Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

11 septembre 2008 4 11 /09 /septembre /2008 07:39

Pourquoi cette croix d’allure tout à fait chrétienne toujours mise en avant sur les sites de la Scientologie ? Est-ce simplement la prétention d'être une Eglise ? Ou bien une référence au Christ (mais à quel christ ?) ? Y a-t-il une explication de cela dans l'oeuvre de leur fondateur L. Ron Hubbar ?

D'après l'encyclopédie sur la Toile Wikipedia : " La scientologie considère que la motivation fondamentale de la vie est la survie, elle-même étant située sur une échelle graduée allant de la mort à l'immortalité potentielle. Cette motivation est appelée la dynamique. Cette dynamique ou impulsion fondamentale se sépare en 8 dynamiques (symbolisées par la croix à 8 branches de la scientologie). L'homme aurait une impulsion à survivre sur chacune d'entre elles.

le siège de la Scientologie à Bâle (Suisse)

La première dynamique serait l'impulsion à survivre en tant qu'individu. La seconde dynamique l'impulsion à survivre à travers le sexe, la procréation et la famille. La troisième dynamique l'impulsion à survivre en tant que groupe ou en tant que groupes. La quatrième l'impulsion à survivre en tant qu'espèce ; en l'occurrence l'humanité. La cinquième est l'impulsion à faire survivre la totalité des formes de vie : plantes, animaux, insectes, etc. La sixième est l'impulsion à survivre en tant qu'univers matériel (les énergies, la matière, les rochers, les planètes font partie de cette impulsion). La septième dynamique est l'impulsion à survivre en tant qu'esprits (la scientologie considère que la personne est un esprit "habitant un corps" et n'est ni son corps ni son mental). La huitième dynamique étant la dynamique de l'être suprême.

Toutes ces dynamiques sont des divisions arbitraires de la dynamique fondamentale qui les englobe toutes."

On peut constater le niveau intellectuel du fondateur ! A croire que certains aiment ce genre de littérature ésotérique faite d’affirmations gratuites (mais fort payantes sous forme de livres vendus à la librairie du mouvement !), accessibles à tout le monde sans études à priori ...

D’autres croix existent que celle des chrétiens ; la croix gammée par exemple (d’origine indienne et inversée pour être celle des nazis). La Scientologie aurait pu tout aussi bien choisir une rose des vents pour symboliser ses huits directions. Nul n’est besoin d’imiter pour cela la croix des chrétiens !

Mais voilà, la Scientologie veut être une Eglise, veut faire croire à sa respectabilité, s’infiltre dans le paysage religieux connu, etc.

Les unitariens n’utilisent pas le symbole de la croix ni ne se signent " au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit ". Depuis Faust Socin (XVIème siècle), ils n’adhèrent pas en effet à l’interprétation rédemptrice de la Passion de Jésus (qui aurait effacé sur la croix le péché originel).

Ceci dit, les unitariens respectent la croix qui est l’un des emblèmes forts du christianisme et qui est vénérée par d’autres Eglises. Ils ne sont nullement des iconoclastes et conçoivent fort bien que d’autres chrétiens y attachent une extrême importance en fonction de leur propre théologie. C’est précisément au nom de ce respect mutuel que nous n’acceptons pas que des non chrétiens usurpent cet emblème.

Surprenant aussi que, le relativisme aidant, nombre de chrétiens et de grandes Eglises ne réagissent pas lorsqu’on leur chipe leur principal symbole.

Repost 0
Published by Actualités unitariennes - dans les dérives sectaires
commenter cet article
8 septembre 2008 1 08 /09 /septembre /2008 15:19

L'Eglise de Scientologie, très controversée en France, va être jugée par un tribunal pour "escroquerie en bande organisée", une procédure qui pourrait entraîner la dissolution de la principale association s'en réclamant.


La Scientologie est considérée comme une secte dans les rapports parlementaires français mais n'est pas pour autant interdite. Elle bénéficie du statut de religion dans d'autres pays comme les Etats-Unis.

L'affaire a débuté en décembre 1998 par la plainte avec constitution de partie civile d'une femme estimant avoir été escroquée par l'Eglise de Scientologie. Abordée quelques mois plus tôt à Paris par des scientologues pour un test de personnalité gratuit, elle avait au final dépensé plus de 200 000 francs (environ 30 000 euros) pour des cours, l'achat de livres, de médicaments et ainsi que d'un "électromètre" , appareil électrique censé mesurer les variations de l'état mental de la personne par les modifications importantes de la résistance électrique. Une autre plaignante et l'ordre des pharmaciens se sont par la suite constitués partie civile dans ce dossier.


