Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

14 janvier 2015 3 14 /01 /janvier /2015 01:22

Lancée par la France, la mobilisation internationale populaire continue ... No pasaran ! Ce slogan était celui des républicains espagnols face aux troupes du général Franco. Nous sommes effectivement en guerre, qu'on le veuille ou non, puisque celle-ci nous a été déclarée par les djihadistes. La presse française est à l'unisson (ici la Une du Nouvel Observateur avec un crayon levé place de la République en signe d'arme). La Une de Charlie Hebdo au lendemain des évènements réitère courageusement son engagement contre le terrorisme islamiste avec un Mahomet qui se rallie lui-même au mouvement d'opinion en faveur de l'hebdomadaire satirique (lien) !


nouvel_observateur_apres_manifestation.jpgcharlie hebdo apres tragedie

Repost 0
Published by Actualités unitariennes - dans les dérives sectaires
commenter cet article
8 janvier 2015 4 08 /01 /janvier /2015 02:47

charlie_hebdo_charb-cabu-wolinski-et-tignous-sont-morts-dan.jpg

Charb, Cabu, Wolinski et Tignous sont morts dans l'attaque de Charlie Hebdo (voir leur présentation dans le Sud-Ouest du 8 janvier 2015,  lien).


charlie hebdo dessinateurs tuesCharlie-Hebdo décapité par l'attentat du 7 janvier 2015 qui a fait 12 morts est devenu martyr de la liberté d'expression alors qu'une partie de l'opinion publique et internationale se montrait jusqu'à présent plutôt réservée sur ses attaques contre l'islam et plus généralement les emprises religieuses. Nous avions été l'un des rares médias chrétiens à applaudir sans modération à ses caricatures contre les islamistes (lien).

Nous rendons hommage au talent et au courage de ses caricaturistes. Avec de nombreux compatriotes qui ont spontanément manifesté, NOUS SOMMES CHARLIE !

Repost 0
Published by Actualités unitariennes - dans les dérives sectaires
commenter cet article
22 septembre 2014 1 22 /09 /septembre /2014 12:03

Médecines parallèles, charlatans et sectes au regard de l’éthique

samedi 4 octobre 2014 de 9h à 17h00, à l’Espace Ethique Méditerranéen (EEM) 

 

9h00-9h30. Préambule du président du GEMPPI et présentation de la cellule Turquoise Freedom pour l'accueil des victimes de l'islam radical. Intervention de Danièle Muller Tulli, vice-présidente de la FECRIS (ONG auprès du Conseil de l’Europe), qui situera le propos dans le contexte international.

 

9h30-10h15. François Trichet, officier de liaison Gendarmerie & conseiller à la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes).

 

10h15 - 11h.  « Quelle rationalité pour la médecine ? Une réflexion éthique sur l’essence du soin », par Michel Caillol, docteur en médecine (chirurgie orthopédique), docteur en philosophie (éthique et politique), Master Sciences-Po Paris, formateur en éthique médicale et hospitalière.

 

voyante.jpg11h-12h. Rose-Anne Vicari, auteur de  « Confessions d'une voyante » Max Milo Editions, 2013

 

14h15-15h00. Une vie de lutte contre la scientologie, François Lavergnat, auteur de  « L’audace d’être contre ». François Lecombat, éd.  Publibook 2014

 

15h00-15h45. Sandrine Mathen, psychologue du service d’études du Centre d’information sur les organisations sectaires nuisibles (CIAOSN), organisme fédéral indépendant, créé par la loi, institué auprès du ministère de la Justice belge.

 

15h45-16h30. Dr René Luc Renucci  - L’occulte attire l’inculte – Partage d’expérience dans le domaine de l’oncologie.

