Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

22 septembre 2012 6 22 /09 /septembre /2012 06:07

droit_au_corps.jpg

 

Dans le cadre de son engagement contre la circoncision des garçons pour des motifs religieux et toute autre mutilation sexuelle (lien), les Actualités unitariennes vous recommandent le site intactiviste "Droit au corps" ( lien) qui, dans son sous titre, précise : "Pour en finir avec les mutilations sexuelles infantiles".


A lire entre autres sur ce site, la pression des Etats-Unis en Ouganda pour généraliser la circoncision afin de lutter contre le sida, alors que la relation entre les deux est loin d'être évidente ! Plus évidents, par contre, sont les intérêts économiques des firmes américaines qui interviennent en ce domaine ... ( lien).

 

L'équipe éditoriale de ce site tient à préciser qu'il ne s'agit nullement de racisme envers quiconque (lien).

Repost 0
Published by Actualités unitariennes - dans halte aux mutilations sexuelles
commenter cet article
8 août 2012 3 08 /08 /août /2012 12:31

Par deux livres publiés en 2001 et 2003, le juriste en droit musulman, Sami Awad Aldeeb Abu-Sahlieh * (Palestinien chrétien, naturalisé Suisse) avait déjà alerté l’opinion occidentale sur la question des mutilations sexuelles encore exigées par certaines traditions religieuses : Circoncision masculine, circoncision féminine : débat religieux, médical, social et juridique (Paris, L'Harmattan, 2001), puis un autre ouvrage deux ans plus tard ; Circoncision: le complot du silence (Paris, L'Harmattan, 2003).

* Pour en savoir plus sur l’auteur, voir l’article qui lui est consacré sur Wikipedia ( lien), le site du Centre de droit arabe et musulman qu’il dirige à Saint-Sulpice en banlieue de Lausanne ( lien), ainsi que son blog personnel (lien).

 

sami_a_aldeeb_abu-sahlieh.gifsami_a_aldeeb_abu-sahlieh_circoncision.jpg

 

En dehors de ce centre juridique (dont l’animateur est – rappelons le – chrétien), des musulmans proprement dit se sont-ils prononcés contre les mutilations sexuelles ? S’il y a quelques oppositions musulmanes à l’excision, par contre elles sont rarissimes contre le décapuchonnage du clitoris et contre la circoncision masculine. En anglais, il existe le site Quranic Path.com qui rappelle que le Coran ne parle pas de circoncision et se prononce contre ( lien). En France, le Franco-marocain Mohammed Louisi * a publié, le 3 juillet 2009 sur son blog « Ecrire sans censures ! » (avec en sous titre « on peut tout fuir sauf sa conscience »), un dossier consistant sur la question où il prend position contre toutes les formes de mutilations génitales : « Le juste « prix » de la « terre promise » : Réflexion autour de la circoncision » avec en-tête une citation de Gibran Khalil Gibran (dans Le sable et l’écume) : « N’est-il pas étrange de nous voir défendre plus farouchement nos erreurs que nos valeurs ? » ( lien).


* Né à Casablanca en 1978, marié et père de trois enfants ; Mohammed Louisi, a fait des études universitaires en Génie électronique au Maroc puis à Lille et exerce son métier d’ingénieur dans un groupe franco allemand. Il a été militant dans les mouvements islamistes marocains : Attawhid wal’Islah de 1995 à 1999 ; Mouvement populaire constitutionnel et démocratique (MPCD) – dénommé depuis 1997 Parti de la justice et du développement (PJD) - ; puis en France : Union des organisations islamiques de France (UOIF) de 2002 à 2006 et du bureau exécutif de la Ligue islamique du Nord ; secrétaire administratif, puis responsable du département culturel, de l’association qui gère la Mosquée de Villeneuve d’Ascq de 2002 à 2006. Il est co-fondateur de l’association Univers-Cité Pluriel en juin 2007, et se présente comme autodidacte et passionné des recherches et études religieuses comparées.
Ndlr – nous remercions Ahmed Amine Khelifa (médecin algérien ayant fait ses études à Alger puis en France), membre de notre groupe de discussion sur Facebook « Unitariens francophones », de nous avoir communiqué cette référence.