Fondée en 1954 aux Etats-Unis par Ron Hubbard (1911-1986), un auteur de science-fiction, la Scientologie revendique des millions de membres et 6.000 "églises" dans 159 pays, dont des milliers de membres en France. Elle fonde son action sur la "dianétique", une "science de la santé mentale" selon Hubbard, qui permettrait d'accéder au bonheur en se purifiant des éléments mentaux négatifs.


En France, les autorités lui reprochent des pratiques de "déstabilisation mentale" et en 1995, la première association française de l'Eglise de Scientologie avait été dissoute pour n'avoir pas payé ses impôts au fisc qui lui refusait le statut d'Eglise. En 2002, l'association scientologue d'Ile-de-France (région parisienne) a été condamnée pour le fichage illicite d'anciens membres.


Une pseudo Eglise (une Eglise n'est-elle pas jusqu'à nouvel ordre une assemblée de chrétiens ?), une prétention à être une science (bien que non enseignée à l'université), des méthodes de charlatans et d'escrocs, des prix exhorbitants, la perte de la santé si on n'a pas recours à ses stages de purification, le prosélytisme lèche cul en direction des vedettes, l'hypocrisie et l'opacité de son mode de fonctionnement interne, la référence à un fondateur "zénial", l'Eglise de scientologie est un très bon exemple de ce qu'on peut appeler aujourd'hui une secte.
Repost 0
Published by Actualités unitariennes - dans les dérives sectaires
commenter cet article
22 juillet 2008 2 22 /07 /juillet /2008 06:37

Les partis politiques mobilisent leurs partisans et les députés de leur mouvance, ce qui est de leur rôle ; mais certains vont bien au-delà et menacent ni plus ni moins de sanction les députés qui n’obéiraient pas aux consignes de vote, ce qui est tout autre chose : jugement moral et procès d’intention " tu ne vois que ton intérêt personnel ", exclusion sociale " tu es un traître ", promesse de sanction " les instances du parti étudieront ton cas ", lynchage médiatique (le parti horrifié se met soudain à vociférer d’une seule voix !).

On a connu cela naguère dans les milieux religieux (et encore de nos jours pour l’islam et les sectes). Cela s’appelle l’excommunication (suppression temporaire de la communion en attendant que l’accusé ne se repente), l’apostasie (le changement de confession était une trahison valant condamnation juridique !), l’hérésie (sortir des sentiers battus), et autres pressions morales et physiques.

Jusqu'au XVIème siècle, lorsque les protestants commencèrent à affirmer que les pasteurs devaient prêcher en toute conscience, être libres de comprendre la Bible en la méditant eux mêmes et de l’expliquer à leurs ouailles. Ils ne devaient en aucun cas, précise la charte de Torda en 1568 (en Transylvanie, à l’instigation des unitariens de ce pays), subir des préjudices quant à leurs biens. Quitte pour la communauté paroissiale à faire appel à un autre pasteur si sa majorité n’était pas d’accord avec ses prêches.

affiche de la SNCF pour la liberté de voyager comme on l'entend ! photo JCB

En Hollande, en Angleterre, aux Etats-Unis, à Genève même, les protestants dits libéraux n’ont eu de cesse de refuser les confessions de foi auxquels on voulait qu’ils souscrivent lors de leur recrutement, non point qu’ils n’étaient pas d’accord avec le contenu de tel ou tel article, mais par principe : on ne marchande pas la liberté de conscience. En Irlande, une Eglise se nomme précisément sur cette position : les non-suscribing. Voir une présentation de cette Eglise sur le site de l’AFCU
http://afcu.over-blog.org/article-10104432.html

Alors, nos partis politiques seraient-ils plus catholiques que les catholiques, plus calvinistes que les calvinistes, plus musulmans que les musulmans ? Sont-ils des familles de pensée ou bien des embrigadements, des encartements (= adhérer à un parti politique), des emprisonnements idéologiques ?