 

16h30. Conclusion et enjeux philosophiques. Pierre Le Coz, philosophe, et directeur Département sciences humaines à la Faculté de médecine (Aix-Marseille Université), Espace éthique méditerranéen & UMR 7268 « ADES », auteur de « Le gouvernement des émotions et l’art de déjouer les manipulations » . Albin Michel 2014                           

 

Colloque organisé par le Groupe d’étude des mouvements de pensée en vue de la protection de l’individu (GEMPPI), BP 30095, 13192 Marseille  Cedex 20  -  Tel.  04 91 08 72 22.  Portable : 06 98 02 57 03

Gratuit, mais inscription obligatoire : Courriel : gemppi@wanadoo.fr , site : www.gemppi.org 
Avec le soutien du Conseil Général des Bouches du Rhône, de la ville de Marseille, de l’Espace Ethique Méditerranéen  et de  l’Assistance publique Hôpitaux de Marseille (AP-HM), En partenariat avec : La FECRIS*** – Fédération Européenne des Centres de Recherche et d’Information sur le Sectarisme, (www.fecris.org), la FAIL 13 (Ligue de l’enseignement) et le CEREM (Centre d’Etude et de Recherche en Ethique Médicale). 

 

Opportunité du débat  Les médecines non conventionnelles, pour ne pas dire dans certains cas, les superstitions thérapeutiques s’infiltrent dans tous les rouages de la société. Elles sont de plus en plus utilisées comme produit d’appel par certains mouvements sectaires. Elles utilisent très souvent un vocabulaire scientifique, médical, psychologique pour désigner des choses qui jusqu’à présent étaient de l’ordre de la croyance et de l'occultisme. Il devient de plus en plus difficile pour nos concitoyens de faire de vrais choix thérapeutiques dans cette confusion et de discerner ce qui est sérieux, plausible et ce qui relève du charlatanisme. Le but n’est pas de condamner les pratiques de soins non conventionnels, mais d’aider à clarifier les choses. Pour cela nous avons joué la carte de la pluridisciplinarité.  Chaque conférence sera suivie d’un débat libre avec les participants. Les conférences et les débats feront l’objet de publications écrites et audio-visuelles et éventuellement de retransmissions télévisées (Plusieurs journalistes seront invités).

Repost 0
7 février 2014 5 07 /02 /février /2014 04:05

Civitas et les nouveaux fous de Dieu, par Luc Chatel, aux éditions Temps présent (lien), février 2014, 14,90 €

présentation du livre en 4ème de couverture :

civitas_nouveaux_fous_de_dieu.gifAprès un long travail d’enquête et d’infiltration dans les milieux intégristes catholiques, Luc Chatel révèle leurs nouveaux réseaux (sur Internet notamment) et leur projet politique. Première étape : les municipales de 2014. Il raconte comment ces mouvements proches de l’Extrême-droite recrutent et forment des candidats. L’auteur fait des révélations sur l’institut Civitas, détonateur d’un mouvement beaucoup plus large qui a atteint son apogée avec les manifestations anti-mariage pour tous de 2013. Ce livre révèle aussi le soutien décisif apporté à ces intégristes activistes par des organisations puissantes et discrètes, des évêques et des responsables politiques. L’auteur analyse les références idéologiques et historiques de ces mouvements.
Né en 1973, Luc Chatel est journaliste et essayiste, spécialisé dans la religion, la politique et les médias. Il a travaillé quinze ans à Témoignage chrétien, dont il a été le rédacteur en chef de 2008 à 2011. Il est aujourd’hui journaliste aux Inrockuptibles. Il a publié deux essais : Médias : la faillite d’un contre-pouvoir (coécrit avec Philippe Merlant – Fayard, 2009), sur la défiance du public envers les journalistes et les médias, et Les Tartuffes du petit écran (JC Gawsewitch, 2012), qui démasque la « fausse impertinence » de quelques vedettes de la télévision.

invitation :

L’association Les Amis du 68 rue de Babylone et la maison d’édition Temps Présent (68, rue de Babylone, 75007 Paris) vous invitent à la présentation d’une toute nouvelle parution, "Civitas et les nouveaux fous de Dieu". Elle se fera au 68, rue de Babylone le 11 mars 2014 à 18 heures. Nous pourrons entendre les réponses que l’auteur, Luc Chatel, ancien Rédacteur en chef de Témoignage Chrétien, fera à un invité (nous n’avons à ce jour pas encore la réponse, mais ce sera une signature de la presse nationale). Cette présentation sera  suivie d’un échange amical de tous les participants avec l’auteur  autour d’un « pot de l’amitié ».

