Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

18 août 2011 4 18 /08 /août /2011 10:33

eglise_en_gr_ve__mouvement_le_cursillo_.jpgDans le cadre de l’association Actualisation de la Bible (ACTUEL), une session d’études historiques et bibliques se tient au hameau de Raynaude, près du Mas d’Azil, en Ariège, du jeudi 17 au dimanche 21 août. Elle est animée par Roger Parmentier, pasteur de l’ERF à la retraite, sur un thème d’urgence dans les pays occidentaux où la déchristianisation est très forte « Les Eglises chrétiennes ont-elles un avenir ? ». Pour contact, lien 


1 - « Eglises » ou « Equipes de volontaires pour réaliser le Règne de Dieu » ? Alfred Loisy disait : Jésus a proclamé le Royaume de Dieu et c’est l’Eglise qui est venue. Le projet global de Jésus peut-il être retrouvé et réalisé ?
2 - La « survivance de Jésus » chez Dietrich Bonhoeffer : lucidité, résistance, responsabilité, courage, engagement … à hauts risques !
3 – Les Eglises d’outremer nées des missions protestantes : un exemple encourageant ou discutables ?
4 – Les projets du « christianisme social » nouveau. Les « Fraternités » de la Mission populaire… des raisons d’espérer ? Le christianisme libéral, une nécessité ? (Evangile et Liberté, Théolib, Correspondance unitarienne, etc.)
5 – Que faut-il inventer (et dans quelle fidélité) avant le total effondrement ? Priorité à la pratique et à la proclamation de l’Evangile de Jésus ? Vivre sans temples, sans personnel rétribué (*) ? Prière pour qu’il y ait des vocations de « réalisateurs-proclamateurs » ? Formation historique et théologique plus poussées ? Retrouver un Evangile compatible avec toutes les cultures, y compris sécularisées ? non religieuses ? Etre « Samaritain » aujourd’hui ? Etre prophète ? Des groupes prophétiques ?
 

 

* ndlr – voir l’exemple de notre Eglise unitarienne francophone ( lien) qui fonctionnement uniquement sur Internet, comme tout autre Eglise protestante (avec un ministre du culte, un conseil d’Eglise et des cultes réguliers), sans personnel rémunéré et sans budget .

Repost 0
Published by Roger Parmentier - dans les protestantismes
commenter cet article
10 juin 2011 5 10 /06 /juin /2011 01:45

Trop souvent, l’Allemagne luthérienne et la Suisse calviniste ont monopolisé l’attention des protestants – et des historiens ! – au détriment d’autres foyers réformateurs tout aussi importants, comme par exemple le mouvement hussite en Bohème, puis en Moravie, et le mouvement anti-trinitaire en Pologne et en Transylvanie.


Notre dossier « sur les Réformateurs » (lien), sur notre site documentaire « La Besace des unitariens », essaie de rétablir une vision plus équilibrée de ces Réformes qui, en leur temps, renouvelèrent profondément le christianisme et le diversifièrent. Vous y trouverez des noms de théologiens malheureusement peu connus, mais qui méritent de l’être ; entre autres  :
 
Tomáš Štítný (1333 – mort en 1401 ou 1409)
Jean Huss ( 1370 - 1415)
Pierre Chelčický (1380 - vers 1460)
Grégoire (Gregor) de Prague (mort en 1470)
Matthias Červenka (premier évêque de l'Unité des frères, ordonné en 1467)
J. Rokycana (mort en 1474)
Luc de Prague / Lukas Prazsky (1458-1528)
Jan Kalenec (mort en 1524)
Jean Černy (éditeur des Acta Unitatis fratrum en 1551)
Jan Blahoslav (1523-1571)
le comte Nikolaus-Ludwig von Zinzendorf (1700-1760)


Les Eglises qui se réfèrent à Jean Huss :


l’Unité des Frères (Unitatis Fratrum) de la loi du Christ (1457-1620) (lien), connue aussi sous le nom des Frères moraves (depuis 1722) (lien) et depuis 1921 sous le nom de l’Eglise de l’Unité des Frères.

l’Eglise évangélique des Frères tchèques (Českobratrská církev evangelická), depuis 1918 (lien), qui est une Eglise protestante luthérienne et réformée

L’Eglise hussite tchécoslovaque (Cirkev ceskoslovenska husitska CCSH), depuis 1919 (lien) qui est une Eglise catholique indépendante et d’ecclésiologie de forme protestante


Lieux à visiter :


- En Bohème (République tchèque) :


kunvald.jpg

l'entrée de Kunvald, petit village de Bohème et berceau de l'Unité des Frères.

