Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

19 mars 2008 3 19 /03 /mars /2008 16:53

du 11 au 14 juillet 2008, à l'initiative de la Fédération des réseaux des parvis.

undefinedPourquoi ce thème ? 

L’eau est un enjeu majeur pour le monde d’aujourd’hui. 2008 est déclarée année de l’Eau par l’Onu. En France, en 2008, les 6 comités de bassins hydrographiques mèneront auprès des habitants, une consultation nationale sur les schémas directeurs d’aménagement et de gestion des eaux (SDAGE). Et puis, du 5 au 14 juillet 08, la ville de Rouen organisera sur ses quais le rassemblement des grands voiliers de l’Armada !

La Soif, preuve de l’existence de l’Eau ! 

Nous débuterons notre réflexion  par ce questionnement  : De quoi as-tu soif ? Soif , soif de bonheur, de justice, d’amour et d’amitié… Quelles sont tes envies, tes aspirations, tes quêtes, tes désirs ? De quoi avons-nous soif ? dans nos associations et plus généralement dans notre vie sociale. Mais où trouver les sources qui désaltèrent ?

L’eau, symbole universel de vie, 

est présente dans la Bible, dans toutes les traditions culturelles et religieuses du monde.
Dans les Evangiles : L’eau changée en vin à Cana, la tempête apaisée, la Samaritaine va la chercher au puits. Jésus la donne à boire à chacun. Voir le dossier sur l’Eau du n° 31 de la Revue " Les Réseaux du Parvis ".

L’Eau, ressource naturelle de base

droit fondamental et universel dont les plus pauvres sont privés.L’Eau dans le monde et dans notre pays : les enjeux socio-économiques, environnementaux et éthiques qu’elle représente. l’Eau dont l’usage rationnel et solidaire implique des modifications de nos modes de vie.

Questions pratiques
 

Où ? Au Centre régional jeunesse et sport (CRJS) : Rue Pierre Naudin, 76 650 Petit Couronne ( près de Rouen )
Quand ? du vendredi 11 juillet au soir, (les Journées d’été débuteront officiellement le 12 juillet à 10 h 30 ) au lundi 14 juillet après déjeuner. 
Sur les quais du port de Rouen, visite libre des grands voiliers de l’Armada le vendredi 11 juillet après midi. Nous les regarderons descendre la Seine en direction de la mer le 14 juillet au matin. 
Quel coût ? La contribution financière est de 115 E. Pour les inscriptions parvenues avant la fin Avril, l’hébergement est assuré à la demande : en chambre individuelle, double, à trois lits et plus pour les familles ( les draps sont fournis ).
les repas :  depuis le dîner du vendredi 11 jusqu’au déjeuner du lundi 14 juillet.
L’accès libre et gratuit à la grande piscine L'Archipel, juste à côté du CRJS.
Les enfants et les jeunes de moins de 18 ans bénéficient d’un tarif réduit.
Des solutions peuvent être envisagées en cas de difficultés de paiement.

Sont invités les amis des Réseaux du Parvis, les lecteurs de la Revue et toutes les personnes que ces Journées d’été intéressent.

Des Journées d’été intergénérationnelles, oasis de créativité, de poésie, de rire et d’amitié, des Journées de vacances toniques pendant lesquelles nous partagerons nos interrogations, nos découvertes, nos propositions, par la parole, l’image, le texte, la promenade, la musique le geste et avec l'aide de personnes " ressources " très compétentes. 

Bulletin d’inscription à envoyer à Journées d’été, 35 rue de Velten Les Essarts 76 530 Grand Couronne.
  Contact par courriel : parvis@live.fr 

Repost 0
Published by Fédération des réseaux des parvis - dans les chrétiens se rassemblent
commenter cet article
18 mars 2008 2 18 /03 /mars /2008 10:57
Personne n’a jamais prétendu que les protestants étaient cathares ni les cathares des protestants ... Mais parentés et analogies spirituelles sont incontestables, en particulier leur semblable attachement à l’Ecriture, seule autorité en matière de foi, même projet de vivre comme des disciples et envoyés de Jésus, même volonté d’une Eglise plus authentiquement chrétienne ... 

