Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

16 juillet 2008 3 16 /07 /juillet /2008 07:26


village abandonné ; à droite, le camp de réfugiés de Morni (photo du 8 août 2004). Ce sont les survivants des massacres qui ont pu se réfugier ...

lu sur le site du Collectif Urgence Darfour

"Tout était calme dans ce village africain rural et paisible du Darfour quand un groupe de janjawid, les diables à cheval, en uniforme de l’armée soudanaise, a attaqué dans un vacarme assourdissant, en hurlant « tuez les esclaves, tuez les Noirs ». En quelques heures, ils ont tué des hommes, parfois brûlés vifs, violé les femmes et les filles dès l’âge de 8 ans en leur criant qu’elles allaient enfin avoir un bébé arabe, pillé les troupeaux, brûlé les maisons, empoisonné les puits, percé à coup de kalachnikov les récipients susceptibles de contenir de l’eau, profané mosquées et corans, quoique attaquants et attaqués soient tous musulmans. Les survivants se retrouvent sur les pistes, sans ressources.

Certains se rendront dans des camps de réfugiés au Tchad, d’autres iront grossir au Darfour les immenses camps de déplacés où ils retrouveront les janjawid qui s’y pavanent triomphalement, les harcelant, violant les femmes dès qu’elles sortent du camp pour chercher du bois pour le feu, en leur criant de revenir avec les hommes pour qu’ils puissent les tuer.

Là, les forces gouvernementales ont longtemps exercé toutes sortes de pressions pour obliger les déplacés à quitter les camps du Darfour, les sommant de rentrer chez eux, les jetant au milieu de nulle part alors qu’ils ne trouveront ni à boire ni à manger, que leur village n’existe plus, que les récoltes et les semences ont été brûlées et qu’avant même de parvenir à leur village, ils se feront massacrer par les janjawid, loin de tout regard indiscret.

Cela dure maintenant depuis deux ans. Les photos satellites montrent plus de 400 villages ainsi brûlés la seule première année. Les Soudanais qui s’émeuvent de ces crimes sont arrêtés par les forces de sécurité, mis au secret et souvent torturés, et en premier, les citadins issus de ces tribus massacrées du Darfour."

Cessons le négationnisme

Certes, géographes et sociologues rappellent qu'il y a toujours eu des tensions entre agriculteurs et éleveurs, d'autant plus que les changements climatiques raréfient l'eau et les paturages en zone sahélienne. Dans ce cas, il est de la responsabilité des forces de l'ordre d'intervenir et de calmer le jeu. Or, nous sommes ici dans une toute autre situation : c'est l'Etat lui-même qui arme les tribus nomades arabes pour attaquer, avec l'appui logistique de l'Armée, les villages. Les braves éleveurs qui seraient à la recherche de points d'eau sont les premiers à détruire les villages et leur végétation environnante et à empoisonner les puits ! Armés jusqu'aux dents, ils violent les femmes (déjà musulmanes) au nom de l'arabisation, mot d'ordre du régime.

"Espérons que les conclusions du procureur de la Cour pénale internationale (CPI) * seront entendues de tous ceux qui nous accusaient d'exagération, nous prêtant à l'occasion les plus noirs desseins (cachés, bien sûr). Y aura-t-il encore des voix pour prétendre que la crise du Darfour est montée en épingle par les Occidentaux "islamophobes" cherchant un prétexte pour s'en prendre à un régime qui "résiste à l'impérialisme" ? Hélas oui, très certainement ; ces voix crieront au complot contre le Soudan. Il n'y a en effet de pire sourd que celui qui ne veut entendre ; en l'espèce cette surdité volontaire a un nom : le négationnisme. " Bernard Schalscha, secrétaire général du Collectif Urgence Darfour (CDU), message du 14 juillet 08. http://www.urgencedarfour.info/


* ndlr : voir notre message précédent 



L'Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens (AFCU), par son président (qui était alors Jean-Marie Godillot), soutient le Collectif Urgence Darfour depuis sa création en 2005.

Repost 0
Published by citation du Collectif Urgence Darfour - dans en Afrique noire
commenter cet article
15 juillet 2008 2 15 /07 /juillet /2008 15:42

La Cour pénale internationale (CPI) vient de lancer un mandat d'arrêt contre le dictateur soudanais pour génocide orchestré de 3 ethnies du Darfour.

