Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

5 juillet 2007 4 05 /07 /juillet /2007 15:47
le-Temple-de-l-Etoile-en-1874.gifC'est l'appel lancé ce dimanche 1er juillet par le pasteur Louis Pernot de la paroisse ERF de l'Etoile lors d'une prédication radio retransmise sur France-Culture à 20h 30. 

le temple de l'Etoile en 1874, vu sur le site de la paroisse.

Il y a plusieurs demeures dans le Royaume, nous dit-il, ni plus ni moins chrétiennes les unes que les autres, et les unitariens peuvent fort bien cohabiter avec les autres étant entendu que les Evangiles sont beaucoup moins rigides dans leurs expressions théologiques que le dogme, bien tardif (IV° siècle), de la Trinité.  Rien à voir d'ailleurs entre les styles !

 Du moins est-ce que nous avons cru comprendre à la lecture de cette très belle et très sensible méditation que nous avons reproduite en son intégralité, avec l'autorisation de son auteur, sur notre site documentaire La besace des unitariens  
http://labesacedesunitariens.over-blog.com


ndlr
: Le titre est de notre composition.
Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans les protestantismes
commenter cet article
4 juillet 2007 3 04 /07 /juillet /2007 15:36
La Correspondance unitarienne du mois de juillet est arrivée !

n° 69, juillet 2007 – " Le soufisme ou la fin d’un temps " par Hassan Aslafy. 

Informations
 : 

- le groupe de discussion " Unitariens francophones " ; 
- " Religions en liberté ", une communauté de blogs ; 
- " Itinéraires spirituels 
" dans la série des Cahiers Michel Servet

Libres propos : " Être ", Hazrat Inayat Khan (1882-1927). 

voir sur le site Profils de libertés  ou sur La Besace des unitariens (rubrique Correspondance unitarienne) la liste complète de nos bulletins depuis octobre 2002.

Plusieurs bulletins ont déjà été consacrés au soufisme : 

n° 33, juillet 2004 : " Le soufisme dans la vie quotidienne, un enseignement de Hazrat Inayat Khan (1882-1927)"

n° 47 septembre 2005 : " Le Christ d’après un mystique soufi ", Hazrat Inayat Khan (extraits), texte envoyé au réseau par Michel Guillaume

n° 67, mai 2007 : " Le soufisme et l’unitarisme, convergences et différences ", Sophie Gloor

Repost 0
Published by Actualités unitariennes - dans l'islam
commenter cet article
3 juillet 2007 2 03 /07 /juillet /2007 16:58
Juin 2007, La Véritable Histoire de Jésus  ; une enquête scientifique et historique sur l'homme et sa lignée", par James D. Tabor, aux éditions Robert Laffont (Paris), traduit de l’anglais (États-Unis) par Bernard Cohen, 352 p., 20 euros.

Le pasteur Simon Sire a attiré notre attention sur la sortie et l'intérêt de cet ouvrage.  Nous reproduisons ici le texte de présentation de l’éditeur :

La-v--ritable-histoire-de-J--sus.JPGEt si Jésus avait surtout été un révolutionnaire politique ? Et si l’Église chrétienne avait confisqué cette figure historique afin d’élaborer une nouvelle religion sans rapport avec le projet premier du Christ ?

Jésus se voyait avant tout comme le Messie, c’est-à-dire le descendant de la maison royale de David. En retraçant l’histoire de l’homme Jésus, James Tabor, spécialiste reconnu des religions archaïques, contredit sérieusement un certain nombre de dogmes du christianisme. Il montre comment un mouvement religieux considéré comme dissident à l’époque – le christianisme – a pu s’imposer au détriment du projet initial de Jésus. Et il dessine sous nos yeux l’image d’un Christ très humain, l’aîné d’une nombreuse fratrie, à la tête d’une véritable dynastie, rejoignant Jean-Baptiste autour d’un projet messianique, enrôlant dans son mouvement ses quatre frères dont trois reprendront le flambeau après sa mort. Leur objectif principal ? Conduire le peuple juif à sa rédemption politique, sociale et spirituelle. Alors pourquoi et comment cet aspect de l’histoire a-t-il été gommé ? 

James D. Tabor retrace dans cet ouvrage son audacieuse et fascinante enquête. Best-seller aux États-Unis, ce livre, fruit de vingt-cinq ans de recherches scientifiques, transforme radicalement notre vision d’un des moments les plus cruciaux de l’Histoire.