 

jac.gifjac_logo.gifjac

 

Du côté des Juifs, çà bouge aux Etats-Unis avec des juifs libéraux qui mènent franchement campagne contre la circoncision, surtout depuis qu’un bébé juif est mort à New-York au début de l’année 2005 à la suite d’une circoncision et que l’opinion publique s’en soit émue. Mieux, il ne s’agit plus seulement d’auteurs qui n’engagent qu’eux-mêmes, mais d’un courant d’opinion dont le site militant Jews Against Circumcision (Juifs contre la circoncision) est le porte parole (lien). A Boston, le Dr Ronald Goldman, dirige le Jewish Circumcision Resource Center (lien) qui propose une analyse critique de cette coutume et revendique une liberté de choix. En France, le site Circabolition s’est fait l’écho de cette militance qui rame à contre courant des pratiques religieuses de leur religion (lien).

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans halte aux mutilations sexuelles
commenter cet article
5 août 2012 7 05 /08 /août /2012 09:26

En Californie, au niveau d’une circonscription électorale, il suffit qu’une pétition recueille 7000 signatures de personnes inscrites sur les listes pour qu’un référendum soit organisé. Un texte visant à interdire la circoncision sans raison médicale avant l’âge de 18 ans a ainsi réuni plus que le nombre de signatures requise (déjà plus de 12.000) et une consultation était prévue pour le 8 novembre prochain. Les peines encourues pour non-respect de la loi seraient de 1.000 $ d'amende et jusqu'à un an de prison.


Mais la juge Loretta Giorgi a préféré prendre le parti d'une coalition de groupes religieux, de médecins et de familles pour qui l'interdiction de la circoncision des mineurs violerait une loi de Californie empêchant aux autorités locales de réglementer les procédures médicales. (« Débat sur la circoncision à San Francisco », article de l’AFP du 29 juillet 2011 »,  lien). Le bras de fer est engagé et l’affaire est donc à suivre.


 L’encyclopédie en ligne Wikipedia présente ainsi la situation actuelle aux Etats-Unis (lien) :

« Aux États-Unis, en 2009, selon l’OMS, 79 % des hommes sont circoncis. Après un apogée dans les années 1960 (avec un taux d’environ 80 %), la circoncision néonatale dans les hôpitaux entame une lente et irrégulière régression à partir des années 1970, pour chuter à 56,1 % en 2006, et elle se serait totalement effondrée ces dernières années, en 2009 le taux de circoncision serait devenu minoritaire à 32,5 %. Par conséquent, si cette spectaculaire régression du taux de circoncision en hôpital se poursuit, la majorité des nouveau-nés pourraient à l’avenir être génitalement intacts, comme ce fut le cas avant la Seconde guerre mondiale. En outre, contrairement à une idée reçue, aux États-Unis, la circoncision n’est pas pratiquée de manière homogène, elle varie considérablement suivant les régions (par exemple, en 2006, le taux de circoncision était de 63,6 % dans le Nord-Est et de 33,8 % dans l’Ouest) et suivant les origines ethniques (une étude conduite en 1992 montre que la circoncision concerne 81 % des Blancs, 65 % des Noirs et 54 % des Hispaniques). Enfin, comme le rappelle ONUSIDA, aux États-Unis, la circoncision n’est pas pratiquée d'abord pour des raisons hygiéniques ou prophylactiques, mais afin de conformer à la norme, c’est-à-dire « de faire comme tout le monde » (1). D’ailleurs, l’American Academy of Pediatrics a émis en 1971, 1975, 1983, 1989 et 1999 des recommandations défavorables à la circoncision systématique. »
(1) Ndlr – rappelons que les Etats-Unis comptaient 5 275 000 juifs en 2008, soit 1,7% de la population totale (avec une natalité en baisse et un très fort taux de mariage mixte), et 2 454 000 musulmans estimés en 2009, soit 0,8% (avec une dynamique fortement en hausse). Le fort engouement pour la circoncision en ce pays est en partie lié au puritanisme anglo-saxon qui croyait que la circoncision freinait les pulsions masturbatoires (la muqueuse du pénis circoncis s’asséchant) et était donc à recommander !