La Chine, qui utilise les 2/3 de la production pétrolière du Soudan, s'est déjà portée à son secours et se dit "préoccupée" en faveur de son ami.

Après la colonisation (historique) de la Mongolie dite "intérieure", du Tibet et du Turkestan oriental, et l'exploitation de leurs richesses naturelles, la Chine est présente en Afrique depuis belle lurette sous une forme impérialiste et capitaliste. Après avoir alimenté les rébellions anti-coloniales d'obédience marxites maoistes,  elle y soutient les régimes en butte avec l'Occident à cause des droits de l'homme : le Soudan d'Omar el-Béchir et le Zimbabwé de Robert Mugabe.

Nous vous conseillons, pour information, la lecture du livre d'Adama Gaye publié en mai 2006 aux éditions L'Harmattan (294 p., 25,5 euros).

La France vient de rappeler opportunément qu'il y a déjà deux autres mandats d'arrêts en cours à l'encontre de collaborateurs d'Omar el-Béchir ...

Pour l'instant : pas (encore) de caricatures à vous proposer sur ce dictateur fasciste ... du moins sur la Toile.

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans en Afrique noire
commenter cet article
9 juillet 2008 3 09 /07 /juillet /2008 09:08

Le mouvement Chrétiens pour changer le monde (CPMC) et l’Institut universitaire du Bénin (IUB) ont organisé une table ronde à Cotonou le samedi 28 juin 2008 sur le thème " Dialogue inter religieux : en finir avec toutes les formes d’exclusion " . Voir notre message du vendredi 20 juin 08.  Cette initiative a été couronnée de succès puisque toutes les mouvances religieuses s’y sont retrouvées :

- les religions coutumières avec des dignitaires du vodoun (Dah Akpochihala Aligbonon, Hunnon Ata Adjigo, etc.), le
Vizir Akanni Olofindji, directeur l’Ong Africa Culture, et le Professeur Honorat Aguessy, directeur de l’Institut de développement et d’échanges endogènes (IDEE).

- le christianisme avec le Père Gustave Sanvée, prêtre de Eglise catholique, Emmanuel Amégblé, directeur de l’Institut Foi et engagement (Lomé), Raphaël Houessou, pasteur de l’Eglise protestante méthodiste du Bénin, le Suprême évangéliste et prophète
Samuel Noumado, du christianisme céleste, et Albert Gandonou, fondateur du mouvement Chrétiens pour changer le monde (et par ailleurs directeur de l’Institut universitaire du Bénin (IUB).

- l’islam avec El hadj Ligali, imam de Cadjèhoun, El hadj Afis Ambékéma et Ali Houdou.

- à noter aussi la présence du responsable national (Bénin) de la Fédération pour la paix universelle, fondée par le révérend coréen Sun Myung Moon et fonctionnant avec des personnalités de diverses mouvances religieuses.

La laïcité au Bénin étant vécue d’une façon ouverte, sans crispation, des personnalités publiques ont participé : Issa Badarou, conseiller du chef de l’Etat béninois à l’Equipement et aux transports, Bio Bigou, secrétaire général de l’Université d’Abomey-Calavi (UAC), Mme Dossou représentant le Professeur Albert Tévoedjrè, médiateur à la présidence de la République (président de l’Organe présidentiel de médiation).

Voici l’allocution d’ouverture d’Issa Badarou, qui est de belle teneur. C’est dire que les échanges ne furent pas simplement des échanges de politesse, avec langue de bois, mais qu’ils témoignèrent d’une réelle volonté de la part des acteurs religieux pour accepter le pluralisme de leur société et œuvrer pour la paix et le développement.

Allocation d’ouverture de Issa Badarou

Au nom des organisateurs de cette table ronde et en mon nom propre, je vous remercie d’être venus si nombreux prendre part au dialogue interreligieux de ce samedi 28 juin 2008 au Chant d’Oiseau. Le premier objectif de l’Institut Universitaire du Bénin (IUB) et du mouvement Chrétiens pour changer le monde (CPCM) veut que nous acceptions de venir nombreux nous mettre autour d’une même table, nous gens de différentes confessions religieuses, pour nous parler, nous écouter les uns les autres. Vous l’avez si bien compris, cet objectif, en honorant de votre précieuse présence le rendez-vous d’aujourd’hui.

