Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

20 septembre 2007 4 20 /09 /septembre /2007 08:43

La liberté religieuse a bon dos et sert de paravent aux sectes de tout bord qui cherchent à se présenter d’une façon bcbg … et en plus victimes des méchants laïcs français et belges qui, comme on le sait, sont chatouilleux en ce qui concerne la laïcité. 

 

Les unitariens le sont aussi ! qu’on se le dise. Nous défendons, avec acharnement s’il le faut, la démocratie qui implique NECESSAIREMENT la séparation des instances religieuses et politiques (ce qui n’empêche nullement leurs relations) et que les mêmes règles soient appliquées à tous les acteurs de la société civile, ni plus ni moins. Les acteurs religieux n’ont pas à être privilégiés, ni discriminés. 

 

Dans une société démocratique, les acteurs religieux qui pratiquent le prosélytisme outrancier, le pistage des stars et des gens riches, le racket de leurs fidèles, les emprises totalitaires (un seul son de cloche à longueur de journée), l’exclusion des autres sous le prétexte qu’ils détiennent, eux et eux seuls, une dite " Vérité ", révélée ou autre, ou encore l’intégrisme (l’application à l’ensemble de la société de leur moral), ne sont pas des modèles à suivre ... Ils sont détestables lorsqu’ils avancent à visage masqué et à pas de loup ! 

 

Nous mettons en garde contre le réseau européen des " Droits humains sans frontières " : l’European Network for Religious Tolerance and Non-Discrimination / Human Rights Without Frontiers, Int. (HRWF) , où nous trouvons les adeptes de Moon, de Raël, etc.  En voici la liste exhaustive (elle est longue, mais ne vous laissez pas impressionner car il y a – comme on dit – des pléonasmes !) : Royaume-Uni  : European Raelian Movement, Universal Peace Federation ; Pays-Bas : Human Rights Teaching International, Universal Peace Federation ; Belgique : Family Federation for World Peace and Unification, Institute of Peace and Development (INSPAD), Peace, Education and Rehabilitation Link (PEARL) ; France : Fédération pour la paix universelle, CAP Liberté de Conscience ; Allemagne : Familienfoederation e.V., Unification Church ; Autriche : CARP, Forum for Religious Freedom-Europe (FOREF-Europe), Universal Peace Federation ; Bulgarie : The Good Samaritan Foundation ; Malte : Alpha Liberal Democratic Party, Family Rights Association ; Géorgie : Georgian Jewish Information Center & International Foundation LEA & Council of Jewish Women

Et puis, comme si cela ne suffisait pas, il y a les " supporters " de pays non européens qui viennent apporter leur sympathie : Basra Society for Research and Media on Woman
(Irak), Comité de Suivi pour la Contribution des Communautés et Eglises à la Transformation humaine (COSCCET) (Congo ex Zaïre), European Network for Religious Tolerance and Non-Discrimination (Canada), Fundacion para el desarrollo Sustentable en las americas del norte y del sur (Japon et Paraguay), Institute on Religion and Public Policy (USA), National Human Rights Foundation (Inde).

 

R--v--rend-Moon-et-la-Vraie-famille--True-Family---S--oul--le-10-janvier-1989.jpg

 la "Vraie Famille", à commencer par la famille biologique  du révérend Moon, assemblée autour des "Vrais Parents" (à Séoul le 10 janvier 1989) ; à ne pas confondre avec la "Sainte Famille" des catholiques et des orthodoxes qui elle, officiellement, n'a pas eu de rejetons !


Jésus, disent les moonistes, n’avait pas su mobiliser les élites de son temps (et en plus il ne s’est pas marié !), d’où l’échec de sa mission christique que Dieu lui avait confiée. Moon, quant à lui, réussit parfaitement, du moins au niveau des listings ! 

 

Si vous êtes intéressés par les réseaux européens, nous vous recommandons le Réseau européen des protestants libéraux (ELPN) (voir la rubrique " ELPN " sur le site de l’AFCU) et le Réseau européen Eglises et Libertés de la mouvance catholique réformatrice (nos messages du 18 février 07 " manifeste européen d’Eglises et Libertés ", et du 16 juin 07 " Vivre ensemble en Europe au sein de sociétés convictionnelles ").

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans le messianisme de Moon
commenter cet article
19 septembre 2007 3 19 /09 /septembre /2007 17:18

Canada--ACM-Saint-John-mai-2006-presidente-Vyda-Ng.jpeg

la nouvelle présidente du Conseil unitarien canadien (CUC), élue au rassemblement annuel de 2006, à Saint-John, au mois de mai, lors d'un culte dans le cadre de cette manifestation.




Cela n’a rien à voir avec la visite au Québec de Mme Ségolène Royal puisque, refusant autant le cléricalisme de Droite que celui de Gauche, nous nous abstenons de faire ici de la politique, mais nous ouvrons une " semaine québécoise " sur nos sites dans le cadre du partenariat que l’Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens (AFCU) a souscrit avec le Regroupement francophone unitarien universaliste (RFUU) en août 2006.