Lu ce matin dans la presse (je ne cite pas les auteurs car notre mouvance unitarienne est religieuse et éthique et ne veut pas s’immiscer dans les options politiques proprement dites), à propos d'un député qui n'a pas suivi les consignes de son parti : 

"Il y a une rupture qui vient de se produire. Je suis triste pour lui triste pour tout ce qu'il a fait mais c'est son choix, ce choix de partir sur un chemin tout seul vers d'autres horizons. Quand il se retournera, peut-être qu'il se retrouvera seul",

"Il a pris une grande responsabilité, c'est à lui de tirer les conclusions de cet affranchissement de la délibération collective".
"gravissime, c'est une trahison de tous nos idéaux",
"Je crois que la sanction la plus efficace ne serait pas l'exclusion, mais l'interdiction de se présenter à nouveau comme candidat au nom du [Parti]",
"Une seule voix a fait la différence: pourra-t-on en connaître le prix ? Les démocrates, eux, en supporteront le coût […] Comme disait François Mitterrand, sur le chemin de la trahison, il n'y a que le fleuve de la honte à traverser […] A l'avenir, ce type de manquement à la probité politique ne sera plus admis au [Parti] "
Le prix de la trahison ".

Fichtre ! Cela veut-il dire que lorsqu’on s’encarte on perd sa liberté de pensée, sa liberté de conscience, sa liberté de vote, sa liberté de parole ? N’est pas grave pour un citoyen ? encore plus pour un député ? Ces accusations ne sont-elles pas liberticides de la part de femmes et d’hommes politiques qui aspirent à nous gouverner ?

Voilà que je me répète ! Je l’avais déjà dit le 19 janvier 2008 " Lorsque les partis politiques laissent la liberté de vote à leurs députés ". C’était, autre contexte, à l’occasion de la signature du Traité européen de Lisbonne. http://actua.unitariennes.over-blog.com/article-15790355.html

Un ex homme politique a dit récemment que certains, dès lors qu'ils agissaient dans le cadre de leur parti, devenaient des "tueurs".
Faut-il donc "tuer" ses "adversaires" pour réussir en politique ?

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans les dérives sectaires
commenter cet article
20 juillet 2008 7 20 /07 /juillet /2008 11:16
Je n'ai toujours pas trouvé de caricaturiste pour un dessin critique des fascistes soudanais.  Pourquoi les dessinateurs ne sont-ils pas au rendez-vous ? Ce n'est pas Mahomet qu'il fallait caricaturer - il vivait en son temps - mais bel et bien les dictateurs sanguinaires d'aujourd'hui.

A défaut, une photo de manifestation devant l'ambassade du Soudan à Londres prise par le journal Ouest-France

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans les dérives sectaires
commenter cet article
17 juillet 2008 4 17 /07 /juillet /2008 07:08

 L’artiste franco-camerounais Dieudonné Mbala Mbala affirme de plus en plus sa connivence avec le Front National (FN). Il avait esquissé un rapprochement avec Jean-Marie Le Pen pendant la campagne présidentielle, s’affichant en novembre 2006 à la fête du FN au Bourget, avant qu’une partie de l’état-major du FN ne se montre à l’un de ses spectacles à Paris. Il soutint ensuite Patrick Bourson, ami de Jean-Marie Le Pen et candidat FN dans la Marne.


Voilà maintenant que Le Pen est devenu le parrain de la petite Plume, dernière née de la famille de Dieudonné. Le baptême a été fait par le célèbre abbé Philippe Laguérie, lefebvriste rallié à Rome à des conditions très avantageuses, sur les fonts baptismaux de la paroisse Saint Eloi, à Bordeaux, laquelle est un bastion du catholicisme ultra conservateur pratiquant exclusivement le rite tridentin. Cela ressemble fort bien pour cet artiste à une descente aux enfers.


Né en 1966, à Fontenay-aux-Roses, d’une mère bretonne "sociologue" et d’un père camerounais "expert-comptable", Dieudonné est un humoriste de talent capable d’animer des spectacles en show. On lui reproche des dérapages " antisémites ", ce qui lui a valu d’avoir ses spectacles perturbés par des groupes de pressions et de ne plus être invité sur les plateaux de télévision. Bref, sa réputation est désormais sulfureuse, ce qui est à double tranchant pour un artiste (un certain public valorise l’impertinence, le décalage, la provoc !), mais ce qui risque de le ghettoïser.


Au delà de ce cas particulier, on peut constater que la société française invite aux extrêmes.