Repost 0
Published by Editions Temps présent - dans les dérives sectaires
commenter cet article
12 juin 2013 3 12 /06 /juin /2013 00:38

Communiqué de presse de Véronique De Keyser, vice-présidente du Groupe Socialistes & Démocrates au Parlement européen (le vote est prévu ce mercredi 12 juin).

La santé et l’éducation assujetties à des choix religieux : il faut dire NON au rapport Andrikiené, s’insurge Véronique De Keyser Le Parlement européen va voter cette semaine à Strasbourg le rapport Andrikiené.  C’est-à- dire, des Lignes de conduite afin de promouvoir et de protéger la liberté de religion et de conviction dans le monde. Qui pourrait être contre l’idée de protéger la liberté de religion et de conviction ? 

Le problème, c’est ce que Madame Andrikiené, une eurodéputée lituanienne du Parti populaire européen, a fait de la proposition initiale de la Commission.  Elle l’a transformée en un véritable brûlot religieux.  Si on la suit dans son rapport, rien ne permettra plus de s’opposer au créationnisme dans les écoles, rien n’obligera les élèves à suivre des cours de biologie, de gymnastique ou de natation, rien ne permettra d’empêcher des pratiques médicales religieuses dangereuses ou rétrogrades. Pour ce qui est de l’éducation « le droit des parents d’éduquer leurs enfants conformément à leur convictions qu’elles soient religieuses ou pas, inclut le droit de dénier toute interférence indue dans cette éducation, qu’elle provienne d’acteurs étatiques ou non étatiques, si elle est opposée à leurs convictions, qu’elle soient religieuses ou pas ». 

Je n’ose imaginer les dérapages possibles, religieux ou sectaires (car ce sont les pays qui définissent ce qu’ils considèrent comme religions ou associations philosophiques, pas l’EU) dans ces domaines. En fait ce rapport est aussi une contestation de l’idée d’enseignement officiel : le choix des parents de ce qui peut et doit être enseigné à leur enfant est, pour Madame Andrikiené, la référence ultime : quel recul dans la conception même de l’éducation ! 

Ne parlons pas ici de la santé et du droit des femmes : si ce rapport passe, les femmes risquent se heurter à l’objection de conscience de leurs soignants, sans garantie de leurs droits. L’objection de conscience est promue comme «  exercice légitime de la liberté de la liberté de pensée, de conscience et de religion dans les matières moralement sensibles »,  (avortement,  procréation assistée, euthanasie etc ).   En l’état, ce rapport est inacceptable.  Il a été rejeté par les Socialistes et Démocrates en Commission des Affaires Étrangères, et le sera encore en plénière s’il ne subit pas un lifting complet, c’est-à-dire si des pans entiers ne sont pas élagués par des votes de rejet.


parlement-europeen.jpg

 

Communiqué de l'Observatoire Chrétien de la Laïcité (OCL).