Vous trouverez :

1° - Sur notre site documentaire de La Besace des unitariens, les sommaires, avec résumés et larges extraits, de la revue électronique montréalaise " Tribune libre unitarienne ". Celle-ci est hébergée, depuis son lancement en hiver 2005, et mise en ligne par le Mouvement universaliste et unitarien du Québec.

Nous avons à cet effet ouvert une rubrique au nom de cette revue, rubrique qui comprend à ce jour déjà 8 articles.

Léo Poncelet, membre de l'Eglise unitarienne de Montréal,  est la cheville ouvrière de cette revue, et le RFUU y participe activement (articles de Maurice Cabana-Proulx, Nancy Labonté et Fabrice Descamps).


2° - Sur le site de l’AFCU, le rappel de notre partenariat avec nos amis québécois et le souhait qu’un unitarisme francophone puisse se développer Outre-atlantique.

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans U dans d'autres pays
commenter cet article
11 septembre 2007 2 11 /09 /septembre /2007 09:15

Que faut-il donc de plus aux protestants pour les décourager ? L’Eglise catholique leur dit et redit (dernièrement encore *) qu’elle est la seule Eglise valable et que les autres, étant " victimes de déficiences ", sont incomplètes. On ne peut pas ne pas être plus clair et net. Mais on veut sans doute " être œcuménique malgré tout " en misant sur une vague (future ?) venant du bas … on encore du Saint-Esprit par le haut ! Bref, nos amis protestants se sont retrouvés en grande pompe à Sibiu, en Transylvanie, du 4 au 9 septembre, sous la houlette du pasteur Jean-Arnold de Clermont, président de la Conférence des Églises européennes (KEK) **, co-organisatrice du rassemblement avec le (catholique) Conseil des conférences épiscopales d’Europe (CCEE).

* Le 10 juillet 2007, la Congrégation pour la doctrine de la foi (Vatican) réaffirme la déclaration de " Dominus Iesus " en 2000 dans un document " benoîtement " intitulé " Réponses à des questions concernant certains aspects de la doctrine de l’Eglise ". 

** la KEK rassemble des Eglises protestantes, vieille-catholiques, hussites et orthodoxes.

C’est le 3ème Rassemblement œcuménique européen (ROE), après Bâle (Suisse) en 1989, puis Graz (Autriche) en 1997. Sibiu (2007) a été préparé par la co-signature d’une Charte œcuménique européenne par la KEK et le CCEE en 2001 à Strasbourg ; puis par des rencontres en janvier 2006 à Rome puis en février 2007 à Wittenberg, ville de Luther

Le thème en a été " La lumière du Christ illumine tous les humains. Espoir de renouveau et d’unité en Europe ". Mais au delà de cette question de la contribution des Eglises à la construction européenne, des questions purement religieuses ont été abordées comme par exemple la reconnaissance mutuelle des baptêmes, le prosélytisme religieux, etc.

Les résultats de cet œcuménisme spectacle ne semblent guère évidents, du moins à l’aune du protestantisme. Les délégués de cette mouvance semblent avoir totalement bradé le courant du protestantisme libéral qui existe pourtant en leur sein. La déclaration finale commence en effet par une déclaration trinitaire renforcée, tout à fait dans la ligne de l’œcuménisme dogmatique pur et dur qu’affectionnent les autorités catholiques et orthodoxes : " C’est au nom du Dieu trinitaire*, Père, Fils et Saint Esprit, que nous nous sommes rassemblés dans la ville de Sibiu … " (dans les toutes premières lignes du message conclusif). C’est dire que les unitariens sont d’emblée exclus, sans tambour ni trompette, et ceci au nez et à la barbe de notre Eglise historique de Transylvanie qui a son siège épiscopale à Cluj-Napoca, non loin de Sibiu !

* l’invocation du " Père, du Fils et du Saint-Esprit " correspond au symbole des Apôtres, mais ici nous avons la formule " Père, Fils et Saint-Esprit " qui indique qu’il s’agit de la même personne ; et pour qu’il n’y ait pas d’ambiguïté, il est bien dit " au nom du Dieu trinitaire ". Comme on dit, on serre les boulons !

Et puis que dire de la Recommandation II ? " Nous recommandons que se poursuivent les discussions sur la reconnaissance mutuelle du baptême, prenant en considération les acquis importants à ce sujet dans plusieurs pays et sachant que cette question est profondément liée à la compréhension de l’eucharistie, du ministère et de l’ecclésiologie en général ". Avec ces interrelations tout azimut, nous ne pouvons que souhaiter bonne chance à la reconnaissance du baptême des autres. Comment des protestants peuvent-ils adhérer à un tel ligotage du baptême avec d’autres questions ?

