Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

15 février 2013 5 15 /02 /février /2013 16:15

Le bâti et, mieux, l’architecture confèrent aux communautés religieuses qui disposent de locaux une certaine visibilité ; leurs activités aussi bien sûr. Pour les « pauvres » que nous sommes – je parle de la mouvance unitarienne qui n’est connue en France que depuis 1986 (date de la fondation de la premier association unitarienne) – nous n’avons ni église en dur, ni bureau ; rien de rien ! – sinon une association loi 1901 (l’Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens AFCU) et des publications écrites (bulletins mensuels de la Correspondance unitarienne, et occasionnellement, des Cahiers Michel Servet). Mais, grâce à Dame Internet, nous sommes présents sur la Toile … et même, en toute modestie, bien présents !


Chaque jour en effet, les 5 sites que nous gérons, reçoivent près de 400 visiteurs qui lisent environ 700 articles. Ceci nous permet d’être assez bien répertoriés par les moteurs de recherche, dont Google, lorsque nous publions. Bref, sur le nouveau marché du religieux qu’est devenu l’Internet - et où il faut savoir jouer des coudes comme on dit ! – nous sortons honorablement notre épingle du jeu !


Sur la plate-forme d’Over-blog où nos sites sont hébergés, nous nous retrouvons parmi des mouvements de piété mariale, des paroisses et chorales catholiques et quelques diocèses, de très nombreuses voix salafistes, des traditionalistes catholiques et orthodoxes, des ésotérismes plus ou moins délirants, des zens et des exotiques, etc. , et puis aussi des blogs personnels, bref de quoi se sentir immergés dans une foule de plus en plus nombreuse ... Finalement, nos sites, s’ils ne sont pas dans les premiers, se trouvent en assez bonne position. Voyez plutôt :


1079 blogs de cette plate-forme disent qu’ils traitent de « Religion » : nos Actualités unitariennes viennent en 47ème position, les Etudes unitariennes en 79ème, l’Assemblée fraternelle des chrétiens unitariens (AFCU) en 81ème, l’Eglise unitarienne francophone (Eufr) en 106ème et La Besace des unitariens en 127ème.

Dans une autre catégorie intitulée « Religions » (cette fois-ci au pluriel), et qui compte 337 blogs, nos Actualités unitariennes se trouvent sur la première page d’écran en 25ème position, viennent ensuite les Etudes unitariennes (34ème) et l’Eglise unitarienne francophone (39ème). Bon, c’est pas trop mal, peut-on dire !

Ces classements sont établis sur l'indice "blog rank", une note sur 100, qui évalue chaque site de la plate-forme à partir de multiples critères (nombre de publications, visites reçues, commentaires faits en bas des articles, etc.).


petit-poucet-botte.jpg

Nous restons bien sûr un « Petit Poucet », mais - sur la Toile - avec des bottes de cent lieues ! Parlez de nos sites à vos amis ; ils ne seront pas déçus ...Nous tenons la route. En tout cas, nous faisons tout pour que nos articles soient faciles et agréables à lire et présentent une information originale, parfois inédite, avec le plus possible des textes d'auteur.

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans la culture Internet
commenter cet article
2 novembre 2012 5 02 /11 /novembre /2012 12:12

L’évangile de Luc (et lui seul) attribue à l’ange Gabriel une annonce faite au prêtre du Temple Zacharie (Luc 1, 5-25), puis à la jeune femme du nom de Marie (Luc 1, 26-38) qui sera la mère de Jésus. Avec le Coran, ce sera son heure de gloire sous le nom de Djibril puisque c’est lui qui révéla le Coran entier à l’oreille du Prophète (bigre !). Et depuis ces hauts faits, où donc est-il passé ? Et si aujourd’hui, Gabriel l’annonciateur était en chômage technique ? Remplacé par les speakrines et la téléphonie mobile ? Voyez plutôt !


ModernHebrew_13.jpg

 

sextos_2.jpgsextos.jpg

 

Ndlr - Attention ! les photos ont été détournées de leur première fonction (en fait il s'agissait de la réception de sextos !).


C’était une page PUB gratuite pour la diffusion de la culture Internet

 

Ceci dit, sur le plan littéraire, l'ange Gabriel reste bien entendu irremplaçable puisqu'il s'agit de très beaux textes porteurs de sens. A lire sans modération !

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans la culture Internet
commenter cet article
8 octobre 2012 1 08 /10 /octobre /2012 12:02

En Europe occidentale, les églises et les temples se vident. Elles ne se remplissent  qu'occasionnellement lors des cérémonies familiales avec des mariages et des décès, ou encore lors desgrandes fêtes liturgiques qui coïncident à des fêtes familiales, surtout la Noël. Dans la paroisse catholique d'où j'habite, à Gradignan en banlieue bordelaise, la messe de Noël se fait dans une grande salle des fêtes de la commune car l'église est alors trop exigüe ! Par ailleurs, le curé, est âgé et nous vient de Madagascar ... Crise de la pratique, des vocations - également chez les protestants qui admettent pourtant hommes et femmes mariés au ministère pastoral.

 

Et puis, de plus en plus de pratiquants n'apprécient pas ceci ou cela dans leur Eglise, dans leur religion, dans les personnes qui les représentent, etc. Ils ne pensent plus leur foi selon les canons convenus, ne s'expriment plus avec les prières communautaires qui leur semblent désuettes, ne correspondent pas à ce qu'ils pensent ...

