Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

24 juillet 2013 3 24 /07 /juillet /2013 07:44

Les voiles islamiques sont divers. Ils sont interdits dans nos établissements scolaires et chez les professionnels de nos services publics en tant que signes ostentatoires au même titre que les kippa des juifs et les croix d'une certaine taille des chrétiens. Le niqab, le voile intégral, est quant à lui interdit dans nos espaces publics car il dissimule le visage et peut se prêter à des actions dissimulées (on peut penser entre autres au terrorisme). Dans le tableau ci-dessous, le niqab ne couvre pas le front, mais généralement il ne laisse qu'une fente pour les yeux. A noter que le Coran ne cite que le khimar.


Information donnée, à titre documentaire, par 'Spirit Minister'  sur sa page Facebook.

 

voiles_islamiques.jpg

Repost 0
Published by Actualités unitariennes - dans l'islam et le voile intégral
commenter cet article
9 juillet 2011 6 09 /07 /juillet /2011 14:32

La mairie de Douai (département du Nord) a été amenée à interdire le "burkibini" (de burka et de bikini !) dans les deux piscines municipales qu'elle gère, en principe pour des raisons d’hygiène (de même que le short de baignade est interdit aux hommes depuis belle lurette) car les vêtements non collants sont porteurs de microbes et résistent aux douches, lesquelles sont obligatoires avant d’aller plonger dans la piscine ( lien)
 

 

burkini.jpg

mariee_en_bikini.jpg

De tout temps, les populations se sont réciproquement distinguées par des vêtements, des tatouages, des scarifications, leur langue ou idiome, leur religion, leurs produits, leur habitat, leurs interdits, etc. Cette affirmation identitaire s’est faite au niveau des clans, des ethnies, des régions, des nations, des religions. C’est ce qu’on peut appeler des particularismes culturels, lesquels sont respectés sauf par les Etats qui veulent uniformiser leur sujets afin de les assimiler à une culture dominante.
On appelle communautarisme des particularismes qui s’opposent aux règles et lois admises par la société globale, voire qui diabolisent les autres. Des communautés revendiquent des règles à part pour leurs adhérents. Faut-il alors négocier ? adapter les règles générales ? admettre des exceptions ? procéder à des aménagements raisonnables ? créer des alternatives ?


L’attitude libérale consiste à mettre en avant les droits des individus, leur liberté, et donc elle fait preuve de la plus grande des tolérances. Certains au contraire pointent, dans certains cas, les incompatibilités avec une société moderne. Peut-on affirmer au sein d’une même société qu’il y a des gens purs et des gens impurs (1) ? des castes ou des races inférieures ? peut-on admettre la polygamie ? Peut-on enseigner encore aujourd’hui des théories scientifiquement fausses comme le créationnisme (2) ? Peut-on refuser des actes médicaux et chirurgicaux lorsque le pronostic vital est engagé (3) ? peut-on enseigner la diabolisation des autres, qu’on détient seuls la Vérité, que le monde court à l’apocalypse et que ne seront sauvés que les adeptes ? Etc. A défaut de choc des civilisations, n’y a-t-il pas dans ces cas de véritables heurts de culture ? ou bien encore lobbying de certains milieux sectaires ?


(1) mais aussi pour les pratiques, les aliments, etc. Voir notre article "Entre islamophobie et islamophilie, 6ème article – le pur et l’impur" (lien)
 (2) à ne pas confondre avec le "Dessein intelligent" qui, lui, est une hypothèse de recherche toujours fiable, du moins au niveau philosophique (lien)
(3) les témoins de Jéhovah refusent la transfusion sanguine dans tous les cas, pour des raisons « bibliques » (ils sont les seuls lecteurs de la Bible à arriver à cette norme, ce qui suppose que les autres ne savent pas bien lire !)


Contre les emprises religieuses et leur cortège de préjugés et de prétentions, la France a été amenée à prendre des mesures comme les lois laïques du début du XXème siècle, puis, plus récemment, contre l’offensive des islamistes qui cherchaient à visualiser leur influence auprès des jeunes musulmanes, en interdisant tout signe religieux ostentatoire à l’école, puis celui du voile intégral dans nos espaces publics. Contrairement à la « prudence » - ou disons le crûment la lâcheté - et aux contorsions à n'en plus finir d’autres mouvances chrétiennes, les Actualités unitariennes ont résolument menés campagne tambour battant et sans état d'âme contre la  burqa et le niqab (voir notre rubrique « l’islam en Europe », lien).


Mais l’Etat est-il obligé de répondre à toutes les demandes communautaristes ? Celles-ci ne peuvent-elles pas se tourner vers le privé : des établissements scolaires avec des crucifix dans les classes, des cliniques qui acceptent que leur personnel soignant soit de même sexe que le patient, des piscines qui acceptent le burkibini, etc. Bien entendu, les tarifs ne sont plus les mêmes !