 

Prague : la statue de Jan Huss
Tabor ( lien), au sud - sud-est de Prague, à mi distance de Prague et de Brno, le fief des hussites radicaux, les Taborites.

Chelčice (au sud de Prague, puis au sud de Vodñany), village natal de Grégoire de Prague où un musée à son nom a été aménagé (lien).
Kunvald, à l’est de Prague, au nord - nord-est de Žamberk (lien), le fief de l’Unité des Frères (Unitatis Fratrum) de la loi du Christ

- En Saxe (Allemagne) :

 

Herrnhut (lien), à l’est de Dresden, puis au sud-est de Löbau, le berceau des Frères moraves,

Alors, profitez de vos vacances pour visiter ces lieux !

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans les protestantismes
commenter cet article
22 mai 2011 7 22 /05 /mai /2011 09:12

evangile_et_libert_.gif

 

Journées 2011 de l'Association protestante libérale Évangile & liberté, du samedi 8 octobre à 10 heures au dimanche 9 octobre à 16 heures, au Club Belambra « Presqu'île du Ponant » - rue Saint-Louis, 34280 La Grande Motte, sur le thème « Jésus au-delà des évangiles ».


 Samedi :


Ouverture par James WOODY, pasteur de l'ERF, président d'E&L
Rémi GOUNELLE, doyen de la faculté de Théologie protestante de Strasbourg. « Jésus et le judaïsme dans quelques textes apocryphes »
Thomas RÖMER, professeur au Collège de France, « Jésus et l'Ancien Testament selon les constructions des évangiles »
Soheib BENCHEIKH, théologien musulman et Pierre LOUIS, professeur des Universités, table ronde : « Jésus vu par les non chrétiens »
A 17h00 - Proclamation du lauréat du prix Évangile & liberté, puis AG de l’association Évangile & liberté et vie du journal. En soirée détente avec le groupe musical Tamatakia
 
Dimanche :


Katell BERTHELOT, chercheur au CNRS (Centre de recherche français à Jérusalem) : « Jésus à la lumière des manuscrits de la mer Morte »
Culte présidé par Florence COUPRIE, pasteur ERF à Saint-Maur-des-Fossés
Christian AMPHOUX, chercheur au Centre Paul-Albert Février de l'Université de Provence « Le Jésus de l'histoire est-il un Juif marginal ou un réformateur ? »
Envoi par Henri PERSOZ.

 

Hébergement et repas sur place ; s’inscrire avant le 15 septembre auprès de Lucette MARION, tél. 04 66 86 27 10,  courriel


Jésus au-delà des évangiles


Jésus de Nazareth n’est pas que ce qu’en disent les quatre évangiles qui se trouvent dans la Bible. Jésus n’a pas été que cela, loin de là. A contrario, il est probable qu’il n’ait pas été tout cela non plus. Toujours est-il que nous n’avons plus accès à lui que par les écritures qui en gardent le souvenir. C’est donc à la condition de nous plonger dans toutes ces archives qu’il nous est possible d’en savoir un peu plus, sans pour autant pouvoir espérer établir une biographie de Jésus. Albert SCHWEITZER nous a mis en garde depuis longtemps contre ce doux rêve.


Jésus déborde largement des quatre évangiles et des textes du Nouveau Testament, soit. Mais où peut-on retrouver sa trace ? dans les textes contemporains aux évangiles, mais qui n’ont pas été retenus dans la Bible (les textes apocryphes). Nous pouvons l’apercevoir également dans la culture de son époque et de sa tradition religieuse (l’Ancien Testament, les textes de Qumran, les écrits rabbiniques). En effet, Jésus, lui aussi, est le produit de son environnement et de ses racines.