Informé du rapport Andrikiéne , proposé au Parlement Européen, « pour promouvoir la liberté de religion et de conviction dans le monde », l'Observatoire Chrétien de la Laïcité (France) souligne le grave danger que ce rapport fait courir à la liberté de conscience qui consiste dans le droit des citoyens des pays démocratiques  de choisir librement leurs  convictions, c'est à dire  d'avoir une religion, de n'en pas avoir et  d'en changer librement. Contrairement à la notion de liberté religieuse qui consisterait selon ce rapport à défendre « le droit des parents d'éduquer leurs enfants conformément à leurs convictions qu'elles  soient religieuses ou pas » ce qui supposerait «  le droit de  dénier toute interférence  dans cette éducation qu'elle provienne d 'acteur étatiques, si elle est opposée à leur conviction qu'elles  soient religieuses ou pas » la liberté de conscience suppose la neutralité de l'Etat et d'un système scolaire, fondé sur l'éducation au savoir théorique et pratique, sur des méthodes communes  de transmission et d'élaboration des connaissances,  sur une pensée rationnelle commune et l'acquisition d'un esprit critique positif,  et permettant l'apprentissage vécu de la citoyenneté démocratique et  du "vivre ensemble dans le respect des différences ". Il serait désastreux pour tout système éducatif dans une société sécularisée de femmes et d'hommes libres d'y introduire l'obligation à enseigner des convictions particulières, à la limite sectaires ou délirantes ...
L'école n'est pas le prolongement de l'éducation parentale mais elle doit ouvrir l'enfant sur la vie sociale globale et sur la diversité légitime qu'inclut la liberté de conscience, et non imposer des points de vue particuliers  que ce soient  des croyances particulières voire  des idéologies (religieuses ou non) d'un Etat, en ce dernier cas non démocratique.
Le système éducatif ouvert à tous les enfants est de la responsabilité des Etat dans une  société sécularisée dans lesquelles l'Etat n'a pas à reconnaître, mais seulement à connaître, les diverses convictions et groupes de conviction des citoyens et s'adresse à  des enfants de toutes convictions. Ce qui implique une neutralité du système éducatif dans le domaine des croyances et la définition des moyens d'une éducation humaine à une morale citoyenne fondée sur les valeurs communes qui permettent de fonder une démocratie.

Jean Riedinger secrétaire l'O.C.L.

Repost 0
Published by Véronique de Keyser et OCL - dans les dérives sectaires
commenter cet article
21 septembre 2012 5 21 /09 /septembre /2012 01:07

Ne nous trompons pas de cible. Il y a les athées qui depuis principalement le XIXème siècle dénoncent les croyances religieuses comme obscurantistes, illusionnistes et dangereuses : c'est pleinement leur droit et certains croyants les rejoignent d'ailleurs sur de nombreux points. Il y a aussi la liberté de critique en général qui va de pair avec la liberté de penser. Mais il y a AUSSI et SURTOUT des religieux qui dénoncent et critiquent avec haine les autres religions. Et puis il y a, malheureusement, ceux qui incitent à tuer par des prêches, par une désinformation systématique et du bourrage de crâne, par l'enrôlement de jeunes en leur promettant la gloire des martyrs et le paradis assuré, par des fatwa, par des lynchages et des condamnations à mort pour blasphème, par des commandos, par des milices, par des manifestations violentes. C'est là tout autre chose.

 

Certes, il y a encore de nos jours un intégrisme chrétien, mais il n'est plus meurtrier comme il l'a été naguère avec les pogroms contre les Juifs. Certes il y a des milieux chrétiens islamophobes, fort heureusement minoritaires, mais brûler un coran n'est cependant pas brûler une personne, même si c'est un geste provocateur condamnable qui doit être sanctionné par la Justice (pour trouble à l'ordre public par incitation à la haine). Mais nous sommes loin de la spoliation des biens, de la destruction des lieux de culte et des massacres dont de nombreux chrétiens, musulmans, sikhs, bahai's, etc., sont victimes. Je dis bien ici que de nombreux musulmans sont les premières victimes du fanatisme de leurs coreligionnaires islamistes.

 

L'intégrisme religieux peut être une opinion, ou encore un lobby ; mais il peut aussi dériver dans la haine et le meurtre. Ne faisons donc pas d'amalgame, ne renvoyons pas benoîtement les parties en conflit dos-à-dos, ne mettons pas tout au même niveau, ne nous lavons pas les mains comme Ponce Pilate ... Oui, des croyants et autres sont aujourd'hui massacrés par des croyants fanatisés qui sont des meurtriers.

