Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

13 mai 2007 7 13 /05 /mai /2007 20:25

Suite à l’individuation de nos sociétés modernes où les personnes sont de moins en moins encadrées par des institutions (Eglises, partis politiques, syndicat, etc.) et de moins en moins engagés, certaines institutions se comportent d’une façon qui apparaît tout à fait suicidaire.

L’Eglise catholique maintient un niveau de recrutement très élevé pour ses prêtres (avec un abus manifeste par rapport au droit moderne en plaçant leur vie sexuelle sous haute surveillance). Elle reparle aussi d’excommunication pour les députés qui se hasarderaient à voter des lois sur l’avortement, un statut concernant les couples homosexuels, les distributeurs de préservatifs, etc.

Arianisme---Ambroise--condamnant-les-ariens-au-concile-de-Nic--e.jpg Ambroise, évêque de Milan, condamnant les ariens.

Dès son arrivée au Brésil, Benoît XVI a donné le "la",  avec à la clef la belle hypocrisie de faire donner les épiscopats nationaux : on décentralise ! du moins l’excommunication  ... car pour les autres décisions ce n'est pas prévu. Et puis, de toute façon, comme l’explique un sbire proche de pape : les députés catholiques qui oseraient s’excommunieraient d’eux mêmes !

Ben voyons, on n’est plus comme au Moyen âge où l’excommunication était décrétée, officielle, publique.

Des fatwas catholiques d’évêques locaux, mais plus de foudres papales (simplement une bénédiction de loin et d’avance) ; au mieux on culpabilise suffisamment les personnes pour qu’elles s’autocensurent elles mêmes.

A ce rythme, c’est assurément tuer les partis qui s’intitulent (encore) " Démocratie chrétienne ".

Mais l’Eglise catholique romaine n’est pas la seule institution à vouloir (encore) tout contrôler. Nos partis politiques français on également un passif et un actif en la matière : " on " menace d’exclusion les membres du parti qui se hasarderaient à participer au Gouvernement sans l’aval de leur chef ou d’un " conseil national " où la majorité définirait la bonne analyse et la voie juste ; " on " veut " resserrer les rangs ", " mettre le parti en ordre de bataille " … même si c’est pour une échéance somme toute assez lointaine (2012) ; "on" veut faire signer des blanc-seings, des serments qui engagent, indépendamment des évènements à venir, sous la forme de contrats, etc. Au nom de la cohérence, "on" revendique de la discipline. Autant de censures à la liberté de penser et d’agir.

Il y a là confusion totale entre un engagement au sein d’une famille idéologique, afin de s’encourager mutuellement et de coordonner son action individuelle avec celle des autres, et l’entrée dans un groupe de pression qui aliène les personnes en leur imposant des contraintes (en plus des statuts que toute association doit avoir légalement) afin d’être " une machine à gagner ".

Les unitariens ne peuvent qu’être ahuris par cette tendance, eux qui adhèrent volontairement à leur association, congrégation ou Eglise, sans abdiquer la moindre once de leur liberté de pensée. Pour eux, le respect de la diversité d’opinion au sein d’une institution va de soi.

La liberté de choisir ses engagements en fonction de ses propres convictions et analyses ne pose d’ailleurs pas de problème dès lors qu’on encourage les uns et des autres à prendre leur responsabilité, même si c’est sur des chantiers bien différents. La cohérence découle de la conscience et de la responsabilité, de la concertation volontaire, du dialogue, et non pas d’une discipline d’en haut.

En tout cas, ce n’est pas à un pasteur, à un évêque, ou à une majorité synodale ou conciliaire d’en décider !

Adieu aux excommunicateurs de toute sorte !

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans les dérives sectaires
commenter cet article
11 mai 2007 5 11 /05 /mai /2007 08:37

Che-Guevara-sur-fond-rouge.jpg Che Guevara et son béret frappé de l'Etoile rouge. Un romantisme qui a viré au cauchemard en Amérique latine ... et en France

 

Trois jours après les élections présidentielles françaises au suffrage universel, l’Extrême gauche n’a pas encore accepté le verdict des urnes. Elle persiste et signe par jeunes interposés. Pire, certains en sont aux accusations … contre les Juifs qui auraient voté Sarkozy. On croyait que le fascisme couvait plutôt à l’Extrême droite, mais voilà qu’il surgit chez les révolutionnaires de l’autre bord.