Notre lieu de rencontre de ce jour, c’est-à-dire le Chant d’oiseau, appartient à l’Institut des artisans de Justice et Paix (IAJP). C’est tout un symbole qui n’a sûrement pas dû échapper aux organisateurs de cette rencontre qui ont su comprendre très tôt que par le dialogue interreligieux, nous contribuons à la paix dans le monde, à la réduction de l’injustice et à l’élargissement de la miséricorde entre les hommes. Nul autre lieu que celui-ci ne semble indiqué pour abriter nos assises.

L’histoire des religions est souvent jonchée de trop de querelles, de disputes, voire malheureusement, de guerres. Si à un moment donné cela pouvait se justifier, il n’en est plus de même aujourd’hui où la compréhension que nous avons des différentes religions est qu’elles visent toutes le même objectif ou presque, c’est-à-dire l’accomplissement de l’Homme. Mes nombreuses promenades sur le Net et plus précisément sur le site de Chrétiens pour changer le monde  m’ont amené à découvrir un jour, la réflexion d’une religieuse française de la communauté des dominicaines qui disait : " Tout homme est religieux. Chacun cherche à arriver au haut de la montagne ; mais, selon son histoire, l’endroit où il est né, il emprunte un sentier différent de celui des autres. Regardons le bout du chemin et nous serons OK. " Si je veux laisser à la précieuse religieuse la responsabilité de sa première affirmation qui veut que tout homme soit religieux, je n’en soutiens pas moins tout le reste de sa réflexion. Les religions sont les voies diverses que nous empruntons selon nos origines, notre éducation, notre entourage, nos sensibilités, nos cultures, etc. pour nous rapprocher de Dieu.

De nos jours, l’on reconnaît de plus en plus la nécessité de respecter la diversité culturelle donc la diversité religieuse. Le 21 mai, par exemple, est la journée internationale de la diversité culturelle. Cette année 2008 est l’année internationale des langues. C’est feu Bernardin Cardinal Gantin, homme de grande culture, de grande foi et de grande sagesse qui disait au mois d’août dernier au colloque de l’UNESCO, au CIC ici même à Cotonou, dans son message lu par le Père Alphonse Quenum, recteur de l’UCAO, je cite " la religion est un élément constitutif essentiel de la culture ". Dans ce même discours feu Cardinal Gantin indiquait que, dans le cadre du respect de la diversité religieuse, la rencontre d’Assises qui a eu lieu en 1986, sous l’égide du pape Jean-Paul II, est un jalon important " dont on n’a pas encore mesuré toute la portée ". Jean-Paul II, on s’en souvient, à l’occasion d’une de ses deux visites dans notre pays, a tenu à aller saluer nos deux plus hauts dignitaires du culte Vodoun de l’époque, j’ai nommé son Eminence Daagbo Hounon et son Eminence Sossa Guêdenguê. Mais le colloque même de l’UNESCO que je viens d’évoquer est un autre jalon important, du moins pour nous au Bénin, puisqu’il avait déjà pour thème : " Le dialogue des religions endogènes, du christianisme et de l’islam au service de la culture de la paix en Afrique " ! D’une certaine façon, nous pouvons prétendre que la table ronde de ce jour est un fruit de ce colloque, même si l’ouverture aux autres est une constante, depuis onze ans, de la démarche de fond du mouvement Chrétiens pour changer le monde dont je suis avec intérêt l’évolution depuis quelque temps.