 

Pire, les mouvements chrétiens peinent à durer et à se reproduire. Ils n'ont plus guère de militants, n'ont pas de relève chez les jeunes. Une génération, les cheveux blanchis, s'éteint doucement, emportant avec elle ses convictions, son militantisme, ses attentes, ses espérances, ses regrets, sa solitude.

 

Pourquoi ce désastre ? C'est d'abord le passage d'un christianisme sociologique à une pratique désormais libre, sans pression familiale ou sociale, dans un contexte de sécularisation des sociétés et d'individuation des personnes. Pourtant, surnagent plutôt bien, des mouvances combattives, réactionnaires, qui rejettent cette évolution : traditionnalistes et intégristes, sans doute parce qu'elles servent de refuge. Mais aussi les communautés fusionnelles animées d'une foi d'extra-terrestres, exaltée et mystique : I love Jesus ! charismatiques et prosélytes à souhait, prenant à la lettre les promesses évangéliques, ou parfois basées sur un biblicisme fanatique.

 

Dans le futur, il est à craindre que les lieux de culte se raréfient d'une façon drastique, que les communautés de proximité se trouvent de plus en plus loin, que les rencontres concrètes se fassent de plus en plus espacées - avec le constat que les gens trouvent de nombreuses excuses pour ne pas être disponibles (la préférence familiale : aller chez des enfants et petits enfants désormais aux quatre coins de l'hexagone, si ce n'est pas du monde !  les week-end déjà occupés par des loisirs prioritaires, le partenaire conjugal qui ne partage pas forcément de même conviction, etc.).

 

Alors ? Les réseaux sociaux pourront-ils pallier ? Ils le font déjà en ce qui concerne le besoin de relation, offrant des espaces d'information (d'un clic on y transmet ses lectures, des photos artistiques, de famille, bref tout ce qui nous intéresse et qu'on veut partager) et des espaces de discussion avec des groupes thématiques ; on peut y donner son avis - ne serait-ce d'un clic pour dire qu'on "aime", ou bien répondre en développant son point de vue, etc. Voir par exemple notre grooupe "Unitariens francophones" sur Facebook ( lien).  Les bisounours conviviaux à souhait s'y expriment à coeur joie : bonjour, bonne journée, bon travail, bon soir, bonne nuit, dodo ! Certain(e)s règnent au milieu d'une cour d'ami(e)s comme le roi Soleil à Versailles ; le moindre de leurs messages, pourtant parfaitement anodin, déclanche des applausissements ... Les militants aussi nous font part de leurs convictions, parfois jusqu'au prosélytisme pour certains ( lien).

 

Alors ? Peut-on y imaginer des espaces cultuels ? Pourquoi pas ?

 

La Poste a permis la correspondance à distance et les progrès de nos moyens de communication (le train, l'avion) ont raccourci considérablement les délais d'acheminement. Avec Internet, les relations sont devenues immédiates, permettant une grande spontanéité et réactivité. Le système Skype permet même des réunions à distance ( lien) ; la vidéo-conférence se banalise. Nous sommes désormais en relation, d'un clic de souris, avec le monde entier.

 

facebook_eglise.jpg

 

Nul doute que la culture Internet saura trouver le moyen de "faire Eglise autrement" (sur Facebook ou ailleurs) ... Il y a eu déjà, au début de 2007, l'apparition de communautés religieuses virtuelles avec la Seconde life ( lien). Mais cela est réservé aux internautes chevronnés et l'expérience ne fait plus parler d'elle.

 

Pour l'instant et à notre connaissance, l'Eglise unitarienne francophone (EUfr), fondée en juin 2008, est la seule à organiser directement sur la Toile un culte mensuel ( lien). Lorsqu'il y aura de moins en moins de communautés de proximité, de "paroisses", on verra peut-être fleurir sur la Toile, d'autres lieux de culte ...

 

Des sites commerciaux proposant de gérer des cahiers de doléances à l'occasion de décès pourront peut-être voir le jour. Il y aura là de l'argent à gagner pour les commerciaux. Nous venons d'en émettre l'hypothèse dans la rubrique de notre Eglise consacrée au travail de deuil ( lien).

 

Nous ne sommes que dans les toutes premières phases de la révolution informatique, et déjà que d'étapes parcourues, que de nouveautés !

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans la culture Internet
commenter cet article
3 octobre 2012 3 03 /10 /octobre /2012 13:15

Vous avez pu constater depuis longtemps, dans vos messageries personnelles, la réception de propagandes qu’on appelle techniquement des « spam ». Alors que vous ne vous êtes jamais inscrits aux sites expéditeurs, vous y êtes abonnés d’office, et c’est à vous – en cliquant une touche minuscule en bas de page – de solliciter que vous voulez vous « désabonner ». Parfois même , un questionnaire apparaît pour vous demander ingénuement les motifs de votre geste. C’est vraiment le monde à l’envers !


facebook-group-icon.jpgEh bien, sur Facebook, c’est la même chose ! N’importe quel « ami », certes bien intentionné, peut vous enrôler dans un groupe thématique sans vous demander votre avis : vous être invités d’office. A vous de trouver ensuite le clic où vous pourrez sortir d’une appartenance qu’on vous impose sans vous demander votre avis et que vous n’agréez pas forcément. Pour ceux qui voudraient sortir de ce guet-apens, je vous donne le truc : le bouton en question, sur la page du groupe, est en haut à droite, à droite de « Notifications », sous la forme d’une grosse astérisque. Bon, faut savoir.