Et puis la prière finale qui fait du Christ, non seulement la Lumière pour le Monde (et bien entendu ni plus ni moins le Sauveur non seulement de l’unité européenne mais Sauveur de ce Monde !), mais aussi, et c’est théologiquement nouveau, le créateur de ce même Monde … à la place de Dieu lui-même ! C’est de la christolâtrie la plus extrême …

" O Christ, Lumière véritable, qui illumine et sanctifie tout être humain en venant dans ce monde, fais luire sur nous la lumière de ta présence, afin qu’en elle, nous puissions capter la lumière inapprochable, et guide nos pas pour l’œuvre de tes commandements. Sauve-nous et conduis-nous vers ton royaume éternel. Car tu es notre Créateur qui pourvoit et qui nous donne tout ce qui est bon. Notre espoir est en toi et à toi nous donnons la gloire, maintenant et toujours. Amen. ".

Et Dieu là-dedans ?

Les pauvres unitariens que nous sommes ne peuvent être que bouche bée devant un tel lyrisme …

sibiu__photo_de_camilg.jpgpoteries en vitrine sur une place de Siniu, ville "saxonne" fondée par des immigrés allemands, photo Camilg


Rappelons que, dans les années 60, l’Eglise réformée de France (ERF) intervenait auprès du Conseil œcuménique des Eglises, sis à Genève, pour protester contre le renforcement du préambule trinitaire en arguant de l’existence en son sein d’un courant libéral peu enclin aux affirmations dogmatiques.


A défaut d’avancées théologiques ou pastorales, on se lance dans le social et le politique - comme si les Eglises étaient douées en ce domaine. Jean-François Collange, président des Églises protestantes d’Alsace, en interpellant les participants sur le thème de ce 3e ROE, " La lumière du Christ brille pour tous les hommes " : " Cela veut non seulement dire qu’elle illumine, mais aussi qu’elle transfigure, ce qui suppose une transformation du monde ", rappelle-t-il. Pour Antoine Arjakovsky, orthodoxe, directeur de l’Institut d’études œcuméniques de l’Université catholique de Lviv (Ukraine). on a vu à Sibiu " la volonté de voir émerger une doctrine sociale œcuménique " (expression reprise par Nicolas Seneze, correspondant au quotidien catholique La Croix : pêle-mêle, la question des réfugiés et des migrants, aider l’Afrique, redonner une âme à l’Europe (fichtre !), faire face aux conséquences négatives des changements climatiques, etc.

Plus précisément, l’œcuménisme retourne à ce qu’il est, à savoir un mouvement vertueux et piétiste qui donne bonne conscience aux braves chrétiens – ceux-ci n’ayant aucune prise sur les décisions qui sont l’affaire des seules hiérarques, il ne leur reste plus qu’à prier : " L’œcuménisme, a souligné le cardinal Cormac Murphy O’Connor, archevêque de Westminster, ce n’est pas seulement de grands événements, mais plutôt de petites choses dans vos maisons, vos paroisses, vos villages, vos villes". Comme en témoignait un participant à la clôture de l’assemblée : " Le mouvement œcuménique n’a pas besoin de nouvelles idées, mais de nouveaux témoignages. ".

Ben voyons, c’est certainement comme cela qu’on fait avancer l’Histoire ! L’œcuménisme à grand spectacle débouche sur de l’œcuménisme au ras des pâquerettes … 

 

Voir l’article d’André Gounelle " Œcuménisme ou secte ? " paru dans Evangile et Liberté n° 186, février 2005, p. 13, où le théologien rappelait les réserves déjà émises en 1961 par l’Eglise réformée de France (ERF) et mettant en garde le Conseil (dit) Œcuménique, basé à Genève, contre la tentation trinitaire : 

" Je souhaite que le Conseil œcuménique ouvre largement ses portes à tous ceux qui se réclament de l’Evangile, qu’ils acceptent ou qu’ils refusent la doctrine de Nicée-Constantinople. Les critères proposés, s’ils étaient adoptés, le transformeraient en une secte fermée et substitueraient à l’autorité des Ecritures un magistère ecclésial "
Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans les protestantismes
commenter cet article
3 septembre 2007 1 03 /09 /septembre /2007 05:29

Tabgah--la-multiplication-des-pains-et-des-poissons.JPG

 église de la Multiplication des pains et des poissons à Tabgah (Israël), mosaïque du Vème siècle au pied de l'autel

 

  La revue bimensuelle " Le Monde de la Bible "  (http://www.mondedelabible.com) vient de publier un hors série intitulé " Premiers chrétiens ; d’où viennent-ils ? " avec au sommaire : 

 