 

croyants_et_incroyants_blesses.jpg

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans les dérives sectaires
commenter cet article
7 janvier 2012 6 07 /01 /janvier /2012 08:50

Par l’affirmation de la laïcité, à savoir la séparation de l’Etat et des communautés religieuses, les sociétés civiles modernes se sont dégagées de l’emprise sociale exercée historiquement par ces dernières. La plupart des croyants sont, aujourd’hui, eux-mêmes convaincus des bienfaits de cette laïcité. Mais pourquoi ne pas étendre celle-ci aux autres organisations idéologiques que sont les partis politiques et les syndicats ? Ne s’agit-il pas là de mouvances, tout à fait légales, mais qui relèvent de choix privés (tout à fait légitimes) fait par leurs membres ?


Or, les partis politiques et les syndicats exercent indéniablement une emprise exorbitante sur nos institutions, bien au-delà de leur fonction première. Ne confondons pas l’Assemblée nationale qui regroupe des députés élus, avec les partis politiques qui sont des instances non étatiques. Ne confondons pas les comités d’entreprises, avec les multiples syndicats qui sont également des instances qui relèvent des choix privés des acteurs économiques.


Pour revoir le rôle de ces organisations idéologiques, il conviendrait de revenir aux fondamentaux de la démocratie dite représentative. A défaut de pouvoir exercer une démocratie directe au-delà des groupes primaires, des personnes se proposent pour représenter les autres au sein d’instances délibératives à tel ou tel niveau. Elles présentent en conséquence leur candidature, se présentent elles mêmes, disent leur motivation, avancent un programme d’action au cas où elles seraient élues, etc. Elles peuvent très bien, à cette occasion, faire part de leurs appartenances idéologiques, entre autres leur encartement à un parti ou leur rattachement à une famille politique.


Ce sont aux citoyens, en âme et conscience, de se porter candidats. Par définition, tous les candidats sont des citoyens indépendants. Or, on constate que les partis politiques estampillent « leurs » candidats, les  sélectionnent à leur gré, les parachutent ici et là, vilipendent ceux qui ne se conforment pas à leur discipline, etc. Le comble, c’est que les candidats « indépendants » doivent expliquer pourquoi ils ne veulent pas se présenter sous une « étiquette » … et sont alors taxés d’hypocrites ! Finalement, ce ne sont pas à des personnes que l’on délègue notre pouvoir de nous représenter, mais à des partis !


republique_dormante.JPGLorsqu’un candidat est élu, il représente tous les électeurs de sa circonscription électorale et se doit d’agir au nom des intérêts nationaux de son pays. Or, la première chose qu’il fait, c’est de se congratuler avec ses amis et de chanter la victoire électorale de son camp. Mieux, il se retrouve dans l’hémicycle dans une partie des gradins affectée à « son » parti, exactement comme les supporters des équipes de sports dans un stade ! Cela donne le spectacle navrant de meutes applaudissantes ou sifflantes, vociférantes, frondeuses, animées d’un même combat comme un seul homme. Les députés qui dérogent aux directives de leur parti sont vite considérés comme des « traites », rappelés comme des enfants à la discipline, à l'ordre et à la cohérence, etc. Pire s’ils acceptent une responsabilité gouvernementale sans l’accord officiel de leur parti ! En terme religieux, ils seraient des apostats ! Comme on le voit, ils sont tenus en laisse bien qu’ayant été élus par le peuple … Qui a parlé de godillots ?


Nous sommes les héritiers des coteries de la Révolution française – qui s’entretuèrent allègrement au nom de cette même République, après avoir coupé les têtes des ci-devants. Nous sommes aussi quelque part influencés par les lourdes machines électorales du Royaume-Uni et des Etats-Unis. Et puis, le marxisme-léninisme nous a apprit doctement comment manœuvrer en coulisse, comment manipuler « le peuple » pour prendre le pouvoir – en son nom bien sûr – en écrasant l’ennemi d’en face. Depuis, les experts en média en ont rajouté en finesse. Dans cette optique, les partis politiques sont des outils de combat, d’accès au pouvoir en écartant les autres – sauf temporairement ceux dont on peut avoir besoin pour faire des alliances électorales. Les historiens, en retraçant les carrières des  élites politiques, nous en apprennent toujours beaucoup sur la façon dont on arrive au pouvoir en passant par les coulisses.