Sinon, vous êtes affichés dans la liste des membres du groupe, avec votre photo à l'appui, cautionnant ainsi le groupe en question, pour certains pris en otage contre leurs opinions personnelles ! A vous de décider si vous restez dans le piège ou non. Si vous voulez en sortir, alors c’est à vous d’agir ! C’est ainsi … La liste des membres du groupe assortie de leurs photos est obtenu en cliquant sur "à propos" dans la barre du haut.


A ce sport, certains fondateurs de groupe se frottent les mains car ils vont embaucher leurs propres amis et aller piller aussi dans les listes d’amis de leurs amis et ainsi de suite ! Leur groupe enfle rapidement et qu’importe s’il n’y a que quelques actifs qui concrètement animent le groupe en question, celui-ci apparaît aux yeux de tous comme important. Et puis, aussi, avouons-le, certains aiment bien figurer dans de très nombreux groupes, sans doute comme « notables sur la Toile ».


Je rédige ce message car je n’ai pas encore vu d’internaute protester contre cet usage (et donner le truc pour sortir de l’imbroglio) … mais peut-être que d’autres l’ont fait avant moi ? Dans ce cas, je les rejoins volontiers. Et si ensemble nous pouvions faire entendre notre voix ?

 

Vérifions nos appartenances sur Facebook ! La liste se trouve en colonne latérale gauche lorsque vous êtes sur votre page en mode "accueil".  Soyons vigilants ! Méfions nous de certains "amis" par trop prosélytes !

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans la culture Internet
commenter cet article
2 février 2012 4 02 /02 /février /2012 12:26

" L’aventure numérique des unitariens français : comment utiliser l’outil Internet pour mieux se faire connaître ? ", note de Jean-Claude Barbier, 6 juin 2011


Du bulletin au site Internet


repassage.jpgNombre de militants maîtrisent désormais la messagerie électronique. Ils confectionnent une liste d’adresses électroniques de leurs amis ou relations, auprès desquels ils font circuler des textes intéressants ou encore à qui ils envoient le bulletin de leur mouvement. C’est ainsi que, depuis octobre 2002, les unitariens envoient à leurs adhérents et sympathisants leur bulletin mensuel de la Correspondance unitarienne dont la liste des destinataires a rapidement atteint les 250 personnes.


A partir de la même date, et jusqu’en septembre 2007 (soit pour 71 numéros de notre bulletin), nous avons pu bénéficier du soutien d’un site important, « Profils de liberté », édité par le pasteur protestant belge, Pierre Bailleux. Ami de Théodore Monod, savant naturaliste et protestant libéral, qui patronna la toute première association unitarienne française en 1986, puis l’AFCU en en 1996 ; ami aussi d’Albert Blanchard-Gaillard, promoteur de l’unitarisme français, Pierre Bailleux (1942-2008) fut un compagnon des débuts. En plus de ses convictions protestante libérales et d’être franc-maçon, il fut l’un des rares pasteurs protestants à se déclarer publiquement unitarien. Son site, recueillant des textes de qualité (environ 700 avant sa mort, soit une véritable bibliothèque), rangés dans des rubriques faciles d’accès, a connu un important succès, les visiteurs pouvant atteindre les 20 000 par mois, était indépendant de toute structure ecclésiale. Bien qu’il ne soit plus désormais alimenté, ce site est toujours consultable (lien).


Le retrait de Pierre Bailleux pour raison de maladie nous obligea à nous lancer nous même dans l’aventure numérique. En décembre 2006, un adhérent lança un blog pour l’AFCU (lien) sur la plate-forme de blogs Over-blog, puis cessa son adhésion car ayant changé de résidence, il avait trouvé une paroisse protestante qu’il pouvait fréquenter en famille. J’ai donc dû prendre le relais, bien obligé et balbutiant !


Il m’est apparu bien vite qu’on ne pouvait pas tout mettre sur le blog « officiel » de l’AFCU, d’une part afin de ne pas l’alourdir à long terme, et puis aussi parce que, notre tradition valorisant la liberté de pensée et d’expression, il nous fallait limiter le site de l’AFCU à un contenu représentatif de son rôle associatif. En février 2007, je lançai notre site documentaire, La Besace des unitariens (lien), afin de mettre en ligne nos bulletins de la Correspondance unitarienne, des bulletins francophones d’autres sources, et des archives. Ce site s’est élargi ensuite à tout ce qui relevait de l’histoire de l’unitarisme. Le même mois, j’ai également lancé les Actualités unitariennes (lien) qui se veulent un regard unitarien sur les évènements, avec des textes d’auteurs n’engageant qu’eux mêmes. Ce dispositif sera complété en août 2009 par les Etudes unitariennes (lien), qui font état de travaux d’exégèse sur le Nouveau Testament, d’études historiques sur la vie de Jésus et les débuts du christianisme ou encore d’informations scientifiques sur des vestiges archéologiques concernant cette période (suaire de Turin, tombeau de Talpiot, etc.).


Le succès des Actualités unitariennes


la-moto-a-plein-decibels.jpgAlors que tous les sites que nous gérons reçoivent en moyenne autour de 50 visiteurs par jour, celui des Actualités unitariennes, du fait de sa confrontation aux évènements, atteint souvent les 200 visiteurs par jour (selon la comptabilité de la plate-forme d’Over-blog, il s’agit de visiteurs « uniques » - si le même internaute ouvre le site plusieurs fois par jour, il ne sera compter qu’une seule fois -, et des visiteurs « concrets » à l’exclusion des robots). Je précise cela car chaque système a sa propre façon de procéder aux comptages et que les comparaisons statistiques ne sont valables qu’à l’intérieur d’une même plate-forme ou système.