Nonobstant que la très grande majorité des Américains soient circoncis, les Etats-Unis, avec 16% de la population totale atteint par le sida, sont le 6ème pays le plus infecté dans le monde et ont le taux le plus élevé parmi les pays développés (vient ensuite l’Italie avec 8,9%, etc. ; la France est à 3,5%). Alors que, pour l’OMS et l’ONUSIDA, la circoncision est supposée (côté hommes seulement) limiter les risques …


circoncision_excision_zizi_stop.jpgDes mouvements pour l’intégrité génitale, parfois désignés du terme générique «intactivistes », sont très actifs aux Etats-Unis. Ils rappellent que l’ablation du prépuce induit une baisse de sensibilité sexuelle (le prépuce s’avérant être une partie très innervée), s’accompagne d’une souffrance physique (lors de l’opération s’il n’y a pas anesthésie et durant la guérison de la plaie), parfois de traumatisme, et d’une souffrance morale réelle pour ceux qui ont honte d’avoir été circoncis ou qui en sont gênés par rapport à leur entourage. Ils rappellent aussi que cette opération n’est pas sans risque, y compris lorsqu’elle est pourtant pratiquée dans de bonnes conditions hospitalières. Ils réhabilitent l’auto-sexualité (par la masturbation) comme un acte normal et non répréhensible. Ils soulignent l’utilité anatomique du prépuce, à commencer par la protection du gland. Bien entendu, ils condamnent chez les filles et les femmes le décapuchonnage du clitoris, son ablation en entier, ainsi que la coupure des lèvres, etc., à savoir toutes les mutilations sexuelles.

 

illustration : dessinée par Michel Hervé Navoiseau-Bertaux, vu sur le site Circabolition (lien).


Ils pensent que les infections des parties génitales sont à éviter par l’hygiène, le port du préservatif pour les relations sexuelles à risque, enfin elles peuvent être guéries par les antibiotiques. L’ablation du prépuce ne saurait venir qu’en dernière solution pour des cas vraiment médicaux, et en aucun cas comme mesure préventive.


Des associations contre la circoncision envoyèrent une proposition de loi afin d’interdire la circoncision des mineurs auprès du Congrès des États-Unis qui ne reçut l’aval d’aucun sénateur, ceux-ci craignant leur base électorale. Mais certains Etats notamment sur la côte Ouest, ainsi qu’au Canada ont supprimé le remboursement des circoncisions néonatales.


Le site français Circabolition * , édité par Michel-Hervé Navoiseau-Bertaux, se fait largement l’écho des inactivistes américains. L’auteur se présente ainsi : « Mon nom d'auteur et d'Internet (avec aussi Newsigmund et Sigiclamen) est Sigismond. Ancien élève du département Psychanalyse de Paris VIII de 1975-76 à 1983, je suis chercheur indépendant en psychanalyse depuis une trentaine d'années, militant contre les mutilations sexuelles depuis que j'ai découvert à quel point Freud a été traumatisé par sa propre circoncision, laquelle lui a fait commettre nombre d'erreurs cliniques et théoriques ». Egalement le groupe « TOUS Contre la Circoncision Masculine !!! » sur Facebook (avec à ce jour 331 membres) à l’initiative d’Olivier Tarouilan (lien).

* ajout du 15 août 2014 : l'éditeur de ce site nous a annoncé son remplacement par une page d'auteur sur Academia (lien).