Biographie de l'auteur :

James D. Tabor dirige le département d’études religieuses à l’université de Caroline du Nord, dans la ville de Charlotte. Il y enseigne depuis 1989 après avoir occupé différents postes dans d’autres universités, dont la prestigieuse université catholique Notre-Dame. Ce professeur haut en couleur est un personnage de roman au sens propre puisque Kathy Reichs s’est inspirée de lui pour élaborer la figure de Jake Drum, l’archéologue spécialiste des religions, conseiller de Temperance Brennan dans son dernier roman, À Tombeau ouvert, qui paraît simultanément aux Éditions Robert Laffont.

Repost 0
Published by éditions Robert Laffont - dans le temps des évangiles
commenter cet article
1 juillet 2007 7 01 /07 /juillet /2007 09:40
La séparation de l’Etat et des acteurs religieux est une nécessité pour tout Etat démocratique du monde entier qui veut se défaire des emprises cléricales. En cela, la France est redevable du combat des francs-maçons et des radicaux contre l’Eglise catholique qui étouffait notre société. Depuis, on respire mieux !

Mais maintenant que cette Eglise catholique romaine ne représente plus un danger et que ses propres membres sont tout à fait acquis à la laïcité, ne serait-il pas temps de passer à une autre étape ?

Au face à face entre Etat et Eglise (qui confisquait la société civile) s’est en effet substitué un autre mode de fonctionnement de l’Etat où celui-ci rencontre les organes constitués (partis politiques, syndicats professionnels, etc.), mais aussi les Ong, les associations à commencer par celles qui sont classées d’utilité publique, etc. Dès lors, la consultation des acteurs religieux, voir même d’une Eglise particulière, entre dans ce cadre d’une concertation nécessaire d’un gouvernement qui veut exercer le pouvoir de connivence avec le peuple (et ses diverses composantes et sensibilités). 

En ce sens, Lionel Jospin avait ainsi inauguré des consultations régulières avec les grandes confessions existantes en France. Le projet de constitution européenne prévoyait aussi la même chose au niveau européen.

Mieux, à l’initiative du Réseau européen Eglises et libertés (mouvance catholique libérale dont fait partie la Fédération des réseaux du Parvis), le Conseil de l'Europe soutient une prochaine conférence à Strasbourg où des associations veulent faire entendre des voix alternatives ne passant plus par le canal obligé des hiérarchies. 

Voir notre article précédent du 16 juin 07 "Vivre ensemble en Europe au sein de sociétés convictionnelles", rubrique "Pour un catholicisme libéral".

Marianne-2007-vue-sur-le-blog-georgepau-langevin--Over-blog.JPGMarianne 2007, vue sur le blog georgepau-langevin, de la plateforme d'Over-blog.

Au-delà des corps constitués (qui ont à garder toute leur importance), c’est bien la société convictionnelle elle même, dans sa partie la plus fluide mais aussi la plus imaginative, qu’il s’agit d’écouter.

Paradoxe de notre société française : dès lors que cette idée d’une laïcité ouverte a été émise plutôt au sein de la Droite, notre Gauche s’érige en défenderesse de la laïcité (" traditionnelle "), alors même que des associations, disons plutôt de Gauche, réclament à juste titre de faire entendre leur alternativité.

Ne serait-il pas plus simple d’admettre que, dans une société civile, les décideurs de toute sorte se doivent d’établir des contacts le plus largement possible afin de tenir compte des diverses sensibilités et de prendre leur décision d’une façon la plus consensuelle possible, bien au-delà de nos divisions héritées du passé. 

Bref, une laïcité souriante, sûre d’elle-même et rassembleuse, et non point ombrageuse et suspicieuse.

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans vive l'inter-convictionnel !
commenter cet article
29 juin 2007 5 29 /06 /juin /2007 05:33

Le Monde de la Bible vient de consacrer son n° de juillet-août 2007 au Soudan : "Des pharaons noirs aux royaumes chrétiens". http://www.mondedelabible.com

Sudan-Farras-fresco-of-cathedral-.jpgLa Nativité, fresque de la cathédrale de Farras au Soudan nubien, vue sur le site de Wikipedia.

Les élégantes silhouettes des pyramides méroïtiques sont déjà bien connues. Ce qui l'est moins, ce sont les fresques chrétiennes qui ont survécu à la conquête de l'islam et qui témoignent d'une époque chrétienne nubienne (dinstincte de l'Egypte copte et de l'Ethiopie), qui va de 543 (date du baptême du roi de Nobadia) au milieu du XIV°, avec des reliquats jusqu'au début du XVI°.  