Il s’ensuit une guerre idéologique incessante entre les partis, entre la Majorité et l’Opposition issues des urnes, entre le Gouvernement et ceux qui d’emblée sont contre tout ce qu’il fera, entre le Président de la République et ceux qui n’ont pas voté pour lui, au sein même des partis politiques, etc.


Pire, les perdants sont mauvais joueurs et en appellent chaque fois que possible à la démocratie de la rue, aux manifestations populaires qu’ils soutiennent, exitent ou suscitent, aux grèves susceptibles de paralyser le pays, qu'ils encouragent par des slogans ... et des organisations (et groupes occultes) jouant parfaitement le rôle de courroie de transmission. Foutent la chienlit comme disait le général de Gaulle. L’ambiance est au soupçon et à la haine politique, les médias soufflant chaque fois sur les braises pour faire du buzz.


C’est le résultat inverse d’une démocratie où les citoyens sont invités à participer, à apporter leurs compétences, à émettre des avis et à faire des propositions, à esquisser des synthèses, à accepter des compromis, à voir plus grand et plus divers au contact avec les autres, etc. Les questions sont assurément complexes et les résumer par des mots d’ordre à l’usage de déclarations médiatiques ou de manifestations de rue est particulièrement démagogique. Trop de soit disant programmes n’en restent d'ailleurs qu’à des déclarations d’intention … on conseille même aux candidats de rester dans le flou afin de ne pas se mettre à dos telle ou telle partie de l’électorat !


Peut-on changer cet état de fait qui s’est instauré dans nos pays et qui divise profondément nos sociétés civiles, nous faisant croire que les différences sont « fondamentales », que les programmes sont radicalement incompatibles entre eux, que « sa » vision de société est aux antipodes de celle des autres , etc. ? Cela fait penser aux prétentions des religions particulières, chacune vantant ses mérites incontournables !


Une première mesure serait de mettre fin aux investitures ; libre aux partis de dire leur appui à tel ou tel candidat. Les bulletins de vote devraient seulement mentionner le nom du candidat, quitte à lui à faire connaître, lors de sa campagne, les soutiens dont il bénéficie.

 

Par ailleurs, s’il est légitime que les députés s’inscrivent à des commissions parlementaires thématiques, voire régionales, on ne voit pas pourquoi ils recomposent les partis politiques au sein de l’hémicycle. Ils devraient plutôt siéger par ordre alphabétique ou aléatoire ou selon leur département. Quant aux agapes particulières, parfois / souvent à relent sectaires, elles peuvent très bien se tenir au siège des partis politiques respectifs. La même éthique devrait présider au plus haut niveau de l’Etat et le président en exercice s’abstenir d’y convier « ses troupes ». Les instances nationales doivent être l’affaire de tous les citoyens indépendamment de leurs appartenances idéologiques, et soignement préservées en conséquence des assauts des lobbies et des partis, des ingérences de toute sorte. Préservons nos instantes étatiques !


Halte aux emprises idéologiques de toute sorte et aux manipulations mentales !

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans les dérives sectaires
commenter cet article
5 novembre 2011 6 05 /11 /novembre /2011 18:29

OBSERVATOIRE CHRÉTIEN DE LA LAÏCITÉ

communiqué du vendredi 4 novembre 2011

 

Comme beaucoup de nos concitoyens s'exprimant collectivement ou individuellement nous condamnons les comportements violents d'intégristes religieux qui estiment "défendre" une religion en dénonçant un prétendu blasphème. L'Observatoire Chrétien de la laïcité souligne que dans une société démocratique qui respecte la liberté de pensée le blasphème en tant que tel n'est pas un délit. En accuser quelqu'un n'a de sens que du point de vue de certaines croyances : il ne saurait concerner qui ne partage pas ces croyances. Dès 2003, on pouvait lire dans notre Manifeste : « La République garantit le droit de critiquer publiquement religions et pensées philosophiques, jusqu’à l’ironie ou la comédie, dans les limites de la loi : aucune conviction organisée ne doit à ce sujet revendiquer un caractère intouchable ou sacré. »


Les "intégristes" quelles que soient leurs références religieuses ne sont pas les porte-parole de la communauté à laquelle ils disent appartenir. Dans le cas présent, ils en donnent même une image déformée, voire odieuse, contraire au désir du respect du bien commun et de sa "vitalité" manifestée par la création artistique par exemple. Si on est citoyen avant d'être croyant il faut rappeler que démocratie et liberté d'expression ou de création sont intimement liés.