En rappelant que  même dans ces situations, l’Etat doit resté dans son rôle de surveillant : une transfusion sanguine non faite en cas de nécessité équivaut à une non assistance à personne en danger, l’enseignement (même non conventionné) doit suivre les programmes officiels, les entreprises ne doivent pas faire de discrimination à l’embauche, etc. La loi est applicable par tous !


Il reste bien entendu, dans les cas les plus extrêmes, les clubs privés (encore plus chers !) qui, eux, ne font entrer que leurs clients inscrits et peuvent refouler les "indésirables".

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans l'islam et le voile intégral
commenter cet article
9 juillet 2010 5 09 /07 /juillet /2010 03:15

andre_gerin_voile_integral.jpg

Madame la députée, Monsieur le député, Chers collègues,

 

Cette loi est plébiscitée dans le pays. On a pu nous opposer qu’il s’agissait d’un épi-phénomène, d’une tendance marginale, d’un prétexte.  Les travaux de la mission sur le voile intégral prouvent au contraire que, derrière cette pratique qui demeure encore très minoritaire, surgissent des questions fondamentales, des défis à relever, des choix politiques.

 

Ce que nous faisons avec cette loi constitue une démarche politique forte, une loi qui dépasse de loin les clivages politiques.  De grâce, laissez-moi vous dire à vous tous sur tous ces bancs que la vie ni ne commence, ni ne s’arrête à l’échéance de 2012. Il existe des enjeux qui transcendent les rendez-vous électoraux parce qu’ils relèvent de l’existence de la République, de la cohésion nationale, du vivre ensemble.

 

L’occasion m’est donnée dans cette intervention de m’adresser à certains de mes amis de gauche qui ne partagent pas ce point de vue.

Oui, c’est une loi intelligente de protection et de libération de la femme pour la sortir d’une sorte d’apartheid.

Non au relativisme culturel et religieux. Sous cette couverture-là, nous accepterions l’inacceptable, le triomphe de la barbarie sur la civilisation. Ce serait un poison qui ferait le miel de l’extrême droite.

Menons ce combat en républicains, en refusant tous les apprentis sorciers qui jouent avec le communautarisme en croyant s’attirer les bonnes grâces des intégristes pour qui la République est l’ennemi. Bannissons les arrangements, les accompagnements, sortons de l’indifférence, voire de l’aveuglement.

 

Osons la main tendue à la majorité des français de confession musulmane. Comment imaginer l’avenir de la France sans une reconnaissance digne de la deuxième religion de France : l’islam ?

 

Le voile intégral, la burqa, c’est le refus de la République. L’intégrisme n’est pas seulement un danger pour la stabilité du monde, il constitue une menace pour l’islam lui-même. Dans notre histoire, chaque fois que le religieux a revendiqué des exigences politiques, les sociétés ont produit des monstres, de nouveaux barbares, la guerre.

 

Alors, on me dit que j’aurais oublié les questions urgentes, le social, l’économique, la vie quotidienne. Je pense au contraire que les combats vont de paire. Combattre la ségrégation, l’insécurité sociale, c’est porter en même temps des valeurs et des idéaux d’humanisme pour donner du sens à la vie, permettre que vivent ensemble des personnes qui n’ont pas tout en commun mais qui dans ces conditions ont plus de raisons de se rassembler, de partager que de se diviser.

 

On me dit même que j’aurais participé à une opération de diversion récupérée par Sarkozy et l’UMP. Alors je pose la question : pourquoi ce même sujet a-t-il pris une dimension géopolitique : Belgique, Espagne, Danemark, et même dans les pays musulmans ? Je pense au contraire qu’il s’agit d’un défi de civilisation.

 

Certains me parlent de liberté. Je n’arrive pas à comprendre. Comment peut-on parler de liberté ? Liberté de revendiquer des chaînes, une muselière, le voile intégral serait une conquête féministe ? Il faudrait le tolérer au nom de la convenance religieuse, de la liberté de pratiquer ? Pourquoi alors ne pas accepter l’excision ? Je trouve ce discours cynique car cette dérive n’a rien à voir avec le religieux et avec l’islam. Nous devons regarder de près le communautarisme, le fondamentalisme, le talibanisme et ces talibans français, regarder de près ces pratiques d’enfermement, d’endoctrinement, de bourrage de crâne.

 

Qui stigmatise les musulmans et l’islam ? Pour répondre à cette question, il faut commencer par Le Pen et tous ceux qui ont joué avec lui. Il faut voir les conséquences de la guerre civile en Algérie avec le FIS et le GIA dans les années 90 dans nos banlieues. Selon le Juge Bruguière, 1100 jeunes sont passés par les camps d’Al-Qaïda en Afghanistan de 1995 à 2001. Des jeunes de la région parisienne ont été utilisés comme kamikazes dans la guerre en Irak. Il faut se rappeler que certains se sont réjouis, voire même ont fait la fête le jour du 11 septembre 2001.

