiques, retiendraient son attention et me permettraient également d'être reçu à mon tour.

Pour Noé, le fait que la colombe ne revienne pas dans l'arche après son deuxième lâcher était signe de la fin du déluge et de la décrue. Alors ... Espérons ... (signé : Père Pascal, dimanche 8 septembre 2013).

Repost 0
8 septembre 2013 7 08 /09 /septembre /2013 12:54

cui-logonewAprès avoir opté pour l’organisation de communautés locales basées à Turin, Rome, et Milan, la Comunione Unitaria Italiana CUI (et non plus Unitariana) (lien) présente un organigramme avec trois congrégations à vocation nationale représentant trois sensibilités distinctes, tout en étant bien entendu proches et complémentaires au sein de l’unitarisme contemporain : le christianisme unitarien avec la « Chiesa cristiana unitariana ‘Bet David’ » (référence à Ferencz David, fondateur de l’Eglise unitarienne de Transylvanie et non pas du roi biblique David !) basée à Turin et animée par le révérend et surintendant national Roberto Rosso (lien), l’unitarisme-universalisme avec la « Chiesa della ‘Fede aperta’ » (Eglise de la foi ouverte ; et non plus de la « mentalité d’ouverture » comme avant) basée à Rome et région centrale avec le pasteur Alessandro Falasca (lien), et le christianisme libéral avec la « Comunita’ Italiana Cristiano-Liberale Interdenominazionale (CICLI) » basé à Milan avec le révérend Lawrence Sudbury (lien).

 

Le CICLI remplace donc, sous une formule élargie, la communauté unitarienne qui avait été fondée par ce dernier le 23 septembre 2012 (lien). Cet élargissement rappelle celui des unitariens britanniques qui cooptèrent des Eglises « chrétiennes libres » (1) pour former la General Assembly of Unitarian and Free Christian Churches (fondée en 1928 en relais de la British and Foreign Unitarian Association qui datait de 1825), mais cette fois-ci au niveau de personnes individuelles et non pas de communautés toutes entières.

(1) "libres" car non rattachées à la religion officielle qui est l'anglicanisme, mais, dans ce cas également de théologie protestante libérale.


Le révérend Roberto Rosso, fondateur de la CICU puis de la Chiesa cristiana unitariana ‘Bet David’, et maintenant surintendant de cette instance, reste président de la Comunione unitaria italiana (CUI).


Activités de la CUI
- une page multimédia (CUI TV) avec sur Youtube des sermons de ses ministres (les révérends Roberto Rosso et Lawrence Sudbury et le pasteur Alessandro Falasca) et du pasteur Lavanhar de la congrégation unitarienne-universaliste « All the souls » de Washington ; des présentations de notre foi unitarienne ; des chants ; etc. ( lien).
- un séminaire de formation par correspondance sous la direction du révérend Roberto Rosso (‘seminario Juan de Valdes’) (lien).
- une maison d’édition Edizioni Unitariane Milano EUM, dirigé par le révérend Lawrence Sudbury (lien).
- une bibliothèque online « Anobii », recommandant des ouvrages (lien).
- une commission d’action sociale animée par Gianluca Milo « La colomba della solidarieta » qui répercute des appels d’aide (lien).
- et une boutique proposant quelques objets signés CUI (lien).

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans U en Italie
commenter cet article
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 10:53

L'international Convocation of Unitarian Universalist Women (ICUUW) organise une conférence par vidéo le samedi 7 septembre 2013 afin de parler de son programme de micro finance en Ouganda (lien).

ouganda_MicroFinance.jpg

 

 

Repost 0
Published by Actualités unitariennes - dans U en Afrique
commenter cet article
2 septembre 2013 1 02 /09 /septembre /2013 15:45

toulouse_avec_roger_gau_et_maite_samedi_17_novembre_2012_P1.JPG"Mon itinéraire : famille protestante, croyance unitarienne", paru dans le bulletin n° 131 (septembre 2013) de la Correspondance unitarienne. L'auteur (photo de J.-C. Barbier, prise à Toulouse en 2012, avec Maïté) est chrétien unitarien, ingénieur aéronautique à la retraite.