Dans l’avenir on peut s’attendre à ce que des enfants devenus adultes portent plainte contre leurs parents, les médecins circonciseurs, les autorités religieuses promotrices de tels actes. Ils auront sans nul doute gain de cause auprès de tribunaux acquis à la liberté des individus de choisir leur destin y compris sur le plan religieux et prenant la défense des enfants. Déjà aux Etats-Unis des enfants ont demandé réparation : les parents ont dû alors payer de très onéreuses opérations de chirurgie esthétique pour la restauration du prépuce. Cela expliquerait la chute brutale du taux de circoncision de 90 % à 60 % dans les années 2000, puis dans les quatre dernières années passé de 56 % à 33 % (source Wikipedia déjà citée). La fin d’un consensus qui sera pour certains religieux archaïsants la fin des certitudes ; et cela risque d’arriver plus vite qu’on peut le penser après l'arrêt du Tribunal de grande instance de Cologne (lien).

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans halte aux mutilations sexuelles
commenter cet article
2 août 2012 4 02 /08 /août /2012 19:22

Par convivialité inter religieuse « on » s’était habitué ; les croyants entre eux : chacun fait ce qu’il veut chez lui et pratique les rites de sa tradition ; et les non-croyants vis-à-vis des croyants : au nom de la liberté religieuse.

 

Dans nos pays modernes et laïcs, on peut ainsi égorger des animaux sans tenir compte de leur souffrance ( lien), baptiser des bébés ou enfants avant qu’ils n’aient l’âge de donner leur avis et inscrire d’office leur nom dans des registres paroissiaux, couper les prépuces - voir même, clandestinement, les clitoris au nom de la religion -, traiter les autres d’impurs ( lien) ou de satans, vouloir être enterré dans des cimetières communautaristes à part des autres (ce qui équivaut à un apartheid post mortem !), etc.


Jusqu’à présent personne n’osait dire ouf de peur d’être taxé d’anti-sémite, d’anti-musulman, de laïcard ou tout simplement d’intolérant et de raciste. Mais voilà que la belle machine à ne pas regarder ce qui se passe s’est enrayée car un garçon allemand a eu une infection suite à une circoncision religieuse pourtant effectuée selon les normes modernes bcbg dans un hôpital (eh oui, çà fait partie des risques connus !). Les parents, pas contents, ont porté plainte contre le chirurgien, et celui-ci a besoin désormais d’être juridiquement couvert afin de pouvoir continuer son rôle en l’occurrence non médical ! Précisons au passage que, bizarrement, les circoncisions médicales (pour la phimosis notamment, lorsque le prépuce ne coulisse pas bien sur le gland) « explosent » (en nombre) car les braves parents souhaitent que l’opération soit prise en charge par les assurances pour la Santé (la Sécurité sociale en France), tant qu’à faire !


 Ce 26 juin, le tribunal de Grande instance de Cologne a alors rendu un jugement sur ce cas faisant de la circoncision religieuse une atteinte à l'intégrité corporelle susceptible de poursuites. Grand émoi en Allemagne où la chancelière a dit craindre le ridicule d’une telle décision aux yeux de l’opinion mondiale toute acquise à la liberté religieuse ; mais l’opinion de son propre pays a évolué puisque la majorité de ses compatriotes soutient la décision avec 56%, tandis que 35% seulement se déclarent contre et 10% sont indécis (sondage effectué par le magazine Focus) (1). L'Allemagne compte 4 millions de musulmans et de 120.000 à 200.000 Juifs … Bon, en France, faudra attendre car la question n’est pas encore médiatiquement posée !

(1) Selon un premier sondage réalisé par l'institut YouGov auprès de 1.020 personnes, interrogées en ligne entre le 16 et le 18 juillet, et publié par l'agence de presse allemande DPA, les Allemands sont partagés : 45% sont favorables à l'interdiction de la circoncision, tandis que 42% y sont opposés. Un tiers des Allemands estiment qu'une interdiction de la circoncision pouvait ternir l'image de l'Allemagne dans le monde, tandis que 55% pensent que non.


voile_a_tirer.jpgAux raisons religieuses, certains ajoutent des considérations médicales : le sexe circoncis serait plus résistant contre le VIH, l’herpès et autres infections, les femmes en relation avec moins sujettes au cancer du col de l’utérus, etc. Si bien qu’en Afrique au sud du Sahara, la circoncision est « officiellement » recommandée par  l’OMS et l’ONUSIDA depuis mars 2007, … mais, « on » ajoute aussitôt que cela ne dispense nullement de l’hygiène des parties génitales et du port du préservatif.


