Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

19 septembre 2012 3 19 /09 /septembre /2012 10:22

italie_mariage_unitarien_3.jpgMariés civilement la veille, Michele Camerlengo et Mme Tomoko Tsubaki, ont été bénis religieusement ce dimanche 16 septembre dans le cadre d’une cérémonie unitarienne-universaliste par le pasteur Alessandro Falasca, ministre du culte de la communauté du « Calice du Centre » qui réunit tous les unitariens et universalistes de la Région du Centre de l’Italie. A cette occasion, il était assisté par Ian McCarthy, de la même communauté et de sensibilité unitarienne-universaliste.


Les époux sont membres de la Communion unitarienne d’Italie. Lui est Italien et designer, engagé au sein d’une communauté spirituelle dans une voie de développement humain. Elle est étudiante japonaise ouverte à la spiritualité et très attachée à sa propre tradition. Ils furent demandeurs d’un mariage religieux compatible avec leurs propres convictions. La préparation a duré plusieurs semaines par échange de courriels et conversation à distance avec le système Skype.


Le mariage religieux s’est déroulé dans le cadre grandiose et romantique d’un ancien château de la région de la Marche, à Rocca d’Ajello. Pour les besoins de l’assistance venue de nombreux pays (d’Italie bien sûr, mais aussi du Japon, du Royaume Uni et d’Australie), la cérémonie en italien a été doublée d’une traduction en anglais dite par Ian McCarthy. Des textes de l’Américain Morgan Scott Peck *, des versets du Tao Te Ching, et l’hymne à l’amour de Paul ** ont été lus par les époux et leurs témoins. Dans l’esprit de la cérémonie unitarienne des fleurs ( lien), les époux se sont échangés chacun une rose de couleur différente.

* Morgan Scott Peck (1936 –2005) fut un psychiatre américain, protestant avec une ascendance juive, et écrivain célèbre notamment grâce à son premier livre publié en 1978, The Road Less Traveled (le chemin le moins fréquenté ?) qui propose une nouvelle psychiatrie de l’amour.

** "quand bien même j'aurais le don de prophétie, si je n'ai pas l'amour je ne suis rien ... l'amour supporte tout, excuse tout..." (1 Corinthiens 13)

 

italie_mariage_unitarien_5.jpg les époux viennent d'allumer le calice des unitariens (lien)

italie_mariage_unitarien_1.jpg

le discours aux époux par le pasteur Alessandro Falasca

italie_mariage_unitarien_2.jpglecture par les époux de textes choisis par eux

italie_mariage_unitarien_4.jpgla bénédiction nuptiale ; à gauche Ian McCarthy traduit en anglais le déroulement de la cérémonie


Cette cérémonie émouvante par sa sincérité et la participation active des époux est bien la marque de l’unitarisme où l’expression personnelle est encouragée. Dans le même esprit unitarien-universaliste, mais avec un pasteur de l’Eglise réformée de France (ERF), le pasteur Pierre-Jean Ruff, une cérémonie avait été organisée au nord de Nîmes, à la Chapelle de Pise dans le Gard, en septembre 2006 (compte rendu de l’événement dans le bulletin n° 63 de la Correspondance unitarienne du mois de janvier 2007, lien)

Repost 0
Published by d'après informations données par Alessandro Falasca - dans U en Italie
commenter cet article
10 septembre 2012 1 10 /09 /septembre /2012 11:19

lawrence_sudbury_portrait.jpgLe dimanche 23 septembre, à Milan, aura lieu l'inauguration officielle de la communauté unitarienne "Ferdinando Bracciforti" à l'initiative du pasteur Lawrence Sudbury, c/o sala della chiesa Potenza di Dio, Piazza Insubria 8, Milano. Ce lancement était prévu au début de l'année prochaine (lien) ; cette jeune communauté est au rendez-vous qu'elle s'était fixée et elle a l'avenir devant elle.