Pierre, Paul, Jacques, apôtres en mission, par Jean-Luc Pouthier (directeur de la rédaction du Monde de la Bible), pp. 12-15 ; Juifs et chrétiens, le moment de la séparation, par François Blanchetière (professeur émérite d’Histoire des religions de l’université Marc Bloch à Strasbourg), pp. 16-21 ; Les chrétiens après l’incendie du Temple, par Jean-Pierre Lémonon (Université catholique de Lyon), pp. 22-25 ; Marcion, la rupture radicale, par Michel Tardieu (professeur du Collège de France " Histoire des syncrétismes de la fin de l’Antiquité "), pp. 26-29 ; Premiers débats sur la divinité du Christ, par Bernard Pouderon (professeur à l’université François Rabelais Tours-CESR), pp. 30-33 ; La gnose, une doctrine pour des élus, par Madeleine Scopello (directeur de recherche au CNRS, Paris IV-Sorbonne, docteur ès lettres de l’université de Turin), pp. 34-39 ; Martyrs en terre d’Afrique, par François Decret (professeur honoraire des Universités et de l’Institut augustinianum, université du Latran, Rome), pp. 40-45 ; Des origines au V° siècle. Naissance de la Rome chrétienne, par Jean Guyon (directeur de recherche au CNRS, Centre Camille – Jullian, Aix), pp. 46-49 ; Jésus, vrai homme et vrai Dieu. Une théologie en images, par Jean-Baptiste Michel (écrivain), pp. 50-57 ; Moines de Palestine, la foi en conflit, par Pierre Maraval (professeur émérite de l’université Paris-IV-Sorbonne), pp. 58-61 ; Païens, chrétiens : drôle de IV° siècle, par Sophie Laurant (chef de rubrique au Monde de la Bible), pp. 62-67 ; Vers une Europe chrétienne, entretien avec Pierre Maraval et Jean-Luc Pouthier, pp. 68-73 ; Splendeurs et mystères de Constantin ; trois expositions en Allemagne et une en France, par Isabelle Duranton, pp. 6-9

 

Cet ouvrage contient des passages très intéressants sur les nazaréens et les ébionites ; judéo-chrétiens qui, n’ayant pas adhéré au processus de divinisation du rabbi Iéshoua de Nazareth, sont les chouchous des unitariens !

 

Quid des cours de catéchisme et des sermons dominicaux dans les paroisses qui font comme si les connaissances historiques sur le christianisme n’évoluaient pas ? Paraît-il que les clercs auraient peur d’effrayer leurs ouailles en leur disant la vérité … Et si la religion n’est plus un discours de vérité, quel est alors son avenir ? Ceux qui traitent les religieux de grands hypocrites auraient-ils donc raison ? Pourquoi ce grand écart entre ce que l’on sait grâce à nos éminents chercheurs et universitaires et ce qu’on raconte au brave peuple ?

L’unitarisme, quant à lui, prône la liberté de pensée et d’expression et ceci depuis sa naissance au XVIème siècle (voir par exemple la déclaration de Torda en Transylvanie en 1568 qui fut le premier manifeste en Europe en faveur de la liberté de pensée des ministres du culte). 

Mieux, il considère comme nulle et non avenue toute assertion religieuse (y compris tirée de la Bible) qui irait à l’encontre des connaissances scientifiques. Notre position est claire et nette : le christianisme unitarien est un humanisme (de croyants en Dieu) éloigné des rhétoriques religieuses qui prétendent parler au nom de Dieu et qui véhiculent en fait des anachronismes de toute sorte.
 

Parmi les ouvrages à lire ABSOLUMENT, le livre de James Tabor que nous avons présenté dans un message du 3 juillet 07.

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans le temps des évangiles
commenter cet article
1 septembre 2007 6 01 /09 /septembre /2007 05:21
Dans un texte intitulé " Le projet d’Aparecida " et qui se présente comme un bilan à la fois positif et critique de cette conférence épiscopale à l’échelle du continent latino-américain, le Père José Comblin, au Brésil, à la suite des évêques de son continent, en appelle à une Eglise missionnaire hors paroisse et animée par une théologie de la libération en direction des pauvres. 

croix-huguenote-en-m--tal.jpgUne Eglise où se remettrait à souffler le Saint-Esprit (à savoir, pour les unitariens qui ne font pas du Saint-Esprit une personne distincte, le souffle de Dieu qui est action ). 

Comment, à notre époque, parler à des gens qui sont hors Eglise ? aller à eux ? leur parler de religion dans un monde sécularisé ?


Cet article a été rédigé en portugais et envoyé par son auteur au mouvement También Somos Iglesia-Chile, le 3 août 2007. Il a été traduit en français par Edouard Mairlot (espagnol) et Jean-Loup Robaux (portugais) et mis en ligne par le réseau belge " Pavés ". 


" Pour un Autre Visage d'Église et de Société " ( p.a.v.é.s. ) est le collectif Wallonie-Bruxelles rassemblant une dizaine de groupes de catholiques progressistes, dont certains sont nés spontanément dans la foulée de " l'événement Gaillot " en mars 1995. Le réseau "Pavés" relie des associations qui se sont accordées sur un mode de collaboration : Abrame, Chrétiens en route, Communautés de base, Démocratie dans l’Eglise, Evangile sans frontières, Hors-les-murs, Mouvement chrétien pour la paix, Pavés Hainaut occidental, Réseaux Résistances, Sonalux

pour s'inscrire à sa Newletters mensuelle : info@paves-reseau.be

Ce collectif correspond, en France, à la Fédération des réseaux du Parvis (dont l’Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens AFCU est membre).