Ce qu’indique clairement le programme de la journée, c’est que nous sommes ensemble pour nous reconnaître les uns les autres, tous autant que nous sommes, comme des croyants en Dieu. Et sur cette base, nous allons nous parler en toute confiance, nous allons nous écouter les uns les autres avec respect, pour mieux nous connaître, mieux nous accepter tels que nous sommes réellement, avec nos différences, avec nos singularités, mais surtout avec nos ressemblances, avec ce qui nous rapproche, nous unit, puisqu’avant tout nous sommes des enfants de Dieu. Sur cette même base, il nous est proposé d’accepter de prier ensemble, suivant ainsi l’exemple qui nous est donné depuis 1986 à Assises et qui indique une direction dans laquelle l’humanité entière devra de plus en plus s’engager si elle veut tout simplement continuer à vivre. Cette direction est qu’il est plus que temps que les hommes en arrivent enfin à cesser de s’exclure les uns les autres. De tout mon cœur, je voudrais espérer que ce programme de la table ronde sera mis en œuvre avec succès, dans la plus grande convivialité, dans la concorde et dans la fraternité qui sied à des gens qui se considèrent parfois comme les fils d’un même Père. C’est avec cet espoir, qui en mon cœur est déjà une certitude, que je déclare ouverte la table ronde sur le thème : " Le dialogue interreligieux : en finir avec toutes les formes d’exclusion ". Je vous remercie.

Pour en savoir plus sur le déroulement de cette journée, voir le site du mouvement Chrétiens pour changer le monde (CPCM)

http://www.cpcm-benin.org:80/spip.php?article43&var_mode=calcul

Repost 0
Published by allocution d'Isaa Badarou - dans en Afrique noire
commenter cet article
20 juin 2008 5 20 /06 /juin /2008 08:35


Le mouvement béninois " Chrétiens pour changer le monde ", lancé en 1997 par Albert Gandonou, a su, par ses relations, ses cafés-théo mensuels et ses manifestations, s’ouvrir aux autres religions. Chaque année, il participe aux fêtes des religions traditionnelles (principalement les cultes du vodoun et des cultes post-coutumiers tels que celui de la Sirène = Mamy Wata). Il est donc tout à fait qualifié pour lancer une table ronde sur le sujet : " Le dialogue inter religieux : en finir avec toutes les formes d’exclusion ".

Cette manifestation réunira des représentants de l’Eglise catholique, de l’Eglise protestante méthodiste, de l’Eglise du christianisme céleste, de l’islam, du judaïsme et du vodoun. Elle aura lieu le samedi 28 juin 2008, à partir de 8 h, au Chant d’Oiseau, à Cotonou.

Cette initiative bénéficie du soutien de l’Institut universitaire du Bénin (IUB). L’information est relayée par la radio nationale (Office de la radio et télévision béninoise, ORTB), la radio catholique Immaculée Conception, la radio de l’Eglise du christianisme céleste Alléluia, par l’émission télévisée Week-end Matin (ORTB) et le journal La Nouvelle Tribune.

Pour contact : tél  00-229 / 97 47 72 90 ou 21 32 81 97,
gandonou@iubformations.org
http://www.cpcm-benin.org 

Si en Europe les relations inter religieuses se développent principalement depuis la fin de la dernière guerre mondiale, en Afrique noire ce genre de rencontre est encore suffisamment rare pour que nous en soulignons toute l’importance. Nous saluons aussi le dynamisme d’un mouvement qui, plus léger que les institutions ecclésiales, peut effectivement lancer des passerelles et promouvoir le dialogue et la transversalité entre toutes les religions. Nos meilleurs vœux pour la réussite de cette Table ronde
.

Repost 0
Published by informations Albert Gandonou - dans en Afrique noire
commenter cet article
14 février 2008 4 14 /02 /février /2008 17:00

D'après des statistiques officielles, la Chine absorbe 40% de la production pétrolière soudanaise. Les exportations de brut vers la Chine ont plus que doublé l'an passé, si bien que le Soudan est le sixième fournisseur de pétrole de Pékin. Après l’Afrique du Sud et l’Angola, le Soudan est le 3ème partenaire commercial de la Chine en Afrique. 

C’est dire que la politique à la chinoise soutient résolument le Soudan, comme tous les autres Etats qui défient l’Occident en menant des politiques hyper-nationalistes : Corée du Nord, Iran, etc. On s’engouffre dans les brèches dès lors qu’il y a des affaires !

D’un autre côté, la Chine tient à ses jeux olympiques …


3834446596-contre-offensive-chinoise-apres-la-demission-de-steven-spielberg.jpgSteven Spielberg


Mais voilà, le cinéaste américain Steven Spielberg ne veut pas jouer le rôle que tint Leni Riefenstahl aux jeux de Berlin en 1936 qu’Adolphe Hitler détourna à la gloire du nazisme. Il n’ira pas donc filmer les jeux de Pékin. Toujours aux Etats-Unis, l'actrice Mia Farrow mène aussi une campagne dénommée "les Jeux olympiques du génocide" en mettant en avant les massacres au Darfour réalisés par les milices à la solde du gouvernement de Khartoum.