 

Pourquoi y-a-t-il le voile intégral ? Sortons de notre apathie. Ouvrons les yeux. Car ces fanatiques utilisent et pourrissent nos gamins en mal de vie et qui se radicalisent. Derrière le voile intégral, le vrai danger c’est la partie émergée de l’iceberg. Il faut comprendre que l’enfermement, l’endoctrinement commence dès l’enfance avec une idéologie barbare fascisante.

 

La femme est transformée en pur objet de plaisir. C’est la tyrannie du plaisir. C’est le point de départ de l’enfermement.

Une idéologie de cet imam Bouziane en 2004 qui prône la lapidation des femmes, la guerre contre la république et cultive le venin du racisme anti-France, anti-blancs, antichrétiens.

Quand des adolescents de 13 -14 ans contestent l’histoire, la biologie, les sciences naturelles, cela s’appelle bourrage de crâne. Quand des jeunes filles sont exonérées du sport-piscine au nom du religieux, c’est le moyen âge contre l’école publique et laïque. Quand des jeunes filles sont contraintes à une vie d’enfer dans le quartier où elles habitent, pour s’habiller, les rapports amoureux, la sexualité, c’est le féodalisme. Elles sont considérées comme des putes et sont soumises. Sans oublier les menaces faites aux fonctionnaires de l’Etat civil, aux médecins hommes de l’hôpital. Je veux dire à mes amis de gauche que la situation est très préoccupante en région parisienne en particulier, quand se mêlent les mafias, les trafiquants de drogue et l’intégrisme. Nous sommes au bord de la gangrène avec des germes de guerre civile, comme me le rappellent les émeutes de 2005.

 

Il faut dire stop à cette dérive, stop d’une seule voix républicaine en votant cette loi. Nous sommes en phase avec les voix qui s’élèvent aujourd’hui contre l’intégrisme islamique dans le monde arabe et musulman. Des hommes et des femmes sont en train de se battre pour faire un islam moderne en correspondance avec les besoins de notre temps. C’est une guerre de résistance à l’intégrisme et à sa force de frappe.

 

La contribution de la France est attendue. Le vote de cette loi aura un retentissement international.  Il y a 105 années, le 3 juillet 1905 la loi sur la séparation de l’Eglise et de l’État a été votée par 341 voix pour et 233 voix contre. Je pense que nous pouvons faire mieux.  Je voterai cette loi, l’esprit libre, républicain et communiste en ayant le sentiment de participer à une œuvre utile pour la France.

 

(courriel reçu par la Correspondance unitarienne le 8 juillet 2010)

 

82% de l'opinion publique française est favorable à l'interdiction du voile intégral, dont 87% de Français se disant de droite et 75% de ceux qui se disent à gauche. 71% des Allemands sont également pour cette interdiction, 62% des Britanniques et 59% des Espagnols. Mais seulement 28 % des Américains tolèreraient qu'il soit interdit. (selon un sondage du centre de recherches Pew, publié le 8 juilet 2010).


La proposition de loi sera mise au vote des députés le 13 juillet. Pour l'instant, André Gerin sera le seul de son parti (le Parti communiste français, qui lui votera contre) à voter cette loi. Manuel Valls sera lui aussi le seul de son parti (le Parti socialiste Français, qui lui s'abstiendra). Les Verts voteront contre, avec les communistes.

Repost 0
14 juin 2010 1 14 /06 /juin /2010 11:28

"La burqa, un problème du vivre ensemble", par Jean-Claude Devèze, dans Démocratie et spiritualité (D&S), lettre n° 88 du 22 mai 2010, lien

Le vote le 12 mai d'une résolution par la chambre des députés « sur l'attachement au respect des valeurs républicaines face au développement des pratiques radicales qui y portent atteinte » est un point positif. Par contre, du fait de la complexité des problèmes soulevés par une loi sur l'interdiction totale de la burqa, le débat devrait se poursuivre pour dégager le plus large consensus possible.

Chacun de nous a son point de vue sur le débat en cours sur la burqa, y compris celui de penser que c'est une façon pour certains responsables politiques de nous détourner des problèmes essentiels. On ne peut cependant ignorer que ce sujet se retrouve au centre de questions cruciales comme le statut de la femme, l'égalité homme-femme, l'importance dans la relation à l'autre de voir son visage *. Le débat engagé est difficile, car il pose des questions mettant en cause diverses sphères :
 dans la sphère juridique, celles du respect du droit français et européen en matière de manifestation de ses convictions en public ;
 dans la sphère culturelle, celles de la mise en oeuvre d'accommodements raisonnables entre les expressions personnelles d'identité et le respect des us et coutumes dominants ;
 dans la sphère sociale, celles du respect d'autrui dans ses comportements et dans ses vêtements, mais aussi celles des pratiques favorisant l'ouverture à l'autre et la lutte contre l'exclusion ;
 dans la sphère de l'ordre public, celles de l'exigence de pouvoir identifier chaque personne  à visage découvert et de mettre des barrières aux manoeuvres des intégristes et des provocateurs ;
 dans la sphère politico-religieuse, celles de la place des religions, de leur rapport au politique et d'une mise en oeuvre constructive de notre laïcité.