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans catholiques libres en action
commenter cet article
31 août 2007 5 31 /08 /août /2007 03:04

"Controverse autour de Ben Laden dans un festival d'art à Sydney"

1902623017-un-tableau-representant-ben-laden-cree-la-polemique-en-australie.jpgSYDNEY (Agence Reuters, jeudi 30 août 07) - Deux oeuvres montrant Oussama ben Laden dans une pose christique et la Vierge Marie vêtue d'une burqa, présentées à l'école des Beaux-Arts de Sydney dans le cadre d'un prestigieux festival d'art religieux, suscitent la polémique en Australie.

Signées respectivement Priscilla Bracks et Luke Sullivan, ces créations, en lice pour l'attribution du Blake Prize, ont même donné lieu à une réaction indignée du Premier ministre : "Le choix de telles oeuvres est gratuitement offensant pour les croyances de nombreux Australiens", a ainsi déploré John Howard dans un entretien publié jeudi par le Daily Telegraph.

"J'accepte la liberté artistique, mais je trouve cette toile mauvaise, extrêmement mauvaise", a quant à lui réagi Kevin Rudd, chef de file de l'opposition, évoquant l'oeuvre qui montre le fondateur d'Al Qaïda.

Au nom du jury, le révérend Rod Pattenden a rappelé que les créations sélectionnées visaient en premier lieu à susciter le débat sur la spiritualité. "Tout comme présenter Oussama ben Laden dans une pose christique, montrer le Christ sous les traits d'un anglo-saxon blanc est malséant ; il devait ressembler davantage à Oussama ben Laden qu'à un Européen", a-t-il souligné.


A l’exemple du protestantisme libéral, le libéralisme théologique (qui s’applique à tout corpus religieux) exerce une réflexion critique des dogmes, des credo et de nos représentations bien anthropomorphiques de Dieu. En aucun point, il ne saurait être assimilé à du laxisme et à une perte de points de repère et de valeurs. 

Or, pour certains, voulant sans doute appliquer à la lettre la prophétie du Livre d’Isaïe concernant l’heureuse cohabitation des grands fauves et de nos paisibles animaux domestiques, ce libéralisme est vécu comme un accueil à tout … au grand tout azimut ! 

Sans doute en est-il ainsi de ce bien bon révérend australien qui serait capable d’accueillir une représentation d’Hitler en enfant de chœur après celle de Ben Laden en Jésus saint-sulpicien. 

A la raison humaine, capable de tout justifier à coup d’arguments, il convient d’ajouter le bon sens ; ce qui donne le raisonnable (et non plus seulement le rationnel !).

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans l'islam en Europe
commenter cet article
29 août 2007 3 29 /08 /août /2007 20:09

Grande-Bretagne.jpgSur les conseils de James Martineau (1805-1900), qui pensait que les convictions unitariennes restaient d’ordre individuelles et ne devaient pas conduire, au sein de la mouvance libérale, à la formation de congrégations séparées, les unitariens britanniques s’allièrent avec les Eglises libres (Free Church) pour constituer, en 1926, la General Assembly (GA) of Unitarian and Free Christian Churches. Mais en fouillant le site de la GA (http://www.unitarian.org.uk) , on se demande où donc sont passées ces " Eglises libres " partenaires des unitariens.

Sur ce site, les congrégations ne sont plus réparties par Eglise dénominationnelle, mais, dorénavant, par région (" local centres " nous dit-on). 

England
 (Angleterre) : South, West, E. Midlands + Lincs, Manchester, East Cheshires + Staffs, Merseyside + Island of Man, Lancs + Cumbia, Sheffields Region, Yorkshire, North East. Scotland (Ecosse). Wales (pays de Galle) : S Wales, SE Wales. Ireland (Irlande). S’ y ajoute une " National Unitarian Fellowship " (NUF) pour les isolés.

La GA a ainsi décidé de renforcer ses organes centraux ; mais cette centralisation s’accompagne-t-elle d’une uniformisation non dite au profit du modèle américain de l’unitarisme-universalisme (également non dit) ?

Quoiqu’il en soit, les presbytériens non-souscrivants d’Irlande (NSPCI), tout en restant statutairement à la GA, viennent de décider un partenariat avec l’Unitarian Christian Association (UCA) qui représente en Grande-Bretagne le courant chrétien unitarien (et qui est lui aussi membre de la GA). 

Des contacts à Belfast entre NSPCI et UCA ont été confirmés par le synode que l’UCA vient de tenir à Great Yarmouth ce 5 août, si bien que les 33 congrégations presbytériennes NS ont rejoint (avec armes et bagages ?) les 15 congrégations déjà membres de l’UCA.

A l’aventure unitarienne-universaliste qui consiste à larguer les amarres d’avec le christianisme au nom de l’universel, certains préfèrent renouer avec l’histoire, maintenir des relations déjà solides et ne pas abandonner leurs racines chrétiennes. Bonne chance aux uns et aux autres.

Voir dans les Actualités unitariennes notre article précédent du 13 février 07 : " Les unitariens britanniques sont-ils post-chrétiens ? " ; et, sur le site de l’AFCU, une présentation de l’Unitarian Christian Association dans la rubrique consacrée à l’ELPN.