C’est cela que nous vous invitons à explorer en compagnie de chercheurs qui se sont illustrés par leurs travaux scientifiques. Et, pour nous aider à quitter les lunettes chrétiennes qui déforment souvent notre regard sur Jésus, nous nous interrogerons aussi avec des non-chrétiens.

James WOODY

Repost 0
Published by Evangile et Liberté - dans les protestantismes
commenter cet article
18 avril 2011 1 18 /04 /avril /2011 18:19

andre_gounelle_le_dynamisme.jpgAndré Gounelle, 2011 -  Le Dynamisme créateur de Dieu. Essai sur la théologie du Process ;  Paris, Van Dieden editeur, coll. « Références théologiques », 236 pages, 20 Euros. Il s'agit de la réédition d'un cahier spécial de la revue "Études théologiques et religieuses" paru en 1981, mais avec de nombreux remaniements et compléments. En vente en ligne à l'Arrêt aux pages (lien).

 

définition de la théologie du Process par l'auteur :

 

" La théologie du Process se caractérise par son insistance sur le dynamisme créateur de Dieu. Contre une forme de pensée statique (très forte en Occident), elle conçoit les réalités (personnelles ou impersonnelles) en termes de mouvement, de déplacement, de combinaisons multiples dans un flux incessant. Pour elle, l'événement l'emporte sur l'être, la révélation sur la substance, la marche sur la demeure, la temporalité sur la matérialité. Ce qui entraîne quantité de conséquences, que ce livre expose, sur la manière de comprendre Dieu, le Christ, l'homme et la vie chrétienne. La théologie du Process s'efforce en même temps de penser avec pertinence et profondeur la foi chrétienne, d'en actualiser les conceptions, et de susciter une prédication vivante et entraînante ".

 

Information transmise à la Correspondance unitarienne par Marie-Claire Lefeuvre

Repost 0
Published by d'après une présentation de l'éditeur - dans les protestantismes
commenter cet article
23 mars 2011 3 23 /03 /mars /2011 08:42

L'Union protestante libérale (UPL) tiendra samedi le 26 mars 2011 de 14h à 17h30 au CIARUS, 7 Rue Finkmatt à Strasbourg un colloque sur le thème : "Des tentatives universalistes à l'émergence d'une religion humaniste ?", avec la participation du professeur Ralph Stehly, de Jean-Paul Gros-Sorg, président de l'AFAAS, et Ernest Winstein, président de l'UPL.

 

Présentation du colloque :
 

Un regard critique sur les religions permet de mettre en lumière les valeurs fondamentales qui s'y rattachent et de s'interroger sur leur actualité. Une telle approche ne cherche pas à conclure à leur inutilité, ou les cibler comme obsolètes, mais encouragera ceux qui s'y rattachent à  s'interroger sur leurs positions lorsque celles-ci paraissent immuables et définitives, et à se rejoindre dans une même volonté de donner un avenir à l'humanité, d'oeuvrer à l'épanouissement de la vie, et d'en défendre la dignité. Les


Ralph STEHLY, professeur d'histoire des Religions à la Faculté de théologie protestante de Strasbourg, "
Tentatives universalistes des grandes religions (à l'exemple de l'hindouisme et de l'islam) ".

Il y a de nombreuses voies vers l'universalisme. Nous  voudrions présenter dans cette communication la stratégie de deux religions qu'a priori tout oppose : l'hindouisme, vieille religion ethnique indo-européenne, fortement encadrée par la classe sacerdotale des brahmanes, croyant en la réincarnation et en la médiation des représentations figurées, et l'islam, la plus jeune des grandes religions mondiales, sans sacerdoce, farouchement monothéiste , iconoclaste et croyant comme ses deux devancières sémitiques en la résurrection et au Jugement dernier.


Jean-Paul SORG, président de l'Association française des amis d'Albert Schweitzer : " La religion est-elle statique ou évolutive ? Albert Schweitzer et son approche critique de la religion ".
Étant une réalité humaine, donc historique, chaque religion se transforme, sans doute, mais évolue-t-elle vraiment et dans quel sens ? Le sens d'une « démythologisation » croissante, avec réduction du surnaturel ? A-t-elle pour fin, en se sécularisant, de devenir plus en plus clairement éthique et de tendre vers un humanisme ? Le pasteur Schweitzer disait prendre le droit d'être un hérétique. Est-ce par son action humanitaire, sortie du cadre missionnaire, et sa philosophie du respect de la vie qu'il a payé ce droit ?