Lorsque les militants d'une cause versent dans l'activisme, ils ne reculent devant rien, pas même la honte !

Des photos ont été prises le 9 mai, au quartier Latin de Paris, par Henri, qui se présente comme photographe " libertarien " : "c'est une philosophie politique prônant la liberté absolue des individus de faire ce que bon leur semble de leur personne ou de leur propriété, ce qui implique qu'ils n'empiètent pas sur cette même liberté des autres." Parmi ses cibles privilégiées, les manifestations.

Elles sont publiées sur le blog "Photo Only". A voir absolument pour savoir ce qui se passe.

Bien que ce soit "photo only", le photographe n'a pu s'empêcher d'ajouter un commentaire : " On remarque sur l'avant dernier, que ce manifestant tient dans sa main droite un numéro de Marianne qui date de février 2007 avec un article intitulé, "Pourquoi les juifs communautaires ont basculé pour Sarkozy". J'irais même plus loin "et une bonne partie des juifs non communautaires également" ! Mais ce n'est pas le sujet ! On voit sur le dernier cliché, le même manifestant en train de brailler ! Et que braillait-il ? Je vous le donne en mille ? Je le cite; " C'est grâce à l'axe judéo franco israélien, que Sarkozy a été élu ! " Et voilà ! Comme j'étais parfaitement au courant depuis longtemps de ce basculement à droite, il date de plusieurs années déjà, je me demandais quand, et qui, allait sortir du bois l'épouvantail juif ! Qui ? Je le savais parfaitement bien sûr, mais quand ? "

Henri a été interviewé par Over-blog

"Dans le cadre de ma passion, je couvre en photo tout ce qui est possible, du moment que l'homme est présent! Cela va des manifestations d'Extrême droite à celles d'Extrême gauche, des amoureux aux théâtreux, en toute liberté, et ce malgré tous les reproches que peuvent me faire certains, selon leurs sensibilités ! Je n'adhère à aucune idéologie à part la mienne! Et quand je prends mon cliché, je ne juge pas la personne que j'ai dans mon viseur ! La réflexion vient seulement après !"

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans les dérives sectaires
commenter cet article
9 mai 2007 3 09 /05 /mai /2007 03:53

Dans toute société humaine, il existe des conservateurs, plutôt prudents de nature, des progressistes, plutôt impatients, et des modérés qui veulent faire la part des choses, qui aiment concilier et proposer des synthèses. Il y a même des radicaux qui peuvent avoir des idées fixes, voir "extrêmes". 

Au sein d’une démocratie, cela ne fait pas de problème (si l’on est tolérant) et nous devons nous accepter dès lors que les uns et les autres respectent les règles légales.

Mais voilà que certains prônent l’action directe : les islamistes djihadistes, les commandos anti-IVG, Raël et ses clônes, les satanistes, etc.  - du côté de certains acteurs religieux -, les troskystes-voyous (qui mènent la danse au lendemain des élections), la cause animale (à la mode en Grande-Bretagne), les anti-ceci et cela, les piquets syndicaux de grève, les régionalistes à la recherche d’un monopole local pour mieux corser leurs affaires, la démocratie dite "de la rue ", etc. – du côté du politique.

Bien d’autres encore, qui pourraient faire irruption en profitant de la brèche ainsi ouverte (les "casseurs" presque professionnels - çà on le sait déjà - mais aussi les mafias et trafiquants de tous ordres, les groupes de pression riches et manipulateurs au service d'intérêts étrangers, etc...)

Ce contournement de l’Etat et de ses institutions devraient nous rappeler de bien mauvais souvenirs qui marquèrent notre XXème siècle. Au début de ce siècle, il y eut l’Action française et les Maurassiens, puis ce furent les fascismes, l’antisémitisme, le communisme mode soviétique ; bref autant de causes qui mobilisèrent un grand nombre de militants, les lançant dans la subversion de l’Etat et la prise du pouvoir par la force.

Ne nous trompons donc pas de combat. Au lieu de se quereller entre conservateurs et progressistes au sein des Eglises et dans la vie politique, ne devrait-on pas être plus vigilants vis-à-vis de la montée des intolérances, des fanatismes et de tous ceux qui se refusent au jeu démocratique ? La démocratie, çà se défend ! Avis aux laxistes qui jouent aux autruches * et aux démagogues de tout poil qui veulent tirer les marrons du feu lors des violences.

* Les autruches ont la réputation (usurpée) de mettre la tête dans le sable.