Former des pasteurs afin qu'ils animent des communautés locales, c'est là le défi que s'est lancé la Communione unitariana italiana (CUI). Nous lui souhaitons un plein succès dans cette stratégie de développement. C'est un début de réalité à Rome, Turin et Milan, chacune de ces villes étant le siège régional d'une communauté unitarienne.

 

Ajout du 30 septembre 2012 avec ce compte rendu de Giacomo Tessaro


Dimanche 23 septembre 2012 a été un grand jour de fête pour les unitariens italiens. Avec l'engagement inlassable du révérend Lawrence Sudbury, fut possible d'inaugurer la communauté unitarienne de Milan “Ferdinando Bracciforti”. Dans une salle fournie par l'Église evangelique latino-américaine Puissance de Dieu a eu lieu le rendez-vous qui marque la naissance de la communauté. Environ 25 personnes étaient présentes. Parmi elles, des catholiques, des vaudois, un anabaptiste et deux évêques de l'Église chrétienne ancienne catholique et apostolique (une petite Église Vieux-catholique), Giovanni Climaco Mapelli et son assistant Mario Metodio Cirigliano. Le culte a été célébrée par le révérend Roberto Rosso et les pasteurs Alessandro Falasca et Lawrence Sudbury. Chacun d'eux a exposé sa motivation d'être là avec des soeurs et des frères et la raison de la tolérance entre les diverses façons d'être chrétiens. Ce culte a suivi l'ordre usuel des célebrations unitariennes italiennes : récitation du Shema Israel (la déclaration de foi dans le Dieu unique), lecture de la Bible (un texte du deuxième livre des Chroniques sur l'élévation du temple par Salomon et l'épisode de Zacharie dans l'Evangile de Luc), des sermons, un  partage des fleurs, la récitation du Notre Père et enfin la Cène, avec une bonne participation des personnes convenues. Après le culte, on a eu le temps de faire connaissance entre les participants et prolonger la fête pour cette nouvelle communauté religieuse dans la métropole milanaise.

Repost 0
Published by Actualités unitariennes - dans U en Italie
commenter cet article
1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 09:20

Accontentiamoci di una nuvola, Raccolta di sermoni cristiano unitariani par Roberto Rosso (2012), publié par Photocity Edizioni (photocity.it), 94 p., €18.00, ISBN 978-88-6682-220-2 ( lien)
 

nuee.jpg« Se contenter d’un nuage » est une allusion à la colonne de nuée qui, selon le récit biblique, précéda les Israélites lors de leur fuite d’Egypte vers l’actuelle péninsule du Sinaï. Afin d’être moins élliptique que l’auteur ne l’est, on pourrait aussi traduire le titre par « Se contenter de ce qui n'est qu'une simple colonne de nuée ». En d’autres termes vivre notre existence sans penser aux promesses dans un au-delà. Bref, la colonne de nuée qui nous précède n’est pas forcément une échelle de Jacob qui nous mènerait tout droit au Ciel. L’enseignement de Jésus, la Bonne nouvelle, nous aide d’abord à mieux vivre ici et maintenant ; il s’agit là d’une manière toute concrète d’appréhender le monde et donc d’une autre vision du christianisme.


« IHVH les précédait, le jour sous la forme d’une colonne de nuée pour leur indiquer la route, et la nuit en la forme d’une colonne de feu pour les éclairer : ils pouvaient ainsi poursuivre leur marche jour et nuit. La colonne de nuée ne manquait jamais de précéder le peuple pendant le jour, ni la colonne de feu pendant la nuit » (Exode, 13, 21-22)


Présentation par Giacomo Tessaro :


La Communion chrétienne unitarienne d’Italie (Cicu) est heureuse d'annoncer une nouvelle aventure. Notre révérend Roberto Rosso a rassemblé 58 sermons dans un livre édité par Photocity ; le lecteur est invité à passer l'année liturgique en portant un regard inhabituel sur le Christ et sur sa vie. Avec sa connaissance des évangiles, l'auteur nous accompagne à travers nos doutes et nos idées reçues pour nous faire redécouvrir le christianisme. Ceux qui le connaissent déjà  y retrouveront son style confidentiel et non sans ironie qu'ils ont appris à aimer.


