Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

18 janvier 2010 1 18 /01 /janvier /2010 06:43
suite de l'article précédent

Avec les confessions religieuses exigées à l’entrée de chaque communauté lors du baptême ou encore lors de l’ordination d’un nouveau ministre du culte, les communautés religieuses étant censées être homogènes sur le plan doctrinal. Depuis, ce ciment dogmatique s’est fissuré au nom de la liberté de conscience chez les protestants libéraux, à la suite des conciles catholiques où des minorités ont fait dissidence, et tout simplement du fait de la circulation des idées et des spiritualités.

Ce sont les spiritualités qui ont introduit à la pluri-appartenance car elles se glissent comme complémentaires à une religion donnée sans apporter de nouveaux dieux à adorer (comme le fait le polythéisme ou d’autres religions), ni une autre version de Dieu. La gnose, les loges maçonniques ou d’autres obédiences, le bouddhisme, les mouvements soufis, etc., proposent ainsi des voies complémentaires qui peuvent être vécues individuellement pour la croissance spirituelle de leurs adeptes. Elles ne sont donc sur le même plan que les fréquentations religieuses : dès lors on peut être chrétiens et francs-maçons nonobstant les foudres du Vatican, chrétien et « crypto » bouddhiste, etc.  ; on peut être chrétien de culture ceci ou cela sans que ce soit pour autant un syncrétisme.

Les couples mixtes au niveau religieux peuvent également fréquenter l’église et la mosquée, ou la synagogue, ou le temple. Les enfants pratiquent les deux religions et les parents les laissent libres de leur choix.

Ces multi-appartenances sont vécues sans tension de la part des intéressés, mais sont parfois critiquées vue de l'extérieur. En tout cas, elles ne sont pas des syncrétismes puisqu'il n'y a pas tentative de faire de nouvelles synthèses théologiques. Elles sont porteuses de tolérance, d'élargissement des horizons, de découverte de complémentarités.

L'Eglise réformée de France (ERF), entre autres, accepte fort bien les couples protestant-catholique. Quant aux unitariens, nous sommes acquis aux vertus de l'interfaith (des spiritualités plurielles) et nous faisons de notre appartenance religieuse un choix parmi d'autres possibles au sein des sociétés démocratiques, laïques et modernes.

à suivre ...

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans nos identités
commenter cet article

commentaires

Articles Récents