 

Ernest WINSTEIN, président de l'Union protestante libérale : " Pour une religion humaniste".

Au-delà des phénomènes religieux à la mode aujourd'hui, une vision humaniste, dépouillée de dogmes et de rites inutiles, ouverte aux questionnements philosophiques, religieux socio-économiques, scientifiques et soucieuse de l¹avenir de l¹humanité est aujourd'hui, plus que jamais requise. Les religions monothéistes sont-elles capables d¹une telle évolution ou faut-il militer pour une nouvelle religion humaniste ?


Entrée libre. Pour faciliter l'organisation de la rencontre, les responsables prient les personnes intéressées de signaler leur participation - Renseignements : Ernest Winstein 31, rue des Foulons F 67200 Strasbourg, tél. 06 10 92 92 42, Mail : winstein@free.fr
Le site de l'UPL : http://unionprotlib.free.fr ; Le blog de l¹UPL : http://unionprotlib.over-blog.com/

Repost 0
Published by Union protestante libérale - dans les protestantismes
commenter cet article
12 mars 2011 6 12 /03 /mars /2011 19:15

theodore_monod_.jpg"Un homme de foi", par Nicole Vray, publié aux éditions Olivetan, début 2011, 128 p.

 

Au cours de son existence de scientifique, de saharien, de penseur, Th. Monod a été marqué par de nombreuses rencontres : Albert Schweitzer, Vercors, le saint François d’Assise soudanais Tierno Bokar, Amadou Hampâté Bâ, l’islamologue Louis Massignon, André Gide, Henri Delforges

 

Ce petit livre les retrace et nous fait percevoir combien elles ont marqué, transformé et mis en route Théodore Monod. Qui sait par exemple qu’il a créé avec son père Wilfred, les Veilleurs, un tiers ordre laïc de prière ?

 

Tous ses combats – pour la protection de la nature, contre les essais nucléaires, pour l’objection de conscience, contre l’injustice, pour la liberté de conscience, pour la tolérance religieuse, pour le recul du fondamentalisme, pour le respect des différences… – sont des combats au nom d’une foi et de convictions profondément enracinées.

 

Ce livre est vendu notamment à la Librairie Arrêt aux Pages .Com ( lien).

 

Théodore Monod fut président d'honneur de la première association unitarienne francophone, l'Association unitarienne française (AUF) de 1987 à 1996, puis de l'Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens (AFCU) de 1997 à sa mort en novembre 2000

Repost 0
Published by Librairie Arrêt aux Pages .com - dans les protestantismes
commenter cet article
28 octobre 2010 4 28 /10 /octobre /2010 02:57

Catholiques, orthodoxes et musulmans ont leurs pèlerinages. Des pèlerinages interreligieux ou islamo-chrétiens sont régulièrement organisés. Mais les protestants n’y sont guère partie prenante, car, pour eux, il n’y a pas de lieux sacrés, ni de dévotions aux saints. Encore que chez les évangéliques, cela soit quelque peu différent. Mais traditionnellement en France, il n’y a pas en principe pas de pèlerinage protestant. Pourtant, si on y regarde de plus près, il y a différentes initiatives qui même si elles n’en portent pas le nom, vont dans le sens de la réappropriation de la notion de pèlerinage chez les protestants, qui désigne un cheminement à la fois géographique, historique, culturel et social pour lequel la dévotion aux saints n’est pas nécessaire, mais la découverte de la nature et le cheminement spirituel sont utiles.

On notera d’abord que des pasteurs sont régulièrement intervenants lors des pèlerinages-voyages organisés sur les pas de saint Paul ou en Terre sainte. Mais il faut surtout signaler chez nous la réalisation de différents sentiers huguenots dans des lieux où la mémoire protestante est riche.