Ce flux régulier permet aux Actualités unitariennes de se trouver depuis plus d’un an au Top des blogs de la plate-forme, soit dans les 2 000 meilleurs. Over-blog est la plate-forme la plus utilisée en France et gère plus d’un million de blogs. Au début du mois de juin 2011, les Actualités unitariennes étaient classées à la 1604ème place. Dans l’annuaire thématique, elles arrivaient à la 17ème place des blogs qui déclarent travailler sur la « religion » (soit 867 blogs), 10ème pour ceux qui travaillent sur « les religions » (soit 333 blogs) et 34ème pour ceux qui s’adonnent à la « spiritualité » (soit 1 193 blogs). Ceci pour dire que malgré une rude concurrence par rapport aux blogs des salafistes (nombreux et très actifs dans la blogosphère), des catholiques mariaux, piétistes ou charismatiques, ou encore à des blogs diocésains « officiels », si ce n’est des courants ésotériques, etc., l’unitarisme – mouvement protestant datant des Réformes du XVIème siècle, mais somme toute resté très peu connu – arrive fort bien à se sortir de la mêlée !


Mais ce qui est le plus important, c’est que cette réussite au sein d’une plate-forme particulière à un effet au niveau des moteurs de recherche. Ceux-ci captent en effet fort bien les blogs et les classent selon les flux qu’ils génèrent. Lorsque l’événement fait la Une des médias, les grands quotidiens relèguent les « Petits Poucet » loin derrière eux, mais ceux-ci arrivent toutefois à avoir l’honneur de la première page pour des informations moins connues. C’est ainsi qu’au mois de mai 2011, les Actualités unitariennes ont été présentes sur la première page de Google lorsqu’on entrait « Mgr William Morris » (un évêque australien viré le 2 juin par le pape Benoît XVI). En date du 3 juin 2011, notre article sur "Mgr William Morris" arrivait en 8ème position, notre article sur « David Berger » (un théologien catholique interdit d’enseignement à la suite de son homosexualité déclarée et militante), en 1ère position, et notre article sur « Edith Delos » (présidente des Amis de Jean Sulivan, décédée), en 4ème position .


Les unitariens français disposent donc d’un outil informatique qui peut avoir un effet médiatique non négligeable, bien qu’encore très modeste.


Par ailleurs des rubriques bien fournies en articles leur permet de mener campagne sur des sujets sensibles : contre le voile intégral et l’islam intégriste, contre l’homosexualité, contre les génocides (au Tibet, au Darfour, au Laos, etc.), ou pour dénoncer la Contre-Réforme menée par Benoît XVI, etc.


Les qualités d’un site militant


barbie_soldat_inside_small.jpgLe site militant, comme l’était Profils de libertés, peut être documentaire, mettant à la disposition des internautes des textes de base et des articles d’auteurs. Il peut être aussi engagé, prenant position sur les évènements de l’actualité. Mais, indépendamment du contenu, les blogs apportent un certain nombre d’avantages.


Ils peuvent être aisément gérés par des personnes n’ayant aucune formation en informatique, qui ne sont pas des « webmestres » professionnels. Il s’ensuit une gratuité totale (et, dans le cas de certaines plate-forme comme Over-blog, il n’y a pas de publicité intercalée sauf si l’intéressé le demande pour bénéficier d’une rémunération).


Mieux, le fait d’un pilotage individuel, sans passer par un « spécialiste » plus ou moins disponible le moment voulu, permet d’éditer très rapidement et être en conséquence réactif aux évènements. En effet, plus l’édition sera rapide, plus le repérage par les moteurs de recherche se fera à son bénéfice. C’est donc le jour même que l’information est connue qu’il faut publier ! Le rythme est donc différent des prises de position au nom d’une association ou des communiqués de presse, lesquels exigent au préalable des concertations pouvant prendre un certain délai. Sur les sujets sensibles, le blog va donc d’abord publier des articles d’auteurs où ceux-ci n’engagent qu’eux mêmes et non une association ou une mouvance en tant que telle.


Du fait de son architecture où les articles s’entassent en pile les uns sur les autres au fur et à mesure de leur publication, les blogs privilégient les « nouveautés ». Celles-ci apparaissent d’emblée dans les premières pages ; ce qui simplifie leur recherche. Pour les articles plus anciens, le visiteur dispose de rubriques, d’un calendrier, et d’un moteur de recherche interne (placé dans la ou l'une des deux colonnes latérales).


La réaction du lecteur aux articles qu’il lit est possible grâce à l’ouverture de commentaires (ceux-ci peuvent être publiés instantanément – mais l’éditeur se réserve le droit de les effacer - ou bien attendre être "modérés" et attendre l’accord préalable de l’éditeur). Cette possibilité interactive est source de nouveaux contacts ; il y a aussi la possibilité pour les visiteurs intéressés par le site de s’abonner à la « newsletter » et d’être ainsi avertis dans leur messagerie chaque fois qu’il y a une nouvelle publication.


Une présentation soignée est bien entendu nécessaire. Si les sites documentaires peuvent avoir des articles longs – des documents - ; les blogs sont de la cavalerie légère : les articles sont plus facilement lus lorsqu’ils sont courts (pas plus d’une page d’écran, quitte à découper un article long en plusieurs articles successifs), aérés (paragraphes courts et bien distincts en sautant une ligne), qu’ils utilisent les couleurs pour les citations, les sous-titrages, certains passages, etc. Par des liens, l’article peut renvoyer à des sources ou à des documents publiés ailleurs, etc. Enfin les illustrations non seulement apportent de l’agrément, mais aussi de l’information et attirent l’attention du visiteur. Ainsi le militant-éditeur doit-il se faire aussi artiste à ses heures !