Compte tenu de mon histoire et de ma réflexion au sein de D&S, je cherche une position équilibrée et constructive entre l'aspiration au rappel ferme du respect de règles du vivre ensemble et le dépassement de la multiplication des interdits pour bâtir une histoire commune porteuse de sens.

J'ai été frappé au Mali de voir l'évolution d'une collègue musulmane qui d'abord se voila, puis expliqua gentiment qu'il ne fallait plus lui serrer la main. Cela me conduisit à me poser la question de savoir si certains comportements, remettant en cause nos règles de vie en société, me sembleraient acceptables en France. Au moment où notre effort doit porter sur la prise en compte de la diversité culturelle, l'apparition de burqas, signe de repliement sur une communauté fermée, me semble remettre en cause l'ouverture sur l'autre indispensable pour vivre en société ; de plus ceci contribue à donner une fausse image de l'Islam et à accroître les ressentiments et les peurs vis à vis des « étrangers ». Pour ces raisons, il me semble indispensable de lutter contre le port d'une burqa dans l'espace public en l'interdisant déjà dans tous les services publics.

Convaincu par ailleurs que le vivre ensemble ne se décrète pas, je suis sensible aux arguments du conseil d'Etat quand il rappelle "l'injonction de médiation sociale", "question d'efficacité et de pédagogie", le souci étant de "ne pas provoquer de réactions disproportionnées par rapport au phénomène que l'on souhaite résorber". Ceci doit conduire à revoir comment donner à tous les éléments indispensables de compréhension des diverses religions et à mettre en place les instruments indispensables de médiation entre demande de reconnaissance de sa spécificité et nécessité de règles communes favorisant la fraternité.

Ce qui est en jeu, c'est notre capacité à trouver des réponses à un problème qui fâche dans le cadre d'une approche ambitieuse du vivre ensemble dans la durée. Ceci devrait nous conduire à replacer le problème de la burqa, et plus largement celui de communiquer à visage découvert, dans les démarches en cours de prise en compte de la diversité culturelle et des marginaux; ces dernières préoccupations sont au coeur de la démarche « Pacte civique ».

* Emmanuel Levinas nous rappelle que «le visage est signification, et signification sans contexte » et qu'il est « sens à lui seul », nous invitant à une éthique du face à face.

Repost 0
Published by Jean-Claude Devèze - dans l'islam et le voile intégral
commenter cet article
10 juin 2010 4 10 /06 /juin /2010 18:28

Le bureau de l’Observatoire international de la laïcité, contre les dérives communautaires s'est prononcé le 17 mai 2010 contre le voile intégral dans les espaces publics. Le bureau de cette instance est composée de Jean-Michel QUILLARDET ; Fabien TAIEB ; Patrick KESSEL ; Alain VIVIEN ; Catherine KINTZLER ; Gérard FELLOUS ; Pascal LALMY; Jean-Daniel GODET. Cet observatoire affiche sa devise : "

" La laïcité est le droit et le devoir de parler haut et ferme au nom de la raison"


Burqa MinnieAu moment où le Parlement [français] examine une résolution et où le gouvernement s’apprête à proposer une loi portant sur le voile intégral, l’Observatoire international de la laïcité se déclare favorable à une législation interdisant le port du voile intégral dans tous les espaces accessibles au public.

Nous estimons qu’une décision politique consensuelle doit être prise, sans tarder, marquant clairement la ligne rouge au-delà de laquelle la laïcité française est bafouée d’un triple point de vue, philosophique, sociologique et juridique.


Nous tenons à souligner que le port du voile intégral est contraire, en bien des points, à ce que l’on appelle l’esprit laïque, à une façon de concevoir les rapports avec autrui dans un modèle républicain. Le voile intégral est en ce sens bien plus qu’un signe religieux et bien plus qu’un masque. Il n’est pas seulement une remise en question de la sécurité publique. Il n’est pas seulement le symbole intolérable de la soumission des femmes  qui bafoue la liberté et l’égalité. Il est contraire à la fraternité républicaine qui est une forme de civilité. Il n’affecte pas seulement celles qui le portent, il a pour effet de rejeter l’autre à une distance infinie. Il ne s’agit pas d’un quant-à-soi : c’est une façon de signifier que toute relation avec autrui est une « souillure », que l’autre est, par principe, indésirable et qu’il doit donc être exclu. Il s’agit nettement d’un refus du « vivre ensemble ».


Plus qu’un masque, le voile intégral est un effacement de la société française. Ce vêtement ne se contente pas de celer la singularité d’une personne en faisant obstacle à son identification, car, à la différence d’un uniforme, il rend la personne totalement indiscernable, y compris par rapport à toutes celles qui porteraient également ce vêtement. Il signifie alors que celles qui le portent n’ont pas droit à la singularité la plus élémentaire et la plus personnelle, celle du visage, en dehors de l’espace intime, à l’abri du regard d’autrui, de la société.