Les chrétiens unitariens, qui sont des radicaux aux yeux de bien d’autres chrétiens puisque nous récusons le dogme de la Trinité, ne mènent pas pour autant une guerre de religion. Nous acceptons parfaitement la diversité théologique qui règne au sein du christianisme. Elle ne devrait nous gêner en aucune façon puisque nous avons été historiquement les premiers à prôner la liberté de penser et l’individuation des itinéraires religieux et spirituels. Nos propres convictions ne nous empêchent nullement de fréquenter les autres chrétiens, de prier avec eux, de partager le pain et le vin au nom de Jésus.

Une assemblée chrétienne ne peut qu’être démocratique, avec acceptation des uns et des autres dans leur diversité de penser et d’agir. Elle constitue un lieu par excellence de l'apprentissage de la tolérance et du respect des autres, de l'expression en public, de la gestion de biens communs ... à moins qu’elle ne soit confisquée par un clerc qui monopolise la parole de sa communauté !

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans les dérives sectaires
commenter cet article
7 mai 2007 1 07 /05 /mai /2007 07:48

Les acteurs religieux seraient-ils en avance sur nos élites politiques ?

Depuis les grandes rencontres inter religieuses d’Assise et d’ailleurs, la plupart des acteurs religieux (hormis les islamistes et certains hiérarques catholiques) ne clament plus qu’ils sont seuls possesseurs de la vérité et admettent que tous les chemins mènent à Dieu (et non plus à Rome !). Par son discours de Ratisbonne, Benoît XVI a dérogé à ce consensus et mal lui en a pris. Pour les protestants libéraux et les unitariens cette attitude fait partie de leur tradition religieuse, même s’il peut y avoir parmi eux comme partout des individus intolérants par tempérament. C’est dire qu’ils se sentent particulièrement à l’aise dans le cadre d’une démocratie qui organise la pluralité au sein d’une société convictionnelle.

Mais, une partie de la société française, marquée par un parti communiste qui regroupait pas moins le quart de l’électorat au lendemain de la Seconde guerre et qui admirait béatement les soit disant prouesses de l’Union soviétique, semble sortir (très) lentement et péniblement de l’héritage marxiste-léniniste (surtout à ne pas confondre avec le socialisme utopique !), à savoir :

- Un parti leader, constitué d’élites conscientes et dirigeantes (du parti en attendant que ce soit de l’Etat), qui a la vérité car il est le plus progressiste dans un évolutionnisme unilinéaire, comportant des étapes obligées, vers l’instauration d’un paradis sur terre, et parce qu’il défend les (vrais) intérêts du peuple. Il en a le monopole (nonobstant les très nombreuses scissions qui se produisent au sein de ces élites auto-proclamées !)

- Le parti adverse n’a de cesse de lutter contre les intérêts du même peuple et d’organiser la contre-offensive ; il est réactionnaire par définition, lutte d’une façon sournoise, occulte, en agissant sur les pouvoirs (Gouvernement, Etat, médias, groupes financiers, grosses entreprises, etc.). Il trompe le peuple. Ses intentions sont perverses : immoralité (" politique "), corruption, pressions illégales, abus de toute sorte, hypocrisie, dangerosité, menace pour la démocratie, la laïcité, les valeurs humaines, les acquis sociaux des travailleurs, l’unité de la République, la paix sociale. Bref, ne peut pas bien faire ! Pire, il fait le Mal comme Satan.

- Tout programme, voire toute idée, contraire au parti est immédiatement soupçonnée puisque le parti a réponse à tout et a la vérité définitive sur tous les sujets. A défaut des agents directs des ennemis du peuple, il y a les soudoyés (par l’argent, les avantages), les pantins qui sont manipulés et les idiots qu'il faut ramener au bercail. Certains propos, certains mots mêmes, en deviennent tabous et oser les prononcer c’est risquer de voir son interlocuteur grimper aux rideaux. On en arrive même à une dénégation de problèmes que vivent pourtant les gens dans leur quotidienneté : ce seraient les médias qui auraient créé la question de toute pièce, comme des magiciens …et bien entendu, derrière eux, les forces pourries et occultes et complots de toute sorte.