Une action coordonnée


Les Actualités unitariennes ne fonctionnent pas seules, mais font partie d’un dispositif d’ensemble où elles sont en osmose avec la mouvance unitarienne.


Le site associatif de l’AFCU relaie l’information si celle-ci fait consensus au sein de ses adhérents et touche à sa vocation, voire à prendre des positions « officielles ».


Le forum « Unitariens francophones », un groupe Yahoo fondé en avril 2005, est un lieu d’échange d’information et de débat ; il en résulte des articles dans les Actualités unitariennes et, réciproquement, les références des articles publiés sont systématiquement envoyés en son sein, ce qui permet de les tester, de les compléter s’il le faut, éventuellement de les rectifier. Avec ses 113 adhérents (au début de juin 2011) et un flux mensuel d’environ 500 messages [ndlr - flux diminué depuis la rédaction de cette note], ce forum apporte à l’éditeur un contexte inter réactif où il peut partager et tenir compte des opinions des uns et des autres.


Enfin – mais surtout – les unitariens francophones et leurs sympathisants sont conviés à participer aux activités d’une Eglise sur la Toile, l’Eglise unitarienne francophone (EUfr), laquelle fonctionne comme une véritable Eglise, avec un conseil d’Eglise (actuellement 7 membres), un pasteur titulaire (en l’occurrence la révérende Maria Pap, ministre du culte de l’Eglise unitarienne de Transylvanie), un culte mensuel (sur le mode des célébrations libres), une bibliothèque, un espace de prière et de méditation, etc. Là aussi, l’outil Internet permet de pallier à une situation géographiquement dispersée, avec des effectifs peu nombreux, et dont les membres ont des difficultés à se réunir physiquement. Indéniablement, l’existence même de cette Eglise a dopé notre mouvance, lui a apporté un plus et un rang qu’elle n’avait pas auparavant ; une finalité aussi puisque nous sommes une mouvance religieuse.


Contact : pour ceux qui veulent des informations complémentaires et les références de nos sites, ou encore bénéficier gracieusement d’une initiation à la gestion d’un blog, veuillez écrire à la Correspondance unitarienne (lien).

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans la culture Internet
commenter cet article
5 janvier 2012 4 05 /01 /janvier /2012 07:43

Martin Luther, qui fût à l'origine des Réformes protestantes du XVIème siècle, aimait ripailler en compagnie d’étudiants qu'il hébergeait chez lui pour arrondir ses fins de mois. Les échos qui sont ressortis de ces agapes gargantuesques ne sont guère à son honneur, comme par exemple des propos ouvertement antisémites (mais qui ne détonaient pas de trop avec ceux de son époque !).


De nos jours, nous avons les Off de personnalités politiques qui, dans certains cas, ouvrent la fenêtre sur ce qui se dit très couramment dans leur milieu, sur le langage habituellement tenu vis-à-vis des « adversaires à battre » ... Et, puis, des plongées pleines de surprise dans bien d’autres coulisses après spectacles, entretiens à la télévision ou après affaires !


Mais, grâce à Facebook et autres réseaux sociaux, nous avons aussi, des pages personnelles ou, certains, dont d'illustres intellectuels du genre ego démesuré, se lâchent au nom de la spontanéité et nous livrent leurs mouvements d'humeur et autres convictions toutes intimes, sans plus d’argument ! C'est parfois fort affligeant pour des personnes dont on peut lire par ailleurs la prose dans les milieux intellectuels, voire scientifiques !


A l’occasion de polémiques dans les médias ou encore à l’approche d’élections, "on" se déchaîne encore plus. Ce sont là de très bonnes occasions pour aller voir (par simple curiosité) certaines pages perso ! Là, parfois / souvent on se régale des pulsions anarchisantes, des propos de bistrots, des arguments au niveau des tripes, des haines défoulées. Certains intellectuels, ni plus ni moins que d’autres, pataugent allègrement dans les caniveaux dès lors qu’ils sont « entre amis » ! Lâchez-vous nous disent les psychologues ; certains, visiblement, n'ont pas attendu ce genre de conseil !

 

L'absence, sur Internet, d'un face à face physique lèverait-il les inhibitions existant dans les relations sociales directes ? Injurier les autres à distance, est effectivement plus facile ...


Ce qui est le plus « formidable », c’est que, ces mêmes personnes qui se défoulent aussi aisément nous disent qu’elles militent pour la fraternité, pour la démocratie, pour l’Humanité toute entière. Elles montent vigoureusement au créneau, l’amour en drapeau, dès qu’il y a quelque soupçon de discrimination, de xénophobie, de racisme. Elles se disent engagées … et, peut-être pour cela, acceptent sans état d’âme les coteries partisanes les plus corporatistes, les plus communautaristes, les plus hargneuses. Il y a manifestement des loups tout intellectuels qu’ils soient qui aiment hurler en meute…


A notre époque démocratique où les moyens d’expression sont accessibles, ne pouvons nous pas exprimer notre pensée personnelle sans haïr nécessairement les autres qui ne sont pas de notre avis ? en argumentant tout simplement avec calme et raison ? Pourquoi considérer à priori les autres comme de fieffés abrutis, des menteurs, des hypocrites, des trompeurs, alors que, nous, nous serions du côté des bons, des bienfaiteurs, « au côté du peuple », selon l’idéologie bien réductrice et naïve des classes sociales que le marxisme léninisme nous a fourbie.