Bien entendu la violence est condamnable. Tout citoyen a le droit de s'exprimer et aucun n'a le droit d'empêcher l'autre de le faire. La laïcité qui refuse tout lobby (et en particulier celui de la peur) demeure le meilleur rempart pour défendre la liberté d'expression contre les tentations de pratiques totalitaires.


L'Observatoire Chrétien de la laïcité (OCL) est un groupe de travail de la Fédération des Réseaux du parvis

adresse : Temps Présent, 68 rue de Babylone, 75007 PARIS

secrétaire de l'OCL : Jean Riedinger (contact)

Repost 0
Published by Observatoire chrétien de la laïcité - dans les dérives sectaires
commenter cet article
3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 17:57
medium_prosyletisme.jpgExtrémismes religieux, dérives sectaires et thérapeutiques, Colloque national, samedi 8 octobre 2011 de 9h00 à 17h30, organisé par le GEMPPI * – Groupe d’Etude des mouvements de Pensée en vue de la Protection de l’Individu ( lien), à l’Espace Ethique Méditerranéen **Hôpital adultes de La Timone,264, rue St Pierre 13005 Marseille
 
En partenariat avec : L’Espace Ethique Méditerranéen*, le CEREM (Centre d’Etude et de Recherche en Ethique Médicale), l’Assistance publique Hôpitaux de Marseille (AP-HM), la FECRIS (lien), la FAIL 13, avec le soutien du Conseil Général des Bouches du Rhône et de la Ville de Marseille.
 
Le but de ce colloque est de prévenir et d’armer nos concitoyens vis-à-vis de certains excès s’inscrivant dans des démarches spirituelles ou religieuses. La méthode consiste à introduire les participants aux différentes formes de dérives sectaires actuelles, le tout en évitant les amalgames assimilant le droit pour chacun d’avoir sa part d’irrationnel ou de religieux. L’enjeu étant pour chacune des composantes d’envisager une meilleure résolution des problèmes.
 
Chaque conférence sera suivie d’un débat libre avec les participants. Les conférences et les débats feront l’objet de publications écrites et audio-visuelles et éventuellement de retransmissions télévisées.
 
9h-9h15. Présentation accueil. Président du GEMPPI et un représentant de l’Espace Ethique Méditerranéen. Soutien du Conseil Général 13 et de la Ville de Marseille
9h15-10h00. Autour du bouddhisme et ses déclinaisons new age, par Félix Crespo Bouddhanar. Suivi d’un témoignage
10h00- 11h30. Autour du catholicisme, par Christian Terras de la revue Golias. Nouveaux Mouvements Ecclésiaux (NME) et dérives par Laurence Poujade, vice-présidente de l'AVREF (Association Vie Religieuse Et Familles) et témoignage de Jean Priol (ex religieux capucin). Le Père Félix Baudoin, de Pastorale, Nouvelles croyances et dérives sectaires
11h30-12h. Autour du protestantisme. Les protestants évangéliques : un radicalisme théologique et éthique. Pasteur John Raymond Stauffacher (Eglise Réformée Evangélique Marseille Friedland)
12h – 12h45.  Abus de droits. Contenu et limites de la liberté de croyance (menaces religieuses sur l’hôpital, etc.). Evelyne Kestler, doctorante en droit
 
