Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rechercher

Archives

24 juin 2010 4 24 /06 /juin /2010 04:59

Le public rit de bon cœur et les audiences explosent : les humoristes paradent à la Une.

 

Mais depuis Raymond Devos (1922-2006), l’humour a bien évolué : il s’est fait facilement anti-institutionnel à tout crin, est descendu non moins facilement au-dessous de la ceinture, et a fini par mettre en scène des lynchages médiatiques de personnalités. Au nom de la liberté de pensée (qui décidément a bon dos), l’arrogance, la provocation, l’irrespectabilité sont de mise. L’humour « à la française », certes de tradition littéraire, en perd de sa finesse, de ses bons mots qui faisaient rire tout le monde sans exception. Il est devenu partisan, militant, cracheur à la recherche de cibles vivantes que l’on désigne à la vindicte publique. Marat est de retour ! (lien )

 

Sur ce, une bonne partie de l’opinion et des partis politiques soutiennent à fond la caisse les humoristes de la haine car ceux-ci sont perçus comme étant du même bord. Les mêmes nous proposeront sans doute des programmes, car les élections présidentielles se pointent déjà à l’horizon, où l’on se gardera bien de parler de morale, de civisme et de valeurs. D’ailleurs l’évolution sémantique est éloquente : on ne parle plus guère de « projets de société ».

 

On a reproché à l'empire romain l'orchestration de spectacles sanglants, et nous nous donnons la parole à la Haine pour plaire au peuple. Adieu Raymond Devos !

 

raymond_devos.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Claude Barbier - dans les dérives sectaires
commenter cet article

commentaires

Articles Récents