Comment aimer les autres avec tant de haine au fond du cœur ? Comme si nous étions en guerre … alors qu’il s’agit tout simplement d’aller voter à des élections et de débattre de questions fort complexes où toutes les contributions peuvent s’avérer utiles !

pcf_et_assemblee_nationale.jpg

Les vœux du Parti communiste français (PCF), en ce début d’année, sont tout à fait éloquents : l’insurrection populaire avec, à la clef, la prise d’assaut de l’Assemblée nationale et le remplacement du drapeau tricolore ! Ceci au nom d’un humanisme bien compris ! Bien entendu, ce n’est qu’une image … de propagande, sans incidence ; on ne saurait y voir là une quelconque emprise sur nos imaginaires. Honni soit qui mal y pense !

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans la culture Internet
commenter cet article
8 août 2011 1 08 /08 /août /2011 14:14

EUfr 1bFondée en juin 2008, en tant qu’Eglise linguistique (concernant tous les pays francophones où se trouvent des unitariens) et Eglise « on line », fonctionnant exclusivement sur la Toile, l’Eglise unitarienne francophone (EUfr) s’est rapidement dotée, comme toute Eglise protestante historique *, d’un conseil d’Eglise qui en assure la direction (lien) et d’une chaire attribuée à un pasteur ordonné, en l’occurrence, la révérende Maria Pap, ministre du culte de l’Eglise unitarienne de Transylvanie (lien).

* L’unitarisme est issu de la Réforme anti-trinitaire du XVIème siècle. L’Eglise unitarienne de Transylvanie date de 1568 ; elle est restée protestante et utilise la langue hongroise.


Pour l’accompagnement spirituel de ses ouailles, cette Eglise présente un espace de méditations et de prières où les internautes peuvent trouver des prières qui vont dans le sens de la tradition unitarienne mais qui proviennent également d’autres sources dès los qu'elles ont une valeur universelle (lien) ; une rubrique récapitulant les prières mensuelles qui sont envoyées chaque mois aux congrégations unitariennes du monde entier par l’International Council of Unitarians and Universalists (ICUU) (lien) ; une « bibliothèque » présentant des ouvrages récents (lien) ; elle organise aussi un culte mensuel, le premier dimanche de chaque mois (lien). Par ailleurs, elle invite à une activité humanitaire concrète : une aide aux populations Pygmées du Congo RDC (lien).


Un après sa fondation, à partir de juin 2009, à la demande de plusieurs participants du forum « Unitariens francophones », l’EUfr s’est lancée dans l’organisation d’un culte mensuel.  C’était de l’inédit et nul ne savait alors si cela allait durer ! Ce qui existe déjà dans d’autres Eglises, unitariennes et autres, ce sont des enregistrements audio ou vidéo de cultes, mais ceux-ci restent des spectacles où les fidèles demeurent passifs, consommateurs.


Dans l’esprit d’une tradition unitarienne mettant l’accent sur la liberté de conscience (il n’y a pas imposition de credo communautaire) et sur l’expression individuelle des participants, l’EUfr a mis au point un culte tout à fait inédit qui s’inspire à la fois des célébrations libres pratiquées par les communautés catholiques de base (CCB) et au sein de la mouvance catholique libérale réunie dans le cadre de la Fédération des réseaux du Parvis (lien), et à la fois de l’expérience des congrégations unitariennes-universalistes anglophones. Le culte ne comporte pas de discours théologique ni de sermon nous dictant ce qu’il fait croire ou faire, mais seulement des expressions individuelles sous forme de partage de foi, de méditations et d’expériences vécues, ainsi que de prières pour accompagner les souffrances des autres, sans oublier des actions de grâce pour les heureux évènements individuels ou collectifs. Le culte commence bien entendu par des louanges au Dieu créateur, donneur de la Vie, ou, pour ceux qui ont décroché par rapport au théisme ou au déisme, la référence est faite au mystère de la Vie sans plus de précision.


La communion s’établit donc non plus sur des croyances communes mais sur l’écoute des autres et leur compréhension, sur une ouverture altruiste et universelle, sur une communion fraternelle. Celle-ci peut se concrétiser par des rituels – pour les unitariens, l’allumage de leur calice (lien) ; pour d’autres par l’allumage d’une simple bougie, ou tout autre geste à valeur universelle.


L’ordre du culte qui s'est imposé d'une façon pragmatique (depuis janvier 2011), après une période de tâtonnement, est le suivant : 

 

calice_unitarien_allumage.jpg1 – louons Dieu et accueillons la vie qu’il nous a donnée ; rendons lui grâce ; louons le mystère de la Vie
2 – allumons notre calice et que sa lumière brille
3 – partageons ce qui est important à nos yeux, à nos cœurs, ce qui est essentiel à notre intelligence des choses et à notre conscience, que ce soit un texte ou autre chose, et trouvons les mots ou les gestes pour le dire.
4 partageons aussi nos souffrances et nos peines
5 – partageons nos gestes de fraternité et nos rites de communion qui ont valeur universelle
6 – partageons nos autres gestes de solidarité et de fraternité
7 – proclamons un envoi vers les autres, « prochains » ou « lointains »


Le culte se prépare une semaine à l’avance et reçoit les messages de ceux qui veulent y participer. Des messages qui sont donnés au sein des groupes et forums d’information, d’échanges et de discussion que la mouvance unitarienne anime (Unitariens francophones lien et Croissance spirituelle lien) peuvent être répercutés dans le cadre de cette préparation.