Eh, oui, l’objection de conscience çà existe. Il paraît que cela embête les autorités chinoises. Comme quoi on ne peut pas impunément jouer à la fois aux voyous et faire les beaux.


Pour plus d’information, voir le message de ce matin de l’agence Reuter à Singapour.
http://fr.news.yahoo.com/rtrs/20080214/tts-jo-pekin-darfour-ca02f96_3.html

Repost 0
Published by chrétiens unitariens - dans en Afrique noire
commenter cet article
11 février 2008 1 11 /02 /février /2008 16:14

undefined


Le gouvernement soudanais, fasciste et raciste, non seulement ne fait rien (mais vraiment rien !) pour ses populations, mais lorsque que celles-ci protestent, il les massacre. Récemment, ne voulant pas de l’installation de la force européenne Eufor à ses frontières, côté tchadien et centrafricain, il a armé et lancé 200 pick-up armés jusqu'aux dents contre Ndjaména, avec à leurs bords des " rebelles " " tchadiens " " frontaliers " au Soudan.

Le collectif Urgence Darfour organise une semaine à partir du 12 février pour mobiliser l’opinion sur cette situation. Le moment est opportun car la Chine, qui est l’un des rares pays à soutenir envers et contre tout – et sans vergogne – le Soudan, commence à s’inquiéter car cela fait tâche dans sa valorisation d’Etat moderne à l’occasion des prochains jeux internationaux de Pékin : le dictateur soudanais ce serait fait tancer par un haut diplomate chinois, en marge du sommet de l’Union africaine à Addis-Abeba.


mardi 12 février, de 17h à 19h, table ronde d’experts à Sciences-Po, à Paris

du mercredi 13 au mardi 19 février, exposition Darfour, au Trocadéro, Paris

vendredi 15 février, à 17h 30, table-ronde à la FNAC Montparnasse, Paris (dans le cadre des Forums de la FNAC, autour du livre " Urgence Darfour ", avec entre autres JackyMamou, président du CUD, Ilana Soskin et Morad Al Attab, coordinateur de l’ouvrage)

samedi 16 février, à 16 h, place de l’Alma, Paris, marche "Ombre chinoise sur le Darfour " de l’ambassade de Chine à la place du Trocadéro. La manifestation sera clôturée par un spectacles de chants et de danses du Darfour. Les réfugiés darfouris en France viendront à cette manifestation.


Pour contact et information
 :
contact@urgencedarfour.info, www.urgencedarfour.com, newletter@urgence-darfour.net


 

l’Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens (AFCU)
soutient le collectif Urgence Darfour depuis sa création en 2005

Repost 0
Published by chrétiens unitariens - dans en Afrique noire
commenter cet article
29 juin 2007 5 29 /06 /juin /2007 05:33

Le Monde de la Bible vient de consacrer son n° de juillet-août 2007 au Soudan : "Des pharaons noirs aux royaumes chrétiens". http://www.mondedelabible.com

Sudan-Farras-fresco-of-cathedral-.jpgLa Nativité, fresque de la cathédrale de Farras au Soudan nubien, vue sur le site de Wikipedia.

Les élégantes silhouettes des pyramides méroïtiques sont déjà bien connues. Ce qui l'est moins, ce sont les fresques chrétiennes qui ont survécu à la conquête de l'islam et qui témoignent d'une époque chrétienne nubienne (dinstincte de l'Egypte copte et de l'Ethiopie), qui va de 543 (date du baptême du roi de Nobadia) au milieu du XIV°, avec des reliquats jusqu'au début du XVI°.  

Les fresques datant du XII° s. du monastère de la Sainte-Trinité à Old Dongola, entre autres, sont de toute beauté. Sur l'une d'elles on y voit des masques africains lors d'une festivité.

A voir dans ce numéro, et sur le terrain entre Karthoum et la frontière égyptienne.