Entretien de Roberto Rosso par Giacomo Tessaro, publié le 18 avril 2012 sur le site de la Congregazione italiana cristiano unitariana (CICU) lien, traduit en français par Samantha Fink


- Alors, Révérend, une nouvelle aventure, un livre publié
Oui, ç‘a été un plaisir de relire et de rassembler les pages de la première année de mon ministère.


- D’où vient le titre ?
D'une phrase de Kierkegaard souvent répétée par les trinitaires que, en Jésus, Dieu et le monde se rencontrent et Dieu prend enfin un visage. Je conteste l’affirmation selon laquelle Dieu n’aurait qu’un visage, parce que ce serait le limiter, mais aussi parce que Dieu et l'homme n'ont jamais été séparés et qu'une étincelle divine est toujours présente dans le genre humain.


- Vous avez fait sur les visages de Dieu, une recherche approfondie qui vous a mené à l’unitarisme...

Dieu, dans la culture antique, a toujours été perçu comme un vieux sage, avec la barbe blanche et toute la rhétorique liée à l'univers magique tribal qui voulait que les anciens soient capables d’impressionner par leurs miracles et leur culture sans limites. Avec l’unitarisme, on essaie de laisser ces ultimes vestiges d’anthropomorphisme pour concevoir la vie spirituelle dans le royaume de Dieu comme une expérience de prise de conscience de l'union intime de l'individu avec les autres, en Dieu.


- Comment ce livre se présente-t-il ?
Il s’agit d’un recueil de sermons pour ma congrégation [la Congregazione Italiano Cristiano Unitariana] au cours d'une année entière. Du sermon, j’ai conservé le ton familier propice à susciter l’émotion, à provoquer, mais c’est aussi un essai qui veut rassembler quelques thèmes théologiques clefs de l’unitarisme et se plier à la discipline d’une lecture littérale [et symbolique] attentive.


- Je remarque dans votre congrégation, beaucoup de membres de moins de quarante ans...
Oui, nous sommes une jeune congrégation, mais nous rencontrons aussi un certain succès depuis deux ans auprès des moins jeunes, et je dirais que c’est une bonne intégration.


- Quelle est la place de l’unitarisme dans le paysage chrétien italien, dominé par le catholicisme romain, et quelles sont vos relations avec les protestants ?
Nous prêchons la valeur de la diversité, la différence comme source de richesse spirituelle, si bien que pour nous les occasions de confrontation, de dialogue franc et sincère sont un plaisir lorsque la vérité peut ainsi émerger de la cohésion intime des différences et non de l'abus de pouvoir de qui hurle le plus fort.


- Qu’avez-vous à proposer à un monde où s’élèvent des voix athées virulentes, hostiles à toute forme de religion ?
L’opportunité d’un dialogue et d’une réflexion sur la valeur du doute et sur l’illusion des facultés cognitives de l'homme. Souvent la négation farouche de tout indicible est le symptôme du même malaise que l’on rencontre chez les fondamentalistes. Nous croyons qu’un dialogue ouvert et axé sur le doute comme possibilité d’unir au lieu de diviser, est plus profitable.


- Ce livre vise-t-il le seul public unitarien ou est-il utile à tous ?
Je dirais que ce livre présente un Jésus au visage humain, faillible, en proie au doute, ainsi qu’un Dieu qui se cache derrière une nuée. Je crois que cette expérience, bien typiquement unitarienne, est utile à tout croyant de toute confession ou religion pour vérifier, en accomplissant cette course de près de soixante étapes, les fondements de sa foi.