Le jour même, le dimanche matin à une heure à la convenance de chacun, chacun est invité à faire un culte de maison, soit seul, en famille, ou avec en plus des voisins ou des amis, ou encore au sein d’une communauté de prière ; puis à faire part aux autres de son expérience en envoyant un message au webmestre du site de l’EUfr (contact). La séance du 7 février 2010 s’est même déroulée presque en direct, en utilisant d'une part les messageries habituelles et d'autre part les commentaires en bas de l’article présentant le culte, avec une mise en ligne très rapide de la part du webmestre ; il faut alors convenir d’une heure précise pour le début du culte et s'organiser en conséquence. On pourrait aussi utiliser Facebook de cette façon en étant "amis" ; les amis des amis bénéficieraient alors des échanges.


Depuis l’organisation de ces cultes (soit 25 séances), pas moins de 35 personnes y ont participé et les messages d’une dizaine d’autres ont été répercutés. C’est bien entendu très peu car cela s’appuie sur une culture relationnelle sur Internet que bien peu de personnes ont déjà intériorisée ; mais les forums, les blogs, et les réseaux sociaux comme Facebook ou autres vont dans ce sens : on peut penser que cette culture se développera dans l’avenir.


C’est également très peu car beaucoup de gens restent très attachés à la chaleur des groupes réunis physiquement, en relation de face à face. Pour compenser un peu, les interventions lors des cultes de l’EUfr sont accompagnées par les photos portrait ou à défaut les avatars des participants (dans le style de Facebook), ainsi que l’indication de leur choix religieux, et la ville ou la région où ils habitent ; et puis chacun peut faire part d’évènements familiaux en envoyant des photos. Il faut dire aussi que la plupart des intervenants se connaissent déjà lors des nombreux échanges au sein du forum « Unitariens francophones » (ces derniers mois, un flux mensuel de plus de 250 messages).


On note un noyau de quelques personnes dont la participation est plus fréquente (de 8 à 19 participations sur les 25 séances). Cela équivaut en fait, pour les célébrations au sein d’autres Eglises, à une équipe d’animation liturgique. La moyenne du nombre de participants s’établit pour l’instant à 5,6 par culte (selon les séances cela a été de 2 à 11 participants) . Mais au-delà, il faut compter tous les visiteurs qui consultent la rubrique en question en simples curieux ou qui peuvent s’en inspirer - pour le culte du mois d’août, ce fut près de 70 personnes qui ont directement ouvert l'article en question ou la rubrique consacrée au culte, sans compter ceux qui arrivent à l'article en ouvrant le site par sa page d'accueil. La semaine, précédant la dernière séance, celle du mois d'août 2011, ils furent ainsi 84 visiteurs à ouvrir le site de cette façon. A noter aussi que le site a 36 abonnés à sa newsletter, lesquels reçoivent automatiquement dans leur messagerie toutes les nouvelles publications. 


Quand on pense aux vacances d’été qui vident temporairement les lieux de culte, ou plus encore à la déchristianisation en cours dans les pays d’Europe occidentale et au Québec, on ne peut que relativiser ces faibles effectifs. Au rythme actuel de la baisse drastique de la pratique religieuse, que deviendront en effet les paroisses actuelles ? N’est-il pas temps d’explorer d’autres modes de relations plus souples, plus modernes, moins coûteuses en frais de fonctionnement (aucun frais en ce qui concerne l'EUfr), etc. ? Les Eglises « on line », dont l’EUfr constitue en quelque sorte un prototype, sont assurément en avance sur leur temps et, ne réunissant pour l’instant que quelques pionniers, elles font partie des pistes à explorer d’urgence.

 

Ajout du 6 octobre : "Il est toujours difficile de savoir combien nous avons de visiteurs à notre culte. Pour ce premier dimanche du mois d'octobre, nous avons eu 78 visiteurs durant les 7 derniers jours qui ont ouvert le site sur la première page (donc sur notre culte) en faisant "eglise unitarienne francophone", 25 autres en cliquant sur la rubrique "nos cultes mensuels" et 14 autres en utilisant la référence de l'article, soit un total de 117 visiteurs. C'est pas trop mal pour un culte par les temps qui courent. Disons en toute modestie que les participations de suns et des autres sont lus par des visiteurs. Nous ne nous exprimons pas dans le vide ! Bien à vous toutes et tous."  (message de Jean-Claude Barbier, le mardi 4 octobre au groupe Yahoo "Unitariens francophones").


Pour information complémentaire et contact (lien)

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans la culture Internet
commenter cet article
11 mai 2011 3 11 /05 /mai /2011 16:59

google-girljaf72-40c90.jpgLes Actualités unitariennes ne vous cachent rien ! Qu'on se le dise ! C’est le grand amour avec le moteur de recherche Google France, lequel répertorie volontiers les articles que nous publions. Nous ne pouvons qu’en être très heureux.


Au commencement de cet idylle, il faut signaler la performance de la plate-forme d’Over-blog sur laquelle nous travaillons. Première plate-forme en France, celle-ci s’avère efficace pour un bon référencement des blogs qu’elle héberge.


Ensuite, il y a notre travail de présentation des articles (soignés en écriture, documentés, illustrés, pas trop longs, variés, etc.) afin d’en faciliter la lecture sur écran.