Pourquoi nombre d’artistes et de sportifs se croient-ils obligés d’émettre un message politique alors que ce n’est pas leur métier ? Pourquoi de tels engagements se font-ils dans le style le plus simpliste, celui du dualisme (pour Dieudonné : je préfère Ben Laden à Georges Bush !) ? Pourquoi a-t-on fait croire à toute une génération que la politique était un simple engagement humanitaire fondé sur une bonne morale (ou une bonne conscience de soi), d’offuscations dites vertueuses, d’intentions positives (pour soi) ou négatives (de la part des " adversaires "), du n’y a qu’à faire ceci ou cela, et une occultation quasi systématique de la complexité des problèmes.

Bref, une politique on ne peut plus tribale avec des adversaires en face à terrasser ou à défaut à vilipender, à harceler à la moindre parole ou geste – et les médias sont au rendez-vous pour les mettre en exergue, les isoler de leur contexte (comme l’antisémitisme prêté à Dieudonné), les diffuser à grande échelle avec des reprises en cascade.

Quelle ambiance au nom de la démocratie ! Quelle porte ouverte pour les démagogues de tout poil !


Le dualisme a fait des ravages dans l’histoire religieuse avec la diabolisation des autres et il continue à le faire à grande échelle à l’initiative des sectes et des mouvements politico-religieux. Mais le dualisme politique est aussi consternant. Il marque le paysage de nombreux pays en s’appuyant sur des partis politiques dont le seul soucis, dans un système ultra compétitif qualifié de démocratie à l’occidentale, est d’encadrer leurs militants et d’augmenter leur visibilité et leurs résultats aux sondages et aux élections, et non de procéder à une réflexion sur les problèmes de société. Il paraît que cela serait réservé aux " clubs " politiques qui, eux, sont lancés bien en amont des échéances électorales afin d’être des laboratoires d’idées, ou encore aux commissions parlementaires.

Que Dieu préserve nos artistes de faire de la politique ... du moins dans l'exercice public de leur talent.

Epilogue :

Le 26 décembre 2008, lors d'une dernière représentation au Zénith, Dieudonné a reçu le négationniste français Robert Faurisson pour lui faire remettre, par son régisseur déguisé en déporté d'un camp de concentration marqué d'une étoile jaune, le prix de "l'infréquentabilité et de l'insolence". Jean-Marie Le Pen, son épouse et d'autres militants du FN assistaient au spectacle.

A lire entre autres sur
le bloc-note de Jean-Laurent Turbet.
Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans les dérives sectaires
commenter cet article
3 juillet 2008 4 03 /07 /juillet /2008 02:28
La joie d'une libération d'otages : celle d'Ingrid Bétancourt et de ses compagnons de captivité. Avec le soucis pour tous ceux qui ne sont pas encore libérés.

Et puis aussi une grande colère contre tous ceux, marxistes et islamistes, soutenus par des intellectuels toujours prêts à tout justifier, qui considèrent que la prise d'otages est une arme normale entre les mains des "pauvres", à savoir les mouvements révolutionnaires dit de libération nationale qui luttent contre le colonialisme, l'impérialisme, etc.

Paradoxe des intellectuels marxistes qui ont soutenu le régime maoïste en Chine bien que la Chine soit parfaitement coloniale et impérialiste au Tibet, au Turkestan oriental et en Mongolie dite "intérieure" *. Sans parler de l'Union soviétique et de son emprise militaire sur d'autres pays.
* voir notre série d'articles sur la Chine coloniale et impérialiste dans la rubrique "halte aux génocides".

A l'époque des médias et des journalistes sans frontières, la prise d'otages est-elle encore nécessaire pour faire connaître une cause ? avec le risque et la certitude de passer pour des barbares ... Et si la non-violence était une bien meilleure attitude ? Celle d'un Jésus, de Gandhi, de Martin Luther King, du dalai-lama ?

Que de crimes commis de tout temps au nom de la Révolution !

L'espoir d'une page qui se tourne : le jour où les tee-shirt à l'effigie d'Ingrid Bétancourt seront plus nombreux que ceux à la gloire de Che Guevara ...
Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans les dérives sectaires
commenter cet article
31 mai 2008 6 31 /05 /mai /2008 16:17

Communiqué de presse :

L'Observatoire chrétien de la laïcité (OCL) s'indigne de l'annulation par la justice d'un mariage- motivée par le << mensonge >> de l'épouse sur sa virginité.