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans U dans d'autres pays européens
commenter cet article
28 août 2007 2 28 /08 /août /2007 10:56

Pegase--vu-sur-loudie--Over-blog.JPG


Le nombre d'internautes dans l'Hexagone a dépassé, pour la première fois, la barre des 30 millions en juin 2007, selon Médiamétrie : 58,3 % des Français âgés de onze ans et plus se sont connectés à Internet au moins une fois au cours de ce mois. Cela représente une progression de 12 % par rapport à l'année dernière, et correspond à plus de 12 millions de foyers français équipés d'un accès internet. Un an auparavant, ils n'étaient que 10,6 millions.

Source : Yahoo News / médiamétrie



Sur la toile, les mouvements militants s’expriment, ont pignon sur toile ; des amitiés se nouent, notamment entre blogueurs ; des réseaux de convivialité à distance se mettent en place ; une communauté de l’information mais aussi des échanges interpersonnels, un agora élargi à l’échelle de notre planète … une aventure prodigieuse à laquelle les chrétiens unitariens francophones, entre autres, sont fiers de participer. 


Nos blogs (AFCU, Actualités unitariennes et La Besace des unitariens), bien que tout jeunes, ont le vent en poupe. Ils font bonne audience, bonne figure dans le peloton de tête des blogs qui se consacrent aux religions (parmi les catholiques, les protestants, les chrétiens évangéliques et charismatiques, les islamiques, les bouddhiques, les ésotériques, etc.), et sont trouvés par les moteurs de recherche, à hauteur de 16% des visiteurs uniques dans le cas de nos Actualités unitariennes.

Jadis, Pégase transportait les messages d'un bout à l'autre de la terre, mais c'était réservé, paraît-il, aux rêveurs, aux poètes et aux amoureux ...

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans la culture Internet
commenter cet article
27 août 2007 1 27 /08 /août /2007 20:23

Ouganda.pngEn 2004, des étudiants de l’université Makerere de Kampala commencèrent à tenir des réunions. Le mouvement compte maintenant 150 personnes habitant la capitale et 50 autres dans le district de Masaka.
 
Mark Yusuf Kiyimba est à la fois ministre du Kampala Central Unitarian Fellowship Church (qui se réunit à l’hôtel Speke) et président de l’Unitarian Universalist Association of Uganda (UUAU).
 


L’UUAU gère un orphelinat de 400 enfants dans le district de Masaka avec l’aide du UU HIV/Aids project.
 


Contact : Speak Road, P.O Box 28977 Kampala, tél. + 256 / 774 412 443,
http://www.uuuganda.org/ 

 

Miracle de l'unitarisme-universalisme qui sait réunir en des congrégations locales des personnes d'origine la plus diverse !

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans U en Afrique
commenter cet article
27 août 2007 1 27 /08 /août /2007 18:26

La montée du fascisme chrétien et sa menace pour la démocratie US " par Chris Hedges.


Original mis en ligne par Alternet.org (
Alternet.org, Chris Hedges, le 8 février 2007), reprise d’une première version parue dans l'Unitarian-Universalist World, traduit en français par Pétrus Lombard pour Alter Info, le vendredi 09 Février 2007, mis en ligne par "Profils de libertés",  mis en lien par Christian Collas sur son site " Les mémoires trouvées dans le placard ".

 

Chris Hedges a été journaliste au New-York Times et chef du bureau du Middle East pour ce journal. Il est l'auteur de " War is a force that gives us meaning " et de "American Fascists : The Christian Right and the War on America" (2005). Ce dernier livre est un appel à la résistance contre ce que Hedges voit comme les efforts de Jerry Falwell, Pat Robertson et les opérateurs de Trinity Broadcasting Network, parmi d’autres, de transformer les Etats Unis en une nation chrétienne. Voir un résumé de ce livre sur le site de C. Collas.

 

 

Nous devons nous occuper de la montée des injustices sociales et économiques afin d'arrêter le mouvement de masse le plus dangereux de l'histoire des USA -- ou faire face à un futur fasciste sous des dehors de valeurs chrétiennes.

Le Dr. James Luther Adams, mon professeur d'éthique à Harvard Divinity School, a dit à ses étudiants que quand nous aurons son âge -- il avait alors près de 80 ans -- nous devrons tous combattre les " fascistes chrétiens".

L'avertissement, donné il y a 25 ans, est arrivé au moment où Pat Robertson et d'autres évangélistes de la radio et de la télévision ont commencé à parler au sujet d'une nouvelle religion politique qui dirigerait ses efforts vers la prise de contrôle de toutes les institutions, dont les principaux cultes et le Gouvernement. Son but déclaré était d'utiliser les Etats-Unis pour créer un empire chrétien mondial. Cet appel aux fondamentalistes et aux évangélistes pour qu'ils prennent le pouvoir politique était une mutation radicale et de mauvaise augure du christianisme traditionnel. Il était difficile, à cette époque, de prendre au sérieux une rhétorique aussi énorme, surtout à cause de la bouffonnerie de ceux qui l'exposait. Mais Adams nous a avertis contre l'aveuglement provoqué par le snobisme intellectuel. Les nazis, disait-il, n'allaient pas revenir avec les svastikas et les chemises brunes. Leurs héritiers idéologiques ont trouvé dans les pages de la Bible un masque pour le fascisme.