Le pasteur Roger Parmentier a mis sur pied une série de conférences " à deux voix ", avec deux experts des cathares, Anne Brenon, historienne, et Michel Jas, pasteur de l’Eglise réformée de France (ERF) et président de l’association Evangile et Liberté, sur le thème " Cathares et protestants "

à Foix, le mardi 1er avril à 20h 30, à l’Eglise réformée, 6, rue de Verdun

à Toulouse, le mercredi 2 avril à 20h 30, à la salle Mistral, Ostal d’Occiditania, rue des Couteliers

à Mazamet, le mercredi 9 avril à 20h 30, à la Maison des Mémoires, Musée du catharisme

à Paris, le jeudi 16 octobre à 20h 30, au Foyer de l’âme, 7 bis, rue du pasteur Wagner, 11ème (quartier Bastille)

à Bézier, le mardi 21 octobre à 15h, au Temple, 4, rue du Général Thomières

à Montpellier, le mercredi 29 octobre à 20h 30, au Temple, rue Maguelone (près de la gare)

et plus tard dans l’Aude

entrée gratuite, participation aux frais


Minerve, cité cathareundefined


Rituels cathares et archives inquisitoriales montrent que le catharisme a voulu constituer une véritable organisation religieuse, structurée autour de hiérarchies épiscopales, selon le modèle d’Eglises des apôtres, dont elle revendiquent la directe filiation. Leur destruction par l’Inquisition a sans doute représenté pour les " hérétiques " la plus déchirante confirmation qu’ils étaient bien " l’Eglise des doux, des humbles et des persécutés ".

Je vais te dire la raison pour laquelle on nous appelle les hérétiques : c’est que ce monde nous hait. Et il n’est pas étonnant que ce monde nous haïsse (1 Jean 3.13), car il a haï avant nous Notre Seigneur, qu’il a persécuté ainsi que ses apôtres … C’est qu’il y a deux Eglises : l’une fuit et pardonne, l’autre possède et écorche " (Bon homme Pèire Autier, début 14è siècle).

La carte du surgissement de la réforme au 16ème siècle, avant les premières victoires catholiques, concerne beaucoup plus l’actuel " pays cathare " - le Biterrois, l’Aude, les Pyrénées et le Tarn – que l’implantation protestante telle que nous la connaissons aujourd’hui. Le souvenir des cathares peut être posé comme un des motifs régionaux de la Réforme.

Et voici les propos d’un huguenot du 16è également persécuté " Ô pauvre Eglise [ndlr : celle que les catholique appelaient la Religion prétendue réformée] … Vraiment cette parole t’es proprement due, en tant qu’elle contient tout ton patrimoine, à savoir cette parole par laquelle, par la foi et assurance que tu as en icelle, en pauvreté, qui te répute très riche ; en malheureuté, bienheureuse ; en solitude, bien accompagnée ; en doute, acertainée ; en périls, assurée ; en tourments, allégée ; en reproches, honorée ; en adversité, prospère ; en maladie, saine ; en mort, vivifiée " (Olivétan, cousin de Calvin).

Dans leur n° 7, les Cahiers Michel Servet ont présenté un " spécial cathares " avec des textes du pasteur Pierre-Jean Ruff et une préface du pasteur Michel Jas ; à voir dans La Besace des unitariens, rubrique "Cahiers Michel Servet".
Repost 0
Published by information Roger Parmentier - dans les cathares
commenter cet article
18 mars 2008 2 18 /03 /mars /2008 07:30

Jean Risse a publié un livre intitulé " Les pauvres au secours de Dieu ; prêtre ouvrier dans un monde du travail en crise ", aux éditions L’Harmattan (Paris, juin 2006, 216 pages, 19,5 euros).