Il souligne la gravité de cette décision pour l'avenir du droit en France.

illustration : "le baiser", vu sur loudie.over-blog.net.

En effet elle s'appuie, de façon tout à fait inappropriée en l'occurrence, sur la notion de << tromperie sur la qualité essentielle >> d'un des époux. L'OCL souligne qu'en aucun cas la virginité ne saurait être considérée au moment du mariage comme une qualité essentielle de la future épouse. On ne voit pas en quoi, d'un point de vue humain, la virginité- de la femme seulement, notons le - engagerait la validité du mariage.

Pour envisager le contraire , les juges n'ont pu que se référer à une conception << religieuse >> parmi d'autres, conception d'ailleurs discriminatoire à l'égard des femmes et les soumettant à la domination de fantasmes masculins. En cela ils ne respectent pas la constitution de la cinquième République qui caractérise notre pays comme une république laïque. Dans une telle république la loi est la même pour tous, femmes et hommes notamment- et ne saurait se fonder, directement ou indirectement, sur des règles religieuses particulières.

Ce jugement ouvre la porte à des pratiques judiciaires communautaristes qui appliqueraient à des citoyennes et des citoyens les conceptions morales ou juridiques d'une communauté -notamment religieuse- ou d'un groupe identitaire auxquelles seraient alors réduite- de façon aliénante- leur identité personnelle et donc leur humanité.

Jean Riedinger
secrétaire de l’OCL


L’Observatoire chrétien de la laïcité regroupe plusieurs mouvements au sein de la Fédération des réseaux des Parvis. Nous reproduisons ce communiqué de presse qui a été mis en ligne sur le site de cette fédération

http://reseaux.parvis.free.fr:80/index.htm

Repost 0
Published by Observatoire chrétien de la laïcité - dans les dérives sectaires
commenter cet article
30 mai 2008 5 30 /05 /mai /2008 14:43

Le Tribunal de Grande instance de Lille vient d'annuler un mariage sous le prétexte que la fiancée avait dit qu'elle était vierge ...

Que la jeune fille ait menti à son fiancé quant à sa virginité, c’est là une affaire toute privée et l’on ne voit pas pourquoi la Justice s’y mêle. Somme toute, le futur mari n'avait qu’à aller z’y voir lui-même ou envoyer les vertueuses matrones musulmanes écarter les jambes de sa fiancée ! C’est ce qu’on appelle en France un benêt. Et en plus, il va se plaindre, sans doute poussé par les dévots et dévotes de son entourage !

Plainte reçue par le Tribunal en question qui pourtant a sans doute bien d’autres chats à fouetter. Eh oui ! les pauvres rigoristes musulmans qui sont tout déroutés par la laïcité à la française, il faut bien s’adapter à eux ...

Pourquoi le Tribunal de Lille ne lui a-t-il pas demandé de faire preuve lui aussi de sa propre virginité puisque, en France, les femmes et les hommes doivent être traités à égalité, sans discrimination. On reste pantois devant certains raisonnements juridiques. Il paraît que cela s’appelle faire jurisprudence ...

machine mise à la disposition de la Justice française par les Shaddoks
afin de tester la virginité des poissons mâles


On réserve des heures de piscines municipales aux femmes qui ne veulent pas être vues en maillot de bain (même si ce sont des "une pièce") ; quant au cimetière,  ne mélangeons pas les impurs et les fidèles ! Au Canada, où certains prônent des "accommodements raisonnables" *, on fait polir les vitres des salles de gym afin que les Juifs hassidim (mâles) ne voient pas les jambes (impudiques) des femmes qui font de la musculation, etc.
* allusion à la commission Bouchard-Taylor mise en place par le gouvernement québécois en février 2007 et qui vient de rendre un rapport très controversé.

Pour ceux qui veulent des accommodements " raisonnables ", le secteur privé est tout désigné pour rendre des services à la carte. On peut aussi aménager une piscine chez soi ; ce n’est pas interdit ! Le secteur public, quant à lui, est ouvert à tous sans condition – mais, inversement, sans caprices fussent-ils religieux.

Jusqu’à présent, du côté des partis politiques, seuls le PCF, le PS  et l’UMP ont bougé, également Mme Elisabeth Badinter et l'association Ni putes, ni soumises. Tiens, pour une fois, on ne se bouscule pas de trop au portillon médiatique des réactions hâtives ! Par contre, çà bouillonne dur au sein de la bloguosphère ...