Les fresques datant du XII° s. du monastère de la Sainte-Trinité à Old Dongola, entre autres, sont de toute beauté. Sur l'une d'elles on y voit des masques africains lors d'une festivité.

A voir dans ce numéro, et sur le terrain entre Karthoum et la frontière égyptienne.

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans en Afrique noire
commenter cet article
28 juin 2007 4 28 /06 /juin /2007 08:26
Oui à en croire Michel Benoît dans son article " La Gauche française et l’enfermement dualiste ".


Orque--vu-sur-le-site-de-Koulou.JPG
Sa vision de la France, nous dit-il, est totalement gnostique : il y a une politique bonne, vertueuse, pure, c'est la nôtre. Et tout ce qui n'est pas cette conception du monde est mauvais, doit être combattu. Ni écoute, ni compromission, ni collaboration possible entre les "fils de Lumière" (la gauche) et les "fils des Ténèbres" (la droite). Il faut choisir son camp.
 

orque, dessin vu sur le site de Koulou, plateforme d'Over-blog.


M. Sarkozy fait-il, dans son gouvernement, une ouverture à gauche que la majorité des français voit d'un bon oeil ? Les socialistes qui rejoignent ce gouvernement sont "des traîtres", "des renégats", ils sont "misérables" et dignes "de mépris" - ou de haine. On ne peut pas changer de camp.

Le rejet de tout ce qui n'est pas "nous", le refus de toute main tendue, la condamnation de toute collaboration avec "l'autre" est une des caractéristiques du gnosticisme.

Je vois là un drame pour notre pays : une Gauche depuis toujours engluée dans sa conception religieuse de la politique, avec ses dogmes, son sectarisme, son obsession de forteresse assiégée, de "camp contre camp". Une Gauche dualiste, gnostique. "

Ce que dit Michel Benoît, je le pense aussi, en n’engageant en cela que moi même : la vie politique emprunte (très) largement aux attitudes religieuses et inversement.

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans les dérives sectaires
commenter cet article
26 juin 2007 2 26 /06 /juin /2007 08:58

Amish-et-leur-ferme.JPGA propos des Amishs, voir notre article précédent du 18 avril 07 "Des quilts amish vendus en Suisse" (rubrique "sites à découvrir").



La chaîne française M6 a repassé hier soir (23 h) le thriller réalisé par Peter Weir en 1984 dans les milieux amishs de Pennsylvanie : "Witness" (= le témoin). Lors d'un déplacement en dehors de sa communauté, le petit David assiste à un meurtre. Il se retrouve, lui et sa mère, avec le policier qui est intervenu sur les lieux du crime. Pour protéger son jeune témoin, le policier sera contraint de se réfugier au sein de la communauté amish de David et de sa mère. Il sera "l'Anglais", expression par laquelle les Amishs - qui ont conservé leur dialecte néerlandais - désignent les autres Américains.

Un film tout en finesse et qui sympathise avec humour avec ce milieu traditionnel en le voyant fonctionner de l'intérieur. Un très beau film.

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans les protestantismes
commenter cet article
25 juin 2007 1 25 /06 /juin /2007 18:26
Tiré de la fabuleuse BD noire et drôle de Marjane Satrapi, le film « Persepolis » sort ce mercredi 27 juin.

Téhéran 1978 : Marjane, huit ans, songe à l'avenir et se rêve en prophète sauvant le monde. Choyée par des parents modernes et cultivés, particulièrement liée à sa grand-mère, elle suit avec exaltation les évènements qui vont mener à la révolution et provoquer la chute du régime du Chah. Avec l'instauration de la République islamique débute le temps des "commissaires de la révolution" qui contrôlent tenues et comportements. Marjane qui doit porter le voile, se rêve désormais en révolutionnaire. Bientôt, la guerre contre l'Irak entraîne bombardements, privations, et disparitions de proches. La répression intérieure devient chaque jour plus sévère. Dans un contexte de plus en plus pénible, sa langue bien pendue et ses positions rebelles deviennent problématiques. 

Ses parents décident alors de l'envoyer en Autriche pour la protéger.A Vienne, Marjane vit à quatorze ans sa deuxième révolution : l'adolescence, la liberté, les vertiges de l'amour mais aussi l'exil, la solitude et la différence.

Pers--polis.gif

 

Née en Iran en 1969, Marjane Satrapi vit aujourd’hui à Paris, où elle se partage entre la bande dessinée et le dessin pour enfants.