L’auteur est né en 1936 à Luttange, en Moselle, dans une famille ouvrière. La vie de famille sera difficile, mais toujours très digne. Après un passage de deux ans dans une mine de fer et un engagement de trois ans dans la Marine nationale, il entre au séminaire en 1956 et est ordonné prêtre en 1964. Il travaille en 68 dans une entreprise du Bâtiment puis dans une usine sidérurgique de Lorraine (Sollac). Il adhère à la CFDT en 1970. En 1986, il perd son emploi comme des milliers d’autres sidérurgistes. Depuis, il participe au développement du syndicalisme de retraités dans la CFDT et a été désigné, par la préfecture, comme conseiller de salarié en cas de licenciement.

Ce n’est pas un livre de plus sur l’Homme, un homme tellement abstrait qu’il n’existe pas. Ce livre ne relate que les combats d’hommes et de femmes libres, responsables d’eux-mêmes, des autres …. Des hommes et femmes qui ont faim et soif de justice. Combats qui rassemblent chrétiens, autres croyants, incroyants, athées : tout en se battant ensemble contre toutes les formes de violences, ils se partagent leurs questions, leurs convictions, leurs doutes. Le chrétien que je suis, et je ne suis pas le seul, prétend que ces affamés de justice révèlent quelque chose du vrai visage de Dieu, un Dieu qui ne les " roule pas dans la farine ", mais un Dieu qui alimente leur soif de liberté. Ce sont ces hommes, ces femmes qui ont écrit ce livre ".

Jean Risse avait auparavant publié "Leur silence est parole" aux éditions de l'Atelier, en 1991.

-glise-Sainte-Th-r-se---Metz.jpgSainte-Thérèse est une église d’un quartier de Metz, elle se trouve entre le quartier de la gare, celui du Sablon et de Montigny les Metz. Ce quartier a été reconstruit dans les années 1920-1930, quand Metz est redevenue française. Pour desservir ce nouveau quartier, l’église a été construite de 1930 à 1954 grâce à de multiples dons de particuliers. Elle n’est propriété ni de la Ville, ni de l’Evêché, ni de l’Etat, mais des paroissiens par l’intermédiaire du Conseil de fabrique.

Jean Risse présentera son livre le samedi 29 mars, à 14h, à Metz, à la salle au sous-sol de l’église Sainte-Thérèse (à côté de l’Hôpital Bon Secours), lors d’une rencontre organisée par les " Croyants en liberté, pour une Eglise du dialogue ". 

Pour contact : Georges Heichelbech

Croyants en liberté, pour une Eglise du dialogue " 
est membre de la Fédération des réseaux des Parvis.

Repost 0
Published by d'après Georges Heichelbech - dans vies de prêtre
commenter cet article
16 mars 2008 7 16 /03 /mars /2008 10:16
J-sus-et-ses-h-ritiers.jpgAprès " Dieu malgré lui ", publié en 2002, " Le secret du 13ème apôtre " en mars 2006, Michel Benoît poursuit son enquête et sa quête sur le Jésus historique avec " Jésus et ses héritiers, mensonges et vérités ". Le livre est paru ce 6 mars, aux éditions Albin Michel, comme les deux autres précédents. 

Alors que le livre précédent, à propos d’un éventuel 13ème apôtre, relevait du genre des thrillers religieux, le livre qui vient de sortir en reste à l’histoire toute simple mais celle-ci est déjà suffisamment compliquée ! 

En effet, la version " officielle " donnée par le Nouveau Testament nous fait gober, au nom de la foi et/ou de l’obéissance à l’Eglise, des évènements pour le moins insolites. Je ne parle pas ici des miracles, qui, eux relèvent du chapitre des guérisons (y compris la fameuse " résurrection de Lazare "), mais des évènements purement historiques qui concernaient la place publique.

Il y a d’abord ce personnage bien énigmatique de Judas. Si énigmatique que les analystes et les interprétateurs en tout sens s’y sont cassés les dents. A moins de faire entrer le Diable dans le jeu (mais sur ce site ce n’est pas notre genre !), on ne comprend toujours pas pourquoi cet homme aurait trahi. Pour quelques écus ? - c'est la version " officielle ", facile mais un peu un peu courte - pour aider Jésus à se délivrer de son enveloppe charnelle et s’élever ainsi plus aisément ? – c’est la version gnostique de l’Evangile selon Judas - Pour forcer Jésus à un procès publique où il aurait proclamé sa vérité ? - plus qu’hasardeux ! 