Quant aux acteurs religieux, toujours longs à la détente et bien souvent faisant profil bas quand il s'agit des leurs - en l'occurrence de braves musulmans fondamentalistes quelque peu demeurés -, je crois bien, en toute modestie, que nous sommes les premiers à dire quelque chose. Pour nous ce sera sans ambiguïté :


Pour une laïcité sans bavures : halte aux archaïsmes religieux !

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans les dérives sectaires
commenter cet article
3 avril 2008 4 03 /04 /avril /2008 11:36

  Les faux souvenirs induits, la vente multi-niveaux, certaines techniques de coaching en entreprise et le datura font partie de la moisson de la Miviludes (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires) dans son rapport 2007 publié jeudi.

Il s'agit du 5ème rapport annuel de la Miviludes, au coeur d'une polémique le mois dernier, après les propos de la directrice de cabinet de Nicolas Sarkozy, Emmanuelle Mignon, estimant qu'outre ce travail annuel, "la Miviludes ne fait rien".

Le rapport fait également le point sur les techniques de lobbying des sectes auprès des organismes internationaux, à partir de l'exemple de l'OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe), et sur le phénomène du satanisme qui concernerait de près ou de loin environ 25 000 personnes en France, dont 80% de moins de 21 ans.

Il pointe aussi le néo-chamanisme et l'usage d'une substance, le datura, plante courante aux fleurs très parfumées et réputée toxique, qui tend à remplacer l'iboga, inscrit au tableau des stupéfiants.

"Les sectes évoluent mais elles sont toujours là", estime Jean-Michel Roulet, président de la Miviludes qui souligne qu'à partir de 2000 elles se sont "engouffrées" dans le domaine de l'accomplissement de soi, les unes dans l'humanitaire, les autres dans les techniques de "recherche de son moi profond".

Le travail sur la mémoire est une des bases de la psychanalyse, en revanche "le +faux souvenir induit+ résulte de techniques d'autosuggestion ou d'une influence indue qu'exercent certains thérapeutes". Ceux-ci "manipulent" le patient en l'amenant à se rappeler des abus -souvent à caractère sexuel- subis dans la petite enfance qui constituent le "syndrome du faux souvenir induit", dévastateur pour le patient lui-même et pour sa famille.

Le phénomène est apparu aux Etats-Unis dans la seconde moitié du XXème siècle et "se développe de manière inquiétante en France".

C'est aussi au nom de la "sujétion de l'individu" que la Miviludes s'est intéressée à la vente multi-niveaux, qui consiste à vendre des produits ou services, le plus souvent liés au bien-être, et à convaincre les acheteurs de devenir vendeurs à leur tour. Ils n'ont pas de contrat de travail, sont rémunérés au pourcentage, et les plus convaincus finissent par quitter leur travail et ne plus fréquenter que les membres du réseau.

Autre risque d'embrigadement avec l'application au coaching en entreprise de la théorie des "constellations systémiques", inventée par l'américaine Virginia Safir à partir de l'observation des tribus en pays zoulou : le groupe - en l'occurrence l'entreprise - fonctionne comme un corps biologique où chacun a un rôle précis. Une des dérives est de considérer que chacun fait partie du groupe et que c'est au groupe de tout décider pour lui.

Le rapport 2007 consacre un chapitre à la "stratégie d'influence de la mouvance sectaire à l'international", notamment auprès de l'OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) et particulièrement d'un de ses organismes, le BIDDH (Bureau des institutions démocratiques et des droits de l'homme). Plusieurs mouvements - la Miviludes cite la Scientologie, les raéliens et les témoins de Jéhovah - viennent y dénoncer la lutte contre les dérives sectaires au nom des atteintes à la liberté religieuse. Toutes les interventions étant publiées, elles ont de ce fait une diffusion et une respectabilité assurées.

Une autre technique est de mettre en cause les acteurs de la lutte contre les dérives sectaires, en visant les personnes elles-mêmes ou en mettant en cause le bien-fondé des subventions dont elles bénéficient.

Ce rapport a été remis mercredi au Premier ministre, dont dépend la Miviludes.

Repost 0
28 février 2008 4 28 /02 /février /2008 16:35
En fait, certains mouvements religieux, petits ou gros, ont manifestement de la difficulté à accepter l’esprit et le mode de fonctionnement d’une démocratie moderne et laïque, d’où des heurts à répétition avec la société civile.