Nous considérons que le port du voile intégral est un refus de l’esprit laïque qui rend les citoyens français si sensibles à tout ce qui stigmatise une portion de l’humanité, en particulier lorsque cela se manifeste par des marques visibles. Contrairement à une idée répandue, cette sensibilité n’est nullement un signe d’intolérance, mais au contraire un signe de profond attachement à la liberté et à l’égalité des individus.

D’un point de vue sociologique, le port du voile intégral constitue une déclaration séparatrice qui conteste même la notion de civilité républicaine et vise à instaurer une forme de communautarisme. Plus encore, il crée, de façon visible, une caste d’intouchables à proprement parler. Il est plus qu’un simple signe car en même temps qu’il fait savoir le refus de la civilité, il le met en acte.

Enfin, d’un point de vue juridique, il n’est nullement acquis que le bannissement du voile intégral de la sphère publique  puisse être contraire au principe constitutionnel de laïcité. Quant à l’avis du Conseil d’Etat, il faut remarquer que la jurisprudence de celui-ci a constamment évolué au cours des années et que, disant la loi, il ne la fait pas – prérogative de la représentation nationale. Rappelons que l’adoption, le 15 mars 2004, de la loi interdisant, dans les établissements scolaires, le port de signes manifestant une appartenance religieuse, s’était faite sans tenir compte de l’avis contraire du Conseil d’Etat.


L’Observatoire international de la laïcité estime, pour ces raisons, qu’une législation d’interdiction totale du voile intégral ne peut être qu’une bonne chose pour la laïcité en général.

 

Pour en savoir plus, voir le site  de l'Observatoire

Repost 0
Published by Observatoire international de la laïcité - dans l'islam et le voile intégral
commenter cet article
20 mai 2010 4 20 /05 /mai /2010 01:32

Le point de vue de Bertrand Mathieu, professeur de Droit à la Sorbonne et constitutionaliste sur le projet du Gouvernement français contre le port intégral du voile à lire dans le journal  La Croix du 19 mai 2010.

 

loi-burqa_article.jpg

Les Actualités unitariennes mènent compagne contre les intégrismes religieux, musulmans ou chrétiens ou autres au nom de la laïcité, de la démocratie et du respect des religions.

Repost 0
Published by Actualités unitariennes - dans l'islam et le voile intégral
commenter cet article
12 mai 2010 3 12 /05 /mai /2010 11:28

lcp public senatL'assemblée nationale française a (enfin !) rejoint la Belgique pour condamner le port du voile intégral lors d'une résolution votée à l'unanimité des présents ce mardi 11 mai 2010. Et on nous a dit que les Danois et les Néerlandais sont aussi sur la même longueur d'onde ...

 

A l'unanimité des votants ... sauf le départ des députés de la "Gauche démocrate et républicaine", groupe parlementaire constitué du Parti communiste français, des Verts et de divers Gauches (dont celle présidée par le socialiste Mélanchon). Parmi ce groupe, seul le député communiste André Gérin, qui avait présidé la mission d'information sur le port du voile intégral, a participé au scrutin et a voté pour la résolution.


Curieux quand même que des députés qui se proclament "démocrates et républicains" quittent l'hémicycle avant le vote, ceci afin qu'on ne vienne pas ensuite leur rappeler plus tard qu'ils ont voté contre cette résolution !

 

Quelle hypocrisie ! pas même le courage de leurs opinions ; que de contorsionnements chez certains ! Des interventions largement hors sujet, pas du tout dignes de personnes censées étudiés des questions de société et être informées.  On argumente en amalgame et on esquive, on affirme que ce n'est pas important, qu'il y a d'autres chats plus importants à fouetter, que c'est de la diversion politqiue, que c'est seulement dans la tête du Gouvernement (ben, il doit avoir une grosse tête celui là avec tous les problèmes non résolus que notre vieille société traîne en longueur !) et que ce sont les média qui montent tout cela en épingle pour faire de l'audimat. Finalement, çà fait bien cher en indemnités de député pour entendre de tels propos négationistes à souhait. Ce sont pourtant des députés élus, représentants des circonscriptions électorales et pas seulement de leurs seuls partisans idéologiques. On est en droit de leur demander - au moins - de traiter le sujet et de donner leur avis.

 

Cela rappelle tout à fait les années précédents la montée des totalitarismes en Europe où de nombreux intellectuels montrèrent leur pussilanimité. A l'époque, quelques chemises brunes ou noires ou rouges ... Pourquoi s'alarmerait-on des voiles intégraux, même s'ils prolifèrent par un effet de mode ?

 

On proclame bien entendu qu'on est contre les intégrismes politico-religieux ... et on laisse faire ! Comme cela, on ne mécontente personne, on garde ses voix anti-gouvernementales, on ne s'allie pas avec la Droite (eh oui, il convient de rester "purs" de toute alliance contre nature) et on espère en prime celles des musulmans qui se sentent discriminés (puisqu'on le leur dit sans cesse). Machiavel dirait, bien joué !


La séance a été entièrement télévisée sur la chaîne parlementaire LCP.  Nous espérons que les Français se souviendront du positionnement contradictoire des députés en ce débat.