Repost 0
Published by Yahoo.com du 25 juin 07 - dans l'islam
commenter cet article
25 juin 2007 1 25 /06 /juin /2007 16:40

L'Eglise réformée de France (ERF) et le mouvement "Actualisation de la Bible" (ACTUEL) organisent en Ariège, à Saverdun, au presbytère protestant, 56, Grand'rue, une rencontre du vendredi 6 au dimanche 8 juillet, sur le thème "Assez de mots, des actes" ("Pourquoi êtes-vous plantés à regarder le ciel ?" Actes des apôtres, chap.1, verset 11).

Renseignements et inscriptions : pasteur Gilles de Saint Blanquat (tél. 06 08 40 38 96) et Simon Sire-Fougères (tél. 06 88 99 23 82, courriel : simon.sire@wanadoo.fr).

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans les protestantismes
commenter cet article
24 juin 2007 7 24 /06 /juin /2007 07:34

Jean-le-baptiste-par-Moya.jpg
Jean le baptiseur, fresque de la chapelle Saint Jean-Baptiste  à Clans dans les Alpes maritimes, qui a été magnifiquement décorée par Patrick Moya.


Les feux de la Saint-Jean vont s'allumer ce soir pour célébrer, d'une façon toute païenne, le soltice d'été. Parmi les très nombreux saint Jean, il s'agit de Jean-le-Baptise que la tradition chrétienne a placé à ce moment crucial de l'année liturgique.

Mais pourquoi Jean le baptiseur ? Les premiers chrétiens considérèrent que ce Jean là avait annoncé la mission de Jésus, lequel  fut semble-t-il, dans un premier temps, son disciple.  Jésus lui-même se mit à baptiser également dans le Jourdain avant d'être prêcheur itinérant des chemins de Galilée et le thaumaturge que nous connaissons. Tous deux avaient fréquenté la mouvance essénienne ou du moins avaient été en contact avec elle.

Cette tradition chrétienne (qui n'engage qu'elle car, si des disciples de Jean-le-baptiste suivirent le nouveau venu, d'autres ne le firent pas), se réfère à deux très beaux textes messianiques du Premier testament :

Le prophète Malachie :  ”Me voici [c'est Dieu qui parle], j'envoie mon messager, il déblayera la route en face de moi. Soudain, il viendra dans son palais [car le messie restaurera la royauté d'Israël] , l'Adôn [le maître d'un domaine, le seigneur au sens féodal du terme] que vous demandez, le messager du pacte [l' “alliance” contractuelle avec Dieu] que vous désirez. Voici, il vient ! Dit IHVH [le tétragramme qui désigne Dieu dont le nom personnel ne doit pas être prononcé par respect] Sebaot [des Armées]”, texte daté des environs de 460 ans avant J.-C. , Ml  3,1, traduction A. Chouraqui.

Ce messager préparant la venue de IHVH pour le Jugement a été identifié dans la tradition juive au prophète Elie. La tradition chrétienne l'attribue à Jean-le-Baptiste mais au prix d'une manipulation du texte original, passant du je au tu : “Voici, j'envoie mon messager devant tes faces [pluriel littéraire] : il aplanira ta route“.

Et le texte attribué au “second” Isaïe (annonçant le réconfort de Dieu après l'exil babylonien, exil qui eut lieu en 538 av. J.-C.) : “Voix du crieur : Au désert, frayez la route de IHVH ; redressez dans la steppe un sentier pour notre Elohîm ! [El = Dieu, Elohîm est une forme pluriel de majesté]. Tout val sera relevé, toute montagne et colline seront rabaissées ; la sinuosité sera plane, les crêtes, une trouée ! La gloire de IHVH se découvre ; toute chair ensemble, ils voient ; oui, la bouche de IHVH parle“, Is. 40, 1-5, traduction A. Chouraqui. Là aussi, c'est la route pour Dieu et non pas celle de son messie (= celui qui est oint par Dieu, son oint ; en grec = christ).

Dès lors, Jean-Baptiste considéré comme précurseur de Jésus-Christ, précède le Messie dans le calendrier : à partir du soltice d'été (ce 21 juin) les jours déclinent jusqu'au soltice d'hiver. Jésus qui est devenu (au cours des premiers siècles) un Christ cosmique régnant sur l'Univers, qui est la Lumière de ce Monde, fera renaître le soleil, le requinquant pour un nouveau cycle. En cela, le christianisme naissant se fait (très) proche des religions à mystère qui s'appuyaient sur la régénérescence annuelle de la Nature et célébraient les renaissances périodiques.

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans le paganisme
commenter cet article

Articles Récents