Il y a d’abord les obscurantismes qui, au nom d’une Révélation soit disante divine, vont à l’encontre des connaissances scientifiques comme celles relatives à l’évolution des espèces. Quid alors de l’enseignement, lorsque des étudiants s’insurgent au nom de leur foi contre les connaissances qui leur sont données ? Des professeurs d’université en sont bouche bée avec en prime une découverte du christianisme évangélique ou de l’islam. Contre toute attente, l’anti-darwinisme du XIXème siècle connaît un second souffle.


Il y a aussi l’ultra-conservatisme moral qui, au nom de valeurs et de principes érigés en idoles absolues, refuse de prendre en considération la souffrance humaine, les drames de nos vies : les avortements, les méthodes contraceptives, les divorces, les couples homosexuels, les euthanasies. Face au fléau du sida, la condamnation de l’usage du condom EST CRIMINELLE.


Il y a aussi les communautarismes religieux nés de l’idée que notre brave société serait en la proie de Satan en personne. Eh oui ! tous nos maux s’expliquent ! Les fêtes " païennes " sont vilipendées, à commencer par la Noël des chrétiens où celle du Père Noël, du l’An neuf, etc. L’abstention vis-à-vis de tout ce qui symbolise l’Etat (uniforme, armée, drapeau), le rejet de ce que font les autres religions (tous des antéchrist ou encore des " impurs !) et la grosse tentation de vivre en circuit fermé, entre élus, entre saints, entre purs. D’avoir ses propres écoles, ses entreprises, ses boutiques, ses loisirs, ses piscines, son carré au cimetière, etc. Quant au paradis, ce n’est pas la peine d’y réserver sa place puisque seuls les bons y seront – ce qui simplifie bien les choses. Merci à Dieu Tout puissant pour son Jugement du dernier jour et de faire le tri.


Egalement criminelle cette idée que c’est un manque de foi que de s’adresser à la médecine humaine puisque Dieu guérit, et en définitive lui seul. Ou bien encore que le sang étant le siège de la vie et que celle-ci appartient à Dieu seul, puisqu’Il est notre Créateur, les transfusions sanguines ne peuvent que lui déplaire. Dans le Premier Testament, avec le même raisonnement, il y a aussi les recensements qui déplaisent à Dieu. David en aurait, paraît-il, fait les frais !


Et puis, la religion n’est pas seulement un service aux autres rendus, un accompagnement spirituel et religieux. Elle est pour certains entrepreneurs religieux, leur famille et leur entourage, une emprise sur les autres, une méthode pour capter les ressources des fidèles, les faire travailler gratuitement soi disant pour la communauté, s’enrichir à leurs dépends par des cotisations élevées, la perception d’une dîme (vous avez bien entendu, le dixième de vos ressources !), faciliter l’accès sexuel aux jeunes femmes (pour leur communiquer un surplus de Vie spirituelle), aux jeunes filles et aux jeunes garçons pour les pédophiles, jouir d'une vie luxueuse car rien n’est trop beau pour son gourou bien aîné, etc. 


Les manipulations mentales, les perversités, l’isolement social (à commencer par sa propre famille), l’opacité des finances et des prises de décision, etc., sont monnaie courante dans nombre de mouvements, au nez et à la barbe des braves fidèles. Certains en ressortiront meurtris après y avoir cru de longues années durant.


Quand ce n’est pas carrément le recrutement des jeunes pommés pour des causes politico-religieuses comme dans le cas des mouvements satanistes, néo-nazi anti-juifs et des djihadistes.


Alors faut-il attendre que les sectes sévissent pour aller voir ce qui s’y passe ?


La logique judiciaire, évoquée dans le message précédant, veut qu’on attende les drames. La Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (MIVILUDES) a été ainsi sagement consignée dans cette position. Pompiers pour éteindre l’incendie, médecins après la mort, disent nos dictons populaires. Pour elle, le principe de sécurité ne s’applique pas puisqu’il ne s’agit pas d’OGM mais de la liberté de pensée !


Qu’on se le dise, la religion pour les unitariens est un service aux autres, un accompagnement spirituel respectueux de leur liberté de penser et de leur propre itinéraire, et non une emprise sur les autres, leur manipulation, leur endoctrinement, leur enregistrement, leur mise au pas cadencé, la pensée unique.

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans les dérives sectaires
commenter cet article

Articles Récents