Il n'était pas homme à utiliser le mot fasciste à la légère. Il se trouvait en Allemagne de 1935 à 1936, et il avait travaillé avec l'Eglise souterraine anti-nazie, connue sous le nom d'Église de la confession, guidée par Dietrich Bonhoeffer. Adams a été par la suite détenu et interrogé par la Gestapo, qui lui a suggéré de réfléchir à retourner aux USA. C'est une suggestion qu'il a suivie. Il est parti en train de nuit avec des portraits encadrés d'Adolf Hitler placés sur le contenu de ses valises pour cacher les rouleaux de films faits maison qu'il avait pris de la soi-disant Église chrétienne allemande pro-nazie, et des quelques individus qui bravaient les nazis, comme les théologiens Karl Barth et Albert Schweitzer. La ruse a marché quand la police des frontières a ouvert les valises, vu les portraits du Führer et les ont refermées. J'ai observé des heures durant les films en noir et blanc granuleux pendant qu'il racontait dans son appartement à Cambridge.

Adams avait compris que les mouvements totalitaires se construisent sur le profond désespoir personnel et économique. Il a averti que l'exode des emplois industriels, l'appauvrissement de la classe ouvrière étasunienne, l'effacement physique des communautés dans la très grande extension de l'urbanisation sans âme et la ceinture de rouille qui se délabre, étaient en train de déformer rapidement notre société. 

L'assaut actuel contre la classe moyenne, qui vit maintenant dans un monde dans lequel quelque chose pouvant être mis sur logiciel peut être externalisé, serait terrifié par lui. Les histoires que beaucoup dans ce mouvement m'ont racontées au cours des deux dernières années, pendant que je travaillais sur " Fascistes Étasuniens : La droite chrétienne et la guerre contre les USA ", étaient des histoires de ces échecs -- personnels, communaux et souvent économiques. Ce désespoir, disait Adams, donnera du pouvoir aux rêveurs dangereux -- à ceux qui aujourd'hui bombardent les ondes hertziennes avec un utopisme idéaliste et religieux qui promet, par la purification apocalyptique violente, d'extirper l'ancien monde scandaleux qui a mis en échec beaucoup d'Etasuniens.

Ces utopistes chrétiens promettent de remplacer ce vide interne et externe par un monde mythique où, le temps s'arrêtant, tous les problèmes seront résolus. Le désespoir montant en ondulant à travers les USA, celui dont j'ai été témoin à plusieurs reprises pendant que je voyageais dans le pays, reste ignoré par le parti Démocrate, qui a abandonné la classe ouvrière, comme ses homologues républicains, pour le financement massif d'entreprises.

La droite chrétienne a leurré des dizaines de millions d'Etasuniens, qui se sentent à juste titre abandonnés et trahis par le système politique, basé sur la magie au lieu de la réalité du monde -- aux visions fantastiques d'anges et de miracles, à une croyance enfantine que Dieu a un plan pour eux et que Jésus les guidera et les protégera. Cette vue mondiale mythologique, ne faisant aucun usage de la science ou de l'enquête intellectuelle impartiale et honnête, promettant que la perte du travail et de l'assurance maladie est sans importance, tant que vous êtes droit avec Jésus, présente un monde à la cohérence mensongère qui s'adresse aux désirs affectifs des disciples désespérés aux dépens de la réalité. Cela crée un monde où les faits deviennent interchangeables avec les opinions, où les mensonges deviennent vrais -- l'essence même de l'Etat totalitaire. Cela inclut un obscur permis de tuer, de détruire tout ceux qui ne se conforment pas à cette vision, depuis les musulmans du Moyen-Orient jusqu'à ceux dans notre pays qui refusent de se plier au mouvement. Et cela donne opportunément les pleins pouvoirs à une oligarchie rapace dont le dieu est le profit maximum aux dépens des citoyens.

Nous vivons maintenant dans une nation où les 1 pour 100 d'en haut contrôlent plus de richesse que les 90 pour cent d'en bas réunis, où nous avons légalisé la torture et pouvons enfermer les citoyens sans procès. Arthur Schlesinger, dans " Les cycles de l'histoire étasunienne" a écrit que " les grands âges religieux étaient remarquables pour leur indifférence envers les droits de l'homme au sens actuel -- non seulement pour leur assentiment à la pauvreté, à l'inégalité et à l'oppression, mais aussi pour leur justification enthousiaste de l'esclavage, de la persécution, de la torture et du génocide".