- Ne craignez pas de scandaliser beaucoup de chrétiens «orthodoxes» ?
Si le scandale devait produire en réaction une réflexion et la confirmation des fondements de leur foi, alors ce scandale, aussi grand fût-il, n’en aurait pas moins été aussi indiscutablement utile.


- Prévoyez-vous de nouvelles initiatives éditoriales ?
Je suis en train de préparer un livre sur la lecture unitarienne de l'Antéchrist de Nietzsche qui sera publié simultanément en Italie et en France (avec une traduction en français de Giacomo Tessaro), puis un essai sur Ferdinand Bracciforti avec la reprise de son «christianisme sans miracles" .


- Vos frères unitariens vous ont aidé dans ce travail ...
Eh bien, mes remerciements vont à la communauté dans son ensemble, dont la présence a stimulé ces réflexions, mais je voudrais mentionner en particulier le ministre Alessancro Falasca nouvellement nommé, qui a eu l’idée de ce recueil, ainsi que vous-même pour vos irremplaçables corrections de projets.

Repost 0
Published by Roberto Rosso et traduit par Samantha Fink - dans U en Italie
commenter cet article
28 avril 2012 6 28 /04 /avril /2012 09:47

italie_milan_communaute_chretienne_unitarienne.jpgLe révérend Lawrence Sudbury (lien) vient de fonder une nouvelle communauté unitarienne en Italie, à Milan, en lançant ce jour (le 28 avril 2012), sur Facebook, la Comunità Cristiano Unitariana Milano (CO.C.U.M) dont il a dessiné lui-même le logo. Cette communauté affiche un christianisme d’ouverture en affirmant ses racines et en accueillant en son sein des personnes de fois et de convictions diverses selon la tradition unitarienne. Elle est en cours de formation et se fixe le mois de janvier 2014 pour atteindre son rythme de croisière.


Elle se réfère à l’œuvre de Ferdinando Bracciforti (1827 - 1907), qui vécut et mourut à Milan. Journaliste très actif lors de la Renaissance nationale (Risorgimento) italienne durant la seconde moitié du XIXème siècle, celui-ci fut considéré comme l’introducteur en son pays d’ “un christianisme des Libres penseurs”. La Besace des unitariens en a rendu compte dans un article du 7 mai 2007 : “Les unitariens à Milan en 1875” (lien), puis dans un second article, le 4 octobre 2010, “Fernandino Bracciforti et le début de l'unitarisme en Italie” (lien


Très belle référence à un chrétien unitarien du XIXème siècle, qui n’est pas sans rappeler le Français protestant libéral Ferdinand Buisson et son manifeste de 1869 (voir plusieurs articles dans la rubrique “sur le protestantisme libéral” de La Besace des unitariens, lien)


Avec l’assurance qu’elle sera l’un des fleurons de l’unitarisme italien, nous saluons la naissance de cette nouvelle communauté et nous l’assurons de toute notre fraternité.


Pour mieux connaître l’unitarisme contemporain en Italie, voir sur le site des Unitariens français un bref historique de la Congregazione italiana cristiano unitariana (CICU), lien, et le récapitulatif de nos articles sur ce pays (lien).

 

Ajout du 22 juin 2012 - une première réunion de cette jeune congrégation de Milan aura lieu le 23 septembre 2012.

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans U en Italie
commenter cet article
21 avril 2012 6 21 /04 /avril /2012 03:26

luca_addante_ereteci_e_libertini.jpgLa Communion unitarienne italienne, qui réunit des chrétiens unitariens et des unitariens-universalistes, organise une rencontre à Turin le samedi 5 mai 2012, avec le programme suivant :


Culte le matin durant lequel il y aura la consécration au service pastoral d’Alessandro Falasca (animateur de la communauté locale "Le Calice du Centre", à Rome), le baptême de Gianluca Milo et la présentation à la communauté de Lawrence Sudbury (ce dernier est entrain de lancer une communauté locale à Milan).