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans l'islam et le voile intégral
commenter cet article
3 mai 2010 1 03 /05 /mai /2010 06:50

Pour ceux qui croyaient qu’Amnesty International (AI) s’occupait des conditions de vie des prisonniers, c’est encore vrai, mais ce n’est pas que cela. L’organisation s’érige désormais en Dame patronnesse de nos sociétés civiles au nom de la Liberté : elle vient de tirer les oreilles à nos voisins belges pour cause de voile intégral, et la France va bientôt y passer . Le Pakistan, dont le parti majoritaire commence déjà à critiquer la France sur cette question, trouvera en John Dalhuisen, l'expert de l'organisation en ce qui concerne la défense des droits de l'homme sur la discrimination en Europe, un relais tout indiqué.


Dans un long communiqué du 21 avril 2010 « Toute interdiction du voile intégral constituerait une violation du droit international relatif aux droits humains » , Dame AI nous explique que ce n’est pas bien du tout d’interdire ce voile. Mais de quoi se mêle-t-elle ? Maintenant que les Eglises et autres communautés religieuses ne font plus trop de politique, respectant la laïcité de nos Etats modernes, voilà qu’arrive sur le marché de nouveaux directeurs de conscience : des Ong humanitaires qui donnent des leçons tout azimut en écologie, en droits de l’homme, en politique étrangère, etc. Que je sache, nos Etats démocratiques ont des députés élus et c’est à eux, réunis au sein d’assemblées délibérantes, de décider de nos lois et non à des groupes de pression fussent-ils humanitaires d’en décider.

 

Autant les Ong sont utiles sur le terrain lorsqu’il faut y dénoncer des situations catastrophiques ou scandaleuses, autant elles ne sont pas outillées pour proposer des solutions politiques d’ensemble.


Et puis, disons le franchement, çà la fout mal de voir une Ong célèbre se mettre à rouler pour les islamistes les plus anti-féministes, les plus machistes, les plus ringards, les plus réactionnaires, les plus fascistes. En fait, AI tombe dans le même travers que nombre de mondialistes qui ont des vues d’ensemble certes généreuses mais qui sont complètement myopes pour voir les réalités particulières : une religion pour eux constitue un ensemble homogène, une communauté religieuse mondiale et ils ne prêtent guère attention aux mouvements qui y grouillent, aux fissures qui apparaissent, aux intégrismes dangereux qui s’affirment, aux différences à faire. L’islamophilie (tout est bon dans l'islam) rejoint en cela l’islamophobie (tout y est mauvais) : aucune distinction, n’est faite entre les musulmans. On parle de la diversité en général, de la nécessaire cohabitation pacifique en général, de la liberté en général, et patati et patata. C'est la langue de bois dans toute sa splendeur.

 

Alors que tout condamné a le droit à être respecté dans sa personne, fut-il nazi, fasciste, islamiste terroriste, autant il en est tout autrement des mouvements dont ceux, qui sont sectaires et dangereux, n’ont pas à être tolérés au sein de nos sociétés Il y a là une carence d’analyse, sinon un grave déni des réalités.


satanic-verses.jpg Une Ong internationale devenue aveugle ? C’est ce que dit Salman Rusdie dans un coup de colère en date du 22 février 2010 (lien ) où il dénonce la collusion entre AI et le groupe Cageprisoners, formé par un ancien détenu de Guantanamo Bay, Moazzam Begg.

 

L’auteur des Versets sataniques qui, lui, à l’habitude de repérer les extrémistes islamistes, a vu rouge. Au comble de l’ingratitude – car AI l’a beaucoup aidé – il dénonce ni plus ni moins une « faillite morale» de l’organisation qui aurait « perdu la capacité à distinguer le bien du mal ». « Amnesty et Begg ont révélé par leurs déclarations et leurs actions, qu'ils méritent notre mépris. ». Bigre ! Personnage rude que ce S. Rusdie ? Mais il n’est pas le seul puisqu’un responsable de la section britannique, Gita Sahgal, dénonce lui aussi ces « dangerous liaisons » dans un article du 18 avril 2010 (lien ). Il aurait été suspendu à la suite de ces déclarations ...


C’est le grand désarroi pour nombre de militants d’AI. Cette tentation du pouvoir d’opinion est-elle la rançon de la célébrité qui monte à la tête des dirigeants ? Ne fut-elle pas la grande tentation du Christ au désert ?


Et puis, plus généralement, n’y a-t-il pas une dérive islamophile des humanitaires ? Une Unesco qui prête une oreille complaisante à un entrisme de pays musulmans pour juguler les droits de l’homme pourtant élémentaires : liberté de culte, respect des homosexuels, etc. ; des mouvements anti-racistes en Belgique et en France qui ramènent tout à la seule dénonciation de l'islamophobie, et qui n’osent dénoncer l’émergence d’un anti-sémitisme « de Gauche » pourtant très virulent dans les milieux musulmans traumatisés (à juste titre) par la cause palestinienne, etc. Les mêmes qui ne veulent pas qu'on touche ni à la niqab, ni à la burka.