   Le diable de la chapelle de Roure (Alpes de Haute Provence), publié par l'historien de la région, Edmond Rossi, dans son album "Les aventures du Diable en pays d'Azur" (http://pays-d-azur.hautefort.com)

Comment ne pas faire le parallèle avec des acteurs religieux dogmatiques, autoritaires, faisant la chasse au sorcières à l’intérieur et à l’extérieur de leur communauté, méprisant ce que les autres font, faisant généreusement des procès d’intention, excommuniant, parlant au nom de Dieu comme si Dieu leur avait demandé de dire quelque chose, prônant des positions obligatoires pour tout croyant "digne de ce nom". Nous renvoyons ici, dos-à-dos, tous les cléricalismes de tout bord qu’ils soient de droite ou de gauche, chrétiens ou autres croyants.

Fort heureusement, l’individualisation aidant, les électeurs suivent de moins en moins cette prétention exorbitante à détenir seul la vérité, les valeurs humaines, les bons principes, le cœur et la raison, etc. ; d’autant plus que les gouvernement successifs, de Gauche et de Droite, se sont tous heurtés à la difficulté de résoudre des problèmes complexes et à réformer notre bonne vieille société – que ce soit en France ou en d’autres pays européens.

Des signes forts viennent en effet d’être lancés par nos compatriotes français lors de ces dernières présidentielles. Il y eut d’abord les transgressions effectuées par les deux candidats champions de cette élection présidentielle vis-à-vis de leur propre camp  - soit de bien grands écarts qui ont donné le vertige ou le mal de mer à leurs propres partisans ; également l’excellent score du candidat centriste qui avait revendiqué l’abandon des rapports de force et une politique plus consensuelle ; enfin l’opinion publique qui, après un duel télévisé, sanctionna (durement) le candidat jugé le plus agressif, nonobstant ses qualités.

Alors que la plupart des médias (et j’avoue moi-même) avaient estimé le " match " nul, cette opinion jugea à 40% que N.S. avait été " victorieux ", contre 26% à son " adversaire " (selon IPSOS).

Nombre de communautés religieuses, rejoignant en cela les unitariens (déjà Faust Socin au XVI° siècle qui ne croyait plus au Diable), n’évoquent plus les œuvres du Malin. Nous invitons expressément les acteurs politiques à en faire autant et à dépasser l’esprit partisan ou tribaliste qui consiste à s’arroger tous les mérites et à diaboliser son " adversaire ".

Il appartient aux députés et aux citoyens de veiller en toute sérénité au bon fonctionnement de nos institutions, et d’encourager les débats démocratiques où il y a écoute mutuelle, sans à priori et sans étiquetage, sans jugement de valeur et sans procès d’intention, sans humilier les autres par des réparties abruptes, sans attitude hautaine laissant entendre à l’autre qu’il est mal informé où qu’il est dans l’erreur " manifeste ", où chacun est convié à apporter sa pierre au chantier commun et à cheminer par lui-même, avec les autres. A commencer au sein de nos propres familles et à continuer à l’école !

Sachons gérer nos différences.

Paul disait déjà cela en parlant des charismes (qui parfois s’entrechoquaient vigoureusement ! eh oui car il y avait déjà des visionnaires et des prophètes qui " troublaient " le bon ordre des assemblées, etc.).

Depuis le 9 avril 2005, les associations chrétiennes unitariennes animent un groupe de discussion " Unitariens francophones " où nous essayons précisément et bien modestement de vivre cet art du dialogue qui est à la base de la démocratie.

Pour un regard indépendant de la part de quelqu’un réputé pour sa liberté de pensée, voir les derniers propos de Michel Benoît qui n’engage bien sûr que lui même : "Gauche et Droite française : l’héritage du catholicisme ", message du 5 mai ; suivi de " Franchissement des lignes ? ", en date du 6 mai.

Vive la liberté de penser loin des idéologies uniques des totalitarismes religieux et politiques qui ont réponse à tout sur le dos des autres !

L’Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens (AFCU) est une association loi 1901 à vocation religieuse et donc, de fait, apolitique. Je n’engage bien entendu que moi-même par la présente analyse. Jean-Claude Barbier

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans les dérives sectaires
commenter cet article
18 février 2007 7 18 /02 /février /2007 07:30

Une jeune française au Canada, Aurélie, fait part, sur son blog, de ses impressions. Ici sur le communautarisme : http://aurelie-au-canada.over-blog.com/article-5372882.html

Chronique 144 - Accommodements incommodants

Depuis un certain temps au Québec, il est une notion qui défraie la chronique, celle d’accommodement raisonnable. " Késaco ? " me direz-vous (et pas " cossé ça ? " car tous les Québécois le savent fort bien !).