Les circonstances de sa mort sont également bien étranges et contradictoires. Matthieu (et lui seul Mt 27, 3-10) nous dit qu’il s’est pendu en regrettant son geste, mais les Actes des apôtres (Ac. 1, 18) décrivent un ventre ouvert d’où sortent les entrailles (d’une chute sur la tête, malheureuse ou après avoir été poussé, ou un coup de couteau ?). Y aurait-il eu règlement de compte entre disciples voulant succéder à Jésus. L’Evangile n’est pas sans évoquer leurs chamailleries pour le leadership.

Et puis ce tombeau vide, celui que Joseph d’Arimathie avait prêté à la famille et qui n’était que pour une étape temporaire, voici qu’il est vidé de son occupant plus vite que prévu ! La famille serait-elle venue chercher le corps avant que les femmes du groupe des disciples ne viennent à l’aube ? Matthieu nous dit qu’une rumeur courait dans la ville en ce sens *. Nous savons que la Résurrection trois jours après la mort de Jésus, sera un thème développé plus tard.

* voir notre rubrique " tombeau de Jésus "

Et comment ne pas imaginer une certaine tension entre les disciples et la famille de Jésus pour l’héritage spirituel et religieux. Soudain, la phratrie de Jésus occupe la scène à Jérusalem : ce seront successivement Jacques, Jude, puis Siméon. Les " apôtres " se dispersent, en Samarie, puis à Antioche, enfin à Rome, certes pour cause d’évangélisation. Paul est mal vu par les judéo-chrétiens qui l’accusent de prendre ses aises avec les pratiques juives ; il est non desiderata au Temple en dépit de la collecte qu’il organisa au sein des communautés de la diaspora. Il y est arrêté nonobstant les bonnes relations de Jacques avec les autorités juives.

Plusieurs siècles plus tard, la mort de Muhammad généra elle aussi une querelle de succession, entre sa famille (sa fille Fatima, son gendre Ali, etc.) et la première communauté des croyants. La guerre était déclarée pour des siècles entre chiites et sunnites.
  

Pour en savoir plus, voir le blog de Michel Benoît (en lien sur le site de l'AFCU).

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans le temps des évangiles
commenter cet article
15 mars 2008 6 15 /03 /mars /2008 18:23
L-on-Laclau-livre.jpgLéon Laclau, dont l’affaire a défrayé la chronique, parle du magnifique couple amoureux qu’il forme avec la douce et ferme Marga, sa compagne venue de la nordique Hollande. Il faut croire que les tempéraments gascon et hollandais s’accordent bien car le couple résista à un déplacement du père Léon à Nantes, les supérieurs de sa congrégation religieuse voulant lui faire lâcher prise. Mais c’est l’inverse qui se produisit ! Bref, c’est l’histoire de Tristan et d’Yseut la Blonde qui s’installèrent ni plus ni moins au presbytère en toute innocence de cœur.

Pour l’amour d’une femme, privé … d’Eglise ", aux éditions Michel Lafon
, janvier 2008, 205 p.

Le Père Léon n’est nullement contestataire de son Eglise mais il s’étonne quand même de l’hypocrisie et des méthodes de ses hiérarques. Il nous dit simplement dans ce beau livre que l’Amour est plus fort que la Mort. Le Cantique des cantiques nous l’avait déjà dit !

l'Epouse : Sous le pommier, je t'ai éveillé ; là, ta mère te conçut, là te conçut ta procréatrice. - Mets-moi comme un sceau sur ton coeur, comme un sceau sur ton bras. (Ct. 8, 5-6)

la Sagesse : Oui, l'amour est inexorable comme la mort, l'ardeur [la jalousie], dure comme le Shéol. Ses fulgurations [ses traits] sont fulgurations de feu, flammes de Yah [Yahvé] ! Les eaux multiples ne pourront éteindre l'amour, les fleuves ne le submergeront pas. (Ct. 8, 6-7, traduction André Chouraqui, et, entre crochets, celle de la Bible de Jérusalem)

L’Eglise catholique s’est retrouvée face à une levée d'opinion publique quasi unanime derrière Léon et sa compagne : les paroissiens d’Asson et du canton, les journalistes, sans compter les blogueurs, etc..  Les devenus héros furent invités aux meilleurs émissions de la télévision française : chez Ruquier, chez Mireille Dumas (" Vie privée, vie publique "), etc. 