Mes origines protestantes - Je suis né dans une famille protestante. Pas si simple, parce que mon père était baptisé protestant et ma mère catholique. Les deux familles sont originaires de régions très marquées et qui furent opposées lors des guerres de religion : pour mon père la région des monts de Lacaune qui était un des noyaux du protestantisme languedocien et pour ma mère Lautrec qui était un fief catholique juste à côté de Castres, le grand voisin protestant. Mon père Jules Gau le protestant devait épouser Marie-Louise Mas, ma mère, la catholique. Ce devait être un mariage mixte comme l’avaient voulu les familles. Le curé de Lautrec ne l’entendit pas ainsi et exigea la conversion de Jules. Devant cette intransigeance, mon grand-père maternel Louis Mas, fit l’unanimité en proposant un mariage protestant qui eut lieu le 29 mai 1926. Peu de temps après, ma mère adhèra à la religion protestante. Par la suite, ma mère sera une protestante très pratiquante. J'ai donc été naturellement baptisé protestant, mais les circonstances méritent qu'on s'y arrête. Mme Laroche, qui n’était pas pasteur, me baptisa car j’étais très malade et l'on craignait pour ma vie. Ce même jour, elle devint ma marraine. Plus que mes parents, ma marraine assura l'essentiel de mon éducation religieuse.
Cette éducation religieuse a sans doute été faite en partie grâce à un document que je viens de retrouver, il s'agit de : « Simples récits d'histoire sainte ancien et nouveau testament » par G. Chastand. Sur l'étiquette de ce document, j'ai écrit : « L'histoire sainte ancien et nouveau testament ». La qualité de l'écriture indique que je devais être très jeune. Je ne vous en dis pas plus sur le contenu de ce récit, mais je me rends compte, à l'âge que j'avais, comment j'ai été formaté. Ainsi, jusqu'à ma communion, j'ai pratiqué assez assidûment. Dans mon village natal, à Lautrec dans le département du Tarn, on utilisait une salle de la mairie pour le culte dominical.

Le désintérêt – Ensuite, je me suis petit à petit éloigné de la religion. Pas de raison majeure, mais le décès de ma marraine d'abord, suivi du pensionnat à Castres puis à Toulouse pendant plusieurs années y sont sans doute pour beaucoup. Mon mariage à l'Église catholique avec Maïté, catholique pratiquante, n'a rien changé. Pendant de nombreuses années, j'ai accompagné ma femme aux offices catholiques. Ce n'était ni une corvée, ni un plaisir, j'étais juste indifférent.

Le déclic – À la retraite, des circonstances particulières m'ont amené à l'écriture. Dans le grenier, couverte de poussière, je découvre une boîte à chaussures remplies de lettres et de cartes d'un soldat de la Grande guerre. Ce soldat est l'oncle de ma femme qui va trouver la mort sur les champs de bataille de l'Artois, 10 mois après son incorporation. La qualité de sa personne à travers sa correspondance me pousse irrésistiblement à écrire son histoire sous le titre : « Jean, classe 1915, ou lettres volées à l'oubli ». Ce sera ma première publication qui sera éditée en 1998 (90e anniversaire de l'Armistice) par l'Association des amis des archives de la Haute-Garonne et vendue à 750 exemplaires. Dix ans après la publication de ce livre, l'éditeur ne voulut pas rééditer ce livre et je l'ai publié sur Internet en lecture et téléchargement gratuits. Ayant pris goût à l'écriture, après avoir écrit sur la famille de ma femme, j'ai décidé d'écrire sur ma famille. Le titre est assez explicite : « Nos ancêtres les Gau et les Tirefort ; Chronique de deux familles protestantes ». J'ai publié ce livre en compte d'auteur en 2002 et 350 exemplaires ont été vendus. Pour écrire ce livre, les recherches sur la guerre de Trente Ans en Europe et les guerres de religion en France m'ont fait prendre conscience de ce qu'ont enduré les protestants. Ceci m'a incité à aller plus loin dans l'étude des religions, mais le déclic fut une discussion avec mes petits enfants. Leurs questions pertinentes, leurs incrédulités m'ont incité, presque obligé, à approfondir ma propre croyance. Résultat de tout cela :