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans en Afrique noire
commenter cet article
17 juin 2007 7 17 /06 /juin /2007 06:20

Darfour--carte.jpg Les opinions, entre autres américaines et françaises, ont été relayées plus efficacement qu'auparavant par les diplomaties. Washington a ouvertement parlé de génocide et, du côté français, Bernard Kouchner s'est rendu sur place. La France réunira à Paris, le 25 juin, une conférence internationale sur le Darfour avec les intéressés (mais avec peut-être Karthoum absent) et, en plus, les Etats-Unis, l'Egypte et la Chine (celle-ci étant une alliée du régime islamiste fasciste de Karthoum).

Ce dimanche 17 juin, la France, bien placée pour le faire, a, enfin, reçu le feu vert des autorités tchadiennes, pour acheminer des vivres et du matériel par un pont aérien à partir d'Abéché pour desservir Goz-Beïda et Dar-Silva, à savoir les zones frontalières du Darfour où sont concentrés 240 000 réfugiés soudanais du Darfour et 150 000 Tchadiens qui ont dû fuir leur village.

Au Darfour même, on comptabilise 200 000 morts depuis 2003 et 2 500 000 déplacés. La force actuelle de l'Union africaine (7 000 hommes) va être remplacée par une force hybride UA / ONU de 19 000 sous commandement nigerian.

Voir nos messages précédents sur le Darfour ("Génocide au Darfour", 24 mai 07, "Fascisme et génocide au Darfour" 6 avril 07,  "Darfour côté Centrafrique" 14 avril 07), dans la rubrique "Halte aux génocides".

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans en Afrique noire
commenter cet article
14 juin 2007 4 14 /06 /juin /2007 19:14

l-Ethiopie----la-librairie-l-Arr--t-aux-pages.jpgLa librairie "Arrêt aux pages" vient de publier un album photo sur l'Ethiopie ("le livre et l'ombrelle" de Gérard Macé) et d'interviewer à cette occasion Jacques Noël Péres, "le théologien qui lit l'éthiopien", diplômé de syriaque et de guèze et qui nous a déniché et traduit plusieurs apocryphes dont un "Testament de Notre Seigneur Jésus-Christ" datant de la seconde moitié du 2ème siècle (publié chez Brepols).  J. N. Péres est par ailleurs pasteur à l'Eglise luthérienne et enseigne à Paris.

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans en Afrique noire
commenter cet article
25 avril 2007 3 25 /04 /avril /2007 10:28

COMPTE RENDU DES MANIFESTATIONS AU TOGO ET AU BÉNIN, DU 16 AU 24 FÉVRIER, POUR LE DIXIÈME ANNIVERSAIRE DU MOUVEMENT " CHRÉTIENS POUR CHANGER LE MONDE ", AVEC LA PARTICIPATION D’AMIS DE JEAN SULIVAN, DE MARCEL LEGAUT ET D’AUTRES AMIS VENUS DE BELGIQUE, DE FRANCE ET DE SUISSE.

paru dans Quelques nouvelles, n° 200, mai 2007

thème de ces journées : Proposer la bonne nouvelle de la scandaleuse miséricorde du Dieu de Jésus, dans le respect des peuples et de leurs religions

le 16 février à l'Institut Universitaire du Bénin à Cotonou, conférence de presse pour préciser les raisons d'être de Chrétiens pour changer le monde (cibles, objectifs et principes d'action) :

- focaliser sur l’Evangile dont le côté " bonne nouvelle pour tous les hommes " rime avec libération : " le christianisme détient les clefs de la liberté et on ne s’en aperçoit pas assez " (Sulivan)

- faire du chrétien d’Afrique ce qu’il doit être : le ferment dans la pâte, le sel de cette terre et la lumière de ce continent, un homme qui refuse l’arbitraire, l’injustice, l’écrasement du faible, la corruption, la prédation des biens publics…, un homme qui sait se placer aux avant-postes de la lutte pour la transformation de sa société et pour ce que le Père Lebret appelle la montée humaine .

les 17 et 18 février à Lomé (Togo), Colloque international organisé en partenariat avec Fondacio : être chrétien sans se couper de ses racines et de sa culture, est-ce possible ?