Justement, en regardant cette dernière émission, je pensais aux ours qui se font coincer le museau par trop de gourmandise en allant chercher le miel dans les fentes des arbres. L’Eglise catholique ne se coince-t-elle pas aussi le museau en voulant regarder sous les couettes de ses prêtres ? 

Le presbytère d’Asson était propret, coquet et avenant, avec des fleurs et une énergique maîtresse de maison, comme un bel intérieur de peinture hollandaise. Tout le monde était content sauf quelques rabat-joie. Que demande de plus Dame catholique  ? Que çà sente le renfermé ?

En puis, un happy end pour notre sympathique prêtre : il est maintenant archiviste départemental pour le compte du Conseil général des Pyrénées-Atlantiques et n’a plus sa hiérarchie inquisitatrice sur le dos. Longue vie aux amoureux. Nous sommes de tout cœur avec eux. 

Que Jésus panse leurs plaies comme il l’a fait à tant de gens sur les chemins de Galilée ; des plaies invisibles qui prennent du temps à cicatriser, mais soudainement (miraculeusement) guéries lorsque l’on pense à celui qui était toujours du côté des souffrants de son temps et qui savait si bien en parler ... avec Béatitudes *.

* voir le texte des Béatitudes (avec plusieurs traductions) dans La Besace des unitariens

Oui, avec Léon Laclau, ce sont des cohortes de prêtres brimés, humiliés, laissés pour compte, brisés spirituellement et physiquement, muselés, qui vont pouvoir relever la tête, retrouver la fierté qu’il nous faut à tous pour pouvoir marcher, comprendre que c’est Jésus qu’il faut suivre et non pas forcément les hiérarques qui prétendent le représenter et qui ne sont, pour certains, que des sépulcres blanchis selon la forte expression que Jésus adressait aux rigoristes de son temps.

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans vies de prêtre
commenter cet article
15 mars 2008 6 15 /03 /mars /2008 16:19

undefinedCalendrier des séjours de Pâques et de l'été 2008 à "la Magnanerie", gîte à Mirmande dans la Drôme, organisés par l'Association culturelle des Amis de Marcel Légaut http://legaut.chez-alice.fr



Pâques : du 25 mars (19h) au 28 mars (12h), Autour de la vie, de l'oeuvre et de l'actualité de Dietrich Bonhceffer, animateurs : Mme Cottin, pasteur protestante et Mr Corbic, théologien catholique, responsable Françoise Servigne tél. 01 60 68 91 49


22 juin (19h) au 26 juin, Béatitudes, l'impossible don, animateur Jean Jacob, responsable Geneviève Garin tél. 04 79 88 84 71

30 juin (19h) au 5 juillet (12h), Graf Dûrkheim et Marcel Légaut à Mirmande : différences et proximité ; animateur et responsable Bernard Lamy tél. 03 81 59 02 11 

6 juillet (19h) au 12 juillet (12h), L'invisible est dans le sensible à partir de " L'exode " de Jean Sulivan (éditions Le CED) ; animateurs et responsables Gilles et Marie-Laure Herlédan tél. 02 98 06 04 65

13 juillet (19h) au 19 juillet (12h), L'aventure de nos vies: un héritage et une création, animateur et responsable Jacques Musset tél. 02 40 02 49 15

20 juillet (19h) au 26 juillet (12h), Quelle vision de l'homme dans la pensée de René Macaire et de Marcel Légaut, semaine animée et conduite par " Réseaux Espérance " : Agnès Cathelin tél. 0130 71 55 43