La croyance unitarienne – J'ai donc écrit un texte sur la croyance, pas sur la religion car j'ai fait tout de suite la différence entre les deux. Je l'ai tout de suite publié sur le site que j'avais créé sur Internet en 2004. Plus de deux ans ont été nécessaires avant d'arriver à la version définitive du texte. Après l'expérience positive de la publication de mon premier livre sur Internet, j'ai décidé de regrouper le texte sous la forme d'un livre. Le titre a changé plusieurs fois, car c'est après une longue étude et une critique constructive de la Bible que je me suis positionné. Mais je me suis senti quelque temps un peu seul avec ma croyance, jusqu'au jour où je suis tombé sur un site unitarien. Ce fut vraiment un soulagement, j'avais trouvé une famille qui correspondait à ma croyance, certes elle était peu nombreuse, mais présente. J'emprunte à Jean-Claude Barbier ces quelques mots : « L'unitarisme provient en ligne directe de la Réforme anti-trinitaire du XVIe siècle, il est libéral et antidogmatique. Pour les unitariens, Jésus est un simple homme comme tout un chacun, dont ils aiment et la personne et l'enseignement, mais il n'est pas question de le diviniser à quelque degré que ce soit. Seul Dieu fait l'objet de louanges, d'où la dénomination sur Dieu ‘Un’. La tradition unitarienne accorde de l'importance à la raison humaine et aux connaissances scientifiques ». Le titre définitif de mon essai ne vous surprendra pas  : « Chrétien unitarien ; Jésus n'est pas Dieu, Dieu merci »
Les commentaires sur le Nouveau Testament et la lecture de l'Évangile de Thomas Jefferson m'ont conduit naturellement à écrire puis publier mon deuxième essai unitarien « Évangile de Jésus de Nazareth ; à la manière de Thomas Jefferson ».
Je me revendique comme unitarien, partisan de la théologie libérale. J’entends défendre le principe de la liberté de conscience face aux dogmes et aux doctrines qui étouffent la Parole de Dieu. Je veux absolument remercier Amin Malouf, Falk van Gaver et Roger Parmentier dont les écrits m'ont aidé dans la réflexion sur ma croyance.

Libres propos - "Dieu et Jésus d’après R. Demortier", message de Roger Gau, au groupe Unitariens francophones sur Facebook le 1er juin 2013 : « Voici comment R. Demortier définit Dieu et Jésus. Cela correspondent assez bien à ce que je pense »
Dieu
Principe et explication ultime d'un monde qui nous dépasse.
Il est hors du temps et de l'espace et, à ce titre, il est présent dans la création toujours et partout.
Par Jésus, nous avons la révélation que ce Dieu créateur et tout puissant est aussi un Dieu d'amour agissant pour le bien de sa création.
Jésus
Il est le fils de Marie et de Joseph, donc un fils d'homme. En communion de pensée avec Dieu (c'est peut-être là qu'intervient l'Esprit de Dieu ?) il a été, ou s'est senti, investi d'une mission : être la passerelle entre Dieu et les hommes, pour leur révéler qui est ce Dieu auquel ils croient plus ou moins.
Jésus nous apprend que Dieu est un Dieu d'amour et qu'il est comme un Père pour nous, les hommes.
Nous sommes donc des enfants de Dieu et Jésus peut revendiquer en premier le titre de Fils de Dieu.
 
Bibliographie de Roger Gau
Les livres et essais concernant la religion sont décrits ci-après avec un petit résumé, les autres sont donnés seulement par leur titre qui définit de façon explicite le contenu. Vous allez voir que certains de mes ancêtres sont concernés, ce qui fut pour moi une motivation supplémentaire.