Dans l’après-midi, à la bibliothèque Dietrich Bonhoffer (au quartier Lingotto), Luca Addante présentera son livre "Eretici e libertini nel Cinquecento italiano" (Hérétiques et libertins du XVème siècle italien), publié en juillet 2010 aux éditions Laterza (226 p.) et qui a été primé par la Présidence de la République et l’Académie de Lincei.

 

message du 11 avril 2012 de la Chiesa Della Mente Aperta (l’Eglise de l'esprit ouvert) sur la page « Universalisti Unitariani Italiani » de Facebook

 

Compte-rendu de la rencontre par Giacomo Tessaro (message du 9 mai 2012 au réseau francophone de la Correspondance unitarienne).

 

Le culte a eu lieu à la Bibliothèque Dietrich Boenhoffer de Turin. Il fut conduit par le révérend Roberto Rosso avec notre nouveau pasteur Alessandro Falasca, qui à cette occasion a été investi de cette fonction. Après la présentation du parcours de foi d'Alessandro par moi-même ("De l'intérêt pour le taoïsme à l'acceptation du message du Christ"), le candidat a prononcé ses promesses et son premier sermon officiel, où il a commenté l'épisode de l'incrédulité de Thomas.

Le culte continua avec la présentation officielle de notre nouveau membre Lawrence Sudbury, qui vient de fonder la communauté de Milan (lien). Lawrence a choisi deux passages bibliques pour marquer ce pas : Matthieu 5,17-20 et le Psaume 40.

Nous avons accueilli aussi, pour son baptême unitarien (le 4ème de notre congrégation), Gianluca Milo, collaborateur d'Alessandro au Chalice du Centre (lien). Gianluca, après une éducation catholique, fréquenta diverses communautés (vieux-catholique, vaudoise et baptiste) avant de rencontrer la doctrine unitarienne qu'il a accueillie avec joie. Il choisit pour son baptême l'épisode de l'aveugle dans Jean 9, 13-34. Gianluca est le quatrième unitarien italien à être baptisé.

Après le déjeuner, nous sommes revenus à la bibliothèque pour assister à la conférence du professeur Luca Addante.

Repost 0
Published by Chiesa Della Mente Aperta - dans U en Italie
commenter cet article
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 06:35

customLogo.gif

 

La Communion unitarienne d'Italie (lien) comprend deux congrégations nationales, la Congregazione italiana cristiano unitariana (CICU) pour les chrétiens (lien) et l'Eglise de la Mente Aperta pour les unitariens-universalistes (lien), et un groupe local à Rome, le cénacle « Calice du Centre ». Elle est présidée par le révérend Roberto Rosso. Le trésorier en est Gianluca Alfieri. Les webmestres sont : Massimo Sernesi, Lawrence Sudbury (lien) et Giacomo Tessaro. Plusieurs commissions en son sein sont animées par Alessandro Falasca (Relations internationales), Lawrence Sudbury (Oecuménisme), Giacomo Tessaro (Liturgie), Gianluca Milo (Commission sociale) Ian McCarthy (Histoire), Alessandro Falasha (Théologie), Aldo Vincenzo Pamparana (Commission unitarienne-universaliste de partage « Projet Religions and Unitarian main instances » R.U.M.I ), et le révérend Roberto Rosso (pour la formation des responsables locaux).


Les unitariens italiens sont environ 40. Le groupe Yahoo de la CICU (fondé le 31 mai 2004) compte à ce jour 120 personnes et celui des unitariens-universalistes (Unitariani Universalisti), fondé le 1er janvier 2006, 54 personnes. La page Facebook « Cristiani Cicu Unitariani » a 148 « amis » et celle des unitariens-universalistes (Universalisti Unitariani Italiani), 92 « amis ».