Collation
 
14h-15h. Autour de l’islam, par Riadh Sidaoui, journaliste, écrivain, politologue, fondateur et directeur du Centre arabe de recherches et d'analyses politiques et sociales (Caraps) à Genève ; suivi d’un témoignage et de la présentation de l’AVICH - Association des Victimes de l’Islamisme pour la Citoyenneté et l’Humanisme
15h-15h45.  Autour de la franc-maçonnerie, par Pierre Lambichi, ex président du Grand Orient de France. Eventuellement suivi d’un témoignage
15h45-16h05. Autour du judaïsme. Interview en différé d’Isabelle Lévy, auteur de « Menaces religieuses sur l’hôpital »
16h05-16h25. Croyances occultes et médecine.Témoignage.
16.25-17h30. Approche du sujet au travers de l’expérience de membres des Aumôneries et de « Pastorale et sectes ».Le Père Jean-Marie Maestraggi, Aumônier d’hôpital (Marseille). Vincent de Marcillac présentera aussi la création de la cellule Pastorale, sectes et nouvelle croyance, dans le diocèse de Marseille. Les membres des aumôneries d’Hôpitaux des différents Cultes sont invités afin de nous faire partager leur expérience en matière de pressions sur les malades, de groupes sectaires. Témoignage de l’Exorciste diocésain concernant la santé.
 
Gratuit. Inscription obligatoire auprès du GEMPPI, dans la limite des places disponibles
Ce programme est susceptible de subir des modifications
* GEMPPI, BP 30095, 13192 Marseille Cedex 20  -  Tel/fax : 04 91 08 72 22
Portable : 06 98 02 57 03 - Courriel : gemppi@wanadoo.fr  -  www.gemppi.org                           
** Site de l’Espace Ethique Méditerranéen : http://www.ap-hm.fr/ethiq/fr/site/accueil.asp
Un libraire sera sur place et tiendra un stand où il proposera les ouvrages des intervenants
Repost 0
6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 14:50

Protégeons notre jeunesse des influences idéologiques politiques et/ou religieuses qui savent marquer leur emprise au moyen de symboles. Les vêtements se prêtent particulièrement bien à cela. Le voile de tête (et bien sûr le voile intégral) sont interdits à l'école : qu'à cela ne tienne, "on" introduit les djellaba ! Qu'avez-vous contre ces vêtements seulement exotiques, bande de racistes !Bien joué de la part des activistes islamiques qui font le forcing.

 

Les marques commerciales, quant à elles, s'en donnent à coeur joie pour faire croire aux jeunes qu'ils sont à la dernière mode - et plus riches ou en tout cas plus branchés que celui qui est habillé simplement.Tant pis pour les enfants des budgets familiaux un peu serrés ! Qu'on se le dise, la société moderne est hiérarchisée !

 

L'extrême Gauche à son étoile rouge de Che Guevara et l'extrême Droite une panoplie allant du crâne rasé aux têtes de mort sur les tea-shirts.

 

La République, comme une vieille autruche, fait mine de rien, ne veut pas voir, et continue à parler dans le vide de ses idéaux d'égalité et de laïcité qui sont bafoués dans nos Ecoles.

 

marine_le_pen_et_skinhead.jpg

 

Ici, Marine Le Pen photographiée en 2006 avec deux skinhead (découverts depuis comme étant des néo-nazi notoires de la région lyonnaise) (lien)

 

Signe de leurs idées politiques extrêmes, leur tenue. L'un arbore un tee-shirt Lonsdape, détournement de la marque Lonsdale. Le changement d'une lettre permet une référence au NSDAP, soit le parti national-socialiste des travailleurs allemands, la formation d'Adolf Hitler. Quant à l'autre protagoniste, il arbore, sur son tee-shirt, un croix gammée masquée par une tête de mort. Le blogueur qui donne l'information signale qu'il s'agit d'une Totenkopf, "symbole des gardiens SS des camps de concentration et d'extermination durant la seconde guerre mondiale".  

 

Bon, faut savoir déchiffrer ! Est-ce trop demander à Dame République d'ouvrir les yeux sur ce qui se passe ? Certes, ce ne sont que des tea-shirts ! ... mais d'autant plus faciles à fourguer à nos jeunes scolaires toujours à l'affût pour épater leurs camarades et à suivre les "aînés".

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans les dérives sectaires
commenter cet article

Articles Récents