27 juillet (19h) au Z août (12h), L'enracinement d'un spirituel : Marcel Légaut ; animateurs; Dominique Lerch, Xavier et Diane Huot ; responsable: D. Lerch tél. 01 43 65 47 16

3 août (19h) au 12 août (12h), Prendre soin ; animateur et responsable Patrick Valdenaire tél. 03 27 84 80 34 et M. T. Weisse

13 août (19h) au 20 août (12h) L'Ultime, t'en souvient-il ? Animatrices et responsables : Thérèse de Scott tél. 04 75 90 30 63 et Françoise Servigne

21 août (19h) au 28 août (12h), La prière selon Marcel Légaut, animateurs et responsable : Renée Collet et Antoine Girin (tél. 04 77 93 47 24)

29 août 19h au 5 septembre, Du doute à l'Ultime (séjour " Jésus simplement ") : animatrices: Nicole Rivet et Marie-Thérèse Abéla ; responsable: Bruno Ploix tél. 01 42 22 72 01

29 septembre (19h) au 3 octobre (12h), S'approprier les évangiles : comprendre le texte, risquer sa propre parole ; animateur et responsable : Jacques Musset tél. 02 40 02 49 15

Egalement deux autres lieux "souvenirs" dans la même région

Légaut à Gerbeau 
contacter Guy Lecomte,
guylecomte@wanadoo.fr, tél. 03 80 4123 31

Légaut aux Granges 
contacter Elisabeth Riboulon tél. 04 77 52 41 08

Pour les inscriptions
F. Servigne, tél. 01 60 68 91 49
ou J. Musset, tél. 02 40 02 49 15
ou JF Chenel, jfchenel14@aol.com, tél. 02 31 73 56 67

Repost 0
Published by Association culturelle Marcel Légaut - dans les chrétiens se rassemblent
commenter cet article
14 mars 2008 5 14 /03 /mars /2008 13:58

Nairobi--s-minaire-de-formation-de-l-ICUU--f-vrier-2008.jpg

les participants au séminaire de formation que l’ICUU vient d’organiser à Nairobi en février


Le dimanche 18 février, avec une assemblée de 75 personnes, les révérendes Jill McAllister de la congrégation unitarienne-universaliste de Kalamazoo (Church of San Jose People’s Church) dans le Michigan, et Rosemary Bray McNatt de la Fourth Universalist Society in the City, à New-York, de retour du séminaire de formation organisé par l’International Council of Unitarians and Universalists (ICUU) à Nairobi, au Kenya *, ont célébré le culte à Kampala.


* voir le site de l'AFCU, à la rubrique ICUU

La mouvance unitarienne d’Ouganda a commencé à se former en 2004 et elle est animée par le révérend Mark Yusuf Kiyimba.

Les Actualités unitariennes s’en sont fait l’écho dans un message du 27 août 2007 (rubrique " en Afrique "), intitulé "Chrétiens, musulmans et libres penseurs ensemble au sein d’une association unitarienne-universaliste en Ouganda ".

Le prochain bulletin de la Correspondance unitarienne (n° 77, mars 08) sera un " spécial Afrique ".

Repost 0
Published by d'après Mark Yusuf Kiyimba - dans U en Afrique
commenter cet article
10 mars 2008 1 10 /03 /mars /2008 17:20

undefinedOberwesel--ICUU--Afrique--PB041218.JPG

culte chrétien unitarien de culture africaine 
lors de la rencontre internationale de l'ICUU à Oberwesel (Allemagne), en novembre 2007



Egbo Eyin Ijo Eniyan / Oye dear brethrenFrères et sœurs, /


Oluna Olorun wa, Olorun Ikan soso ni / Ife Ni Yio Bva Araiye La / Ejeka Fe Arawa /
Our Lord God is one God / it is love that will guarantee ; / salvation for all / 
Nous n'avons qu'un Dieu : C'est l'amour qui assure / notre Salut à tous sur la terre ; 