Lors de la prochaine rencontre de l’International Council of Unitarians and Universalists (ICUU) aux Philippines, en février 2012, il est envisagé que l’Italie passe du statut du groupe « émergent » à celui de membre provisoire (et après 3 ans à celui de membre à part entière).


Source : message du révérend Roberto Rosso à la Correspondance unitarienne, le 18 janvier 2012.

Repost 0
Published by Roberto Rosso - dans U en Italie
commenter cet article
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 06:05

lawrence_sudbury.gifDiplômé en Communication, pasteur d’une Eglise évangélique américaine, historien, théologien, écrivain, Lawrence M.F. Sudbury inscrit désormais son action au sein de la Congregazione italiana cristiano unitariana (CICU), à laquelle il apporte sa riche expérience. Il écrit en anglais et en italien et lit le français et l'espagnol. Il habite à Milan.


Lawrence M.F. Sudbury est né à Carshalton à Londres, en 1968 d’un père britannique et anglican et d’une mère italienne et catholique. Il a grandi dans le catholicisme tout en s’intéressant à la religion juive car, sa mère étant d’origine juive, il a pu se considérer comme ethniquement Juif. Ses études universitaires en Communication ont été couronnées par un essai sur les influences de la Kabbale juive sur l’expressionnisme germanique (Jewish-Kabbalistic influences on German Expressionism).

Suite à ce diplôme en Communication et s’intéressant à la communication des entreprises, il entreprit une carrière d’annonceur, mais, en 1996, son intérêt pour les questions religieuses le rattrape et il se convertit au courant évangélique. De 2006 à 2008, il suit un DA en Etudes religieuses à l’université de Bedford et son mémoire final traite de l’évolution historique du concept du Graal, qui sera plus tard publié en Italie sous le titre « Il Graal è dentro di noi ».


Il choisit la voie pastorale, et, alors qu’il est aux Etats-Unis, le pasteur Weyant, prélat de la Trinity Evangelical Christian Ministries  Congregation (Congrégation des ministères chrétiens évangéliques de la Trinité) à Ardmore (en Alabama, AL), l’ordonne pasteur en lui imposant les mains. Il continue ses études théologiques au séminaire de Newburgh-Evansville (dans l’Indiana, IN), le Newburgh Theological Seminary, et obtient un doctorat en Histoire de l’Eglise avec un essai sur le Concile de Nicée (sous la tutelle du professeur Brent Largent, Ph.D., et sous la supervision du professeur Glenn Mollette, Ph.D), essai publié plus tard par les Presses du Séminaire sous le titre de « Nicea : what it was and what it was not » (Nicée : tel qu’il fut et tel qu’il n’a pas été). Entre temps, il a publié deux autres livres, l'un sur les « acheropita », à savoir les images de Jésus  (« Non par mano d'uomo » / Non fait de main d’homme), niant la validité historique du Mandylion, du suaire de Turin et d'autres «images miraculeuses» du Christ, et l’autre sur le contexte religieux du développement du nazisme (« L'anima e la svastica » / L’âme et la croix svastica).


La congrégation évangélique interdénominationnelle à laquelle il appartient lui demande en 2008-2009 de faire des recherches historiques sur le système politique du Vatican. Les résultats de ces recherches ont été deux livres, par la suite publiés en italien, sur les tendances réformistes et conservatrices de l'Église catholique (respectivement « Il Regno visto da sinistra » / le Royaume vu de la gauche ; et « Oltre la Destra del Padre » / Au-delà de la droite du père).

 

En été 2010, il rejoint un groupe d'étude soutenu par le Conseil œcuménique (COE) visant à étudier les conditions de vie des chrétiens au Moyen-Orient et il eut ainsi l’occasion de s’entretenir avec les leaders chrétiens les plus importants de la région sur le développement de l'œcuménisme et les difficultés qu'ils rencontrent. Deux livres en ont rendu compte, l'un sur les chrétiens en Israël (« Cristiani une Gerusalemme » / Chrétiens à Jérusalem) et l’autre au sujet de la situation politico-religieuse de la région (« Dispacci dall'ex Impero » / Dépêches de l’Ancien empire).