* Le sentier des Huguenots du Poitou-Saintonge, du temple de Beaussais au temple de la Couarde (Deux-Sèvres) : c’est le plus court, mais pas le moins intéressant ( lien).
* Le sentier des huguenots, sur les traces de Marie Dubois : 48 km entre Courcelles-Chaussy, dans la région de Metz, et Ludweiler, en Sarre (Allemagne) (lien) (second lien)
* Sur les pas des Huguenots : un immense itinéraire de 1400 km de sentiers de randonnée depuis la Drôme  jusqu’à Genève et Francfort sur le Main : en France, dans le Diois, le Vercors, l’Oisans, etc. (lien) (second lien)

Et même si elle n’en a pas le nom, l’Assemblée du Désert, le grand rassemblement protestant, est bien un pèlerinage organisé chaque année le 1er dimanche de septembre, en pays cévenol, au Musée du désert au Mas Soubeyran, maison du chef camisard Rolland (à Mialet dans le Gard) qui rappelle la mémoire des Camisards et surtout les cent ans de résistance spirituelle des protestants après la révocation de l’Edit de Nantes (lien)

On tiffray.pngpeut ajouter aussi la fête d’été du Musée protestant de l’Ouest, tous les mois de juin au château du Bois-Tiffray à Monsireigne au coeur du bocage vendéen, à environ 12 km de Pouzauges en direction de Chantonnay (lien).

 

Ancien logis du XVIII° siècle, transformé à la fin du XIX° siècle. Le corps du château présente une façade très harmonieuse composée de deux ailes ouvertes par deux fenêtres sur deux niveaux. Des mansardes aèrent la haute toiture ardoisée et procurent à l’ensemble l’aspect des gentilhommières de campagne.

Les propriétaires sont protestants depuis le XVI° siècle. Ce château a été donné à la Société d'histoire du protestantisme français (Paris) en 1945 et ouvert en musée deux ans après, en 1947.

 

Mais il y a bien d’autres lieux de mémoire protestants qui valent le détour ; je pense notamment à la Maison d’Albert Schweitzer à Gunsbach, en Alsace. On trouvera une liste de ces lieux sur le site du Musée virtuel du protestantisme français (lien)

Dans les autres branches du protestantismes, je signale un lieu de mémoire : la maison quaker de Congénies dans le Gard (lien). Et enfin, les grands rassemblements de la Mission évangélique tzigane Vie et lumière qui sont souvent présentés comme des pèlerinages (lien). Bien entendu, les chrétiens unitariens peuvent très bien aller en pèlerinage à Cluj-Napoca et à la forteresse de Deva en Roumanie, sur les traces de Ferenc David, et des premiers unitariens, mais aussi en Espagne, à Villavueva de Sijena, à la maison natale de Michel Servet (lien).

Documentation réunie par Régis Pluchet

Repost 0
Published by Régis Pluchet - dans les protestantismes
commenter cet article
27 août 2010 5 27 /08 /août /2010 06:40

Le dimanche 26 septembre, à l'Eglise protestante de Bruxelles (Chapelle royale, Coudenberg, 5 - 1000 Bruxelles), aura lieu une Journée organisée par Evangile et liberté, sur le thème "Protestantisme libéral - avenir des religions"

 

10 h 30 - Culte présidé par Laurent Gagnebin, directeur de la revue Evangile & Liberté

12 h - Repas (participation 10 € par personne)

13 h 30 - Conférence de Raphaël Picon, rédacteur d'Evangile & Liberté :  "Le protestantisme libéral : son identité, ses convictions, son avenir... "

14 h 30 table ronde avec Jean-Marie de Bourqueney, Farid El Asri, David Meyer :  "L'avenir des religions : fermeture ou ouverture ? Repli ou dialogue ? "

15 h 30 conclusions, perspectives et nouvelles du journal

 

evangile_et_libert_.gif

Le protestantisme libéral, c'est :

 

. la primauté de la foi sur les doctrines,

. la vocation de l'homme à la liberté,

. la constance nécessité d'une critique réformatrice,

. la valeur relative des institutions ecclésiastiques,

. notre désir de réaliser une fraternité active entre les hommes qui sont tous, sans distinction, enfants de Dieu.