1998Jean, classe 1915, ou lettres volées à l'oubli, édité par les Amis des archives de la Haute-Garonne, 160 p., réédition en 2008, ebooksgratuits.com, 200 p. (lien)
2002 –  Nos ancêtres les Gau et les Tirefort ; chronique d'une famille protestante, édité en compte d'auteur, 216 p., réédition en 2011, Calameo.com, 244 p. (lien)
2010Chrétien unitarien ; Jésus n'est pas Dieu, Dieu merci, Calameo.com, 72 p. (lien)
Cet essai, à travers ma croyance, est une critique des rites, dogmes, symboles, signes, sacrements, lecture de la Bible, des religions chrétiennes, etc.
2010 – Évangile de Jésus de Nazareth ; À la manière de Thomas Jefferson, Calameo.com, 42 p. (lien)
Cet évangile donne corps à l'enseignement de Jésus de Nazareth sous la forme d'un seul document. “ À la manière de Thomas Jefferson ”, car comme dans l' évangile écrit par ce président des États-Unis, j'ai soustrait tous les miracles et actions de Dieu (les guérisons décrites dans les évangiles peuvent s'expliquer sans qu'il soit question de miracle). Cet évangile est basé essentiellement sur celui de Marc, avec en plus certains textes d autres évangélistes qui me paraissaient importants et correspondre au message de Jésus.
2010Mes ancêtres, Raymond VI, Simon de Montfort, et bien d’autres, dans la tourmente de la croisade albigeoise, Calameo.com, 30 p. (lien)
Au milieu du XIe siècle, le Midi toulousain est atteint par une hérésie religieuse, le catharisme. À cette occasion, c'est la première fois qu'une croisade est dirigée contre des gens qui se réclament du Christ. Mais cet aspect ne gêne pas les contemporains tant il est vrai que l'hérésie cathare ne saurait être tolérée. Cet essai raconte en quelques mots cette croisade albigeoise qui oppose mes deux ancêtres Simon de Montfort (chef des croisés) au comte de Toulouse Raymond VI. Le conflit religieux devient rapidement un conflit politique, et même une conquête des terres du Midi par les seigneurs du Nord. Ainsi, Simon de Montfort ravira le titre de comte à Raymond VI. Il devient aussi, comme toujours, un bain de sang.
2010Religion Prétendue Réformée : Trois histoires vraies, Calameo.com, 9 p. (lien)
J'ai transcrit, parfois avec difficulté, trois documents authentiques que j'ai trouvés aux archives du département du Tarn :
– “ Profession de foy de Marthe De Lapierre ” : âgée de 9 ans cette gamine a signé cette profession de foi à la religion catholique dont elle n'a sans doute pas du tout compris le sens, mais peu importe pour les autorités. .
– “ Adjuration de l'hérésie de Luther et Calvin d’Élisabeth Malié ”. C'est là une véritable abjuration d'une protestante. Élisabeth Malié est la petite fille de Pierre Malié et Suzanne Gau , laquelle est une des filles de mes ancêtres David Gau et Jeanne Vareilles.
– “ La sépulture d’Anne Guiraud ”. Ce paragraphe décrit la procédure en quatre phases pour pouvoir enterrer une protestante, après que le curé ait refusé de le faire. Difficile parcours qui a conduit beaucoup de protestants à utiliser leur jardin comme lieu de sépulture. Et ceci a continué même après que ces contraintes aient disparu, c'est le cas de mes grands-parents paternels qui sont enterrés dans leurs jardins. Anne Guiraud est la femme d'Isaac Gau, lequel est un des fils de mes ancêtres David Gau et Jeanne Vareilles.
2010Mes ancêtres Visigoths, de Francon (de Villeneuve), an 785, à Jeanne, an 1450, Calameo.com, 37 p. (lien)
2011Petite histoire de la vicomté de Lautrec de sa création à sa disparition, Calameo.com, 52 p. (lien)
2011Branches tarnaises des "de Villeneuve", Calameo.com, 20 p. (lien)
2012L'avant et l'après Saint-Barthélemy à Toulouse et dans le département du Tarn, Calameo.com, 22 p. (lien) - La Saint-Barthélemy à Paris est bien connue. Par contre, on ignore ce qui s'est passé en province à cette époque. Cet essai a pour but de corriger cette lacune pour Toulouse et le Tarn. Mais mes recherches sur les événements de l'après-Saint-Barthélemy m'ont montré qu'il y avait un avant Saint-Barthélemy aussi tragique.
2012Camisards et autres persécutés dans les Cévennes et Monts de Lacaune, Calameo.com, 100 p. (lien)
Après les cathares, d'autres chrétiens ont été combattus par les catholiques. Les camisards des Cévennes en font partie, mais ce qui est moins bien connu c'est que dans les Monts de Lacaune, terre de mes ancêtres paternels dans le département du Tarn, d'autres ont été également persécutés. Ainsi, après la révocation de l'Édit de Nantes par Louis XIV en 1685, des paysans huguenots (protestants français) de la région montagneuse des Cévennes vont mener une insurrection armée contre le roi. Cet essai raconte l'histoire de ces paysans qui furent nommés camisards à cause des chemises blanches qu'ils portaient le soir. Dans les Monts de Lacaune, la résistance contre les troupes du roi sera ici non armée, mais les conséquences seront parfois tout aussi tragiques et douloureuses. Ce fut le cas pour mon ancêtre Jean Loup.
2012Les forçats de Louis XIV et lettre de galériens à Mademoiselle de Perray, Calameo.com, 32 p. (lien) - J'ai corrigé, mis en forme et édité cet essai d'après un bulletin de 1868 de la Société de l'histoire du protestantisme français. Le premier texte de cet essai est un témoignage authentique sur les galériens protestants qui, par delà leurs terribles conditions, ont su éviter le pire grâce à leur courage, leur organisation, leur fraternité et sans aucun doute leur grande piété. Le deuxième texte est une lettre écrite par trois galériens et représente surtout le commentaire le plus touchant du règlement et des conditions de vie des galères.
2012Pour un nouveau contrat social, Calameo.com, 4 p. (lien)
2013À la fin du XVIIe siècle : Se convertir ou fuir ? Chronique d'un protestant du Midi toulousain, Calameo.com, 22 p. (lien) - À la fin du XVII siècle, les dragonnades et la révocation de l'Édit de Nantes ont des répercussions désagréables sur les protestants du Midi toulousain. Marc notre héros habite Carmaing un village proche de Toulouse et est empêché de pratiquer sa religion. Puis, malgré la pression des dragons, Marc refuse de se convertir et n'a plus qu'une solution : fuir. Cet essai raconte le voyage, riche en aventures et péripéties, de sa fuite.
2013Mariage facile des nouveaux convertis à Sainte-Catherine, Calameo.com, 6 p. (lien)
Après la révocation de l'Édit de Nantes, malgré leur conversion, les protestants avaient beaucoup de mal à se marier. Ce récit décrit comment le curé de Sainte-Catherine s'y prit pour, moyennant finance, leur faciliter le mariage. Mais cela ne se passa pas comme il l'aurait voulu !