 

Sans doute roulent-ils tout seuls sans le besoin des fonds iraniens qui sont particulièrement généreux en ces temps de tension internationale ... de même que la défunte URSS soutenait financièrement les mouvements de la Paix, où l'on retrouvait, déjà, les mêmes militants dévoués

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans l'islam et le voile intégral
commenter cet article
29 avril 2010 4 29 /04 /avril /2010 16:51

Tout allait bien pour lui. Né Alger en 1965, il acquiert la nationalité française grâce au mariage en 1999 avec une française convertie à l’islam. A 34 ans, il se retrouve avec 4 femmes et 12 enfants, bilan qu’un polygame musulman n’atteint qu’à un âge beaucoup plus avancé.

 

Grâce à un accoutrement vestimentaire de gourou islamique, il n’a pas besoin d’avoir fait des études théologiques pour se retrouver parmi les notables musulmans de son agglomération. Son appartenance à la Tabligh, mouvement rigoriste et pieux originaire du Pakistan, suffit comme label. En plus n’a-t-il pas belle prestance et le parler altier ? Bien connu des mosquées de la ville qui lui accordent leur soutien sans réserve, par un Tariq Ramadan qui, de Suisse, vient à son secours, et à la tête, comme président, d’une association qui milite pour la construction d’une grande mosquée, il fait partie des meneurs. Et puis, le journal local ne dit-il pas que c’est un modéré (ce qui est assez cocasse comme appréciation quand on connaît la Tabligh).


Ses affaires économiques vont également bien : une boucherie hallal dont on nous dit qu’elle est bien entretenue, en plein centre de Rezé–les-Nantes, des épouses qui pour chacune d’elles émargent aux allocations familiales comme épouses monoparentales, des séances d’exorcisme qu’il se fait payer à 70 euros (bon ! il vaut mieux aller chez les catholiques car c’est gratuit !), et puis diverses autres choses qu’une ancienne compagne révèle sur son blog (et que la justice française aura certainement à cœur de vérifier).


Et puis, cette indulgence incroyable (mais avérée !) des autorités locales : la Caisse d’allocation familiale qui dit avoir vérifier son dossier il y a pas si longtemps, le maire de Nantes et président de la communauté urbaine qui nous dit que son cas était connu depuis plusieurs mois sinon plusieurs années et qu’il n’y a rien de nouveau (sinon la seule volonté du ministre de l’Intérieur de soulever un lièvre !), les communautés islamiques de Nantes qui disent qu’il est bien connu parmi eles et qu’il n’a rien fait de grave. Une Justice qui a classé sans suite un démêlé avec une ancienne compagne où il y avait pourtant en cause un enfant.


Je ne répète pas ici les soutiens qui lui ont été apportés par des hommes et des femmes politiques pourtant réputés progressistes et défendant la promotion féminine, tout simplement parce qu’il faisait la nique au ministre français de l’Intérieur à une période où la France doit se décider - enfin - si elle accepte ou non le voile intégral : mais non, c’est une anecdote sans gravité ; il y a des choses plus importantes, plus graves que cela, et patati et patata sur les opportunités.


Sans doute en a-t-il trop fait puisque c’est lui même qui a été se plaindre à la direction régionale de France 2 comme quoi les policiers avaient verbalisé son épouse Anne (la seule mariée « officiellement ») pour conduite avec le voile intégral : 22 euros contestés. La machine médiatique s’est dès lors emballée avec des révélations chaque jour : effectivement, au dire de ses voisins, deux maisons pour loger ses 4 épouses ; oui, il aurait une propension à battre ses femmes et à maltraiter les enfants (2 témoignages concordants que la Justice aura à évaluer : ceux d’un beau-père et d’une ancienne compagne), et puis cette déclaration impudique : le droit aux hommes (il n’a pas parlé de la polyandrie !) d’avoir plusieurs maîtresses (en même temps et connues de l’opinion publique) puisque la loi islamique le permet et que loi française, elle, ne dit rien sur ce sujet. Lui, en tout cas, n’est marié qu’avec une femme au regard de la loi française, CQFD !


Des journalistes commencent à parler de cette polygamie clandestine touchant de jeunes converties françaises à l’islam, attirées par de non moins jeunes et riches commerçants ou hommes d’affaires qui, manifestement, comme le Tartuffe de Molière, utilisent la religion pour séduire et donner confiance. Un roman d’amour qui commence par un engagement militant et une sortie de notre société occidentale et se termine trop souvent en enfer ...

 

lies_hebaddj_tabligh.jpgaristide-briand.jpg

Aristide Briand (1862-1932), né à Nantes, mort à Paris, homme politique français, radical, l'un des principaux acteurs des lois laïques de 1905 et 1908. Satue par Emile Guillaume, érigée en 1934, deux ans après sa mort, à Cocherel, village normand où il avait sa résidence secondaire.