Ki Aba Le Ri Igbala / Fi Tokan Tokan Re Fe Ottun Gbogbo / Ti Nse ReRe /
Let us love one another / That we may gain salvation / Sincerely love everything that /
Aimons-nous donc les uns les autres, / Afin d’atteindre notre Salut promis. / Aimons, du fond du cœur, 


Si Fe Omo Enikeji Re Gege Bi / Are Re / Eyi Ni Akuja Ofin Ati Gbongbo Esin /
Is good with your heart, / Also love your neighbour as yourself, / For this is accomplishment of the Law and true rooted worship / 
Tout ce qu'il y a de bon dans ce monde, / Et aimons notre prochain comme nous-même./ Ainsi nous pourrons réaliser ensemble une célébration véritable, digne, et profondément enracinée dans la Loi et dans nos aspirations. 


Cette prière a été présentée en yoruba et en anglais par Olufemi Olaniyi Matimoju, membre de la First Unitarian Church of Nigeria (FUCN) * pour allumer le calice des unitariens (Chalice Lighting) durant ce mois de février. La traduction en français a été faite par Jo-Anne Elder-Gomes, Lucie-Marie Castonguay-Bower et Nathalie Brunet (membres du Canadian Unitarian Council).


* la FUCN a été fondée à Lagos en 1994. Elle est la seconde Eglise unitarienne de ce pays, après Ijo Isokan Gbogbo Eda / Unitarian Brotherhood Church qui, elle, fut fondée en 1919.

Repost 0
Published by chrétiens unitariens - dans louanges à Dieu
commenter cet article
7 mars 2008 5 07 /03 /mars /2008 14:33

Un militant, c’est une lumière dans la nuitMichel-Lewis-Les-yeux-de-J-sus.jpeg
Une lumière qui ne sert
Qu’à ceux qui cherchent leur chemin.

Un militant, c’est une musique
Qui donne le rythme 
Et qui entraîne.

Un militant, c’est un enfant
Qui pose la même question 
Mille fois s’il le faut

Un militant, c’est un rocher
Dans la tempête
Une bouée sur la mer.

Un militant, c’est comme le vent
Il caresse et il fouette
Et il empêche de dormir.

Un militant, c’est un homme qui lutte
Malgré la peur
Et malgré la solitude.

Un militant, c’est un écho
Qui empêche le cri
De mourir.

Un militant, c’est un homme 
Perdu dans un désert
Surpeuplé.

Un militant ? c’est un fleuve
Dont la puissance 
Vient de ses affluents.

René Lelièvre (prêtre-ouvrier du Nord)


René Lelièvre est un ami prêtre-ouvrier qui, comme beaucoup d'entre nous, sait de quoi il parle et ce que signifie "résister" ! En hommage à tous ceux qui, contre vents et marées ... Fraternellement Yves Grelet (Fédération des réseaux des parvis)

photo : peinture de Michel Lewis, Jésus

Repost 0
Published by René Lelièvre - dans catholiques libres en action
commenter cet article
5 mars 2008 3 05 /03 /mars /2008 14:26
En décrétant que les Juifs n’ont pas reconnu la messianité de Jésus, les chrétiens se sont habitués à penser que leur religion était nouvelle, différente. Certes, historiquement, mais qu’en est-il dès lors que l’on sort de la logique messianique et celle de sa divinisation de Jésus et qu’on ne fait plus de celui-ci le messie incontournable, le "Sauveur" du monde, mais un simple rabbin, voire un prophète parmi d’autres ?


Jésus était Juif, tous ses disciples aussi (sans exception), les premiers chrétiens aussi. C'étaient des judéo-chrétiens, des Juifs de secte chrétienne. Les Juifs, aujourd’hui, revendiquent Jésus à juste titre comme l’un des leurs. Rappelons que la communion chrétienne du pain et du vin est précisément calquée sur le geste du chef de famille louant Dieu avec le vin du kiddouch.