Mon site : Rubriques : Généalogie – Mes livres et mes essais – De A à Z, le musée de mes pensées et de mes souvenirs – Lautrec : mon village natal – Bazille : Peintre imressioniste – Mon CV (abrégé). (lien).

Repost 0
14 août 2013 3 14 /08 /août /2013 16:42

jardins_de_chanabier.jpg

Les Jardins de Chanabier sont une entreprise horticole sise à Aubenas, le long d’un bras mort de l’Ardèche, dont on peut voir les réalisations sur sa page Facebook « jardinsdechanabier ». En plus, Nathanaël Bechdolff, qui mène l’affaire, souhaite y adjoindre un Jardin botanique de la Bible où il y aura les arbres fruitiers qui y sont cités (vignes, figuiers, mûriers, oliviers, etc.) et les plantes. Mieux, l’utilisation d’une source permettra de se référer entre autres au Jourdain et à la piscine de Siloé. Le visiteur baignera d’ailleurs dans l’ambiance de la Terre promise avec des lieux symboliques comme l’arche de Noé (dotée de jeux pour enfants), le Désert, le Jardin de Gethsémani, etc. Chrétien évangélique, l’initiateur de ce projet vit cela comme une aventure de foi. Afin d'acquérir le terrain nécessaire, il envisage de constituer un Groupement foncier agricole (GFA) dans lequel des personnes pourront investir des parts. Pour contact : jardinsdechanabier@orange.fr

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans le temps des évangiles
commenter cet article

Articles Récents