 

Inscriptions & renseignements (lien)

Repost 0
Published by Evangile et liberté - dans les protestantismes
commenter cet article
26 août 2010 4 26 /08 /août /2010 15:00

Les Journées 2010 du protestantisme libéral, organisées par Evangile et Liberté, auront lieu les samedi et dimanche 9-10 octobre à la Grande Motte (au club Belambra, "presqu'île du Ponant", rue Saint-Louis) sur le thème "Eduquer et transmettre"

 

evangile_et_libert_.gif

 

Le thème est introduit par James Woody, pasteur à l'Oratoire de Louvre et président de l'association Evangile et Liberté :

 

Crise de la transmission, perte des valeurs communes, éducation en panne ... les slogans ne manquent pas pour dire un sentiment général. De nombreux parents sont déçus de voir que leurs enfants ou leurs petits-enfants ne reprennent pas à leur compte des convictions et des pratiques ancrées dans la famille depuis des générations. Bien des enseigannts sont frustrés de devoir enseigner l'art de vivre aux jeunes qui leur sont confiés plutôt que de pouvoir les éveiller à leur discipline. L'Education nationale, qui était le fer de lance de la République, est déconsidérée et vidée de son autorité.

 

N'est pas que fatalité à laquelle il faut se soumettre bon gré mal gré ? Dans le meilleur des cas, faut-il courber le dos en attendant des jours meilleurs ? Nous pensons qu'il y a mieux à espérer et mieux à faire que de se résigner ou se réfugier dans l'attentisme. Comme toujours en temps de crise, il est précieux de jeter un regard sur l'histoire qui n'a pas pour seule vocation de nous donner des leçons : cela nous permet de relativiser notre situation, de l'éclairer d'un jour nouveau, souvent inattendu et d'y enraciner une espérance.

 

Ensuite, le partage des expériences, des expertises, des pratiques, nous permettra aussi de penser l'avenir proche aussi bien dans le champ de l'éducation que de la spiritualité et de proposer, si ce n'est des voies de salut, du moins des possibilités de dépasser ces constats d'échec. Il s'agira bien d'offrir de nouvelles possibilités d'être convenablement équipé pour s'engager dans la vie".

 

Sont prévues les communications suivantes :

 

" Les enjeux de la transmission dans le protestantisme au 21ème siècle" par Antoine Nouis, pasteur à l'ERF

" Comment enseigner aujourd'hui" par Edith Tartar-Goddet, Stéphane Lombardo et Armelle Nouis de la Fédération protestante de l'enseignement

"Je vous aime, au revoir", soirée théâtrale par Laurence Tartar-Foucher, pasteur de l'ERF et comédienne

"Evolution et enjeux de la catéchèse" par Maurice Baumann, professeur à la Faculté de théologie de l'université de Berne

"Quelle prédication pour aujourd'hui" par Bruno Gaudelet, pasteur de l'ERF

 

Le culte du dimanche matin sera présidé par Line Dépraz, pasteur, conseillère synodale de l'Eglise réformée du canton de Vaud.

 

S'inscrire avant le 15 septembre auprès de Lucette Marion (lien)

 

Sur le même thème de la transmission de la foi, voir notre introduction dans nos Etudes unitariennes (lien)

Repost 0
Published by James Woody - dans les protestantismes
commenter cet article
1 juin 2010 2 01 /06 /juin /2010 17:10

Le pasteur Claude Baty, président de la Fédération protestante de France (FPF), lors de la visite du président Nicolas Sarkozy à la Faculté de théologie protestante de Paris et de l'inauguration du Fonds Paul Ricoeur (jeudi 27 mai 2010), a annoncé un prochain colloque, en novembre prochain, sur le néo-protestantisme – annonce sans doute inédite car les sites de la FPF et de l’hebdomadaire Réforme n’en disent mot !

claude_baty.jpg"Je viens d'employer le terme de néo-protestantisme. Il a toute sa signification aujourd'hui, puisque le protestantisme est clairement une famille recomposée, au point que la Fédération protestante de France organise un colloque sur le sujet en novembre. Le néo-protestantisme marqué par la mondialisation des idées et la communication sans frontière, profite largement de l'arrivée de nouveaux venus qui trouvent refuge dans la patrie de ceux qui leur ont annoncé l'Évangile. Le protestantisme se sent la responsabilité d'accueillir ces nouveaux membres, frères et sœurs dans la foi et en humanité. Aujourd'hui, le protestantisme français ne peut plus se définir seulement par son histoire mais, et certainement essentiellement, par sa foi, une foi qui se dit dans des cultures nouvelles. Au cœur des convictions du protestantisme, il y a la certitude que l'Évangile de Jésus-Christ est une belle espérance pour tous et que cette bonne nouvelle nous engage dans la cité au service de tous. Au-delà de leurs coreligionnaires, les protestants français sont préoccupés par la situation de tant de femmes, d'enfants et d'hommes qui ne trouvent nulle part où vivre, nul endroit pour être accueillis.".