 

Puis, il ya l’activation des réseaux auxquels nous avons accès, à commencer par ceux dont nous sommes fondateurs et animateurs : Correspondance unitarienne, forum des Unitariens francophones, et sur Facebook : la page Jean-Claude Barbier, celle de l’Eglise unitarienne francophone (EUfr) et le groupe « Chrétiens alternatifs » ; ou ceux dont nous sommes membres : Réseau des correspondants du Parvis, la « liste » pour les unitariens canadiens« "CUC-en-français", et sur Facebook : la page de l’International Council of Unitarians and Universalists (ICUU) et celle de « Soyons acteurs d’un véritable dialogue interreligieux ».

 

A noter par ailleurs que chaque article que nous publions est immédiatement transmis aux abonnés de nos sites (soit une quarantaine pour les Actualités unitariennes).


Les résultats sont au rendez-vous. Les Actualités unitariennes tournent chaque jour autour de 200 visiteurs.  Notre site est, depuis plus d’un an, classé au Top de la plate-forme, parmi les 2000 meilleurs blogs en sachant qu’Over-blog gère plus d’un million de blogs. Et ceci bien que nos compatriotes ne soient guère fans de religion !


Il faut bien entendu faire vite (être en conséquence très vigilants dans la lecture de l’actualité) pour avoir les honneurs de la première page des sites référencés par Google sur un sujet donné car, l’information se diffusant, des médias plus importants prennent les premières places. Là aussi le travail est récompensé ; par exemple, nos articles sur l’affaire William Morris: « Mgr Jacques Gaillot (France, 1995), Mgr William Morris (Australie, 2011) », publié le 3 mai, puis « L’affaire Mgr William Morris sur Facebook », publié le 9 mai, sont toujours en première page à la date du 11 mai, malgré l’afflux de nouvelles références. Bien entendu, la courbe des visiteurs de ces articles augmentent très sérieusement lorsqu’il y a ainsi ce coup de pouce de Google !

 

Merci à Google pour cette si belle idylle, en espérant qu'elle se continue ...

 

Ajout du 17 mai 2011

Ce dimanche 15 mai, les Actualités unitariennes ont reçu 225 visiteurs. Le blog est classé en 1668ème position parmi l'ensemble des blogs de la plate-forme (laquelle en gère plus d'un million) et en 10ème position pour les blogs qui traitent de religion (soit au total 857 blogs).

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans la culture Internet
commenter cet article
7 mars 2011 1 07 /03 /mars /2011 11:05

plein_jour.jpgPlein Jour est l'Association qui aide les compagnes de prêtres et de religieux - et aussi les compagnons - et qui entend lutter avec d'autres contre cette règle inadaptée et dangereuse du célibat imposé. Elle est témoin d'innombrables souffrances d'hommes et de femmes déchirés mais aussi des découvertes d'hommes qui ont fait un choix. Certains continuent leur ministère mais grâce à cet amour partagé accèdent à une autre manière d'être au monde. Cette association est membre de la Fédération des réseaux du Parvis ( lien).

 

Les sites de stockage se multiplient. L'association Plein Jour a choisi de faire paraître ses bulletins mensuels sur le site ISSUU ( lien)

 

Voici comment procéder. Avec un moteur de recherche, comme Google par exemple, taper dans la fenêtre d'appel le mot "ISSUU". Dans la fenêtre qui s'ouvre (Search ISSUU) , taper 'plein jour" (en minuscules ). Notre  dernier bulletin apparaîtra. Cliquez sur l'image pour l’agrandir. Vous l'aurez ... en couleurs, ce que nous ne pouvons nous permettre pour l'édition papier ! Tournez les pages en cliquant sur les flèches/triangles situées à mi-hauteur sur les pages droite et gauche. Vous pouvez agrandir l'image en cliquant dessus ou avec la roulette de votre souris.Vous pouvez aussi l'imprimer (voir les icônes en dessous du document).

 

Bien entendu, vous trouverez aussi nos bulletins sur le site de Plein jour (lien)

 

En vous souhaitant une excellente lecture. Pour Dominique, la présidente, Jean Combe (message circulaire du 2 mars 2011).

Repost 0
Published by Jean Combe - dans la culture Internet
commenter cet article
5 juillet 2010 1 05 /07 /juillet /2010 18:49

Bonjour l’avenir de nos sociétés modernes avec des bloggeurs qui racontent tout et ne cachent rien ! Il y a eu les scolaires qui racontaient tout sur leurs professeurs et les notaient ; les fonctionnaires organisateurs de fuites pire que des plombiers ; il y a eu les journalistes autodidactes qui voulaient buzzer avant que les résultats électoraux ne soient officiellement annoncés ; maintenant il y a les hommes politiques qui sont conviés à une réunion à huit-clos laquelle se transforme en courants d’air ; demain, peut-être, les amis que vous invitez chez vous et qui, sitôt rentrés chez eux et devant leur écran, cracheront publiquement dans la soupe.

 

Où allons nous ? Plus de devoir de réserve, plus de discrétion, plus de propos spontanés, plus de confiance réciproque, plus de confidences entre amis. Des paniers percés partout, tout autour de vous, parmi vos plus proches. La liberté individuelle poussée à l’extrême, l’hyper libéralisme, nous conduit tout droit à une société de la méfiance extrême et de la solitude. Un jour viendra où l’on cherchera ses vrais amis. Vous avez dit buzz !

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans la culture Internet
commenter cet article

Articles Récents