Longtemps avant nous, Adams a vu dans la droite chrétienne des similitudes dérangeantes avec l'Eglise chrétienne allemande et le parti nazi, des similitudes qui, dit-il, en cas d'instabilité sociale prolongée ou de crise nationale, verront les fascistes étasuniens se lever sous l'apparence de religion pour démanteler la société publique. Il se désespère des libéraux de son pays, qui, dit-il, comme en Allemagne nazie, disent du bout des lèvres des platitudes stupides au sujet du dialogue et de tout ce qui les ont rendus inefficaces et impuissants. Les libéraux, dit-il, n'ont pas compris le pouvoir et l'attrait du mal ou la réalité froide du fonctionnement du monde. Les Démocrates se tordant les mains actuellement, avec beaucoup d’autres, se demandant comment ils peuvent tendre la main à un mouvement dont les leaders les fustigent de "démoniaques" et de "sataniques" n'auraient pas étonné Adams. Comme Bonhoeffer, il ne croyait pas que ceux qui combattraient efficacement dans le temps de troubles à venir, un combat qui pour eux était partie intégrante du message biblique, viendraient de l'Eglise ou des libéraux de l'élite laïque.

Sa critique des éminentes universités de recherche et des médias n'était rien de moins que du mépris. Ces institutions, égocentriques, compromises par leur rapport étroit avec le Gouvernement et les sociétés, ayant donné assez de pâté en croûte (sic) pour être très satisfaites, étaient peu disposées à traiter des questions morales fondamentales et des injustices de l'époque. Elles n'avaient pas le cœur à une bataille qui pourrait leur coûter leur prestige et leur confort. Il m'a dit, en plaisantant à moitié je pense, que, si les nazis prenaient le pouvoir aux USA, " 60 pour cent du corps enseignant de Harvard commencerait ses conférences par le salut nazi. " Mais ce n'était pas non plus une abstraction. Il avait observé des professeurs à l'Université d'Heidelberg, dont le philosophe Martin Heidegger, levant le bras avec raideur devant les étudiants de la classe.

Deux décennies plus tard, même devant la montée de l'impact de la droite chrétienne, sa prévision paraît apocalyptique. Mais les personnages influents de la droite chrétienne se sont déplacés des franges de la société au plancher de la Chambre des Représentants et du Sénat. Avant les dernières élections, 45 sénateurs et 186 membres de la Chambre ont obtenu des taux d'approbation de 80 à 100 pour cent des trois groupes de défense de la droite chrétienne les plus influents -- Christian Coalition, Forum Eagle, et Family Resource Council. Le président Bush a remis des centaines de millions de dollars d'aide fédérale à ces groupes et il a démantelé des programmes fédéraux en science, [sur les] droits de reproduction et la recherche pour le SIDA afin de rendre hommage à la pseudo science et au charlatanisme de la droite chrétienne.

Je suspecte que Bush veuille alerter pour ne pas être plus qu'un médiocre personnage de transition, notre version de Otto von Bismarck -- qui a aussi usé de " valeurs " pour stimuler sa base à la fin du 19ème siècle et a lancé le " Kulturkampf, " mot que nous rendons par guerres de civilisation, contre les catholiques et les juifs. Les attaques de Bismarck, qui ont clivé l'Allemagne et ont fait le discrédit d'une partie recevable du discours civil de fractions entières de la société, ont préparé le terrain pour le racisme le plus virulent et la répression nazie.

La droite chrétienne radicale, qui réclame un " État chrétien " - où des fractions entières de la société étasunienne, des homosexuels et des lesbiennes, aux libéraux, aux immigrés, aux artistes, aux intellectuels, n'auront aucune légitimité et seront réduits, au mieux, à une citoyenneté de deuxième classe -, attend une crise, une désintégration économique, une autre frappe terroriste catastrophique, ou une série de désastres environnementaux. Une période d'instabilité leur permettra de faire passer leur ordre du jour radical, celui qui sera vendu au public étasunien effrayé comme le retour à la sécurité, à la loi, et à l'ordre, en plus de la pureté morale et de la prospérité. Ce mouvement - le mouvement de masse le plus dangereux de l'histoire étasunienne - ne sera pas émoussé tant que la croissance des injustices sociales et économiques qui anéantissent cette nation ne seront pas abordées, tant que des dizaines de millions d'Etasuniens, maintenant enfermés dans des systèmes hermétiques d'endoctrinement par la télévision et la radio chrétienne, en plus des écoles chrétiennes, ne seront pas réincorporées dans la société US avec un futur, celui avec de l'espoir, des salaires suffisants, la sécurité d'emploi et l'aide généreuse de la Fédération et de l'État.

La destruction effrénée des États-Unis, qui se poursuit avec la bénédiction des deux partis politiques, présage non seulement de la mise au pouvoir de cette oligarchie mais aussi de la mort certaine de l'État démocratique avec la naissance du fascisme US. 

Voir dans La Besace des unitariens une biographie de James Luther Adams (message du 17 avril 2007, rubrique " Le Roux Didier " site " unitariens ").

Dans son livre American Fascists, C. Hedges distingue soigneusement ce courant du protestantisme chrétien évangélique, connu comme " Dominionisme ", du fondamentalisme traditionnel lequel n’a jamais essayé de transformer le Gouvernement en une extension de l’Eglise.

Nous remercions Christian Collas de nous avoir signalé cet article.

Repost 0
Published by Chris Hedges - dans les protestantismes
commenter cet article

Articles Récents