L’accommodement raisonnable consiste à modifier certains règlements ou certaines lois qui devraient normalement s’appliquer à toute la société, pour les adapter aux besoins particuliers de certaines communautés culturelles, par souci de respect des identités.

L’autorisation du port du kirpan par les Sikhs à l’école, dont je vous ai déjà parlé, en est un exemple. Dans le même ordre d’idées, il y a les arrangements qui sont pris hors du cadre de la loi, et sans passer devant les tribunaux. Dans ce cas là cependant, on ne devrait pas – théoriquement – parler d’" accommodement raisonnable ".

La décision du YMCA du Parc d’installer des vitres givrées à certaines fenêtres de ses salles d’entraînement pour contenter une communauté de Juifs hassidiques (la congrégation de Yetev Lev – et ne me demandez pas ce que c’est…) qui se plaignait que ses enfants puissent voir des femmes en tenue légère, fait partie de cette seconde catégorie. Bon soyons objectifs, le principe qui sous-tend cette façon de faire reste le même, que l’on chipote sur le vocabulaire ou non.

Aujourd’hui, j’ai entendu à la radio qu’une commission scolaire avait accepté de dispenser des élèves musulmans des cours de flûtes à bec, la pratique de cet instrument étant interdite par le Coran (si l’on en fait une lecture très rigoureuse, que ne fait pas la très grande majorité des musulmans, ne l’oublions pas). Accommodement, encore. Raisonnable ? Si c’était à moi d’en juger, je dirais que non. Mais, moi, j’irais jusqu’à dire que c’est la religion qui est assez déraisonnable. Pas une en particulier, hein, la religion en général, avec ses dogmes et ses rites et tout le tralala. Enfin, la question n’est pas là.

Le principe d’accommodement raisonnable est inscrit dans la loi québécoise. C’est le moyen que le Québec a choisi pour lutter contre la discrimination et favoriser l’intégration, en développant chez les immigrants un sentiment d’appartenance. Comme je le disais dans la chronique sur le kirpan, c’est une conception de l’égalité radicalement différente de celle qui prévaut en France. (Je ne dis pas meilleure ou moins bonne, mais différente.)

La question est : où cela doit-il s’arrêter ? Ces derniers mois, on sent un certain agacement dans l’opinion publique, et il apparaît que ce qui procède d’une volonté louable d’intégrer les étrangers pourrait avoir l’effet contraire…

C’est peut-être ce qu’ont voulu démontrer TVA, le Journal de Montréal et 98,5 FM en commandant à Léger marketing une " grande enquête sur la tolérance au Québec ". Selon ce sondage, dont les résultats publiés la semaine dernière ont créé un vent de panique, 59% des Québécois dits " de souche " se considèrent comme racistes (un peu, beaucoup, passionnément ou à la folie). Résultat, toute la semaine, les hommes/femmes politiques ainsi que beaucoup de journalistes ont crié au scandale, au mensonge, à l’usurpation et que sais-je encore. " NON, LES QUÉBÉCOIS NE SONT PAS RACISTES ! "

Il faut reconnaître que pour une société dont le développement repose en grande partie sur l’immigration, ça la fout mal… Tout le monde s’est alors empressé de dénoncer les lacunes méthodologiques du sondage. Moi je veux bien, hein, mais il me semble que quand les gens eux-mêmes se déclarent racistes, il n’y a pas grand-chose à redire. Quelle que soit la définition que les sondés ont du mot " racisme ".

La bonne nouvelle là-dedans c’est que les immigrants eux aussi sont racistes!! Envers les Québécois de souche et entre communautés… Je me demande pourquoi on gaspille encore de l’énergie et de l’argent pour démontrer l’évidence : l’homme est raciste. Et l’homme est intolérant, cruel et imbécile. Mais c’est parce que l’homme est trouillard. Il a peur des différences, peur de ce qu’il ne connaît pas, peur qu’on lui retire son petit confort, peur de ne pas avoir raison. Et c’est aussi pour cette raison que l’homme est religieux.

Allez, dans la paix d’Allah, de Yahvé ou de Jésus… mais arrêtez donc de foutre le bordel en son nom.

Aurélie, ni Dieu, ni maître, mais des amis de toutes les couleurs.

P.S. - Pour ceux que cela intéresse, les résultats du sondage se trouvent à "ddata".

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans les dérives sectaires
commenter cet article

Articles Récents