Dans la même période, la Trinity Evangelical Christian Ministries  Congregation, entre temps devenue l’United New Testament Church International (UNTCI) / l’Eglise internationale unie du Nouveau testament) lui demande d’ouvrir une mission en Italie. Il réussi à former une petite communauté en ligne, laquelle est reconnue par l'Association évangélique italienne (AEI). Mais, cette Eglise pratiquant les ordinations en ligne, sur Internet,  Lawrence Sudbury, émet des réserves sur ce mode de fonctionnement, et, plus généralement sur le style « business » de la Prélature de cette Eglise s'appuyant sur  des progressistes en matière de « politique commerciale ».


Finalement, ses études sur l’histoire de l’Eglise l’ayant éloigné de la théologie évangélique arminienne (son point de départ), toujours attachée aux dogmes trinitaires, et rapproché de l’ébionisme et de la théologie unitarienne, il décide à la fin de 2011, par intégrité religieuse et honnêteté envers lui-même et le groupe qu’il a formé en Italie, de se rattacher à la Congregazione italiana cristiano unitariana (CICU), fondée en mai 2004 à l’initiative de Roberto Rosso, lequel fut ordonné révérend en novembre 2008 (lien).


Il entend, au sein de cette congrégation unitarienne, apporter entre autres sa compétence en matière d’œcuménisme et, au sein de la Communion unitarienne d’Italie (regroupant les chrétiens unitariens et les unitariens-universalistes de ce pays), il anime une commission sur cette question (lien). Il est notamment intéressé par l’approche libérale des unitariens pour qui peuvent se dire chrétiens toutes les personnes qui sont intéressées par la personne et l’enseignement de Jésus quelque soit leur théologie et leur communauté d’appartenance, voire même appartenant à d’autres religions.


Source : son message à la Correspondance unitarienne le 16 janvier 2012


Bibliographie :


2006 : Il Graal è dentro di noi - Ed. AER Il Melograno - Milano
2007 : Non per mano d'uomo ? - Ed. The Boopen - Napoli
2008 : Il Graal è dentro di noi (II edizione) - 0111 Edizioni - Milano
2009 : L'anima e la svastica - Seneca Edizioni - Torino
2009 : Nicea: what it was, what it was not - Newburgh Press - USA
2010 : Il Regno visto da sinistra - Seneca Edizioni - Torino
2010 : Oltre la destra del Padre - Seneca Edizioni - Torino
2010 : Cristiani a Gerusalemme. Duemila anni di coraggio - E.M.I. - Bologna
2011 : Dispacci dall'ex Impero - Seneca Edizioni – Torino


Pour en savoir plus : voir son site personnel ( lien). Pour contact par courriel ( lien)

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans U en Italie
commenter cet article
3 décembre 2011 6 03 /12 /décembre /2011 04:02

aperitif_unitarien_a_rome.jpgLe groupe des unitariens du Centre de l'Italie, à savoir Rome et sa région, convie ses adhérents, sympathisants et amis à un apéritif à Rome. Il réunit à la fois des chrétiens unitariens et des unitariens-universalistes. Selon la terminologie unitarienne, il se présente comme un "calice", c'est-à-dire une assemblée locale qui, lorsqu'elle se réunit, procède à l'allumage du calice (lien).

 

Le même groupe a lancé un cercle de "Croissance spirituelle" pour des échanges où l'exemple de Jésus servira de référence. Ce cercle est soutenu par la "Communion unitarienne et universaliste" du Lazio et l'Unitarian Ministries International ( lien).

il_calice_del_centro.jpg

Repost 0
Published by Actualités unitariennes - dans U en Italie
commenter cet article
29 octobre 2011 6 29 /10 /octobre /2011 19:34

Les unitariens italiens se sont réunis à Bologne et ont baptisé l’un des leurs (message du 29 octobre 2011 de Giacomo Tessaro).