Victoire Elègbè, Sylvie Crussard, Martine Roger-Machart, Guy Leurquin, Edith Delos, Maurice Dahuku Péré et Albert Gandonou ont été les principaux animateurs de ce colloque, le troisième que Chrétiens pour changer le monde organise à Lomé depuis sa création en 1997.

Pour la plupart des chrétiens, en Afrique, se convertir au christianisme, c'est renier ses racines et, tout particulièrement, la religion de ses ancêtres. Les chrétiens sont confrontés aux difficultés de la première communauté chrétienne qui ne pouvait renier le judaïsme tout en étant fidèle à Jésus.

détail d'une oeuvre plasticienne de François dit Le Vannier, Porto-Novo (Bénin)

Les 18 et 19 février à Ouidah (BENIN)

- Rencontre avec son Eminence Daagbo Hounon, chef suprême du culte " vodun ". Comme l’enfant prodigue de l’Evangile, nous retournions à nos pères, à nos traditions, à notre culture, à notre monde pour nous réconcilier avec nous-mêmes, assumer toutes les dimensions de notre humanité d’Africains. Daagbo Hounon a rappelé avec fierté et un plaisir non dissimulé l’ouverture d’esprit et la grande tolérance dont ont fait preuve à Ouidah les adeptes du culte " vodoun ". La basilique catholique est bâtie sur une terre généreusement octroyée par ces adeptes-là et avec leur participation active aux travaux de construction. Elle fait face au temple du dieu " Python " et celui-ci est engagé avec elle dans un dialogue paisible qui dure depuis plusieurs décennies. La voie qui les unit permet aux gens de Ouidah d’aller librement d’un côté ou de l’autre.

- Rencontre avec Professeur Honorat AGUESSY à l’Institut de Développement et d’Echanges Endogènes (IDEE). Long entretien, empreint de cordialité, avec ce militant du panafricanisme qui a offert gratuitement l’hébergement dans les immenses locaux de son institut. " C’est l’endogénéité qu’on peut partager. Personne ne détient l’universel à partager avec les autres. " Cette parole forte du Pr. Aguessy n’a laissé aucun de nous indifférent. Jésus, en effet, s'est enraciné dans le judaïsme de ses ancêtres, et, de là, a mis au jour les valeurs universelles d’amour, de miséricorde, de fraternité, de solidarité et de respect absolu de la personne humaine.- Visite de la Route des Esclaves

Le 21 février 2007 à Ifangni (BENIN) : Rencontre des intellectuels traditionnels. Pour la première fois, le mouvement " Chrétiens pour changer le monde " est sorti de Cotonou et de Lomé, pour aller à la campagne rencontrer le monde paysan avec ses intellectuels que sont les rois, les guérisseurs, les devins, les prêtres des cultes traditionnels africains. L’événement placé sous le parrainage de Mme Inès ABOH-HOUESSOU, Préfet des départements de l’Ouémé et du Plateau, a réuni près de cinq cents (500) personnes.  Quand ceux que nous sommes allés voir ont pris la parole, nous avons eu le fort sentiment que leur cœur était en joie et qu’ils nous accueillaient les bras ouverts. Cette joie partagée s’est concrétisée par des danses, par la sortie des masques " Egungun " ...

Le 24 février 2007 à Cotonou (BENIN) : Colloque international, à l’INFOSEC sur le thème : Le Dieu de Jésus est le Dieu des exclus. Cette dernière manifestation a été présidée par M. Issa BADAROU, Conseiller du Chef de l’Etat béninois à l’équipement et aux transports, grand ami du mouvement. L’essentiel des travaux a porté sur le parti pris du Dieu de Jésus pour les exclus. Le fait a été établi dans la Bible avec l’Exode : le paradigme suprême de la Bible, selon Martin Luther King. Le point a été fait des situations d’exclusion qui prévalent au Bénin  : exclusions linguistique, sociale, économique, politique, religieuse. La foi chrétienne, comme a dit ce jour-là Guy Leurquin, est d’abord la foi de Jésus.

Albert Gandonou, initiateur du mouvement "Chrétiens pour changer le monde"  gandalert@yahoo.fr

Albert Gandonou est conseiller honoraire de l'Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens (AFCU)

Repost 0
Published by Albert Gandonou - dans en Afrique noire
commenter cet article

Articles Récents