Nous redécouvrons aujourd’hui la continuité des deux champs religieux, mieux leur osmose, leur intrication intime au delà des styles et des cérémonies différentes. Dame Eglise et Dame Synode, représentées sur les portails de nos Eglises gothiques, peuvent désormais avancer main dans la main ; et la seconde n’a plus les yeux bandés.
 

l-Eglise-et-la-Synagogue--Saint-Martin-de-Zillis--en-Suisse--entre-1150-et-1200-.jpg
Synagogue (symbolisée par une femme à gauche) et Eglise représentée par un évêque,
Saint-Martin de Zillis (Suisse) vers 1150-1200


A son habitude toute " vaticane ", Rome fait des petits pas pour gommer les archaïsmes religieux contenu dans ses cultes. Il faut dire qu'avec la messe tridentine, elle revient de très loin ! Nous ne pouvons que l’encourager.


Lu ce mercredi 6 février 2008, sur un site israélien francophone : " Tensions entre l’Eglise de Rome et la communauté juive ", par Sophie Castella pour Guysen International News


"A la veille du début du Carême, le pape Benoît XVI a décidé de mettre fin à des tensions qui durent depuis des mois entre les catholiques et les Juifs. Une polémique née après la publication d’un décret papal, en juillet dernier, consistant à libéraliser le rite tridentin lequel comprend notamment une prière pour "la conversion des Juifs". Ce mercredi 6 février, Benoît XVI a donc ordonné la modification de cette prière récitée par les catholiques traditionalistes lors de la messe du Vendredi saint. Une réforme qui est loin d’être suffisante pour la communauté juive.


Afin de satisfaire les catholiques traditionalistes, le pape Benoît publiait le 7 juillet dernier, un décret autorisant et réglementant l’usage de la liturgie romaine antérieure à la réforme promulguée en 1970, à la suite du concile Vatican II, par le pape Paul VI, ou rite tridentin. Un évènement qui avait suscité de vives réactions au sein de la communauté juive. Dans le rituel du Vendredi-Saint propre à cette liturgie, figure en effet des allusions particulièrement désobligeantes à l’égard des juifs, et notamment l’expression "Oremus et pro perfidis Judaeis" devenue en français "Prions aussi pour les Juifs perfides".


Après des mois de polémiques, le pape Benoit XVI a finalement décidé de modifier cette prière, déjà quelque peu rectifiée en 1959 par le pape Jean XXIII. Une modification minime, puisque ce dernier n’avait fait que retirer l’adjectif "perfide" qualifiant les Juifs.


Aujourd’hui, Benoît XVI entend bien continuer cette réforme. Dans cette nouvelle version, publiée dans le journal du Vatican, 'l’Osservatore Romane', plus aucune référence à la "cécité" des Juifs vis-à-vis de Jésus ne figure. Le passage où les fidèles demandent à Dieu de "soustraire le voile de leur cœur (celui des Juifs) " a également disparu. Reste l’invitation à prier pour les Juifs "pour que Dieu notre Seigneur illumine leurs cœurs afin qu’ils reconnaissent Jésus Christ comme le sauveur de tous les hommes". Cette prière en appelle également à Dieu pour que celui-ci permette que "tout Israël soit sauvé en faisant entrer la foule des gens dans son Eglise".


Cette nouvelle version devrait être utilisée à compter du 21 mars prochain, lors du vendredi saint, qui commémore chaque année le décès de Jésus. Si ces modifications sont notables, elles n’ont tout de même pas satisfait les associations juives et les grands rabbins d’Israël, qui s’étaient largement opposés au décret papal du 7 juillet. Ces derniers avaient alors exigés des rectifications plus importantes, voire la suppression de cette prière, considérée comme inadaptée aux nouvelles relations qu’entretiennent les Juifs et l’Eglise du Vatican. Des relations beaucoup plus amicales quarante ans après le concile Vatican II, qui marqua une étape décisive dans le rapprochement de l’Eglise et des juifs.


Quoi qu’il en soit, pour les associations juives, le fait que le pape conserve cette prière pour la "conversion des Juifs" prouve que l’Eglise devient de plus en plus fondamentaliste, et que Benoît XVI ne cesse de favoriser les catholiques traditionalistes".

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier et Sophie Castella - dans le judaïsme
commenter cet article

Articles Récents