Battesimo_Bologna_1.JPG

au premier plan, le révérend Roberto Rosso,

puis de gauche à droite, Pierluigi, Ian McCarthy, Giacomo Tessaro et Alessandro Falasca

 

Les unitariens italiens se sont rencontrés à Bologne le week-end samedi 22 et dimanche 23 octobre, pour discuter d'unitarisme, de la situation religieuse et politique italienne, de la congrégation, et pour préparer la célébration dominicale et mon baptême. Etaient présents le révérend Roberto Rosso, Alessandro Falasca (candidat au pastorat), Gianluca Milo, Pierluigi Servida, Claudio Bianucci (animateur d'un groupe chrétien libéral se référent à Giordano Bruno), et moi même (Giacomo Tessaro). Le dimanche matin, Ian McCarthy, fondateur des UU italiens, s’est joint à notre groupe.

 

Battesimo_Bologna_2.JPG

Battesimo_Bologna_3.JPG


Notre célébration dominicale a commencé à 10 heures. Après l'allumage du calice, Roberto Rosso et Alessandro Falasca m’ont présenté comme candidat au baptême. Alessandro a chanté un hymne et j’ai lu le psaume 40, qui est une action de grâce : « J’espérais Yahvé d’un grand espoir, il s’est penché vers moi, il écouta mon cri. Il me tira de la fosse fatale, de la vase du bourbier ; il dressa mes pieds sur le roc, affermissant mes pas » (v. 1-3) et le chapitre 6 du livre de Samuel qui raconte la translation de l'Arche par le roi David. Ensuite Alessandro prononça un bref sermon évoquant le symbolisme de l'eau baptismal pour se transformer et suivre Maître Jésus, ainsi que les chapitres 78 et 8 du Dao De Jing, le Livre de la Voie et de la Vertu (l'eau comme symbole d'une attitude disponible et patiente pour agir sur les réalités). Puis Roberto m’a donné la bienvenue au sein de notre congrégation en décrivant l'unitarisme non pas comme un lieu d'abordage mais comme un sentier à parcourir tous les jours, Dieu non pas comme une destination mais comme un compagnon de voyage. Après l'aspersion de l’eau baptismal sur ma tête, nous avons célébrée la Cène. Puis, j’ai lu le psaume 16 (Yahvé, ma part d’héritage) et Pierluigi le psaume 148 (louange cosmique). Alessandro a terminé notre célébration avec un hymne composé par lui-même. Un moment de vraie spiritualité, un baptême d'engagement à la suite du Christ, une étape fortement marquée sur la voie qui mène au Père.

 

Battesimo_Bologna_4.JPG

Pour connaître l’unitarisme italien, voir sur ce site notre dossier « unitarisme (Italie) » (lien)

Repost 0
Published by Giacomo Tessaro - dans U en Italie
commenter cet article
2 juillet 2010 5 02 /07 /juillet /2010 07:47

Alessandro Falasca, membre de la Congregazione Italiana Cristiano Unitariana (CICU), a reçu la confirmation des mains des révérends Sandor Léta (pasteur hongrois), Roberto Rosso (pasteur italien), le dimanche 27 juin. La célébration a eu lieu dans le cadre des cultes en anglais que la congrégation unitarienne Bela Bartok de Budapest organise chaque dernier dimanche du mois à 12 heures (lien ).


budapest_confirmation_unitarienne.jpg

De gauche à droite : Alessandro Falasca, Család Léta et Roberto Rosso.

 

budapest_vitrail_unitarien.jpgbudapest unitariens italiens

Devant la magnifique façade néo-gothique de l’église Bela Bartok (“Unitarius Templum”), Alessandro, Roberto et son frère Michel.

Repost 0
Published by Actualités unitariennes - dans U en Italie
commenter cet article

Articles Récents