A la suite du sociologue Ernst Troeltsch (1865-1923), tous les historiens ont, jusqu’à présent, utilisé le terme de néo-protestantisme pour souligner combien le protestantisme dans sa version libérale avait évolué, changé, s’était profondément modifié, voir avait carrément muté par rapport au calvinisme d’autrefois. D’une façon générale, il est rare de trouver encore des protestants qui se revendiquent théologiquement de Calvin ! Paraît-il quelques groupes attardés aux Etats Unis qui viennent en pèlerinage dévot au Musée de la Réforme à Genève.


L’ambiance dans les paroisses ERF entre autres est au rappel que nous sommes pêcheurs mais c’est pour ajouter aussitôt que la Grâce de Dieu est offerte à tous ! (c’est un alignement sur la théologie méthodiste) et on ne parle plus de l’enfer sinon pour signifier le refus jusqu’au boutisme de l'amour de Dieu (le théologie universaliste écarte toute punition car tout le monde est sauvé, y compris les méchants !). Les sermons catholiques, eux aussi, n’évoquent plus l’enfer ! Sinon dans les milieux traditionalistes. Le bons sens populaire a réussi à tordre le coup aux théologies restrictives du salut : pour les peuples chrétiens, Dieu est amour, basta !


Ce constat d’un protestantisme émancipé, humaniste, spirituel au meilleur sens du terme, héritier du Siècle des lumières et de l’exégèse historico critique de l’Ecole allemande des années 1830, puis ardent promoteur de l’Ecole publique au XIXème siècle et d’une laïcité radicale, est fait par tous les historiens.


En 1996, Pierre Gisel rappelle les analyses du sociologue allemand « Ernst Troeltsch : aboutissement ou dépassement du néo-protestantisme ? » dans la revue Laval théologique et philosophique, vol. 52, n° 3, p. 719-733.


En 1998, la Revue de théologie et de philosophie du 2ème trimestre (n° 2, vol. 130) porte sur les « Figures du néo-protestantisme : pourquoi relire le néo-protestantisme ? », avec la vision d'un âge éthique non ecclésial du christianisme de Richard Rothe (1799-1867), la théologie critique au service de l'émancipation bourgeoise : David Friedrich Strauss (1808 - 1874), Ernst Troeltsch (1865-1923), et quelques autres théologiens, tels Harnack et Ritschl. Toujours dans ce numéro, L. Kaennel, professeur à la faculté de théologie et l’université de Lausanne) présente une liste d'ouvrages et d'articles francophones sur le néo-protestantisme. La même année, l’historienne Elisabeth Labrousse dans la revue Théolib, n° 3, 3ème trimestre) (lien ).


En 2007, la Revue Réformée (n° 241, janvier) publie un dossier « Réforme et néo-protestantisme » : Incertitudes modernes et foi chrétienne. G. C. Berkouwer (1903-1996) - L'autorité des Saintes Ecritures - Réforme ou révolution ? - Incertitude moderne et foi chrétienne - La conception moderne du monde et les commandements de Dieu - Christ et son Eglise (lien ).

Mais Claude Baty parle-t-il de cela ? Que signifie l’abandon de toute référence historique à la fois des origines (si chères aux « orthodoxes ») mais aussi des progrès réalisés depuis que le néerlandais Jacob/Jacobus Herman/Arminius (vers 1560-1609) s’éleva contre la prédestination calviniste et la sous valorisation de la liberté et de la raison humaine ? La foi en Jésus-Christ, certes ! mais elle est l’affaire de tous les chrétiens et non des seuls protestants. Peut-on parler d’une confession chrétienne parmi d’autres, en l’occurrence la protestante, en faisant l’impasse sur l’histoire ? Bizarre !

 

à suivre ...

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans les protestantismes
commenter cet article

Articles Récents