Jusqu’à quand laisserons nous les intégristes religieux sévir à leur guise ? Sommes nous devenus une société « molle » où les entrismes sont possibles en flagrant déni de nos valeurs ? Avec des intellectuels qui, par des contorsions politiques et autres justifient tout, même l’inacceptable. La laïcité se serait-elle ramollie pour d’obscures considérations d’opportunité politique ? par du politiquement correct (opposition systématique à toute initiative gouvernementale) et du religieusement correct (surtout ne pas « discriminer la communauté musulmane » !). Et si finalement la Gauche française se faisait chiper la laïcité par la Droite ? Eh oui, quand on laisse tomber les valeurs par terre ... 

 

Ne faut-il pas faire souvenir à cette génération héroïque de radicaux

qui imposa la laïcité à la France au début du XXème siècle ?


Et si, ce qu’il faut appeler désormais, cette affaire de Nantes, était non seulement un fait divers, mais aussi et surtout un fait de société, révélateur d’une évolution, d’un choix d’orientation à faire, désormais incontournable ?


Nos intellectuels, au lieu de défendre inconditionnellement des communautés religieuses conservatrices et frileuses, devraient plutôt soutenir ceux qu’on appelle les musulmans laïcs dont beaucoup risquent leur vie, ainsi que tous les frères et sœurs de l’islam qui rêvent d’une religion d’amour – car l’islam est effectivement Amour et Compassion dans sa tradition soufi - et, en tout cas, d’honnêteté pour tous ses pratiquants.

 

ajout  : notre polygame a pas moins de 15 enfants et en attend deux autres (AFP du 28 juin 2010)


Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans l'islam et le voile intégral
commenter cet article
29 avril 2010 4 29 /04 /avril /2010 07:29

Les blogs personnels permettent de dire tout haut ce qui était naguère vécu dans le silence et la solitude, l’amertume des moments ou des vies gâchées. Oum Seyfoulah accuse et dénonce un homme qui l’a fait souffrir, elle et son fils. Elle est d’autant plus remontée contre lui qu’il a agi en mettant la religion en avant avec de beaux discours : l’hypocrisie du dévot ajouté au machisme, c’est effectivement une pilule bien amère à avaler. Depuis le Tartuffe de Molière (XVIIème siècle), on connaît la chanson de ce genre de soi disant notables du religieux.

 

oum_seyfoulah.jpglink

Elle a été femme battue et son fils maltraité. Comme la Justice française n’est pas toujours très douée pour enquêter sur les mœurs comme on dit, sa plainte a reçu un « sans suite ». Il faut dire qu’en France, ce sont surtout les hommes et les femmes politiques qui servent de lapins ...  (je n’engage que moi par cette boutade !). Or, l’affaire rebondit car son ancien compagnon s’avère être Liès Hebbadj (le Français aux 4 femmes voilées intégralement) pour l’instant « soupçonné » ! (en attendant que Justice ne se prononce) de polygamie et d’utilisation abusive de Dame Allocations familiales. Maintenant, Oum Seyfoulah (Nina Gomez pour son nom de naissance), est mariée et vit à Doubaï. Nous lui souhaitons une vie apaisée et heureuse, à elle et à son fils.


Ce que nous dit Oum Seyfoulah, c’est qu’elle n’a pas été la première, ni la dernière a être victime des agissements de ce dernier, mais que ce serait du systématique chez lui. Il faut dire qu’il a affirmé publiquement qu’en France (et ailleurs), les citoyens avaient parfaitement le droit d’avoir plusieurs maîtresses « officielles » en même temps. Ben voyons ! quand on est homme et que la religion accorde une prééminence sur les femmes … Ce qu'elle dit est corroboré par le beau-père d'une des épouses actuelles de Liès Hebbadj qui, au téléphone, a trouvé sa fille en pleurs, se plaignant d'être battue et les enfants inaccessibles car bouclés dans leur chambre pour apprendre le Coran.


Mais voilà, c’est au nom même de sa religion, l’islam, qu’Oum Seyfoulah se rebiffe, car le Coran n'est pas sans dire - aussi - de bonnes choses sur les femmes et puis parce que nos sœurs musulmanes sont modernes et intelligentes, savent utiliser l'Internet et y bloguent volontiers. Elles y apportent du cœur et de la sincérité.

 

En tout cas, en attendant que la Justice française ne se bouge, lisez les pages du site perso d’Oum Seyfoulah (ouvert bien avant l'affaire de Nantes, en 2007) ; elles sont éloquentes pour savoir ce qui se passe dans les coulisses d'une certaine polygamie islamique : "Mon histoire : un avertissement contre la manipulation ... bienvenue sur mon site de mise en garde contre l'ignorance" (lien).

 

L'avocat de Liès Hebbadj a porté plainte contre ce blog et son éditrice : soutenons le cri du coeur d'Oum Seyfoulah et signalons son blog à tous nos amis. La lutte des femmes musulmanes continue !


Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans l'islam et le voile intégral
commenter cet article

Articles Récents