Dans des contextes sociaux très inégalitaires, culturels et religieux très hétérogènes, où l’isolement des facteurs s’avèrent particulièrement difficile, les corrélations statistiques aboutissent à des résultats contrastés et à des débats sans fin. Pire, ces études, qui reposent sur le suivi expérimentale de cohortes, n’avancent aucune explication pour les corrélations qui ont pu être établies ici et là. Nous renvoyons le lecteur au dossier assez complet de l’encyclopédie en ligne Wikipedia (lien). Même les sites de vulgarisation médicale emploient le conditionnel et préviennent que le corps médical n’est pas unanime (par exemple « Doctissimo » lien).


A la complexité des analyses scientifiques, s’ajoutent manifestement des idéologies d’un autre âge : des pratiques religieuses pour les juifs et les musulmans, des héritages coutumiers en Afrique noire et dans des populations du Pacifique, le puritanisme anglo-saxon qui considère que la masturbation (moralement condamnée en l’occurrence) est rendue plus difficile par la circoncision, etc.


D’une façon plus large, les marquages corporels (scarifications, circoncision, excision, déformations physiques), naguère faisant sens au sein d’ensembles culturels particuliers, ne résistent plus aux normes esthétiques modernes induites par la mondialisation (les miss ont supplanté les femmes-girafes !), à l’égalité hommes-femmes, au fait que la transmission inter-générationnelle n’est plus automatique, au refus de la souffrance physique subie par seule obligation sociale, à la connaissance scientifique des risques d’infection, etc.


circoncision excision noLes esprits éclairés proposent des solutions palliatives dans le registre du symbolisme, par exemple des juifs libéraux aux Etats-Unis qui mènent campagne sur cette question (lien). Les anthropologues ont d'ailleurs montré combien les traditions elles-mêmes ne sont nullement rigides ni fixes et savent évoluer. Ce sont certains acteurs sociaux qui, souvent, en rajoutent et réifient les normes culturelles.


Déjà au XVIème siècle, les anabaptistes remettaient en cause le pédobaptême : le baptême est effectivement un acte de foi qui, théologiquement, ne peut donc être décidé en aucun cas par une autre personne, fut-elle parente ou parraine/marraine. Libre aux parents, par contre, de présenter leur enfant nouveau né à leur communauté religieuse et d’effectuer une action de Grâce. C’est ce que préconise l’Eglise unitarienne francophone ( lien).

 

Les psychologues ont bien montré combien l’enfant avait besoin d’autonomie pour prendre confiance en lui, de liberté pour acquérir une personnalité, de respect vis-à-vis de ses propres choix afin d’évoluer en relation de confiance avec sa propre famille et les gens de son entourage.


Stop aux baptiseurs et mutilateurs de tout poil qui se jettent sur les enfants par prosélytisme intempestif. Ensuite, bien sûr, libre aux adultes consentant de pratiquer des marquages corporels dont la panoplie s’est d’ailleurs considérablement élargie avec les tatouages modernes et les percing !


Ndlr - La rédaction de cet article, qui n’engage que son auteur comme il est habituel dans notre tradition religieuse, doit beaucoup aux informations données par des participants aux groupes « Unitariens francophones » et « Protestantisme libéral » sur Facebook ; je voudrais en particulier remercier Macha Sener, Régis Pluchet, Fabien Girard, Roger Gaud, « Jp Eg », et Daniel Alexandre. Sur de nombreuses questions morales, religieuses, sociétales, il s’avère qu’un certain consensus s’instaure assez rapidement entre libéraux au sein de ces groupes de discussion, ce qui ne gomme pas bien entendu les différences individuelles, mais ce qui permet aux uns et aux autres de s’enrichir mutuellement et d’aller de l’avant sans s'enliser dans des polémiques répétitives.

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans halte aux mutilations sexuelles
commenter cet article

Articles Récents